photo_bandeau_haut
Chanter en classe, quelques conseils incontournables
doc Groupe 73 Arts et culture
I.Abry-Durand, I.Paquier
04/2010

* Résumé : Choisir un chant, construire sa séance, des idées pour la préparation vocale et corporelle..., quelques conseils indispensables pour mettre en oeuvre des activités vocales dans sa classe



le document

 

Activités vocales – Quelques incontournables


On peut distinguer au moins trois formes d’activités vocales en classe :

- la séance de chant qui est une activité disciplinaire élaborée

- le moment de chant plus informel

- les activités vocales de création


Comment choisir un chant ?

L’enseignant tiendra compte :

  • des possibilités vocales des élèves, différentes selon leur âge (tessiture)

  • de l’ambitus du chant, c'est-à-dire de l’écart entre la note la plus aigüe et la plus grave

  • des goûts des élèves

  • des compétences déjà acquises

  • de la pertinence du texte (sens, longueur…),

  • de l’attrait musical (rythme mélodie, strucutre…),

  • du contexte de vie de classe, à ses liens avec un projet en cours, avec les autres disciplines

…parfois aussi des propres capacités. La conviction que l’enseignant a de son choix demeure essentielle.


Les possibilités vocales des enfants (tessiture) s'inscrivent de façon très générale entre ces écarts:

Dans la mesure du possible, on essaiera de faire coïncider l’ambitus des chants choisis avec ces tessitures. On pourra retrouver ces hauteurs à l’aide d’un diapason, d’un petit clavier… ou de l’enregistrement.

Quels risques à chanter hors de ce cadre ?

- trop grave  : les enfants ne peuvent chanter que dans une nuance « piano », s’ils veulent chanter fort et grave, il y a risque de forçage vocal conséquent.

- trop aigu  : voix qui « tire » en raison de tension vocale. Le timbre est alors peu agréable mais il n’y a pas de danger vocalement.

Il arrive parfois que quelques notes sortent de ce cadre. Il s’agit de notes dites « accidentelles », acceptables dans la mesure où elles sont encadrées de notes dites « de passage », évitant de chanter l’écart directement.


Attention, on chante souvent beaucoup trop bas à l'école



Construire sa séance

Il est nécessaire pour l’enseignant de bien connaître le chant, en particulier les paroles par cœur ! et d’être capable de le restituer à partir de n’importe quelle phrase. Préparer une séance de chant, c’est aussi s’entraîner à le chanter, ainsi qu’à le diriger ; c’est aussi repérer les outils dont on aura besoin (plage du CD, bande orchestre…) A cette occasion, on préparera aussi le découpage nécessaire à l’apprentissage (la plupart du temps par phrases), les difficultés du chant, et les stratégies appropriées pour les surmonter (jeux vocaux, jeux rythmiques, jeux d’articulation)

  • présentation le chant aux enfants, lors de la première séance d’apprentissage, si possible avec la voix du maître, ou avec un bon enregistrement

  • préparation corporelle et vocale : étirements, sirènes, jeux vocaux que l’on peut par exemple inventer à partir du chant choisi, de ses paroles, de ses difficultés.

  • apprentissage proprement dit : le maître chante la première phrase, les enfants répondent ; si ils respectent le modèle, on poursuit de la même façon. On peut ensuite proposer deux phrases de suite, etc. Veiller à utiliser un geste pour ce principe de « questions-réponses », par souci d’efficacité et d’expressivité musicale. Avec des enfants très jeunes, l’apprentissage se fera plutôt par imprégnation, le maître chantant plusieurs fois, les enfants le rejoignant petit à petit.

  • l’interprétation : elle met en jeu par discussion, un travail sur les nuances, le tempo, les attaques, les dispositifs (solistes, groupes) voire l’accompagnement (percussions simples par ex.), le mime ou la mise en scène. Les capacités inventives des enfants peuvent conduire à des quasi réinterprétations et donner naissance, tant pour le texte que pour la musique à des pièces originales.

La bande orchestre peut ici intervenir également, si elle est de bonne qualité musicale. Elle nécessite une bonne connaissance du chant, dans ses différentes facettes, le repérage de l’introduction, des “ponts” entre couplets, des ‘ralentis’ éventuels et une appropriation par le chant intérieur avant de chanter avec cet accompagnement enregistré. Cette modalité restreint bien sûr la liberté d’interprétation. Bien plus riche musicalement et humainement en revanche sera l’accompagnement par un ou des instrumentistes (école de musique, parents, partenaires de projets.



Quelques idées pour la préparation vocale et corporelle


Exercices pour entrer dans l’activité chant, pour se concentrer

  • la boule de chaleur : frotter ses mains l’une contre l’autre pour comme si on avait une boule de pâte à modeler, puis masser les différentes parties du dos ; commencer par le bas du dos, les jambes (en tournant autour de la rotule), les bras (en tournant autour de l’épaule), le ventre, la poitrine, le cou, la nuque, le visage, le cuir chevelu

  • frapper une pulsation sur la poitrine, la dédoubler puis revenir à 1 tout en explorant les différentes parties du corps : descendre sur les jambes ( mains côtés, puis remonter mains devant et derrière), descendre sur l’intérieur du bras et remonter sur le dessus, le cou avec le bout des doigts, le visage en cherchant des variations de son


Exercices de respiration

  • le citron que l’on presse

  • 4s courts puis un s de 4 pulsations, on augmente le s long de 4 en 4

  • écrire son nom sur sa main avec du souffle

  • varier les façons d’émettre du souffle : éteindre une bougie, faire de la buée sur une vitre…

  • respirer avec différentes positions pour « sentir » la respiration abdominale : allongé sur le dos, assis penché en avant….


Exercices de préparation vocale

  • une chanson enfantine à monter ½ tons par ½ tons (meunier, tu dors)

  • sirènes, onomatopées

  • variations de hauteur sur des phrases d’une comptine

  • prendre un petit extrait de chanson et enlever les consonnes

  • prendre un petit extrait de chanson avec une seule voyelle

 

 


haut de page