Retour en haut

Article suivant : La nuit et le jour Imprimer cet article
La légende du pont de Plougastel (vu 643 fois)


Il était une fois, un jeune garçon de quatorze ans prénommé Kilian.
Il était grand pour son âge. Ses cheveux courts et bruns dégageaient son visage où pétillaient de grands yeux bleus. Il était courageux et d’une grande gentillesse, toujours prêt à rendre service.
Il habitait avec toute sa famille au Relecq , un petit village du Finistère. Son père était le boulanger du bourg. La petite rue où il vivait débouchait sur l’Elorn.

Un jour pour ses cent ans, le roi du Relecq déclara que son successeur serait celui qui trouverait une fraise enchantée dans une galette. Cette fraise devait donner à celui qui la trouvait gentillesse et intelligence. Le boulanger du bourg fut chargé de préparer les galettes et désigna son fils Kilian pour aller chercher cette fraise à Plougastel. C’était un village de l’autre côté de l’Elorn, très réputé pour ces fraises et surtout sa fraise magique qui poussait dans une serre fermée à clé. Or le seul pêcheur du Relecq à avoir un bateau refusa de le faire traverser car une bête que personne n’avait jamais vu coulait les embarcations qui tentaient de s’aventurer sur l’Elorn.

Kilian savait que la fée du bois de Kéroumen pouvait l’aider. Il alla la voir pour lui demander conseil.
La fée lui dit :
« Si tu résous l’ énigme que je te propose alors je te ferai apparaître un pont de glace qui restera en place jusqu’à la prochaine pleine lune et je te donnerai aussi une clé magique qui ouvre la serre.. Voici l’énigme : Royale, elle révèle un secret à se mettre sous la dent ! Bretonne, elle est ronde et plate ».
Kilian résolut l’énigme facilement. Il obtint la clé puis il courut vers les bords de l’Elorn voir si le pont était là.
Un majestueux pont de glace enjambait l’estuaire au niveau des sables rouges. Il l’emprunta aussitôt. À la sortie, il rencontra un vieux monsieur tout ridé assis sur un banc de pierre, s’appuyant sur sa canne. Il lui demanda où se trouvait la serre.
« Elle est à l’est, toujours à l’est » lui répondit le vieux monsieur.

Pour le remercier, Kilian l’invita à venir le jour de l’épiphanie goûter la galette. Il reprit son chemin et arriva rapidement à une étrange serre abandonnée qu’il ouvrit naturellement avec la clé. À peine entré, il aperçut la fraise au fond de la serre, brillante de mille feux au milieu d’un parterre de ronces. Brusquement, au moment où il se penchait pour tenter de la cueillir, les racines de la fraise s’enroulèrent autour de son bras et une vipère maléfique surgit du tas de ronces.
« Je te libèrerais si tu me donnes la réponse à l’énigme que t’a posée la fée »
Kilian lui répondit « GALETTE » et aussitôt les racines disparurent.

Il s’empara de la fraise et se précipita hors de la serre. Il courut vers le pont car la pleine lune approchait.
Toutefois en atteignant le pont, il entendit un bruit lointain, comme un grincement qui se rapprochait de plus en plus. Il imagina soudain qu’il s’agissait peut-être de l’Ankou avec sa charrette. Il était en effet minuit et Kilian savait qu’à cette heure, l’Ankou sortait pour ramasser les morts. Il grimpa à un arbre. Blanc de peur et en sueur, son cœur battait à cent à l’heure.
Il essayait de rester immobile pour éviter d’être vu et de finir dans la charrette.
Heureusement l’Ankou ne le remarqua pas. Dès que la charrette se fut éloignée, il se précipita sur le pont.
Fatigué par tant de mésaventures, il prit plus de temps pour retourner chez lui. Quand il arriva enfin au village, son père préparait déjà les pommes et la frangipane pour les galettes. Il l’aida à disposer une pièce d’or dans chacune d’elles sauf une où il cacha la fraise.

Puis vint le jour de l’épiphanie. Tout le village se réunit au bourg autour du roi. Même le vieux monsieur du pont était présent. Le roi fit un discours pour souhaiter bonne chance à son successeur puis ce fut le moment de savourer ces délicieuses et magiques galettes. Tout le monde était impatient de connaître l’heureux élu et mangea goulument et avec hâte sa part de gâteau. Chacun regardait son voisin avec attention quand tout à coup on entendit un cri de joie. Les villageois se retournèrent et aperçurent le futur roi qui n’était autre que le vieux monsieur du pont. Le roi lui remit alors la couronne.

Devenu roi à son tour, la première décision du vieux monsieur fut de remercier Kilian de l’avoir invité en lui proposant de faire un vœu . Kilian souhaita que le pont reste et soit changé en pierre.

C’est ainsi que naquit le pont que l’on appela plus tard pont de Plougastel.

Les élèves de la classe de CM1 de l’ école Achille Grandeau