Vie associative
 
L'OCCE ?

 Apprendre autrement...  Citoyenneté... 
 Un peu d'histoire...  Les terrains de la démocratie 
 Changer le statut de l'élève   L'OCCE c'est aussi... 
Apprendre autrement


Dans une classe coopérative, quelle que soit la nature du "projet" (apprendre à lire, à compter, préparer une exposition ou une classe transplantée...), l'essentiel ne réside pas dans les performance individuelles, mais dans la réussite de tous grâce au travail de chacun.
Concrètement, dans une classe coopérative, il existe des règles, des "lois" qui vont créer le "climat", modifier les relations au sein de la classe et permettre aus élèves, comme le dit André de Péretti, "(d')apprendre avec les autres, et pour les autres et non pas seul contre les autres."
Quelque lois pour créer une situation pédagogique coopérative :

Droit à l'expression Dans la classe sont reconnus le droit à l'erreur, le droit au doute, le droit à l'oubli ou au non-savoir et le devoir d'écoute.
Les élèves ont le droit, chaque fois que la nécessité se présente, de se faire aider par un ou plusieurs camarades et le devoir de secourir un camarade en difficulté (affective, physique, relationnelle ou intellectuelle) La réussite de chacun est l'affaire de tous et pas seulement celle des adultes.
Toutes les décisions se prennent avec l'ensemble du groupe réuni en conseil
 

Une autre loi, pédagogique celle-ci, fondamentale dans le cadre de la formation du citoyen-élève, sous-entend que, dans une classe coopérative, les apprentissages (cognitifs, relationnels, moteurs...) se construisent activement en coopération, en interaction autour de situations-problèmes et non individuellement, en compétition avec les autres.



Un peu d'histoire....

Fin du XIXème - 1928

   L'apparition des courants coopératifs, mutualistes, associatifs - fondements de ce que l'on appelle actuellement " l'économie sociale "- marque la fin du XIXème siècle. C'est tout naturellement dans cette mouvance que la coopération scolaire va, au fil des ans, trouver sa place.
Les années qui suivent la promulgation des lois Jules Ferry déclarant l'école publique laïque et gratuite voient naître les premiers essais de coopératives scolaires...

 

1948

  ... Le congrès de Tours fait sienne la définition de Jean de Saint-Aubert :
" Dans l'enseignement public, les coopératives scolaires sont des sociétés d'élèves gérées par eux avec le concours des maîtres en vue d'activités communes. Inspirées par un idéal de progrès humain, elles ont pour but l'éducation morale, civique et intellectuelle des coopérateurs par la gestion de la société et le travail de ses membres".
 

 

1968

   Reconnaissance d'utilité publique de l'Office Central de la Coopération à l'Ecole.
 

1978


  L'Office Central de la Coopération à l'Ecole devient une Fédération.


 

Changer le statut de l'élève


  L'organisation coopérative change le statut de l'enfant et de l'adulte.
Pour rendre les élèves responsables et acteurs dans tous les aspects de la vie de l'école et pour ne pas en rester aux mots et aux idées générales, la classe coopérative s'appuie sur un certain nombre de pratiques pédagogiques et de structures visant à déléguer, réellement, aux élèves, une partie du pouvoir et des responsabilités de l'enseignant et permettant de donner du sens au "métier d'élève".

des pratiques pédagogiques
des structures
des outils
  • les rôles...
  • le travail de groupe
  • le monitorat et l'entraide
  • l'échange des savoirs
  • le projet plaçant l'enfant en face de tâches présentant des défis et sollicitant, ainsi, le conflit intellectuel
  • la co-évaluation
  • l'auto-évaluation (évaluation formatrice)
  • la coopérative
  • le conseil de coopérative
  • le bureau
  • les délégués
  • le conseil de délégués-élèves
  • les contrats
  • les plans de travail
  • les fichiers de travail
  • la correspondance scolaire et le voyage-échange
  • le journal de classe ou d'établissement



Citoyen de la société-classe

    Dans une classe coopérative, tous les "citoyens de la société-classe"sont responsables au niveau qui est le leur (en fonction de l'âge, de l'expérience, de la maturité...), de la vie de la clase en général et de l'émancipation de chacun de ses membres.
    Ce n'est pas seulement au maître, au directeur ou aux parents de résoudre le problème, de gérer le conflit ou l'échec scolaire, mais c'est, aussi et surtout, au groupe à envisager des réponses aux questions qui se posent :

Que peut-on faire pour aider tel élève dans telle discipline?
Comment améliorer les relations dans la classe?
Que faire quand on a fini son travail?
Comment se procurer de l'argent pour notre classe transplantée?
Comment intervenir dans une bagarre ou un conflit verbal?
Que faire quand un membre du groupe gêne les autres?
Comment aider un camarade à apprendre une leçon?
Quelles sanctions en cas de non-respect des règles de vie?...

... Autant de questions, de situations-problèmes en prise directe sur la vie de la classe qui, analysée collectivement, permettront l'élaboration de nouvelles règles, la création de nouvelles structures ressenties comme nécessaires au bon fonctionnement de la classe et à la réussite de chacun.
 



Les terrains de la démocratie

La coopération : la démocratie en acte.
L'apprentissage de la démocratie et l'exercice de la citoyenneté ne peuvent se concevoir de façon exclusivement théorique. L'un et l'autre nécessitent la mise en oeuvre de pratiques pédagogiques reconnaissant l'enfant comme un individu à part entière et s'appuyant sur les principes de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen et de la Déclaration des Droits de l'Enfant.
    L'organisation coopérative, au travers des structures qu'elle institue, des pratiques pédagogiques qu'elle met en oeuvre et du tissu relationnel sur lequel elle s'appuie, permet à l'enfant d'exercer activement sa vie civique.

Les règles de vie, co-instruites par l'enseignant et les élèves dans le respect de tous les points de vue, de toutes les différences, élaborées grâce à l'argumentation sont évolutives.
Ces règles crées, adoptées, modifiées sont "assimilées" et constituent une loi, car elles deviennent le bien commun de la classe.
L'enfant, placé dans cette situation de communication authentique, vit la démocratie grâce à ces règles qui fondent un cadre institutionnel ouvert sur la société.




L'OCCE c'est aussi...

Etamine, Prix OCCE des Jeunes Auteurs Depuis 1993, l'OCCE organise le palmarès "étamine". Des classes coopératives de tous niveaux, s'inscrivent pour être "auteurs" ou "membres du jury". Cette opération vise à mettre en valeur, promouvoir et fédérer la création, la réalisation et l'échange de livres...
Des formations La Fédération propose des formations pédagogiques et comptables à l'adresse de ses militants et bénévoles...
Un conseil pédagogique La Fédération met en place un Conseil Pédagogique qui a pour but de diffuser un état régulier des actes et des théories pédagogiques.
Ecoles fleuries Améliorer son cadre de vie, respecter le travail de chacun, observer grandeur nature les saisons et la végétation, tels sont les éléments primordiaux du concours des Ecoles fleuries organisé depuis plus de vingt ans...
Des publications - documents et brochures pédagogiques 
- Un bimestriel : "Animation&Education" 
-"Coopés-Copains, Coopés-Malins", pour les jeunes coopérateurs...
Le calendrier OCCE Chaque début d'année scolaire, les jeunes coopérateurs vendent le calendrier de la Fédération afin d'obtenir les premiers fonds coopératifs pour la réalisation de leurs projets...
Un congrès, 
un forum.
Tous les 2 ans, la Fédération OCCE organise un congrès ou un forum pédagogique. Interventions de chercheurs, actions de terrain sur un thème précis permettent aux enseignants d'aboutir à une réflexion commune et à des engagements pédagogiques clairs...

L'OCCE c'est :
 plus de 4 000 000 de coopérateurs enfants et ados
 55 000 coopératives
 101 associations départementales