photo_bandeau_haut

Quels réseaux et quels parcours de lecture en cycle 1 ?
doc IEN Tarentaise
M.Pajean
03/2007

* Résumé : Des exemples de réseaux pour la maternelle, avec, pour chacun, des exemples d’œuvres choisies parmi les valeurs sûres. Bien entendu, si la liste de réseaux est stable, composée d’incontournables, les listes d’œuvres sont forcément partielles, indicatives. Elles ont pour but d’apporter des références sûres aux collègues qui sont démunis. Des repères pour organiser un parcours de lecture cohérent et pertinent au cycle 1.

* Documents liés
Proposition de classement en réseaux, d'oeuvres littéraires issues de la liste ministérielle (doc IEN Tarentaise - 10/2003 - M.Pajean)
Exemples d’albums pour le cycle 1 et le cycle 2, classés en réseaux (doc IEN Tarentaise - 03/2007 - M.Pajean)
Lire en réseau (doc Groupe 73 Français - 06/2011 - E.Vaillaut)

* Ce document est également indexé dans le(s) thème(s) suivant(s) :
Français > Outils d'aide pour l'organisation pédagogique > Maternelle > S'organiser sur le cycle
Maternelle > Incontournables > Albums



le document au format PDF

Quels réseaux ?


Autour du même auteur

Des auteurs majeurs de la littérature de jeunesse en cycle 1

  • ALTAN (Franscesco Tullio)

  • GAY (Michel)

  • ROSS (Tony)

  • BROWN (Anthony)

  • LIONNI (Leo)


  • PONTI (Claude)

  • SOLOTAREFF

  • SPIER (Peter)

  • RAMOS (Mario)

  • CORENTIN (Philippe)

  • CARLE (Eric)


Autour du même genre

* Imagiers

Varier les thèmes abordés, les types d’images (photos, dessins, reproductions, volume…).

Penser à proposer des imagiers qui mettent en scène les éléments.

 

* Récits sans textes

Des images qui induisent une ou des histoires.

* Récits avec textes

Des albums où le récit se nourrit du texte écrit et des images.

* Des contes

Il est important de donner une place privilégiée aux contes classiques : ils constituent un socle indispensable pour que les enfants bénéficient au mieux des contes modernes, destructurés et savourent nombre de récits contemporains qui citent ces contes. On gagnera à sensibiliser les enfants à leur caractère intemporel, universel.

De nombreuses versions d’un même conte existent, pas toujours de quyalité égale et pas toujours accessibles au cycle1… Il faut donc bien choisir mais en choisir 2 ou 3.



Autour du même personnage archétypal

Le loup

La sorcière

L’ogre

La fée

Le renard

Le géant

 

Comme les contes, ils font partie du socle d’une culture littéraire commune non seulement française mais universelle.

Bien connaître l’archétype de ces personnages dans la littérature permet de se régaler avec les récits contemporains qui prennent le contre-pied.



Autour de personnages d’auteurs (des séries)

Là, également, on retrouve un ou plusieurs personnages dans des albums qui narrent à chaque fois une nouvelle « aventure ». Ce sont des personnages créés par un seul et même auteur et les albums font partie de la même collection.

Exemples : Ernest et Célestine (G.Vincent chez Duculot) – Spot (Eric Hill chez Nathan – Calinours (A. Broutin chez Ecole des Loisirs).


Autour d’une même valeur

Exemples : le courage, l’amitié, la solidarité.

L’album peut, entre autres, être un « médiateur » pour mieux comprendre la valeur abordée. On essaiera d’avoir le plus d’albums possibles même si on en privilégie un ou deux.

Les activités menées gagneront à permettre une ouverture sur des situations réelles.


Autour d’un sentiment

Exemples : la peur, l’amour.

Mêmes remarques que ci-dessus



Autour d’un thème

Exemples : la famille, le cirque, l’hiver, l’Afrique...

Ces thèmes sont généralement au cœur de projets interdisciplinaires.

Ce réseau va donc très souvent devenir « une constellation » car aux albums de littérature vont s’ajouter des supports documentaires (albums, affiches, visites, témoignages…).



Autour d’une même structure de récit

* Une structure tient une place majeure en maternelle : les récits en randonnées avec notamment ceux qui présentent une structure répétitive dans l’écriture.

  • récit en randonnée = récit dont l’enchaînement des péripéties se fait par répétition, addition ou soustraction de scénarios semblables. Un récit peut être partiellement en randonnée. On peut avoir une randonnée « aller-retour ».

  • structure répétitive = chaque épisode de la randonnée est relaté avec les mêmes structures de phrases.

Ces récits sont très intéressants car ils permettent une implication forte de la part des enfants : ceux-ci peuvent faire des hypothèses, produire eux-mêmes facilement la suite du texte, mémoriser aisément l’histoire, la « jouer ». Ils permettent aussi trsè tôt une production d’écrit longue en dictée à l’adulte : on arrête la lecture et on invente la suite du texte avec ou sans les images.


* Récits rétrospectifs :

Le narrateur, à un moment donné (L’arbre en bois de P .Corentin) ou à intervalles réguliers (Quand j’étais petite comme toi de J.P.Walsh) raconte son passé. On aborde là un réseau plus difficile, aux multiples facettes qui se rencontrera plus souvent plus tard. Il est intéressant qu’avec l’aide de l’enseignant les enfants de GS soient sensibilisés à ces récits.




Quels parcours de lecture en cycle 1 ?


Dans les programmes 2002, on parle de parcours de lecture : il s’agit du « cheminement » réalisé par les enfants dans l’univers de la littérature de jeunesse tout au long du cycle.

Ce parcours est balisé par les œuvres suffisamment « savourées » pour donner lieu à une représentation mentale claire chez les enfants.


Un parcours de lecture littéraire bien pensé par l’équipe pédagogique doit permettre à chaque enfant, tout au long du cycle 1 d’augmenter son capital de textes de manière cohérente et pertinente.

  • Cohérente : chaque année de nouveaux textes viennent s’ajouter à ceux déjà connus. La trace laissée dans la mémoire s’organise autour de :

  • l’identification des auteurs par leurs œuvres, leur style d’écriture (jeux sur la langue, les sons, les syllabes – humour – niveau de langue…) et d’illustration (technique utilisée – mise en page – couleurs…)

  • la connaissance des personnages (identification physique et morale, particularités) et des grands moments de chaque histoire,

  • Pertinente : Les œuvres seront lues en réseaux et ceux-ci seront choisis dans la liste précédente.

Exemple de répartition servant de base pour établir un parcours de lecture au cycle 1

réseaux PS MS GS
Choix d’auteurs incontournables règle d’or = la souplesse concertée Altan M.Gay E. Carle T.Ross M.Gay T.Ross E.Carle A.Browne A.Spier C.Ponti A.Browne T.Ross P.Corentin C.Ponti L.Lionni
Genres imagiers – livres animés contes - récits avec et sans textes
Personnages archétypaux exemples : règle d’or = la souplesse concertée Loup Sorcière Loup Sorcière ogre Loup Renard Sorcière ogre
Personnage d’auteur (série) exemples : règle d’or = la souplesse concertée
Spot
Petit Ours Brun
Calinours
Ernest et Célestine
Elmer
Ernest et Célestine
Valeur
Solidarité amitié Courage solidarité
Sentiment peur
Thème Famille En relation avec projet de classe
structure
Randonnée simple
Structure répétitive simple
Randonnée plus complexe
Structure répétitive simple
Randonnée avec aller-retour
Structure répétitive plus complexe

Oeuvres : Les éléments écrits en rouge sont des incontournables du cycle 2 surtout. Donc, en maternelle, on peut avoir lu des récits qui illustrent ces axes mais sans les avoir approfondis.



Les traces

Pour les enfants

La mémoire des œuvres sera concrétisée par des traces écrites collectives affichées ou sous forme de dossiers ainsi que par des traces dans le cahier de vie.

Il est intéressant de porter sur une grande affiche les références des œuvres au fur et à mesure de leur rencontre : les enfants voient leur « capital littéraire » grandir. Pour l’enseignant, en regroupement, il est très facile de pointer un titre ou un auteur et de questionner les enfants sur leurs représentations mentales. Il y a ainsi réactivation régulière et c’est bon pour la mémoire à long terme.

Les traces bien abouties suivront les enfants de classe en classe.


Pour les enseignants

Il est essentiel de se concerter en équipe de cycle pour établir les balises du parcours et de se communiquer les références des œuvres bien « savourées » au cours de chaque année.


Pour les parents

Les traces du cahier de vie seront d’autant plus intéressantes qu’elles donneront aux parents des idées d’autres lectures à trouver notamment en bibliothèque municipale.

C’est en effet notre véritable finalité : que ce goût des histoires contracté et outillé en classe devienne un comportement dans la vie quotidienne…


Une bonne liaison GS – CP

Elle comprend, au minimum, la passation des références d’œuvres lues en réseaux ainsi que des traces écrites réalisées en GS.


A long terme

Ce serait vraiment épatant si on pouvait mettre en place un support (un cahier) qui suivrait l’enfant de son entrée à l’école maternelle jusqu’à sa sortie de l’école élémentaire sur lequel seraient collectées les traces des œuvres « savourées » chaque année !

En maternelle ces traces seraient la reprise en format A4 (par les enseignants) du contenu de l’affiche évoquée plus haut avec, éventuellement, pour certaines quelques compléments.



haut de page