Indigènes - 21 -

Clément.
lundi 20 novembre 2006
par Clément Robert
popularité : 1%

Critique d’Indigènes

Indigènes de Bouchareb est un film historique qui retrace la guerre menée (entre 1940 et 1945) par les Algériens pour libérer la France qu’ils ne connaissent pas pour la plupart. C’est un film au déroulement habituel dans lequel les héros ont un but et le réalise à tout prix. Leur motivation principale, le patriotisme, montré par ce film et un peu exagéré, de plus, voir quatre hommes résister à tout un bataillon allemand semble surréaliste. Sinon, ce film est très bien réalisé en général les scènes semblent très réalistes, il montre bien ce pourquoi il était fait, c’est à dire le mépris de la France envers les indigènes et les discriminations, quand même sûrement un peu atténuées. A ce sujet, il ne parle que de ce qui c’est passé pendant la guerre et non après (ex : la suppression des pensions de guerre). J’ai trouvé ce film un peu long et peu distrayant, trop conventionnel.

Vie de AbdelKader

AbdelKader est le seul héros des Indigènes qui survie à la suite de la bataille pour le petit village d’Alsace. Il n’a pas grand chose chez lui en Algérie, alors il se raccroche à l’armée, à son honneur, il est très patriote voire nationaliste. Il a été déçu par l’armée : il croyait obtenir de la reconnaissance pour sa bravoure mais il n’a rien obtenu, il voulait monter en grade, ce dont il était très capable, mais il n’a pas pu à cause des quotas. A la fin de la guerre, il a du quitter l’armée et s’installer sur le territoire. Il a trouvé un travail qu’on lui a proposé, c’est à dire (sans argent) sûrement peu qualifié malgré son niveau, il a participé à la reconstruction de la France, il s’est installé dans un quartier assez pauvre, probablement dans les barres nouvellement construites dans les banlieues. Puis il a vécu sa vie tranquillement, discrètement comme n’importe qui ayant seulement, en plus, le souvenir de ses amis, de cette guerre et des injustices qui vont avec, gravé dans sa mémoire, qu’il se remémore ce jour où il cherche la tombe de ses amis et pleure leur mort.


Je suis déçu par un travail assez superficiel et trés rapide, surtout en ce qui concerne la vie d’Abdelkader que tu survoles trés vite et sans évoquer la guerre d’Algérie.

Note : 04,5/10


Brèves

11 juin 2007 - Anciens projets

Consultez les dossiers de nos anciens projets : la liaison Grenoble-Sisteron ; Indigènes ; (...)

11 juin 2007 - Le projet Ciné_Première

Le travail sur les films en histoire en classe de première continue. A suivre (...)