L' EVOLUTION DE L' ORGANISATION DU TRAVAIL ET SES LIENS AVEC LA CROISSANCE

 

 

I)  LES PRINCIPES DU TAYLORISME ET DU FORDISME                       

Le taylorisme et le fordisme sont deux notions fort rapprochées, réunies sous le sigle d'OST (l'Organisation Scientifique du Travail):

Le TAYLORISME repose sur une double division du travail. La division horizontale du travail qui consiste à parcelliser les tâches en un ensemble de gestes simples et répétitifs confiés aux ouvriers. Ensuite, la division verticale du travail, qui isole les tâches de conception, laissées à la hiérarchie et les tâches d'exécution imposées aux ouvriers (O.S). De plus, Taylor a chronométré les tâches que réalisait un ouvrier de manière à réduire le temps de production et donc les coûts de production.

Le FORDISME, lui, est synonyme de travail à la chaîne donc de production de masse. Ford pose les bases de la consommation de masse grâce au relèvement des salaires ( 5 $ day).

 

Cependant il y a des aspects positifs et négatifs à cette organisation:

Conséquences

négatives
positives

SOCIALES

Mauvaises conditions de travail, absentéisme, turn-over

Conflits du travail

Aliénation( répétition des tâches)

Déqualification de l'ouvrier, déprofessionnalisation

Hausse du niveau de vie

Consommation de masse ( rémuneration élevée)

plein-emploi

ECONOMIQUES

Standardisation des produits (Imcompatibilité avec la différenciation des produits)

Gaspillage ( defauts de fabrication)

 

Standardisation rentable pour les entreprises qui effectuent des économies d' échelles

Baisse des coûts de production - Hausse et gains de productivité -  baisse des prix - consommation de masse

Développement et massification de l'emploi

Effet sur la croissance économique qui est stimulée ( 30 glorieuse sont dûes en partie au fordisme et taylorisme)

TECHNIQUES

Limite de la parcellisation des tâches

Tarrissement des gains de productivité

Refractaire au progrés technique

Organisation rigide

Peu de possibilité de différenciation des produits

Accélération des rythmes de production

Certains utilisent la notion de compromis fordiste pour expliquer la croissance d'aprés guerre ( les 30 glorieuses). Il s'agit d'un accord entre les salariés et les entreprises qui pratiquent l'OST. Malgré le travail pénible, les salariés protestent peu car en cotrepartie de rémunérations plus élevées grâce aux variations de productivité. Ils ont donc un salaire plus élevé, ce qui améliore leurs conditions de vie. Grâce à la croissance économique qui en résulte, l'Etat devient de plus en plus un Etat-Providence, en participant à la redistribution des richesses par le système de protection sociale qu'il met en place.

 

 

 

II)  LES NOUVELLES FORMES D'ORGANISATION DU TRAVAIL: FIN OU RENOUVEAU DU FORDIME? DES AVIS PARTAGES

 

Le taylorisme et le fordisme n'ont pas encore disparu mais l'organisation du travail connait d'importantes transformations, même si ce n'est pas dans toutes les entreprises. On a de plus en plus recours à d'autres organisations avec des points forts (autonomie du travailleur...) et des points faibles (précarité de l'emploi...), aux groupes de travail et aux ateliers flexibles dans les entreprises.

Mais, durant ces dernières années, l'OST a été aménagée et elle s'est intégrée dans d'autres activités comme les services par exemple.  Cette évolution a surtout permis au taylorisme de s'adapter à une organisation du travail beaucoup plus flexible. Les entreprises ont par exemple intégré les principes du toyotisme avec les "flux tendus" (0 stock) et autres "flux synchrones". Une technique qui constitue une prolongation du taylorisme.

Résultat, l'aménagement du taylorisme fait que nous pensons qu'il a disparu mais en réalité il est caché par un autre phénomène, beaucoup plus récent, qui est la flexibilité. Le progrès technique et l'évolution d'une demande plus exigeante ont transformé le taylorisme pour qu'il devienne plus souple. C'est ainsi qu'on peut parler de Néo-Taylorisme.

L'évolution de l'organisation du travail s'est accompagnée d'une détérioration des conditions de travail. C'est ce que montre la 2ème enquête Européenne sur les conditions de travail.

La flexibilité du travail prend des formes variées:

La flexibilité quantitative externe: Il s'agit de la flexibilité des effectifs en fonction des fluctuations de la demande. On ajuste par des emplois précaires de type C.D.D. ou intérim par exemple. On fait donc appel à une main-d' oeuvre extérieure.

La flexibilité interne est l'adaptation du travail à l'intérieur de l'entreprise de façon quantitative, basée sur l'aménagement du temps de travail du personnel en fonction des fluctuations de la production. On parle souvent d'annualisation du temps de travail. Qualitative, basée sur les équipements techniques et sur la polyvalence des salariés (un salarié peut avoir plusieurs compétences et sera utilisé en fonction de ses savoir-faire à différents postes. Cette forme de flexibilité, appellée aussi flexibilité fonctionnelle, transforme profondément l'organisation du travail.

On parle aussi de flexibilité réglementaire qui vise à alléger les containtes que font peser les lois et le code du travail sur l'organisation du travail.

Cette distinction entre les différentes formes de la flexibilité est indispensable car les conséquences sur l'emploi sont différentes. Parfois, la flexibilité va jusqu'à remettre en cause le lien salarial lui même; une relation travailleur indépendant, entreprise se substitue à la relation salarié/employeur.

La flexibilité du travail prend aussi des allures différentes en fonction d'un marché du travail de plus en plus segmenté. Le marché du travail se décompose en deux groupes:

- Le marché primaire: Il regroupe les emplois stables, traditionnels, les C.D.I. (Contrats à Durée Indéterminée) et une forte qualification. Ce marché est davantage concerné par la flexibilité interne et fonctionnelle.

- Le marché secondaire: Il regroupe des emplois précaires et souvent à faible qualification, comme les C.D.D (Contrats à Durée Déterminée), l'intérim, les stages. Ce marché est plus concerné par la flexibilité externe.

 

Le taylorisme et le changement économique et social

Si l'OST a fait apparaître les OS (Ouvriers Spécialisés), formant le gros de la classe ouvrière dans le paysage social des "30 glorieuses", la production de masse a permis de réduire les coûts et donc à vendre moins cher donc la consommation de masse est apparue entraînant l'apparition des classes moyennes qui vont engendrer des modes de consommation différents, entraînant une adaptation des entreprises basée sur la flexibilité. Il faut que les entreprises s'adaptent à la demande; c'est l'ère du client-roi clamée par certains ou décriée par d'autres. Sans oublier que le nouvel environnement concurrentiel imposé par la mondialisation a aussi largement contribué à renforcer la flexibilité.  Cette flexibilité qui s'apparente fort au Néo-Taylorisme.  

 

 

 

III) L'organisation du travail sous l'influence de son environnement

- Le contexte économique passe par le renforcement des contraintes du marché ( productivité , client roi...)

- Le contexte technologique passe par la polyvalence et les qualifications, nouvelles et plus nombreuses.

- Le contexte politique agit sur la réglementation du travail et le rôle des syndicats dans l'organisation du travail.

 

 

GALLI Elodie-MASCIAVE Céline (2000-2001)