BAC PHILO : révisions

samedi 30 mai 2009
par  Lydia COESSENS

Révisez en écoutant France-culture !

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/sommaire/

à 17h, Les nouveaux chemins de la connaissance. Par Raphaël Enthoven. Du 1er au 5 juin, La liberté Lundi 1er juin : Marx. "Le royaume de la liberté commence seulement là ou l’on cesse de travailler par nécessité et opportunité imposée de l’extérieur ; il se situe donc, par nature, au-delà de la sphère de production matérielle proprement dite". Marx, Le Capital, Livre III. Mardi : La liberté sans Dieu Mercredi : Kant. Jeudi : Leibniz Vendredi 5 juin : Aristote . Du 8 au 12 juin : BAC PHILO. Lundi 8 juin , Faut-il vouloir trouver un sens à toutes choses ? Mardi, Une conduite désintéressée est-elle possible ? Mercredi 10, Peut-on penser sans préjugés ? Jeudi 11, Prétendre distinguer l’homme de l’animal est-ce légitime ? Vendredi 12 juin , Faut-il n’avoir plus de désirs pour être heureux ?

à 10h, Les lundis de l’Histoire Par Jacques Le Goff. Le 1er juin, Anarchistes contre République Par Philippe Levillain. Avec Vivien Bouhey (Auteur), Emmanuel Jousse (Auteur), Christophe Prochasson, de l’ EHESS, Francis Démier, de Paris X Nanterre A propos de : " Les anarchistes contre la République. Contribution à l’histoire des réseaux sous la IIIème République (1880-1914 ", de Vivien Bouhey, PUF, et " Réviser le marxisme ? D’Edouard Bernstein à Albert Thomas, 1896 -1914 ", de Emmanuel Jousse, L’Harmattan.

à 10h, Affinités électives. Le 04-06, Kostas Axelos. Né à Athènes en 1924, Kostas Axelos, a participé activement à la Résistance et à la guerre civile avant de s’installer en 1945 à Paris. Après des études de philosophie à la Sorbonne, il y enseigne de 1962 à 1973. Rédacteur en chef de la revue Arguments (1956-1962), il fonde et dirige la collection du même nom aux Éditions de Minuit (1960-2005), où paraissent aussi la plupart de ses livres. Parmi ceux-ci : Héraclite et la philosophie (1962), Le Jeu du monde (1969), Systématique ouverte (1984), Lettres à un jeune penseur (1996), Notices « autobiographiques » (1997) et ses deux derniers ouvrages, Ce Questionnement (2001), et Réponses énigmatiques (2005).

à 14h, Sciences et conscience, par Ph. Petit. Le 04-06, Catastrophes climatiques. Le 11-06, Heidegger, le mal et la science Le 18-06, Les embryons.

à 10h, Les vendredis de la philosophie, par F. Noudelmann. Le 29-05, La philosophie de l’histoire par Jean-François Lyotard par Marc Floriot. Extraits des conférences radiophoniques de France III Nationale : "MELANGES : LA PHILOSOPHIE DE L’HISTOIRE" - 1958 - INA) * Voici onze ans, au printemps de 1998, mourait à Paris Jean-François Lyotard. Deux livres ont imposé une invention lexicale qui a fait le renom du philosophe : Économie libidinale (1974) et - il y a exactement trente ans, La Condition postmoderne (1979). Non sans que se perde la trace de l’analyse qui lui donnait sens - amalgame avec Deleuze et Derrida, notamment, « ce qu’on croit identifier comme une ’génération’ », cela au risque d’oublier la place singulière que Lyotard accordait au sujet entre la décision exigée par le jugement et l’intensité anonyme où se donne l’« événement ».(**) Son questionnement politique initial a vu le nihilisme le disputer au souci d’une résistance critique et multiplier ses champs de réflexion croisés (cf. Discours, figure ; Le Différend ; Heidegger et « les juifs » ; Signé Malraux). À l’écoute de ces conférences radiophoniques de 1958 - de L’HOMME ARCHAIQUE ET LA REPETITION à LA PHILOSOPHIE DE L’HISTOIRE IMMERGEE DANS L’HISTOIRE, en passant par L’OEUVRE DE SAINT AUGUSTIN, LA PHILOSOPHIE HEGELIENNE ou encore LA DIALECTIQUE DE LA TOTALITE CHEZ MARX, nous voudrions inviter à retourner au propre de la voix qui fut la sienne dans le débat philosophique du siècle dernier.
Le 05-06, La littérature inspire-t-elle des leçons à la philosophie ?
- Jean-Louis Chrétien, Conscience et roman (Minuit)
- Sandra Laugier, qui a dirigé "Littérature et vie humaine" aux PUF
- Michel Deguy Peut-on apprendre, penser, juger grâce à la littérature ? Les philosophes se sont régulièrement intéressés à la littérature qui éclaire le monde sans recourir aux concepts. Mais les œuvres littéraires ne sont pas les simples illustrations d’une thèse et il faut beaucoup de précaution pour y trouver des leçons. Cette approche de la littérature définit aujourd’hui une nouvelle ligne de partage entre la philosophie continentale et la philosophie analytique. Réalisation : Clothilde Pivin

à 14h, Science publique Emission réalisée en partenariat avec le magazine Pour La Science. Le 05-06, Comment refroidir la Terre ? Semaine Terre et énergie. Le 12-06, Comment la complexité traverse les arts et la science ? Le 19-06, Comment fonctionnent les tests génétiques ? Semaine bioéthique. Le 26-06, Faut-il craindre la technoscience ? Le 03-07,Faut-il créer une psychose de la grippe mexicaine ?

à 21h, Peinture fraîche, par J. Daive. Le 29-05, Picasso - Cézanne / Barbara Thaden Réalisation Clotilde Pivin. Picasso- Cézanne au Musée Granet d’Aix en Provence jusqu’au 27 septembre 2009. Erotik de Barbara Thaden à la galerie SELLEM, rue Jacques Callot 75006 Paris jusqu’au 20 juin 09. Pourquoi, comment, cette exposition Picasso-Cézanne, remarquable en bien des points, d’un grand savoir et d’un grand savoir-faire ? Est-elle à voir pour le plaisir et la connaissance des deux peintres ? Sans doute pose-t-elle la question du père. Picasso dit Cézanne est le père de la modernité ou encore Cézanne était notre père à tous. Dès son arrivée à Paris en 1900, Picasso tombe sur les tableaux de Cézanne. Grand choc.Cézanne sera la maître de toute une vie. C’est ce que nous démontre l’exposition du musée Granet. Maître et père. Père tout court, père en peinture. Par ailleurs, il y a un énorme contentieux entre la montagne Sainte victoire et la ville d’Aix-en-Provence. Un énorme contentieux entre entre Cézanne et la montagne Sainte Victoire. Elle est certainement un enjeu social pour la ville d’Aix et un affrontement obligé, une sorte d’impossible ou d’utopie pour Cézanne. Un impossible à débusquer chaque jour sur le motif. Picasso ne veut pas aller par-là, vers l’impossible de la Sainte Victoire. Comme d’habitude , il triche au jeu. Il achète la Sainte Victoire et le château de Vauvenargues en 1958. Il se l’approprie, il ne la peint pas. Il est dessus. Il regarde Cézanne , il observe la sauvagerie, la solitude, la discipline et quelques motifs : la pomme, le compotier, les baigneurs, le buffet. La vie au château de Vauvenargues de 1959 à 1961, c’est aussi la dernière enfance vécue et peinte par Picasso. Les enfants qu’il peint sont les derniers enfants heureux d’un bonheur qui doit beaucoup à la Sainte Victoire. Erotik de Barbara Thaden réunit tableaux et installations. La peinture très savante, très nmatérielle, est à l’image de la vie sans limite, sans limite d’expression. C’est Bernard Lamarche-Vadel écrivain et critique d’art exceptionnel, mort en 2000, qui a désigné ce travail surprenant. Le 05-06, , Bernard Lamarche-Vadel / Christiane Germain Réalisation Clotilde Pivin. L’exposition Dans l’oeil du critique au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris jusqu’au 6 septembre 09, présente la pensée, le parcours, les choix de Bernard Lamarche-Vadel (1949-200), critique d’art qui a fortement agité, défrayé, incarné, la diversité de la scène artistique en France des années 1970 à 1990. Il a deux amis proches : Erik Dietman et Gérard Gasiorowski et il introduit en France Joseph Beuys, Mario Merz, Helmut Newton, Richard Serra. Il organise l’exposition Abstraction analytique, il poursuit avec Finir en beauté qui réunit dans son loft parisien Jean-Michel Alberola, Jean- Charles Blais, François Boisrond, Hervé di Rosa. Puis il présente Qu’est-ce que l’art français ? avec Olivier Hucleux, Pierre Klossowski, Jean-Pierre Bertrand. Fils de vétérinaire, écrivain avant tout, il publie à la fin de sa vie une trilogie : Vétérinaires, Tout casse, Sa vie son oeuvre. Il se suicide. C’est un personnage d’exception, hors normes, un regard implacable et un grand collectionneur de photographies. Ce très bel hommage de l’Arc est à l’image de cet homme irréductible. Christiane Germain qui elle aussi a joué un grand rôle dans le domaine de l’art, a dirigé une galerie au service des artistes les plus exigeants comme James Lee Byars. Elle publie aujourd’hui un livre de souvenirs : Paris-Berlin. Le grand écart aux éd.Ramsay


Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur