photo_bandeau_haut

La violence entre élèves : état des lieux, regards croisés et perspectives
doc SPSASFE Savoie
auteurs divers - mise en forme M.A. Morel
04/2012

* Résumé : Documents et interventions proposés lors du colloque 'La violence entre élèves : état des lieux, regards croisés et perspectives', organisé, le 20 mars 2012, par le Centre Hospitalier Spécialisé (CHS) de la Savoie et le Service de Promotion de la Santé et de l'Action Social en Faveur des Elèves (SPSASFE) de l'Inspection Académique de la Savoie, sur le thème du harcèlement à l'école

* Ce document est également indexé dans le(s) thème(s) suivant(s) :
Pédagogie générale > Connaissance de l'enfant > Protection de l'enfance



 

La violence entre élèves
état des lieux, regards croisés et perspectives

 

Vous trouverez, dans cet article :

 

- Le harcèlement à l'école, approche clinique
(JM. Ben Kemoun, pédopsychiatre, UMJ78)

- Le harcèlement à l'école, approche juridique
(R.Venot, conseillère en sécurité au Rectorat de Versailles)

- Le harcèlement en milieu scolaire
(C.Blayat, IREDU, université de Bourgogne)

- Prévention et traitement des violences en milieu scolaire
(L.Pham, Centre Académique d'Aide aux Ecoles et Etablissements - Versailles)

- La médiation par les pairs
(L.Turc, enseignant, collège J.Ferry, Chambéry)

- La violence à l'école, guerre de tous contre tous ?
(L.Bachler, professeur de philosophie, lycée Vaugelas, Chambéry)

 

Suite à la parution en avril 2011 du rapport coordonnée par M. DEBARBIEUX (Observatoire international de la violence à l’école) sur le harcèlement scolaire, nous avons souhaité nous pencher sur la question de la violence entre élèves, de ses manifestations, de ses modèles de compréhension et des modalités de réponse à y apporter.
La majorité des actes de harcèlement consistent en des agressions le plus souvent mineures mais qui, par leur répétition peuvent avoir des effets durables sur les élèves qui en sont victimes : solitude, difficultés d’adaptation, absentéisme, baisse des résultats scolaires, voire dépression.
Se défendre contre ce type de violence, c’est surtout mieux comprendre comment se protéger et lutter contre une suite de micro-violences répétitives; c’est aussi et surtout travailler à ce que le lien et la parole se rétablissent : le plus souvent, les victimes ne parlent pas ou trop peu, ne peuvent demander l’aide nécessaire et cela par peur ou par honte. C’est l’isolement et le piège de la « loi du silence » qui enferme alors le sujet, dans une situation d’emprise angoissante et aliénante.
L’école se trouve par ailleurs confrontée aujourd’hui à une nouvelle modalité d’agression, à travers le développement des téléphones portables et d’internet (le cyber-harcèlement). Parce que ces nouveaux médias démultiplient certains actes à caractère d’agression ou encore favorisent la diffusion de contenus relatifs à la vie privée, l’apprentissage d’un usage responsable des nouvelles technologies apparaît nécessaire avec de plus en plus d’évidence.
La violence entre élèves peut prendre également d’autres formes telle celle des jeux et défis morbides ; elle peut être celle également de la « pression » à la réussite ressentie au niveau de certaines institutions, etc.
La transmission de valeurs humanistes (respect et considération pour l’autre, valeur accordée à la liberté d’autrui, à son bien-être aussi) est toujours essentielle, et surtout à travailler ensemble de façon à la rendre « vivante »; elle constitue le fondement de la vie de groupe, à l’intérieur comme à l’extérieur de la classe, pour chaque élève, de même que dans tous les secteurs de la vie sociale pour chacun.
« Loi du plus fort » et « loi du silence » ne sont … justement pas des lois mais à l’inverse, elles attaquent et visent à détruire les cadres de la Loi et n’en empruntent le nom que pour mieux nous enfermer dans leur emprise.
La problématique du harcèlement intervient comme symptôme groupal, sociétal, attestant de la nécessité à construire des liens essentiels de confiance entre enfant et adulte, mais aussi entre pairs et les conditions de possibilité d’une circulation libre et bénéfique de la parole.

 

 


haut de page