L’influence de la télévision

Retour aux rubriques

 

Plan:

INTRODUCTION

1-Les dangers de la télévision

A-En général

B-L’ enfant, principale victime de la télévision

2-Entre l’influence et la manipulation

A-Un cadre qui n’est pas neutre

B-La guerre du Golfe: la promotion de la guerre

3-Mais entre les pouvoirs d’influence de la télé et de décision de chacun, lequel prend le dessus ?

A-Que pense-t-on de la télévision ?

B-Les limites de l’influence dans la politique

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

INTRODUCTION

Par le passé, la télévision était plus ou moins dirigé par l’Etat : la censure et la plupart des chaînes lui appartenaient. Aujourd’hui elle est le média le plus regardé en France et sa liberté de diffusion est quasi totale. Les limites de la censure sont de plus en plus repoussées. Parallèlement il y a eu privatisation de nombreuses chaînes dont TF1. La télévision est, de nos jours, la source majeure de l’influence exercée sur chacun.

La portée de cette influence est plus ou moins importante selon le niveau d’instruction et de réflexion. En effet, il faut savoir discerner le vrai du faux, ce qui est exagéré ou ce qu’on ne nous dit pas.

 

 

 

 

1-Les dangers de la télévision

A-En général

La télévision étant un des objets ménagers les plus courants et les plus médiatisés, elle présente un grand danger au niveau de l’influence médiatique :

Elle peut inculquer de mauvaises pensées par de nombreux intermédiaires, tels que les stéréotypes par exemple (image toute faite, décrivant un individu réduit à ses caractéristiques les plus superficielles, reflétant un jugement simplifié à l’extrême, ou encore erroné ; donc restreignant quelque part l’opinion personnelle, et influençant notre conception de l’être humain et de nous-mêmes) ; ou la violence télévisuelle parfois exhibée à l’extrême...

On peut donc dire que ceux qui détiennent l’information et la diffusent à la télé possèdent un immense pouvoir et peuvent par le biais des images et de paroles, transmettre des pensées malveillantes ; par conséquent tenter de contrôler le monde.

Tous ces dangers étant invisibles au premier plan, ils peuvent bien sûr atteindre plus facilement les enfants ou les personnes les plus fragiles; c’est à dire les plus naïves ou les moins cultivées; celles-ci peuvent bien moins " s’auto-protéger " de la fausse information :

Il faut apprendre à utiliser la télévision et à savoir décoder les messages qu’elle diffuse pour ne pas être sous l’emprise des médias.

 

 

 

B-L’enfant : principale victime de la télévision

L’enfance est une période d’apprentissage et dans sa quête des moyens pour comprendre le monde et son mode de fonctionnement, l’enfant s’appuie sur la réalité mais aussi sur l’expérience télévisuelle. Plus il regarde la télé, plus il en retire des informations et des idées. Dès l’âge de sept ans, les enfants sont conscients qu’à la télévision il y a du " vrai " et du " moins vrai ", mais il ne les distingue pas toujours. L’enfant ne peut comprendre la télévision que dans la mesure du peu de connaissance qu’il possède. C’est vers huit ans que l’enfant est le plus exposé à l’influence de la télévision car à cet âge il commence à se former une opinion.

 

 

2-Entre influence et manipulation

 

A-Un cadre qui n’est pas neutre

 

Les gens s’exposent de plus en plus à la télévision: les français passent en moyenne 3 heures par jour devant le petit écran. Il est aussi devenu un média omniprésent , qui s’étend à l’ensemble du temps libre et du temps de travail. En effet aujourd’hui on tient des "conversations télé" et on lit énormément de rubriques télé dans la presse. Même ceux qui ne la regarde pas ou presque pas ne sont pas à l’écart de ce qu’elle diffuse: s’ils ne sont pas branchés sur elle, ils "baignent" dans son environnement.

De plus, la télévision contribue à fixer, pour les enjeux dont elle se saisit, un cadre d’interprétation. Celui-ci n’est jamais neutre, il avantage toujours l’un des camps en présence. Par exemple, il est fréquent de voir les tenants de l’antiracisme se laisser entraîner dans une querelle de chiffres autour du nombre d’immigrés. Mais l’histoire se complique lorsque l’on prend en compte le fait que de nombreuses grandes chaînes appartiennent à des groupes dont l’action est liée aux puissances publiques (voir tableau). Et lorsqu’on apprend que ces groupes ont été impliqués dans des affaires de financement politique au cours de la dernière décennie, on peut facilement imaginer quel camp est avantagé.

Le journal télévisé est un autre bon exemple de la limite incertaine entre l’influence et la manipulation. Il a d’abord tendance à privilégier l’émotionnel au rationnel, par exemple en dramatisant les moindres détails des dégâts lors de " catastrophes " même de faible importance. Le rationnel serait de relativiser les faits par rapports à d’autres de même importance mais dont on parle peu ou pas. Mais là où la manipulation est la plus flagrante, c’est lorsque le journal télévisé, à défaut d’images exclusives à diffuser pour faire de l’audimat, en " recycle " qui proviennent d’anciens reportages.

 

 

 

GROUPES METIER D’ORIGINE CHAINE DE TELEVISION
Suez-Lyonnaise des eaux Travaux publics, Distribution d’eau M6
Lagardère Défense, ... 27,4% de la société Multithématiques : Planète, Seasons, Canal J, ...
Vivendi-Universal Travaux publics, Distribution d’eau, Téléphones fixes et portables, Déchets Canal+, Canal Satellite
Bouygues Bâtiment, Travaux publics, Distribution d’eau, Portables TF1, LCI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

B-La guerre du Golfe: la promotion de la guerre

 

Souvenez-vous, en 1991 les Nations Unies combattaient l’Irak pour sauver le pauvre Koweït des cruautés de Saddam Hussein. Et lors de l’opération " Tempête du désert " l’armée américaine était soutenue par une opinion publique fervente et convaincue de la juste cause... grâce à un énorme budget de communication !

Dans un premier temps les télévisions américaines (comme CBS ou ABC) ont consacré beaucoup plus de temps aux partisans de cette guerre qu’aux pacifistes. Par ce simple choix, elles prennent parti en faveur de la guerre et influencent ainsi le public.

Mais ce n’est qu’un détail comparé à la propagande utilisée pour convaincre les américains, plutôt indifférents au sort du Koweït, de la nécessité d’une guerre. La campagne de " sensibilisation " avait pour objectif de démontrer que Saddam était " un fou capable des pires atrocités... " : c’est ce qu’explique tranquillement l’un des responsables de l’agence de relations publiques qui orchestra cette campagne. Celle-ci a réussi à émouvoir ses téléspectateurs à coup de spots bouleversants. L’un d’eux fut monté de toutes pièces: une jeune fille koweïtienne raconte que les soldats irakiens déboulaient dans les maternités et arrachaient les bébés prématurés de leurs couveuses pour récupérer le matériel. Cette fiction, reprise maintes fois dans les discours de Georges Bush ébranla l’Amérique...alors que cette jeune fille n’était ni plus ni moins que la fille de l’ambassadeur du Koweït aux USA! Comme quoi avec une bonne publicité (mensongère) on peut vendre n’importe quoi !

 

 

3-Mais entre le pouvoir d’influence de la télévision et de décision de chacun, lequel prend le dessus ?

 

A-Que pense-t-on de la télévision?

Jean Belot " Les français et la vie sans télévision " : sondage exclusif CSA/Télérama réalisé les 5 et 6 Septembre 1997 auprès d’un échantillon national représentatif de 1004 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle du chef de ménage), après stratification par région et taille d’agglomération.

 

 

B-Les limites de l’influence dans la politique

 

Nombre de gens pensent que la télévision influence les gens au niveau politique, mais est-ce vrai ?

En effet, on peut lire dans l’ouvrage de M.Mc Luhan que beaucoup de ceux qui ont utilisé ce média à des fins politique, n’ont aucunement réussi car " malgré l’absence officielle de censure , les grands réseaux s’imposent un silence qui les laisse muets devant plusieurs des grands débats du jour ". Cette pensée est partagé par Arlette Chabot qui déclare que: " les médias n’ont aucune influence sur les lecteurs "; elle considère que c’est l’auditeur qui choisi d’écouter l’info ou pas. Il la filtre, ne retient que ce qui l’intéresse ou l’arrange.

D’après Philippe Breton qui a écrit " La parole manipulée " (publiée en avril 2000). La société de communication se présente comme un monde où ne communiquent pas les hommes réels mais les images des hommes qui ont été créées à des fins précises: la construction de ces images engendre une activité sociale qui a pour but de modeler une image ayant un pouvoir de conviction et de manipulation.

 

 

CONCLUSION

Par le biais de stéréotypes, violence exhibée....la télévision représente un modèle et parfois un danger, notamment pour les enfants et tous ceux qui ne prennent pas le temps d’y regarder à deux fois.

Cependant chacun peut être pris au piège car l’influence se résume à un cadre d’interprétation des différents sujets abordés au quotidien propre à chaque chaîne, à chaque émission... La méfiance est de mise: cette interprétation repose quelques fois sur la manipulation (images truquées, recyclage d’images...).

Pourtant malgré l’importance du nombre de téléspectateurs, son pouvoir reste limité au bon sens de chacun dans certains domaines (politique...).

 

BIBLIOGRAPHIE

Pour comprendre les médias , M. Mc Luhan, 1986

La parole manipulée , Philippe Breton, Avril 2001

Phosphore, n°244, octobre 2001

Libération, 20 février 1995

Sciences et vie junior, n°57, 1994

Télérama, n°2490, 1 octobre 1997

Internet:

http://www.médiologie.com/numero6/art10.htm

http://www.media-awareness.ca/fre/parents/influenc/enfant.htm