Vous êtes ici : Accueil > OUTILS POUR LES ENSEIGNANTS > Courrier électronique > Du bon usage des courriels
Publié : 5 octobre
Format PDF Enregistrer au format PDF

Du bon usage des courriels

0 vote

La fréquence de lecture :

Une messagerie internet n’a d’intérêt que si les messages sont lus régulièrement et fréquemment.

Un courrier postal met deux jours à arriver. Il est dommage qu’une messagerie ne soit ouverte qu’une fois par semaine. Un message serait alors lu 7 jours après un envoi alors qu’il lui faut moins de 5 secondes pour arriver à destination ! En règle générale, on va voir sa boîte aux lettres physique (celle où le facteur dépose le courrier) tous les jours. Pourquoi ne pas appliquer la même règle à sa boîte mail ?

Notre boîte aux lettres traditionnelle ne sert plus aujourd’hui qu’à l’envoi de catalogues d’éditeurs, de publicités...

La validité :

Un courriel a la même valeur qu’un courrier papier.

Attention à ne pas prêter son mot de passe pour sa boîte aux lettres d’école. Un message envoyé depuis la boîte de l’école porte par défaut la signature du directeur ! C’est prendre le risque qu’une tierce personne envoie un message dont vous seriez mécaniquement le signataire.

Le plus prudent est de ne jamais autoriser votre logiciel de courrier à mémoriser votre mot de passe.

Restez courtois. Attention également à respecter la législation en la matière : diffamation, injures, atteinte à la vie privée...

Le dossier « envoyé » :

C’est la mémoire de votre travail.

Ne jamais effacer ce dossier. Il vous permettra de retrouver tous vos courriers envoyés. Très utile pour vérifier ce que l’on a fait, pour confirmer à une personne l’envoi d’un message, pour transférer un message qu’un destinataire aurait perdu...

La diffusion des messages :

Un mail n’a pas pour unique vocation d’être imprimé.

N’imprimez que les mails qui vont vous servir de documents de travail ou pour l’affichage. Pour diffuser les informations préférez le transfert de messages. Tous les enseignants disposent aujourd’hui de boîtes professionnelles. Une solution consiste également à transférer les messages sur un ordinateur de l’école à disposition des enseignants.

Le cadre :

N’utilisez le compte de l’école que pour des envois d’ordres scolaires ou pédagogiques.

Pour des courriels personnels, ne pas utiliser le compte de l’école, mais plutôt sa boîte personnelle.

Inversement, pour envoyer du courrier professionnel, n’utilisez pas votre boîte personnelle. Vous avez possibilité grâce au webmail (webmail.ac-grenoble.fr) d’envoyer du courrier professionnel de chez vous ou de n’importe quel ordinateur relié à internet.

Le classement :

Tout comme le courrier papier, il semble nécessaire de trier et classer son courrier.

Les logiciels de messagerie permettent de créer des dossiers ou sous dossiers afin de trier les courriers entrants. La recherche de courriers n’en sera que plus aisée. On peut laisser uniquement dans le dossier « courrier entrant » les messages non encore lus ou traités : cela correspondrait un peu à la panière « à faire » sur le bureau du directeur.

Les transferts :

Fonction très utile, mais à manier avec précaution.

Attention lors d’un transfert de message. Un message qui vous est adressé peut ne pas être approprié pour le destinataire auquel vous le transférez (ton, langage, forme...). Il faut systématiquement se poser la question : voudrait-il que son message soit lu par une tierce personne ? Dans la négative, rédigez alors votre propre message.