Printemps de l'Education
 
Des textes toujours d'actualité


Plan de la conférence

L'EDUCATION A LA CITOYENNETE
Cadre de référence et questions en débat

EDUQUER A LA CITOYENNETE à l'école c'est :

1. Construire l'IDENTITE de l'enfant, c'est poursuivre la construction de l'enfant en tant qu'individu unique (le Moi, ce que je suis, je pense, j'aime et je désire) et en tant qu'individu vivant parmi d'autres qui lui sont identiques et différents. C'est donc :
lui faire prendre conscience du fait qu'il est un individu à la fois unique et identique,
lui permettre de se construire au milieu des autres,
lui donner les moyens et la possibilités d'exprimer de diverses façons ses goûts, ses sentiments, ses croyances, ses opinions ...
lui apprendre à accepter et à reconnaître ceux des autres,
lui permettre de se connaître pour reconnaître les autres,
Lui permettre de s'aimer pour aimer les autres.
Cela nécessite d'aborder les questions suivantes et d'y trouver en équipe, des réponses cohérentes :

Quelques questions :
L'Ecole s'intéresse-t-elle à la construction de l'identité de l'enfant ?
Comment ?
L'Ecole a-t-elle à se préoccuper de la construction de l'identité ? A-t-elle à se substituer à ce qui semble être de la seule responsabilité des familles ? N'est-ce pas dangereux de lui confier cette mission ?
Le peut-elle tout simplement ? Tout n'est-il joué quand l'élève arrive à l'Ecole ?
Est-ce encore jouable au collège ? Au lycée ? …



2. Apprendre à devenir LIBRE et RESPONSABLE en exerçant progressivement des libertés et des responsabilités. C'est:
apprendre à s'exprimer de façon compréhensible et respectueuse des autres,
apprendre à échanger, à écouter, à respecter des expressions différentes,
apprendre à faire des choix, en les expliquant, les justifiant, seul (de façon autonome) ou en groupe,
apprendre à mettre en œuvre les choix effectués, à les analyser, les évaluer...

Quelques questions :
L'Ecole apprend-elle aux élèves à devenir autonomes, à exercer des responsabilités seul et en groupe ?
Comment ?
Comment résoudre le paradoxe qui fait qu'à chaque fois que l'on permet aux élèves d'exercer des responsabilités, on met en jeu sa propre responsabilité d'enseignant?..



3. Développer la connaissance, et mettre en œuvre les VALEURS de référence de notre société dans une classe, dans un établissement à l'intérieur desquels les valeurs affirmées et les pratiques pédagogiques sont en cohérence. C'est :
connaître les textes de référence desquelles sont issues les grandes valeurs de la République, analyser, commenter, critiquer le fonctionnement de la société au regard de ces valeurs et de ces textes, analyser, critiquer son comportement ou celui des autres au regard de ces valeurs...

Cela nécessite d'affirmer en équipe les valeurs de référence qui vont fédérer le projet éducatif :

Quelques questions :
Quelles sont les valeurs de référence de notre société ?
Quels sont réellement les principes, les valeurs de référence de l`Ecole telles qu'elles apparaissent dans les textes officiels ou dans les pratiques pédagogiques (liberté, compétition, responsabilité de chacun..., ou fraternité, solidarité, entraide... ) ?
Si les valeurs de référence de l'enseignant ne sont pas celles de ses collègues ou pas celles de l'École ou pas celles de la société, comment faire ?
Ne risque-t-il pas de former des êtres inadaptés ?
Peut-il y avoir une éducation à la citoyenneté autre que solidaire et fraternelle ?...

Si on fait le choix de la coopération et de ses valeurs de référence: solidarité, entraide:
Comment mettre en cohérence pratiques pédagogiques et valeurs de référence ?
Quelles sont les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de cette " révolution Copernicienne " que représente la coopération à l'École ?
Comment sont-elles surmontées ? …



4. Construire un PATRIMOINE COMMUN qui, au delà des différences (culturelles, sociales...) permettra de vivre ensemble dans une société en profonde mutation.

Quelques questions :
A l'heure où la citoyenneté n'est plus corrélée à l'idée de nation, où certains Basques se définissent avant tout comme Basques quand d'autres s'affirment Européens, où la langue française n'est plus unanimement considérée comme lien au sein de la République, où la mobilité est devenue un principe, où le lien social est par endroit tellement rompu que les enfants et les parents n'arrivent plus à communiquer :
De quelle " cité " parle-t-on ?
A quelle communauté se réfère-t-on (nation, région, continent) ?
Comment l'École peut-elle aller vers l'universalité et lutter en même temps contre un " communautarisme " qui dans certains secteurs amène à se replier sur des critères de plus en plus étroits: l'appartenance à une " cité ", à un quartier ?
Comment l'École peut-elle faire advenir " l'humanité dans l'homme " ?
Quelles sont les activités scolaires qui permettent cette " intégration " ?...



5. Connaître le fonctionnement et le rôle des INSTITUTIONS politiques, économiques sociales de la République et les règles essentielles du fonctionnement démocratique.

Quelques questions :
Comment l'école se saisit-elle de cette instruction civique ?
Comment les programmes sont-ils abordés ?
Quelles sont les difficultés rencontrées ?...



6. Construire le rapport à la LOI, à la JUSTICE et au DROIT de façon active et réfléchie afin de mettre en évidence qu'il s'agit d'éléments indispensables à l'individu et à la cohésion sociale.

Quelques questions :
Quelles sont les organisations, les pratiques qui font de la classe et de l'École un lieu d'élaboration de la loi et non un lieu d'application des règlements ?
Comment articuler les notions de droit/devoir ; sanction/réparation ?
Y a-t-il au collège, au lycée une réelle initiation juridique ?
Quels sont les problèmes qui se posent à son enseignement ?
Les principes fondamentaux du droit sont ils toujours respectés dans l'établissement?
La Convention des Droits de l'Enfant est elle respectée dans tous ses articles ? …