Une sélection de la sélection des émissions de France-culture

samedi 24 octobre 2009
par  Lydia COESSENS

Le samedi à 09h10, Répliques, par Alain Finkielkraut, philosophe. Le 24-10,Réflexions sur l’amour Avec la psychanalyste Anne Dufourmantelle et le philosophe Pascal Bruckner. Le 31-10, Le regard de Jan Karsky Avec l’historienne Annette Wieviorka et le romancier Yannick Haenel

Le samedi à 19h Ça rime à quoi ? Par Sophie Nauleau. Le 24-10, Ted Hugues Avec : Jacques Darras (Traduction) Poète. Le grand poète anglais des Moors Ted Hugues par Jacques Darras, À l’occasion de la parution de la traduction de Ted Hughes, Poèmes 1957-1994, traduit de l’anglais par Valérie Rouzeau et Jacques Darras, préface de Jacques Darras, aux éditions Gallimard. Quand un poète contemporain français traduit un autre grand poète anglais, à savoir Ted Hugues, poète des landes et de la beauté féroce, né dans le Yorshire le 17 août 1930 et mort le 28 octobre 1998 dans le Devon. Depuis Byron, aucune existence d’aucun poète anglais n’avait à ce point été sulfureuse. Romantiquement marquée par la destruction précise Jacques Darras.

Le dimanche à 6h10, Cultures d’Islam par Abdelwahab Meddeb. Le 25-10, La Loi et le sexe Avec Frédéric Lagrange, Université de Paris/Sorbonne Qu’en est-il de l’islam quant à la question de la jouissance, de l’exaltation du corps, de la permissivité qui défie la loi et accorde une vaste place au désir pour qu’il s’exprime ? Peut-on parler d’un islam ancien sensualiste, charnel, encourageant les pulsions et favorisant la dépense dans le don de soi en sa conjonction avec l’autre ? Et d’un autre islam contemporain pudibond, prudent face au dionysiaque, moralisateur, censeur, régentant les mœurs au point de corseter les corps, de les incarcérer sous le contrôle d’une police d’autant plus efficace que tout un chacun intériorise. Qu’en est-il jadis et maintenant de la représentation du corps, de la pratique amoureuse, entre homo et hétérosexualité ? Y a-t-il une différence de nature entre les Mille et une nuits et les traités classiques d’érotologie d’une part et le roman du XIXe et du XXe siècle d’autre part. ? Comme affiner notre vision sur cette question sans nous trouver victime des stéréotypes, des préjugés et des visions préconçues qui corrompent le jugement et entretiennent les chimères ? Bibliographie : Frédéric Lagrange, Islam d’interdits, islam de jouissance, col. L’Islam en débats, Téraèdre éd., Paris, 2008.

Le dimanche 15h, Tout un monde, par M.H.Fraïssé. Le 25-10, L’internationale des bikers.Une esthétique, une éthique, célébrées au sein de réseaux informels ou au contraire d’organisations très codées, véritables ordres de néo-chevalerie comme les Hell’s Angels... l’attitude " biker " transcende la mécanique, les frontières, traverse les générations, les classes sociales, s’invente des lieux de pèlerinages annuels, comme Sturgis dans les Plaines américaines. De Tokyo à Paris, en passant par Daytona, l’internationale des bikers existe bel et bien, dans toutes ses variantes... Invités : Olivier Mosset, peintre, plasticien, présente au " Magasin " (Centre National d’Art Contemporain de Grenoble) une exposition " Portrait de l’artiste en motocycliste " (11 octobre- 3 janvier) François Oudin, ethnologue, thèse de doctorat en juin 2009 : Ethnologie du quotidien des " passionnés de moto "

Le dimanche à 16h30 Fictions/enfantines. Le 25-10, Lumières pour enfants (1/4) : le dialecte berlinois " Le cours de la narration est en chute libre. La première guerre mondiale l’a rendue caduque, voire impossible. Les soldats revenus muets du front en sont l’allégorie la plus puissante. " Cette analyse du philosophe Walter Benjamin est célèbre, tellement célèbre qu’elle a tendance à occulter cette autre intuition, non moins essentielle : dans ce monde coupé de la narration, se cache la possibilité de nouvelles histoires. Benjamin ne restera pas seulement le théoricien de cette intuition, et il passera à l’acte, en inventant le " conte radiophonique ". A la fin des années 20, cinq ans durant, il travaillera en effet pour la radio publique de Berlin et Francfort, et il se jettera à corps perdu dans l’aventure de ce nouveau medium, riche en potentialités d’inventions et de véritables créations artistiques. Dans cet esprit, il a notamment réalisé une série d’émissions " pour les enfants ", qui s’adressent en réalité tout autant aux adultes, d’une autre manière, grâce à la ruse et la malice de ce narrateur qui prend le masque d’un conteur pour enfants, qui lui permet de dire des choses étonnantes, qu’il ne pourrait pas dire frontalement sur les ondes. Dans ces émissions pour enfants, à la fois contes et conférences, Walter Benjamin se promène dans l’espace et le temps, exactement comme il le fera dans sa vie d’intellectuel mobile et curieux de tout. La ville de Berlin est la scène privilégiée de ces flâneries radiophoniques : les marchés, les galeries commerçantes, les places, les monuments, les cités casernes, les usines, les théâtres, les marionnettes, les jouets, les escrocs, les marginaux, les enfants des rues, et plus loin de nous, les tziganes, la Bastille, les catastrophes ferroviaires, les brigands, les sorcières - autant de sujets décalés, loin de la grande histoire, l’officielle, toujours au service des vainqueurs et des dominants (donc des adultes !). En adressant ces contes aux enfants à travers le medium de la radio, Benjamin poursuit en réalité la stratégie qu’il met en œuvre dans son travail philosophique dit " sérieux ". On peut même dire qu’il la pousse plus loin, et que le conte radiophonique lui permet de toucher au coeur de sa pensée, fragmentaire et subversive, prenant à rebrousse-poil l’humanisme socio-démocrate ambiant de l’époque - qui est toujours la nôtre. Walter Benjamin, Lumières pour enfants. Paris : Christian Bourgois Editeur, 1988. Textes établis par Rolf Tiedemann et traduits de l’allemand par Sylvie Muller Eléments bibliographiques : Walter Benjamin, Trois pièces radiophoniques. Paris : Christian Bourgois Editeur, 1988. Bruno Tackels, Walter Benjamin, une vie dans les textes - une biographie. Arles : Actes Sud, 2009. Jean-Michel Palmier, Walter Benjamin, le chiffonnier, l’ange et le petit bossu. Paris : Klincksieck, 2006. Philippe Baudoin, Au microphone : Dr Walter Benjamin. Paris : Editions de la Maison des sciences de l’homme, 2009. Le dialecte berlinois A l’écoute de la langue qui se parle dans les rues de Berlin, Benjamin entraîne les jeunes auditeurs dans les richesses souvent insoupçonnées de la langue ordinaire. A travers le dialecte de Berlin, Benjamin esquisse un portrait de sa ville, inattendu et plein d’humour, qui prend à rebours les opinions communes de la culture dominante. suivi d’un extrait de "Cagliostro"

Le dimanche à 23h, ATELIER DE CREATION RADIOPHONIQUE. Le 25-10,Tentative de description de choses vues au carrefour Mabillon le 19 mai 1978 Producteurs-coordonnateurs : Philippe Langlois, et Frank Smith FACE A. TENTATIVE DE DESCRIPTION DE CHOSES VUES AU CARREFOUR MABILLON LE 19 MAI 1978 Par Georges Perec " Ce que fait Jules Verne, ce qui me fascine chez lui, c’est que c’est le seul écrivain, je pense, enfin après Rabelais, qui soit capable de donner pendant cinq pages des noms de poissons sans que ce soit ennuyeux... enfin, il y a des gens qui trouvent ça très ennuyeux, moi je trouve ça fascinant. Ce sont les mots qui créent cette histoire, qui suscitent l’histoire. " (Georges Perec) Installé le 19 mai 1978 dans un car studio au carrefour Mabillon à Paris, Perec va décrire pendant plus de six heures le spectacle de la rue. Le résultat subira une double transformation par la suppression de certaines séquences et l’adjonction de fragments d’inventaires lus par Claude Piéplu. Une émission diffusée pour la première fois le 25 février 1979.

Tous les jours de la semaine à 9H06, . à 10h, Les nouveaux chemins de la connaissance par Raphaël Enthoven. lundi 19 octobre Le hasard 1/5 : la théorie du chaos "Le nez de Cléopâtre : s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé." Pascal, Pensées Mardi Le hasard 2/5 : le clinamen Mercredi Le hasard 3/5 : le hasard en politique. Jeudi 22 Le hasard 4/5 : Marivaux. Vendredi 23 Le hasard 5/5 : Borges Du 26 au 30-10, La psychanalyse dans tous ses états Lundi : Freud Mardi : la pratique de l’analyse. Mercredi : Lacan. Jeudi : François Roustang. Vendredi : Jean-Bertrand Pontalis

à 14h30, LE SALON NOIR Le 28-10,De la forêt à toundra : le bois dans les cultures arctiques préhistoriques (Alaska et Arctique améri par Vincent Charpentier. Avec Claire Alix Alaska Quaternary Center, University of Alaska LE JEUDI La marche des sciences par Aurélie Luneau. De l’origine de la matière vivante aux dernières stations orbitales, l’histoire de l’évolution du monde est jalonnée de découvertes, d’expériences, de coups de génie, de théories et d’équations, mais aussi d’échecs qui marquent le temps des sciences, et avec lui, le temps des hommes. Depuis l’Antiquité, dans des contextes parfois hostiles aux avancées de l’esprit, des hommes et des femmes ont fait progresser la connaissance du monde. De Thalés à Pierre-Gilles de Gennes, en passant par Archimède, Galilée, Copernic, Galois, Kepler, Becquerel, ou encore Einstein et les Curie pour ne citer qu’eux, l’histoire des sciences en mouvement est une véritable aventure de l’esprit, utile à la compréhension de notre civilisation. Le 29-10, A la recherche des dinosaures perdus Avec Eric Buffetaut, paléontologue, directeur de recherche au CNRS et Jean Le Loeuff, le directeur des fouilles et du musée des dinosaures d’Espéraza

Le mardi LES MARDIS DES AUTEURS Par Matthieu Garrigou-Lagrange. Le 27-10, Tourgueniev, le russe de Bougival (1818-1883) Par Laetitia Le Guay et Jean-Claude Loiseau. Né dans la province d’Orel, au sud de Moscou, mort dans sa « datcha » de Bougival, Ivan Tourgueniev est un des écrivains russes les plus attachants du 19e siècle. C’est aussi, en dépit de l’ombre que lui ont fait ses cadets Tolstoï et Dostoievski, un auteur de première envergure. C’est lui qui pose les bases du grand roman russe ; c’est lui qui dans son théâtre, interdit par la censure parce que la satire de la noblesse terrienne y est féroce, trouve avec cinquante ans d’avance et bien avant Tchekhov, ce que l’on appellera « l’action intérieure », un théâtre où les paroles sont décalées d’avec les pensées intimes des personnages. Quant aux fameuses Notes d’un chasseur (1852), son premier livre, tout de suite célèbre pour la beauté des évocations de la nature et la peinture sans détour des conditions de vie des moujiks, il contribua à l’abolition du servage en Russie. Peu d’écrivains eurent une vie aussi romanesque et voyageuse : une enfance dans la propriété familiale de Spasskoïé, des études baignées par l’idéalisme allemand, un coup de foudre à 25 ans pour la cantatrice Pauline Viardot, qu’il aimera jusqu’à la fin de sa vie la suivant à travers l’Europe. Ami de Daudet, Maupassant, Mérimée, Zola et surtout Flaubert, avec qui il partageait une même passion du style, Tourgueniev fut un passeur de culture faite de beauté du style et profondeur de vue, de méditation sur le temps et de mélancolie sans amertume. * Avec des extraits de lettres d’Ivan Tourgueniev et de Gustave Flaubert, des romans Pères et Fils et Nid de gentilshommes et des bandes originales des films Actrices de Valéria Bruni Tedeschi (2007) et Un Nid de gentilshommes de Andrei Konchalovski (1973). * Textes lus par Jean-Baptiste Malartre. * Extraits de B.O. des films
- Actrices de Valeria Bruni-Tedeschi, 1997
- Un Nid de gentilshommes, d’Andreï Konchalovsky, 1973.

Le mercredi LES MERCREDIS DU THEATRE par Joëlle Gayot. Le 28-10, Bernard Marie Koltès Avec Brigitte Salino, auteur, François Regnault, auteur

Le jeudi LES JEUDIS DE L’EXPO par Elisabeth Couturier Le 29-10, Le musée personnel de ...Gérard Garouste. Exposition Gérard Garouste à la Villa Médicis à Rome jusqu’au 29 novembre 09

LE JEUDI LA FABRIQUE DE L’HUMAIN par Philippe Petit. Le 29-10, L’humanitaire. Avec Catherine Malabou, philosophe et Xavier Emmanuelli, médecin, auteurs de La Grande Exclusion (Bayard)

à 23h50, Du jour au lendemain par Alain Veinstein.
vendredi 23 octobre, François Beaune / Un homme louche. Lundi 26-10, Muriel Pic / Sebald. mardi, Antonio Lobo Antunes / Je ne t’ai pas vu hier dans Babylone. mercredi,Marc Augé / Quelqu’un cherche à vous retrouver. Jeudi, Paul Louis Rossi / Albrecht Altdorfer. Jeudi, Roland Jaccard / Sexe et sarcasmes. Lundi 02-11, Stéphane Velut / Cadence. mardi, Noëlle Revaz / Efina. Mercredi 4 novembre ,Dominique Noguez / Marguerite Duras. Jeudi, François Roustang / Le secret de Socrate. Anne Vincent-Buffault / L’éclipse de la sensibilité. Mercredi, David Foenkinos / La délicatesse. Jeudi, Brigitte Salino / Bernard-Marie Koltès. Vendredi, Dominique Baqué / L’effroi du présent. Lundi 16-10, Jean-Louis Chrétien / Pour reprendre et perdre haleine Mardi, Martin Rueff / Michel Deguy Mercredi, Michel Onfray / Démocrite / Garouste. Jeudi, Jean Frémon / Samuel Beckett / Léonard de Vinci VendrediGilles Heuré / L’homme de cinq heures. Lundi 23 novembre ,Jean-Luc Nancy / Le plaisir au dessin Mardi, Georges Didi-Huberman / Survivance des lucioles Mercredi, Catherine Chalier / La nuit, le jour. Jeudi, Alexandre Tarrête / Montaigne. Vendredi, Michel Butor / Oeuvres complètes


Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur