Printemps de l'Education
 
Des textes toujours d'actualité

Jacques Tardif

L'apprentissage cognitif
(ou conception cognitiviste de l'enseignement-apprentissage)

Note: Les principaux concepts exposés ici sont issus du livre du professeur Jacques Tardif intitulé Pour un enseignement stratégique, L'apport de la psychologie cognitive Logiques, 1992

Approche cognitive de l'apprentissage
Principes de l'approche cognitive en apprentissage
Influences de la psychologie cognitive


L'APPROCHE COGNITIVE DE L'APPRENTISSAGE

Pour les cognitivistes, l'enseignement-apprentissage est essentiellement un processus de traitement de l'information. En effet, «l'enseignant traite constamment un grand nombre d'informations: il traite des informations sur le champ de connaissances retenues à des fins d'enseignement; il traite des informations sur les composantes affectives de l'élève; il traite des informations sur les composantes cognitives de l'élève; ... il traite également des informations relatives à la gestion de la classe.

L'élève traite également une multitude d'informations. Il traite des informations affectives qui viennent plus particulièrement de ses expériences scolaires antérieures (buts poursuivis par la nouvelle tâche, valeur attribuée à cette tâche et perception du contrôle possible sur sa réussite) ; il traite des informations cognitives; il met les nouvelles informations en relations avec ses connaissances antérieures, choisit les stratégies jugées les plus appropriées pour réussir la tâche, il traite aussi des informations métacognitives (prise de conscience constante de ses stratégies, de son engagement personnel et de sa persistance au travail)...»

Plus spécifiquement, les cognitivistes considèrent que le sujet apprenant est un sujet actif et constructif qui acquiert, intègre et réutilise des connaissances. Ces connaissances se construisent graduellement.

La psychologie cognitive a donc pour tâche d'

"analyser les conditions... qui créent les probabilités les plus élevées de provoquer et de faciliter l'acquisition, l'intégration et la réutilisation de connaissances chez l'apprenant"




2.PRINCIPES DE L'APPROCHE COGNITIVE EN APPRENTISSAGE.

1.De tout ce qui vient d'être affirmé on peut découler quelques principes fondamentaux caractérisant l'approche cognitive.

"La psychologie cognitive considère que l'apprentissage est un processus actif et constructif".

Selon la conception cognitive, le sujet joue un rôle primordial dans l'apprentissage. Non seulement il doit être actif mais il doit être constamment conscient de ce qui se passe à l'extérieur et à l'intérieur de lui. Par exemple, l'apprenant fera nécessairement une sélection parmi les nombreuses informations qui se présenteront à lui. "Ce processus de sélection implique la création de règles qui permettent d'interagir de façon significative avec les éléments présentés. A ce stade-ci, le rôle de l'enseignant sera d'aider à la création de règles justes et efficaces grâce à plusieurs exemples appropriés d'où celles-ci découleraient.

À défaut de cela, l'apprenant extraira quand même de lui-même des règles à partir des situations qui lui sont présentées pour pouvoir agir plus rapidement sur elles dans l'avenir.

C'est ainsi que tant qu'il n'aura pas eu beaucoup d'exemples des règles de conjugaison de la part de l'adulte, l'enfant de 3-4 ans créera ses propres règles pour communiquer. Il dira par exemple "il va mort" au lieu de "il va mourir" parce que très souvent il a entendu les adultes dire "il est mort". Pour lui, il n'y a pas encore de différence entre le verbe actif et le verbe d'état et il croit que le participe passé peut s'employer après un verbe actif déjà conjugué. L'élève construit activement même si cette construction présente, dans l'exemple présent, des failles évidentes.

"La psychologie cognitive considère que les connaissances antérieures exercent un rôle primordial dans l'apprentissage et que les connaissances sont essentiellement cumulatives"

Dans le processus d'acquisition et d'intégration de nouvelles connaissances, les connaissances antérieures stockées dans la mémoire à long terme déterminent non seulement ce qu'il peut apprendre mais aussi ce qu'il apprendra effectivement et la façon dont les nouvelles connaissances seront apprises. "L'apprentissage est l'établissement de liens entre les nouvelles informations et les connaissance antérieures. À cela s'ajoute l'idée que l'apprentissage est essentiellement un processus cumulatif, c'est-à-dire que les nouvelles connaissances s'associent aux connaissances antérieures soit pour les confirmer, soit pour y ajouter de nouvelles informations, soit pour les nier (exemple :
corriger, après des notions élémentaires d'anatomie, la croyance que les enfants naissent par le nombril).

"La psychologie cognitive considère que l'apprentissage signifiant est étroitement lié à la représentation et à l'organisation des connaissances"

L'apprentissage requiert l'organisation constante des connaissances. La différence entre l'efficacité de l'expert et celle du novice réside dans le fait que les connaissances sont bien organisées dans la structure cognitive des premiers alors qu'elles ne le sont pas encore dans celle des derniers.

"La psychologie cognitive considère que l'apprentissage est fondamentalement l'acquisition d'un répertoire de connaissances et de stratégies cognitives et métacognitives"

"Le système cognitif de l'élève ne contient pas que des connaissances statiques, des connaissances factuelles. Il contient aussi des connaissances dynamiques. Il inclut un ensemble de stratégies cognitives (exemples d'apprentissage de stratégies cognitives : les cours de méthodologie du travail intellectuel, l'apprentissage d'algorithmes, l'apprentissage de l'utilisation du dictionnaire, etc.) et métacognitives (les stratégies métacognitives se réfèrent à la connaissance ainsi qu'au contrôle effectif des stratégies cognitives et des composantes affectives qu'implique la réalisation des tâches) qui permettent à l'élève d'agir sur son environnement, d'utiliser les informations qu'il acquiert... Ces stratégies doivent être enseignées ou présentées explicitement. Mais il importe non seulement de rendre l'élève conscient des stratégies possibles, mais également de leur économie et de leur efficacité".

La psychologie cognitive reconnaît qu'il existe des catégories de connaissances: les connaissances déclaratives, les connaissances procédurales et les connaissances conditionnelles

Les connaissances déclaratives correspondent aux connaissances théoriques ou qui sont reconnues comme savoirs au cours de l'évolution d'une société. Ces connaissances sont constituées de faits, de règles, de lois et de principes.

Exemples de connaissances déclaratives :

 

  1. La définition d'un quadrilatère
  2. La connaissance des graphèmes qui correspondent au phonème «o»
  3. La connaissance de la nécessité d'anticiper en lecture
  4. La description des caractéristiques des vertébrés
  5. L'énoncé des règles de l'accord des participes passés
  6. La connaissance des tables de multiplication
  7. La connaissance des différentes structures de texte
  8. La connaissance des provinces du Canada
  9. La connaissance du rôle du verbe dans la phrase
  10. La connaissance du rôle de l'interlocuteur dans la communication

    (J. Tardif)

Les connaissances procédurales correspondent au comment faire, aux étapes d'une action (séquences d'action), aux procédures, bref à ce qu'on appelle généralement des savoir-faire.

 

Exemples de connaissances procédurales :

 

  1. Écrire un texte destiné à des élèves de première année
  2. Résoudre une série de problèmes de multiplication
  3. Lire un texte où il y a des graphèmes correspondant au phonème «o»
  4. Lire un texte dont la structure est narrative
  5. Écrire un texte avec l'intention de persuader
  6. Accorder les participes passés dans un court paragraphe
  7. Effectuer l'addition suivante ( 45+39= ___ )
  8. Réaliser une expérience en science de la nature
  9. Anticiper la suite d'un texte à partir du premier paragraphe
  10. Faire un plan de travail

    (J. Tardif)

Les connaissances conditionnelles réfèrent essentiellement au quand et au pourquoi. Elles correspondent aux classifications (classes) et aux catégorisations (catégories).

 

Exemples de connaissances conditionnelles :

 

  1. Distinguer un carré d'un rectangle
  2. Reconnaître un participe passé dans un texte
  3. Reconnaître entre deux textes celui dont la structure est informative
  4. Reconnaître les provinces maritimes sur la carte du Canada
  5. Reconnaître, dans une série de problèmes, ceux qui exigent une soustraction
  6. Déterminer l'adéquation d'un texte destiné à des élèves de première année
  7. Reconnaître les verbes à l'imparfait dans un paragraphe
  8. Distinguer, dans un texte, ce qui est essentiel et ce qui est secondaire
  9. Choisir tel niveau de langage en présence du directeur de l'école
  10. Estimer l'exactitude d'une réponse en mathématique.

    (J. Tardif)

"La métacognition joue un rôle très important dans l'acquisition des connaissances".

La métacognition réfère à la connaissance ainsi qu'au contrôle que le sujet a sur lui-même et sur ses stratégies cognitives. "Lorsque l'élève est en présence d'une activité, il doit , par rapport aux facteurs cognitifs, être conscient des exigences de la tâche, des stratégies à l'aide desquelles il peut la réaliser adéquatement, du ou des types de connaissances (déclaratives, procédurales ou conditionnelles) dont il s'agit et des étapes de réalisation. Quant aux facteurs affectifs, toujours au niveau de la connaissance, l'élève a une certaine perception de l'importance de la tâche et des buts que l'enseignant poursuit et il est conscient du contrôle possible qu'il a sur sa réussite dans la réalisation de cette tâche ainsi que des facteurs susceptibles de le conduire à la réussite ou à l'échec.

Quant au contrôle (gestion, supervision, régulation), il exige toujours de l'élève la gestion active de ses démarches cognitives et la gestion active de soi comme apprenant, c'est-à-dire de son investissement affectif dans la tâche.



3.0 INFLUENCES DE LA PSYCHOLOGIE COGNITIVE SUR L'ENSEIGNEMENT ET L'APPRENTISSAGE

Conception de l'enseignement

 

Création d'un environnement à partir des connaissances antérieures de l'élève

Création d'un environnement axé sur les stratégies cognitives et métacognitives

Création d'un environnement axé sur l'organisation des connaissances

Création d'un environnement de tâches complètes et complexes

Création d'un environnement coercitif

 

Conception de l'apprentissage

 

L'apprentissage se fait par construction graduelle des connaissances

L'apprentissage se fait par la mise en relation des connaissances antérieures et des nouvelles informations

L'apprentissage exige l'organisation des connaissances par le sujet

L'apprentissage s'effectue à partir de tâches globales

 

Conception du rôle de l'enseignant

 

L'enseignant intervient fréquemment

L'enseignant est un entraîneur

L'enseignant est un médiateur entre les connaissances et l'élève

 

Conception de l'évaluation

 

L'évaluation est fréquente

L'évaluation concerne les connaissances ainsi que les stratégies cognitives et métacognitives

L'évaluation est souvent formative,parfois sommative

La rétroaction est axée sur les stratégies utilisées

La rétroaction est axée sur la construction du savoir

 

Conception de l'apprenant

 

L'apprenant est actif

L'apprenant est constructif

L'apprenant a une motivation en partie déterminée par la perception de la valeur de la tâche et du contrôle qu'il peut avoir sur sa réussite.

(Jacques Tardif)


Page consultée à l'URL: http://www.uqac.uquebec.ca/dse/3psy206/Collige/appcog.html