Indigènes : les inégalités.

Alexandra, Julie, Margaux, Anaïs.
lundi 20 novembre 2006
par Julie Claustre
popularité : 1%

Critique du film

La forte médiatisation qui a entouré Indigènes est justifiée car c’est un film émouvant et humain. En effet c’est une fiction assez réussie qui porte un message fort de courage et de fraternité. Il est agréable à regarder malgré quelques scènes un peu longues qui nuisent au rythme de l’action. Cependant on pourrait penser que les scènes de calme permettent d’équilibrer le film par rapport aux scènes de violence. Le réalisateur utilise également l’humour pour contraster avec les images assez dures des combats.

Pour réaliser son film Bouchared utilise des acteurs à la mode pour séduire le public. De plus ils sont attachants et émouvants surtout dans la dernière scène. Rachid Bouchared rend hommage à travers son film aux combattants qui ont aidé la France à lutter contre l’Allemagne Nazis, à toutes ses personnes inconnues et oubliées qui se sont battues pour la libération française. En effet Rachid Bouchared oriente son film sur l’authenticité de ces soldats et non sur les effets spéciaux. Ce film redonne entière dignité à ces milliers Indigènes en montrant la réalité de tout ce qui c’était passé pendent leur participation à la guerre pour la libération de la France.

Enfin, ce film mérite d’être vu simplement pour une leçon d’histoire qui n’est pas à oublier. Indigènes a permis de raconter aux plus jeunes et de rappeler aux plus vieux !

Des soldtas inférieurs ?

Du racisme au sein des troupes

Le film ‘‘Indigènes’’ dénonce le racisme. En effet, de nombreuses scènes montrent l’injustice dont sont victimes ces soldats. Nous pouvons garder en mémoire la scène des tomates qui est un exemple formel du racisme puisque aucun soldat noir n’y a droit. Ensuite, la scène du courrier censuré où Messaoud tente de faire parvenir des lettres à Irène (une de ses conquête à Marseille) en vain, celles ci étant censurées.

Forts et pertinents, ces moments sont autant des blessures pour ces soldats victimes de leur origine et des préjugés que l’on peut porter sur eux. Ils ne baissent pourtant pas les bras et continuent de croire en leur but.

Mais des victoires communes

La scène de liesse à Marseille démontre, que lors de la libération de la ville, les tirailleurs sont égaux aux autres unités, il n’y a pas de différence. En effet, on peut remarquer que les jeunes Marseillaises ne lancent pas des regards de mépris aux courageux guerriers indigènes. Une fraternité naturelle est ainsi exprimée. Cette scène est très appréciable puisqu’elle permet aux spectateurs de sortir du contexte obsessionnel de la guerre.

Dans cette scène, il n’y a plus de racisme et de discrimination envers les soldats mahgrebins, ils sont accueillis au même titre que les autres.

Des inégalités entre soldtas pendant la guerre

- Les soldats Français avaient droit à du vin, les Indigènes devaient se contenter d’eau.
- Les Indigènes étaient humiliés, pas les soldats Français.
- Permissions non accordées aux Indigènes alors que les soldats Français peuvent rentrer chez eux retrouver leur famille.
- La plupart du courrier des soldats Indigènes est censuré par l’armée.

Mais aussi après la guerre

Pensions dix fois moins élevées pour les anciens combattants du Maghreb et d’Afrique noire que celle des anciens combattants Français :
- 1 Français « invalide de guerre » vaut 3 Sénégalais et 11 Marocains...
- 1 Français « ancien combattant pensionné » vaut 2,5 Sénégalais et 7,5 Marocains...
- 1 Français ayant été incorporé « 90 jours dans une unité combattante » vaut 5,2 Maliens, 7,3 Algériens et 26 Cambodgiens...

Les rapports entre les combattants Indigènes et les femmes Françaises sont interdits (mauvaise image pour la France).

Une bataille pour l’égalité

Des combattants indigènes, comme AbdelKader, se battent contre les injustices. En effet, ce dernier est animé par un idéal de liberté et d’égalité. C’est un homme indigné par le racisme et la discrimination dont sont victimes les ‘‘bougnouls’’ par rapport aux Français. C’est un homme qui se bat pour l’égalité et lutte tout au long du film pour que les Indigènes et les Français aient les même droits, la même nourriture... Cependant toutes ses demandes lui sont refusées.

Conclusion

Des inégalités frappantes et du racisme à l’état pur. Pourtant, des hommes discriminés qui se battent tout au long de la guerre pour la France. Aucune reconnaissance envers ces hommes, et 50 ans plus tard, ils se battent toujours pour l’égalité des droits entre combattants Français et Indigènes...


Une critique personnelle : c’est bien.

Le sujet est traité convenablement mais vous oubliez certaines aspects, en particulier ce que ces inégalités vont déclencher plus tard. Une remarque : le film ne montre pas le racisme autant que vous le dîtes (c’est d’ailleurs une volonté du réalisateur).

Note : 07,5/10


Brèves

11 juin 2007 - Anciens projets

Consultez les dossiers de nos anciens projets : la liaison Grenoble-Sisteron ; Indigènes ; (...)

11 juin 2007 - Le projet Ciné_Première

Le travail sur les films en histoire en classe de première continue. A suivre (...)