Retour DAACRetour site académie

Le forum de la DAAC

La culture dans tous ses états.
 
Nous sommes le Sam 3 Déc 2022 19:37

Heures au format UTC




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [Arcs 2011] Dix hivers à Venise
MessagePosté: Lun 19 Déc 2011 00:07 
Hors ligne

Inscription: Dim 18 Déc 2011 23:58
Messages: 2
Dix hivers à Venise de Valério Mieli

Image

Venise. Une rencontre dans un vaporetto. On pourrait croire à une histoire d'amour simple, presque un cliché. Mais Valerio Mieli s'est sûrement demandé pourquoi il faudrait faire une histoire d'amour comme on en a déjà vu si souvent, et il a donc décidé de créer une histoire complexe car la vie n'est jamais simple. Les gens évoluent, les sentiments aussi.

« Dix hivers à Venise » nous montre Camilla et Silvestro changer tout au long d'une décennie. Dix ans pour que s'épanouissent enfin néanmoins leurs sentiments de départ, ses sentiments qui vont ainsi créer une boucle, un cycle.

On retrouve ce motif visuellement lors de la scène du jogging de Camilla. Une église, vue en forte plongée, est au centre du champ. Puis on voit Camilla et Silvestro arriver, chacun d'un coté du bâtiment. Ils sont l'un en face de l'autre mais séparés par l'église qui forme comme le centre d'un cercle et qui les empêche de se voir. Ce qui est intéressant dans cette scène c'est qu'elle traduit parfaitement les sentiments et la situation des deux personnages, qui tout à la fois se cherchent et se repoussent : l'église les sépare mais, parce qu'elle les empêche de se voir et leur interdit donc de se fuir, elle les réunit à l'image. Ils sont à la fois éloignés et ensemble. De plus, ils vont tous deux vouloir aider un moine qui se trouve lui aussi à coté de l'église. Ils ne vont néanmoins pas le faire. Pensant à la même chose mais n'allant pas au bout de leur envie, ils abandonnent chacun à leur tour. Puis ils vont quitter la place où se trouve l'église, partant l'un après l'autre. Ainsi ils ne se rencontreront pas. Ce qui est fascinant dans cette scène c'est que le réalisateur arrive à transmettre toutes ces émotions sans paroles mais cependant avec beaucoup de poésie.

Ce film est d'autre part,très intéressant au niveau de la forme. La lumière utilisée, toujours dans les tons gris- bleus, claire et froide, reste très poétique. Elle représente les deux éléments directeurs de cette histoire : l'hiver et l'amour. Les sentiments gelés, figés.

Ce qui rend surtout ce film original est qu'il est composé de plusieurs épisodes séparés par des ellipses. Elles permettent de ne raconter que ce qu'il se passe durant un hiver avant que l'on ne passe au suivant, permettant aux spectateurs d'imaginer ce qu'il s'est passé entre ces épisodes.

Pour conclure, ce film nous montre que les histoires d'amour ne sont pas toujours simples et que nos sentiments évoluent à mesure que nous même évoluons. Il est original car ce n'est pas l'histoire d'amour en elle même qui est racontée, mais seulement son prologue. Et rares sont les films qui abordent le sujet qu'est l'amour de ce point de vue.

Paloma Royo, Appoline Royo et Claire Perez
Lycée Jean Moulin d'Albertville


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Arcs 2011] Dix hivers à Venise
MessagePosté: Lun 19 Déc 2011 00:20 
Hors ligne

Inscription: Dim 18 Déc 2011 23:44
Messages: 2
Dieci Inverni, film qui prend place dans une Venise hivernale, n'est pas une histoire d'amour comme les autres. C'est plutôt un prologue très long (puisqu'il dure dix hivers) à une rencontre amoureuse entre une jeune femme réservée, Camilla (Isabella Ragonese), et un homme plutôt extraverti, Silvestro (Michele Riondino).

On apprécie la photographie magnifique et l'ambiance brumeuse que dégage la ville qui fait office de décor. La lumière a un rôle très important, tout est filmé à l'aurore ou au crépuscule ce qui donne une atmosphère gris-bleu. Le contraste avec la lumière de l'intérieur est fort car elle y est plutôt jaune, les personnages étant éclairés par des bougies ou leur chauffage.

On note aussi le contraste entre les personnages, Camilla est introvertie mais évolue beaucoup, vit aussi deux vraies histoires d'amour, tandis que Silvestro semble plus extraverti mais qui change beaucoup moins (il emploie d'ailleurs souvent le mot "piccolo"). Il avance à la manière des escargots qu'il élève et ne vit que des flirts.

Ce film est très intense, Valerio Mieli filme des lieux emprunts de poésie et nous laisse avec de belles images plein la tête. Il nous fait voyager entre Venise et Moscou. Mieli ne nous laisse pas simples spectateurs mais nous implique presque en tant que personnages dans la mesure où on se sent à l'aise avec eux et avec leurs amis.

Les personnages, emplis de grâce, illuminent l'écran et cette Venise brumeuse en devient presque magique. Un film qui donne envie de mieux connaitre le cinéma italien !


Pierre Angelloz-Pessey et Léa Troncy,
Terminale spécialité cinéma, Lycée Louis Armand


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Template made by DEVPPL - Traduction par phpBB-fr.com