photo_bandeau_haut
Sommaire des thèmes > Français > Apprentissage de la lecture, code de l'écrit et étude de la langue > Cycle 3 > Vocabulaire
Enseigner le vocabulaire au cycle 3
doc circo Tarentaise
I.Epp-Nicolino
03/2019



le document

 

Exemples de séquences d’enseignement du vocabulaire au cycle 3

 

Ces exemples sont tirés du « Guide pour enseigner le vocabulaire à l’école élémentaire » de Micheline Cellier (Retz).

 

1- Travailler sur des expressions autour d’un mot - dégager la notion de sens propre et sens figuré

 

Autour du mot « tête »

 

Niveaux : du CE2 au CM2

 

Séance 1 : Collecter et classer des mots autour du terme « tête »

-          Recherche individuelle : demander aux élèves d’écrire tous les mots se référant au mot tête.

-          Constituer 2 équipes pour une restitution motivante. Au tableau, faire 2 colonnes, une par équipe et noter les mots donnés par chacune à son tour.

-          Par groupes de 4, les élèves proposent un classement des mots notés au tableau selon la répartition de leur choix ; Chaque groupe écrit son classement sur une affiche. 

-          Restitution collective : chaque groupe présente son affiche et justifie son choix de classement.

La mise en commun permet d’harmoniser un classement et de titrer les différentes parties avec l’aide de l’enseignant.

 

Séance 2 : Enrichir le vocabulaire avec des expressions contenant le mot « tête »

-          Constituer des binômes, leur distribuer un exercice contenant de nouvelles expressions avec le mot tête, à relier avec leur définition.

Ex :

Il a agi sur un coup de tête.   •                                • avoir mauvaise mine

Il a une sale tête aujourd’hui. •                                • plonger

Je vais piquer une tête.          •                                • ne pas réfléchir

        

-          Correction collective, explications.

-          Demander à chaque élève de choisir deux expressions et de les employer dans une phrase en contexte.

-          Ajouter les expressions au corpus de la première séance.

 

Séance 3 : Distinguer sens propre et sens figuré

-          Rappeler  ce qui a été fait dans la séance précédente et essayer de définir ce qu’est une expression (groupe de mots contenant souvent un verbe ; a un sens qui lui est particulier et qui n’est pas le sens premier auquel on s’attend. L’ordre des mots ne peut y être modifié, ex : avoir une sale tête // avoir une tête sale n’ont pas le même sens.)

-          Réunir les élèves en binômes et leur donner un exercice avec des expressions à trier :

tête de cochon, mal de tête, coup de tête, mouillé de la tête aux pieds, se prendre la tête, avoir la grosse tête, tête à claques, faire une tête, faire la tête, couper la tête, tête en l’air, avoir la tête dans la lune

Expressions avec le mot tête qui parlent vraiment de la tête [sens propre]

Expressions avec le mot tête signifiant autre chose [sens figuré]

-          Mise en commun ; constat -> Coup de tête peut être mis dans les deux colonnes.

-          Dégager la notion de sens propre et sens figuré.

-          Donner des exercices d’entrainement sur le sens propre et le sens figuré.

Production d’écrit / création :

-          Donner aux élèves un carnet constitué d’un nombre choisi de feuilles blanches pliées en deux. Lors des temps de travail autonome ou de délestage, les élèves vont choisir une expression dans le classeur des outils de vocabulaire ; sur la page de gauche, ils dessinent ce qui correspond au sens propre, sur la page de droite ce qui correspond au sens figuré.

-          Faire écrire une petite histoire avec le plus d’expressions possibles après avoir constitué des corpus d’expressions autour des fruits, des couleurs, des parties du corps par exemple.

 

 


2- Travailler la polysémie (sens des mots)

 

Tous les sens du mot tête

 

Niveaux : du CE2 au CM2

Objectif : - Savoir que les mots peuvent avoir plusieurs sens

 

Séance 1 : Identifier les différents sens du mot tête

Objectif : connaître les différents sens du mot tête.

-          A partir de tout ce qui a été produit autour du mot tête dans la séquence précédente, demander aux élèves placés en binômes d’écrire au brouillon toutes les significations que peut prendre ce terme, dans les expressions ou locutions suivantes :

-           baisser la tête ;

-           avoir mal à la tête ;

-          avoir une bonne tête, avoir une sale tête, faire la tête ;

-          perdre la tête, avoir toute sa tête, se mettre en tête de, avoir des rêves plein la tête ;

-          être à la tête d’une entreprise, d’un groupe, d’un train…

La mise en commun  permet de mettre en évidence au moins cinq sens du mot tête.

-          Demander aux élèves de définir 3 nouveaux sens du mot « tête » à partir des expression suivantes : une tête de clou (extrémité renflée d’un objet), arriver en tête de course (première place d’un classement), l’hélicoptère rase la tête des arbres (partie supérieure de quelque chose).

-          Conclure que le mot « tête » a au moins 8 sens ;

-          Compléter l’outil « définitions » en ajoutant 3 flèches.

 

Séance 2 : Trouver un mot à partir de ses différents sens

Objectifs : étendre la notion de polysémie à d’autres mots ; retrouver un mot à partir de tous ses sens ; trouver les différents sens d’un mot.

1. Trace laissée sur le sol par le passage d’un animal.
2. Ce qui met sur la bonne voie lors d’une recherche.
3. Chemin non aménagé, juste tracé par le passage de personnes, d’animaux ou de véhicules.
4. Terrain aménagé pour le décollage et l’atterrissage des avions.
5. Tracé aménagé pour certains sports, certaines activités.
6. Espace circulaire qui sert de scène dans un cirque.
7. Espace aménagé pour la danse.

-          Sur une affiche, construire la représentation du mot piste avec des flèches.

-          Faire piocher un mot (par exemple : opération, règle, carte, figure, …). Les élèves doivent donner les sens qu’ils connaissent avec la représentation des flèches et écrire une phrase pour chacun des sens. Lors de la correction, les élèves donnent leurs phrases. Noter les sens de chaque mot en fonction du contexte.

 

Séance 3 : Etudier les différents sens des mots dans le dictionnaire

Objectif : comprendre comment fonctionne l’article de dictionnaire d’un mot polysémique.

-          Individuellement ou en binômes, demander aux élèves de chercher les mots sur lesquels ils ont travaillé précédemment (tête, piste, carte, opération, règle, …) dans le dictionnaire. Comparer la représentation avec les flèches et la numérotation utilisée dans les articles de dictionnaire. Dans les deux cas, il s’agit d’indiquer plusieurs sens d’un même mot.

-          Proposer des exercices de systématisation, comme :

1.      Entoure le sens qui correspond au mot souligné.

Exemple : Léa ne respecte pas la règle du jeu.

a)      Instrument qui sert à tracer des traits

b)      Indications que l’on doit suivre dans un jeu

c)      Principe de conduite

2.      Devinettes : quel mot correspond à ces définitions ?

3.      Trouver au moins deux sens de chaque mot.

4.      Trouver dans le dictionnaire deux mots qui n’ont qu’un seul sens chacun.

5.      Trouver dans le dictionnaire un mot qui a beaucoup de sens. Expliquer pourquoi.

 

Production d’écrit et création autour de la polysémie

A partir d’albums d’Alain Le Saux , présenter des illustrations aux élèves et les faire parler dessus afin qu’ils dégagent l’idée de polysémie qui permet le jeu de l’illustration.

Ex :

-          Analyser la phrase avec les élèves et bien montrer qu’elle joue sur la polysémie du mot en fonction de la construction syntaxique : compter / compter sur quelqu’un.

-          A chaque fois, dans les planches de Le Saux, l’enfant comprend le sens littéral. On retrouve aussi le jeu sur le sens figuré : Papa m’a dit qu’il en avait assez de son stylo qui fuyait tout le temps (on voit un stylo qui s’enfuit à toutes jambes).

-          D’autres illustrations de le Saux  à analyser se trouvent sur internet. On peut aussi ne donner que les phrases, les élèves dessinent le sens humoristique et écrivent la signification réelle de la phrase :

Papa m’a dit qu’il était important d’avoir un but dans la vie.

Papa m’a dit que quand il était jeune, il avait été plongeur dans un restaurant.

Papa m’a dit que maman dévorait un livre par jour !

 

 


3- Travailler le champ lexical

 

Ø Champ lexical des émotions

Niveaux : CE2 – CM1

Objectifs : - Enrichir le champ lexical des émotions à partir des réactions physiques liées à la peur, la joie, la tristesse, la colère.

                 - Travailler le vocabulaire d’intensité de la colère, la joie, la peur, la tristesse.

 

Séance 1 : Collecter des mots

Ø  Zone d’émotions. Diviser l’espace de jeu en quatre zones et écrire à la craie le nom d’une émotion dans chaque zone : joie, colère, tristesse, peur.

A tour de rôle, les élèves proposent un mot ou une expression en lien avec une émotion ; par exemple, sangloter, éclater de rire, fureur, … A l’annonce du mot, les autres élèves doivent se rendre dans la zone correspondante. Proposer quelques mots plus complexes  comme hilare, désespéré, agacé, morose, maussade.

-          Sur une affiche, tracer quatre colonnes, une par émotion. Demander aux élèves de replacer les mots activés lors des jeux. Les inciter ensuite à trouver d’autres mots (adjectifs ou noms) exprimant ces émotions de manière plus ou moins forte.

 

Séance 2 : Découvrir la notion d’intensité

Objectif : classer les mots selon leur intensité et les contextualiser dans une phrase.

Préalable : Préparer des affichettes avec les mots récoltés lors de la recherche de la séance 1 (noms ou adjectifs marquant les degrés d’intensité des émotions). Si nécessaire, ajouter des mots.

-          Prendre les affichettes et demander aux élèves de les classer, du terme le moins intense au plus intense. Les laisser négocier et débattre entre eux.

-          Terminer la séance par une courte production d’écrit afin d’utiliser ces mots en contexte. Les phrases doivent proposer une situation adaptée à l’intensité de l’émotion vécue par un personnage ou par l’élève lui-même.

Ex : échelle d’émotion de la peur, de bas en haut : inquiétude, crainte, frousse/ trouille, peur/frayeur, panique, terreur.

Le conducteur, coincé sur les rails, regarde avec terreur le train qui arrive au loin.

 

Séance 3 : Construire un tableau des signes physiques liés aux émotions

joie

colère

tristesse

peur

Sauter, sautiller, applaudir, lever les bras, danser, avoir les yeux qui brillent …

Imaginer une situation pour une des 4 émotions. Produire un court texte en se servant de l’intensité des émotions et des signes physiques.

Ex : Lors d’un jeu de cache-cache la nuit dans le jardin : Rémi sursaute, il sent son cœur battre à cent à l’heure. L’angoisse monte, il transpire. Une branche craque  juste derrière lui. Les yeux écarquillés par la peur, il sent ses membres s’engourdir et ne peut plus bouger. Il est pétrifié.  Au moment où Robin surgit, il pousse un hurlement de terreur …

 

Séance 4 : Produire des devinettes

Objectif : inventer des devinettes en fonction de l’intensité de l’émotion.

-          Proposer quelques devinettes auxquelles les élèves doivent répondre sur leur ardoise. Leur demander d’être attentifs puisqu’après ils devront en inventer.

Exemples :

« Louis traîne au lit. Il hésite à se lever. Sa journée n’annonce rien de plaisant. Il est … » (morose)

« La blague que Mehdi lui a racontée est tellement drôle qu’il éclate de rire. Il n’arrive pas à se retenir. Il est … » (hilare)

-          Répartir les élèves par groupe de deux ou trois assez hétérogènes. Distribuer discrètement, à chaque groupe, une des affichettes. Leur demander d’inventer une situation qui permettra de faire deviner le mot écrit sur leur affichette. Les encourager à utiliser leurs outils : le tableau des intensités, mais aussi le tableau des signes physiques.

-          Chaque groupe lit sa (ou ses) devinette(s) deux fois, alors que les autres élèves prennent leur ardoise et gardent leur tableau d’intensité sous les yeux. Ils doivent choisir le terme le plus adapté. Les auteurs de la devinette aimantent l’affichette au tableau, en guise de réponse. Si une majorité a la bonne réponse, leur faire dire à partir de quels indices ils ont trouvé. Dans le cas contraire, s’interroger sur ce qui a manqué ; alors les auteurs peuvent aller en fond de classe quelques minutes afin d’améliorer leur production pendant que le reste de la classe continue à jouer. Ils peuvent utiliser le tableau de la séquence 1 pour enrichir leur production.

 

Séance 5 : Produire un dialogue

Objectif : réinvestir le vocabulaire en produisant des dialogues.

-          Organiser des jeux pour réactiver les termes appris

- Jeu du béret : les deux équipes sont face à face. Au sol, placer quatre étiquettes ; peur, joie, colère et tristesse. Le meneur, enseignant ou élève (avec ou sans le corpus) lance un mot ; par exemple : hilarité.

La première équipe dont le joueur attrape la bonne étiquette remporte un point.

- Oui et plus : par deux, les élèves doivent donner le vocabulaire des émotions, dans l’ordre d’intensité. L’un récite les mots, l’autre, son cahier dans les mains, doit l’encourager en disant « encore plus ! », après chaque proposition. Changer de rôle pour l’émotion suivante.

            Exemple :

« - Je suis gai.

- encore plus !

- je suis joyeux.

- encore plus !

- je suis enchanté… »

Reprendre cet exercice avec les signes physiques.

            Exemple :

« - Je soupire.

- encore plus !

- j’ai la tête basse.

- encore plus !

- j’ai l’estomac noué.

- encore plus !

- j’éclate en sanglots… »

-          En binômes, compléter un dialogue permettant d’associer les signes physiques aux adjectifs d’intensité. A un pourquoi correspond une réponse commençant par parce que et évoquant une émotion. Prendre soin de monter en intensité.

            Exemples :

Pourquoi fais-tu la moue ?

Parce que je suis mécontent.

Pourquoi fais-tu les gros yeux ?

Parce que je suis irrité.

            Répartir les quatre grandes émotions dans la classe afin que tout le lexique soit brassé.

            Ces dialogues sont appris et joués en classe afin de fixer durablement le lexique travaillé.

 

Prolongement

A partir des termes rencontrés dans ces deux séquences, travailler la dérivation en remplissant un tableau des mots de la même famille.

Poser la question « quand je ressens de la frayeur,  je suis … ? » (effrayé). Si la différence masculin/féminin s’entend, faire prononcer les deux (inquiet/inquiète).

S’entraîner avec tous les noms du tableau construits en séance 3.

Proposer ensuite les tableaux ci-après avec, seulement  la première colonne, celle des noms, complétée. Inviter les élèves à compléter la colonne des adjectifs et celle des verbes. Ils ont à disposition leur tableau d’intensité des émotions, grâce auquel ils peuvent retrouver la majorité des adjectifs.

Colère

noms

adjectifs

verbes

l’agacement

   

le mécontentement

   

l’emportement

   

la colère

   

l’irritation

   

l’exaspération

   

La fureur

   

Tristesse

noms

adjectifs

verbes

la déception

   

la morosité

   

la peine

   

le chagrin

   

a tristesse

   

l’abattement

   

l’effondrement

   

le désespoir

   

Joie

noms

adjectifs

verbes

la gaieté

   

la joie

   

le contentement

   

l’enchantement

   

le ravissement

   

l’hilarité

   

l’euphorie

   

Peur

noms

adjectifs

verbes

l’appréhension

   

l’inquiétude

   

la crainte

   

l’angoisse

   

la peur

   

la frayeur/l’effroi

   

la terreur

   

la panique

   

 

Champ lexical du verbe « dire »

Un exemple de champ lexical  élaborée puis enrichi à partir de l’album « L’énorme crocodile » de Roald Dahl, d’extraits de « Histoire d’une Mouette et du chat qui lui apprit à voler » de Luis Sepulveda, de « Le coup de gigot », dans Bizarre ! Bizarre !, de Roald Dahl.

§  Dire en fonction de l’humeur :

Bonne humeur : rire- s’exclamer- lancer- s’esclaffer

Colère : s’emporter- s’offusquer- lancer- grogner- hurler- s’exclamer- s’écrier- rugir

Tristesse : gémir- soupirer- pleurnicher- geindre

§  Le ton pour dire :

Déclaratif : dire- déclarer- annoncer- affirmer- remarquer

Inquiet : s’inquiéter- balbutier- bégayer

Sûr : assurer- décider- ordonner- conseiller

Menaçant : ordonner- avertir- insister- menacer

Moqueur : insinuer- se moquer- s’esclaffer

Doucement : chuchoter- murmurer

Fort : hurler-crier- s’écrier- s’époumoner

Cris (ou bruits] d’animaux : miauler- rugir- chanter- siffler- gazouiller- grogner

§  Question :

Questionner, demander, interroger, proposer

§  Réponse :

Répliquer, rétorquer, répondre, acquiescer, refuser

§  En fonction des moments de l’histoire :

Répéter, reprendre, conclure

Une fiche outil peut être créée à partir de ce travail.

Elle sera utilisée pour écrire des dialogues.

 

 


4- Construire des familles de mots

 

Les qualités scolaires

Niveaux : CE2 – CM1

Objectif : - Construire les familles de mots des qualités scolaires.

Contexte : Cette séquence peut faire écho à la lecture du roman de S. Morgenstern, La Liste des fournitures (Ecole des Loisirs, 2002).

 

Séance 1 : Découvrir la liste des qualités scolaires

Objectif : comprendre le sens exact de chacune des qualités.

-          Avant de la montrer, contextualiser la liste étudiée, en expliquant que quatre listes de fournitures ont été données, en fin d’année, à des élèves de quatre classes différentes. Demander aux élèves ce que peuvent contenir ces listes.

Soit on garde le suspens pour les trois premières listes et on renvoie les élèves à la lecture du roman, soit on les décrit : liste 1 : fournitures scolaires, liste 2 : vide, liste 3 : artistique/poétique (galets de la plage, un poème appris par cœur, un souvenir de baiser …)

Découvrir la quatrième liste, affichée ou écrite au tableau ou projetée sur le TBI. Elle contient une liste de 13 éléments dont il faut se pourvoir pour la rentrée : courage, efficacité, dévouement, curiosité, émotion, joie, combativité, cran, intelligence, amour, confiance, trac, graine de folie. Demander aux élèves de réagir individuellement, par écrit, à partir des consignes suivantes : Que pensez-vous de cette liste ? Quelles questions vous posez-vous à son propos ?

-          Lors de la mise en commun, proposer à certains volontaires de lire leurs écrits et mener des échanges oraux.

-          Annoncer l’objectif lexical de la séquence : acquérir des mots en rapport avec les qualités scolaires de cette liste et travailler les familles de mots.

 

Séance 2 : Travailler sur les familles de mots

Objectif : construire la famille de chacun des treize mots, par dérivation.

-          Demander aux élèves de rappeler, par écrit, les treize qualités données dans la liste puis essayer de la reconstituer collectivement. Vérifier avec l’ouvrage.

-          Afin de trouver les adjectifs dérivés des noms de la liste, poser quelques devinettes simples, auxquelles les élèves répondent sur leur ardoise.

Exemples :

            - Quand je ne fais pas de bruit, que je ne parle pas, je suis ………………………… (silencieux/se)

            - Quand je fais mon travail, sans me décourager, je suis …………………………. (courageux/se)

Après chaque devinette, écrire au tableau le nom et l’adjectif correspondant (faire préciser à chaque fois le féminin). Demander éventuellement les verbes.

Exemples :

 Courage : courageux/courageuse ; encourager/décourager

-          Encourager les élèves à trouver d’autres qualités scolaires et à proposer de nouvelles devinettes pour bien comprendre le sens des mots.

Ajouter ces adjectifs au tableau et compléter, si possible, les autres colonnes. On pourra ainsi enrichir le tableau avec les noms : travail, silence, soin, minutie, attention, calme, solidarité, gentillesse, concentration.

 

Séance 3 : Etablir le règlement de la classe

Objectifs : mémoriser le lexique établi ; l’utiliser pour créer le règlement de la classe.

Pour la mise en route, proposer les jeux suivants :

-           Le mot lancé : placés en cercle, les joueurs lancent simultanément un bras tendu vers le haut puis le rabaissent pour installer la concentration. Puis,  à  tour de rôle, chaque élève lance un mot en lien avec les qualités scolaires.

- Le duel de mots : les élèves se placent en deux colonnes face à face (ou trois si besoin) et jouent sur le thème des familles des qualités scolaires. L’enseignant ou un meneur de jeu propose un nom ; les joueurs en tête de file doivent proposer un mot de la même famille (par exemple : combativité : combatif, combattre).

-          Après cette phase d’échauffement, passer à la phase d’écriture qui consiste à établir le règlement de la classe. Si un règlement existe déjà, demander aux élèves, en binômes, d’y ajouter des articles intégrant les qualités scolaires étudiées précédemment.

Exemples :

            En classe,

            Je dois être travailleur et courageux.

            Je dois être attentif.

            Je dois me concentrer.

            En classe,

            J’ai le droit d’être curieux et de poser des questions.

            J’ai le droit d’être joyeux et de bonne humeur mais en restant concentré.

Prolongement

Pour réviser les notions de synonymie et d’antonymie déjà travaillées, demander aux élèves de trouver des synonymes et des antonymes, quand c’est possible, aux mots travaillés.

 

 

 


5- Travailler le vocabulaire de spécialité

 

Ecriture et géométrie

Niveaux : CM1 - CM2

Objectif : - Réinvestir du vocabulaire de spécialité acquis lors de diverses séances de géométrie.

 

Séance 1 : Ecrire et comprendre un texte géométrique

Objectifs : écrire un texte géométrique ; réaliser une figure en fonction de consignes écrites.

-          Répartir les élèves en binômes. Distribuer à certains binômes la figure 1 et à d’autres la figure2.

Chaque binôme doit :

- écrire un texte très précis décrivant la figure reçue pour permettre à un autre binôme de la réaliser, sans disposer du modèle ;

- réaliser une figure d’après le texte écrit par un autre binôme.

Dans cet objectif, la figure dont dispose un binôme ne doit pas être vue par les autres binômes.

-          Analyser ensuite les figures produites par les deux binômes appariés et repérer les éléments du texte ayant permis la réussite ou l’échec. Redéfinir les termes qui ont posé problème.

 

Séance 2 : réécrire un texte et s’exercer

Objectif : utiliser les formulations les plus adéquates pour réécrire un texte géométrique.

-          Faire un rappel de la séance précédente. Afficher l’un des textes produits et l’analyser. Le rectifier en fonction de la figure qu’il devait permettre de réaliser ; le réécrire et le valider collectivement en traçant la figure correspondante.

-          Proposer une nouvelle figure (figure 3) et demander à l’ensemble de la classe le même travail d’écriture pour réinvestissement.

Remarque :

- Pour l’intérêt de l’exercice, les figures proposées aux élèves doivent être assez proches.

- Il est parfois utile de ne pas nommer tous les points utilisés pour permettre aux élèves d’en prendre l’initiative et de comprendre ainsi le rôle des lettres.