photo_bandeau_haut
Lecture documentaire
doc Groupe 73 Français
O.Thenail
05/2012

* Résumé : Un dossier complet sur la lecture documentaire : ses spécificités (mise en page, vocabulaire...), des critères de choix d'un documentaire, des exemples de taches, de séances, de parcours ; document proposé lors du stage 'lire-écrire' 2012



le document

 

Sommaire

I.        Introduction

II.      La « page » documentaire

III.    Choisir un documentaire

IV.   Finaliser la lecture

V.     Exemples de tâches en lecture documentaire

VI.   Des séances

VII.   Des parcours

VIII.   Des aides

 

 

 

I.       Introduction

Les textes documentaires obligent à appréhender la page, non pas du début à la fin, mais comme une globalité qu’il faut décomposer en blocs d’informations. L’élève doit apprendre à varier les modes de lecture en fonction des textes (lecture sélective, lecture de survol), à lire des images, des croquis et des schémas, et à repérer et utiliser les aides (tables des matières, glossaire et index).

Pour lire un texte documentaire, il faut:

Etablir des liens entre les informations présentes sous des formes diverses : savoir par exemple que le titre d'un paragraphe "emboîte" chacune des explications données ensuite, explications qui s'organisent autour de mots clés ou groupes de mots clés.

Lire en interaction textes et schémas, illustrations..., savoir qu'il est important de passer de l'un à l'autre pour construire une représentation la plus précise possible.

Ces textes comportent une forte fréquence de mots "scientifiques", "techniques", le plus souvent accompagnés de leur définition qu'il faut trouver dans les lignes qui précèdent ou celles qui suivent, ou encore en bas de page, dans un schéma, une légende, et encore utiliser les articulateurs qui permettront d'établir des liens logiques ou chronologiques entre des éléments d'information, reconnaître les multiples façons de reprendre une information connue...

 

II.    La « page » documentaire

1. La « mise en scène », mise en page :

       organisation spatiale particulière et déterminante qui influe sur la mise en lien ou non des blocs d’informations;

       système pluri-graphique : présence de texte et « d’images », avec interaction entre texte et image qui n’ont pas la même valeur selon leur place dans la page, selon la taille, taille des caractères qui les composent ou le fond coloré;

       texte souvent découpé en paragraphes, qui alternent avec des titres et des sous-titres qui sont des jalons de lecture, associés à tout un système d’illustrations, de légendes, de schémas, de graphiques…

       types de textes variés : descriptif, explicatif, narratif, injonctif, mais aussi, des listes, tableaux, diagrammes, lexique…

       des images (dessin, schéma, photo, croquis, graphique) de formes (cadrage, champs, point de vue, parti pris esthétique) et de contenus (qu’est-ce qui est représenté, où, quand ?…) variés.

2. Les aspects linguistiques :

       le repérage dans la chronologie, dans le temps et l’espace;

       la ponctuation, la typographie;

       des phrases et mots de longueurs supérieures à celles correspondant à une lisibilité moyenne;

       des groupes en incise ou entre parenthèses qui contribuent à séparer le groupe nominal sujet du groupe verbal;

       l’emploi des temps, en particulier le présent de vérité;

       des tournures passives fréquentes;

       beaucoup de sujets inanimés pluriels (les croyances des Egyptiens);

       des tournures impersonnelles;

       des nominalisations fréquentes;

       des marqueurs de temps et de lieux variés;

       des marqueurs de relation, plutôt logiques que chronologiques;

       des reprises anaphoriques nombreuses;

       un vocabulaire spécialisé, un nombre important de mots abstraits, de dérivés, de termes de faible fréquence;

       des déterminants définis qui ont un rôle générique;

       des inférences logiques ou pragmatiques.

 

III.  Choisir un documentaire

1.      Faire attention à la maniabilité

Il faut s'assurer que l'ouvrage contient les éléments qui permettent de l'utiliser efficacement, et en particulier :

       - Une table des matières complète et écrite en termes simples :
Parfois les titres sont métaphoriques, énigmatiques, ou bien ils utilisent un vocabulaire trop technique ou font appel à des références culturelles que les élèves ne possèdent pas. Il convient de le repérer, y compris avec les élèves;

       - Un index détaillé, un glossaire;
- Un guide d'emploi expliquant le fonctionnement du livre;
- Des pages bien organisées avec une information diversifiée, bien subdivisée et bien hiérarchisée.

 

2.      Faire attention à la lisibilité

       Le documentaire présente une hétérogénéité, une diversité des éléments du texte. Il n’y a pas un texte, mais des textes.
La question est de savoir comment les enfants vont être capables de se repérer dans la multiplicité des textes. Ceci fait l’objet d’un travail d’apprentissage systématique. Il convient d’entraîner les enfants à repérer les différents types de textes (index, tables des matières, titres des chapitres, textes principaux, légendes).

       On est en général en présence d’une lecture discontinue.
Lorsqu’il y a présence d’une narration, une confusion est possible entre narration et fiction. La narration n’est présente que pour déclencher un processus d’identification, rapprocher le lecteur d’un « héros ».

       Les textes par eux-mêmes :
- les phrases sont variées, ni trop simples, ni trop complexes ;
- les mots ne sont pas trop difficiles et peuvent trouver leurs explications dans la page (rapport 80/20% source AFL)
- l'auteur du documentaire ne doit pas seulement énumérer des informations mais doit s’employer à aider le lecteur à construire un raisonnement.

 

3.      Faire attention à l'image et au rapport texte-image

Il convient, avec les enfants, de travailler l’observation, et de s’interroger sur la manière dont sont composées les images, la manière dont elles sont cadrées, les problèmes d’échelle, les points de vue, et enfin la nature de l’image.

Il est indispensable d’amener les enfants à prendre une distance critique, et à s’interroger sur la source des images (crédits photographiques). De ce point de vue, les images humoristiques qui jouent sur un décalage permettent une distanciation.

On s’attachera donc:
- à la qualité et à la diversité de l'illustration (dessins, photos, schémas, graphiques, imagerie médicale...) ;
- à l'utilisation de l'image comme moyen original d'explication ;
- à l'aide que les images apportent au texte et réciproquement. Le dessin peut montrer des éléments très précis; la photographie donne à voir l'environnement, l'ambiance; le graphique et le schéma apportent un degré d'abstraction supplémentaire qui demande une initiation.
Lorsque les légendes qui accompagnent les images ou les graphiques sont matérialisées par des typographies différentes, c'est une aide à la lecture.

L’accent sera mis également sur la date d’édition du livre, particulièrement importante dans le cas des documentaires. En effet, les connaissances scientifiques et techniques évoluent parfois rapidement…

 

IV.  Finaliser la lecture

Ce qui améliore immédiatement la réussite (et parfois de façon spectaculaire), c'est de faire lire les textes de manuels de manière finalisée, c'est à dire en sachant pourquoi on les lit, au lieu de "lire pour lire", après quoi tombe une question qu'on n'avait pas vue venir.
En proposant aux élèves des activités concrètes à réaliser à partir d'un texte documentaire, on observe qu'ils se révèlent capables de mettre en œuvre des démarches de lecture plus pertinentes, plus intelligentes, tout en construisant mentalement des connaissances nouvelles, sans effort apparent de mémorisation.
En prenant avec eux le temps d'expliciter leurs démarches, de les comparer, de poser par écrit des points de repères, des conseils pour lire des textes documentaires, ils peuvent construire progressivement, tout au long de leur apprentissage, un comportement de lecteur efficace dans ce domaine.

 

V.    Exemples de tâches en lecture documentaire

       Après avoir proposé diverses hypothèses d’explication concernant un phénomène, surligner de différentes couleurs les éléments d’informations qui confirment ou infirment chacune des hypothèses : apprendre à prendre appui sur les connaissances acquises et à les faire évoluer;

       Reconstruire le schéma ou le croquis (initialement présent sur le document) en s’appuyant sur ses connaissances et sur les indices présents dans le texte. Découvrir ensuite le schéma initial, comparer, vérifier, modifier…

       Reconstituer un texte documentaire donné en « morceaux » : titres, sous-titres, textes des paragraphes, illustrations, légendes… et découvrir les liens entre tous ces éléments, comment ils reprennent des informations tout en se complétant : colorier d’une même couleur les indices qui permettent d’associer un titre et un paragraphe, une illustration et un texte ;

        A partir de la « maquette » d’un texte (le texte des paragraphes a été enlevé, les titres, sous-titres, illustrations… sont conservés, la mise en page est respectée), faire la liste des questions auxquelles on pense trouver des réponses : apprendre à anticiper, à se questionner… avant de lire en détail en sélectionnant ce qui correspond à son projet ;

       Utiliser les représentations graphiques (Giasson) pour les textes informatifs :

      Ø  avant la lecture : ils sont construits par l’enseignant et servent de préparation et de stimulation à la lecture;

      Ø  pendant la lecture : il s’agit de graphique à compléter par les élèves;

      Ø  après la lecture : ils sont construits par les élèves et représentent leur façon de comprendre le texte.

Parce qu’elle oblige l’élève à réfléchir sur sa lecture et à effectuer des liens entre les divers éléments du texte, cette activité l’aide à retenir l’information importante contenue dans ce texte. Pour effectuer un « graphique », l’élève doit identifier dans un texte les idées importantes et les idées secondaires ; il doit décider quelle information inclure dans un graphique, puis enfin regrouper certaines idées et montrer les relations qui existent entre elles.

Exemples :

 

VI.  Des séances

Séance 1

       Objectif : Repérer le rôle du co-texte (titres, sous-titres, illustrations, légendes...) et se construire des stratégies de questionnement, d'anticipation sur le texte à partir de ces éléments.

       Support : Article de journal où le texte des paragraphes a été enlevé.

1- Présentation de l'objectif de travail aux élèves : Savoir utiliser le co-texte pour se représenter le contenu d'un texte, s'interroger et décider - ou non - de le lire.

       Les aider à faire des liens avec des situations de lecture antérieures, dans lesquelles cette démarche de lecture a été repérée comme utile.

2 - Recherche par groupe de 2 : A partir de cette photocopie, chaque groupe écrit :

      de quoi il va être question dans cet article et les informations qu'il s'attend à y trouver;
      les  questions auxquelles il  pense que cet article va répondre;

3 - Confrontations entre groupes : 2 ou 3 groupes comparent ce qu'ils ont écrit en cherchant si des propositions ne peuvent pas convenir et en argumentant leurs choix. Ils modifient si nécessaire ce qui a été écrit en 2.

4 - L'article original est remis à chaque groupe, qui s'assure de la présence des informations attendues et qui repère en les soulignant les informations qui correspondent aux questions qu'il s'est posé : chaque groupe présente à tous quelque chose qu'il a bien réussi ou qui lui a posé problème.


5 - Les élèves s'entraînent par 2 à anticiper de la même manière sur le contenu d'autres textes, à partir du co-texte. L'un explique ce qu'il s'attend à trouver ainsi que les questions qu'il se pose, l'autre vérifie si le texte correspond à cette attente. Dans chaque situation, aider les élèves à expliquer comment ils peuvent utiliser le co-texte avant de lire un texte, pour s'en construire une attente, un début de représentation. Revenir sur ces démarches à chacune des occasions où ils sont confrontés à la lecture de ce type de texte, pour qu'ils se construisent progressivement leur propre démarche d'anticipation et de questionnement.

 

Séance 2

       Objectif:  Rapport texte-image, reconstituer un ouvrage

       Support: type Patte à Patte ou Wapiti de chez Milan

       On découpe deux livres afin d’avoir les recto et les verso.

       Les enfants doivent reconstituer à plat, sur un panneau, le livre présenté en puzzle, en mettant d’un côté, les photos, de l’autre les textes. Se posent alors différents problèmes :

       choix du texte selon la photo et inversement, choix de l’ordre, recherche de mots-clefs... Ils retrouvent ainsi la vue d’ensemble du livre.

       Les objectifs sont multiples :

      –      faire découvrir la logique du livre en retrouvant le fil directeur;

      –      permettre de découvrir la complémentarité texte-image;

      –      permettre de découvrir le lien entre les textes, sous-titres, légendes, images;

      –      faire repérer les mots-clefs;

      –      faire prendre conscience que bien lire une image apprend déjà beaucoup (cela peut rassurer les lecteurs faibles).

 

VII.           Des parcours

 

VIII.         Aide

1.      Exemple de trace écrite dans le classeur- outils :

       Pour lire un texte documentaire :

       Je peux jeter un coup d'œil sur le titre, les sous-titres, les images, les légendes, les mots clés pour voir dans ma tête ce que je vais lire et me poser des questions sur le contenu du texte.

       Dans un document avec des sous-titres, je peux ne pas tout lire. Si je sais avant la lecture ce que je cherche (les questions),·je peux me servir des titres et sous-titres comme guides pour trouver les informations recherchées.

       Je peux suivre l'explication du texte et celles des illustrations (photos, croquis, schémas, cartes, frise chronologique) et « attacher » ce qui va ensemble.

       Je peux lire entièrement un passage, un texte, si je veux davantage de détails, de renseignements.

       Quand je rencontre un mot difficile, je peux chercher si ce mot est expliqué dans ce document dans l’index ou le glossaire.

       Je peux faire un schéma ou un graphique pour organiser les informations.


2.      Différenciation

 

3.      Evaluation

       Pour évaluer les compétences des élèves en matière de lecture documentaire, on peut faire des évaluations ponctuelles sur des composantes de la recherche documentaire, à propos d’un travail disciplinaire. De nombreux exemples sont donnés, entre autres : créer une liste de mots-clés pertinents ou partir de questions, sélectionner les chapitres d’un sommaire dans lesquels trouver les réponses…

 

 

 


haut de page