L’histoire du lycée

mercredi 3 mai 2006
par  Christophe ROSSIGNOL

On trouve trace dans l’histoire de Privas d’un château, propriété des seigneuries de Poitiers, au début du XIVème siècle.

JPEG - 4 ko
Le château (recomposition)

En 1599, Diane de Poitiers le cède à Jacques de Chambaud puis donation en est faite aux Frères Recollets en 1663 qui le transforment en couvent.

Après expropriation en 1789, le couvent devient caserne militaire En 1791, il accueille un tribunal puis une prison.

JPEG - 8.8 ko
Le cloître des Recollets

Etrange destin d’un château devenu couvent, tribunal puis prison avant de se transformer en établissement d’éducation.

Le collège

Le 24 août 1872, le premier Principal installe le Collège classique de Privas avec une centaine d’externes et 80 internes. Le conseil d’administration se réunit le 31 octobre. Le premier budget de 17 800 F est présenté le 7 novembre.

JPEG - 22.4 ko

En 1875, le collège compte 11 professeurs et 2 maîtres d’études. L’enseignement couvre l’enseignement élémentaire (classes enfantine et préparatoire, 8ème, 7ème), l’enseignement moderne (de la 6ème à la 2nde) et classique (de la 6ème à la 2nde puis Rhétorique, Philosophie et Mathématiques élémentaires).

Les premières difficultés de l’école apparaissent. Le départ prématuré d’un professeur suscite déjà le mécontentement des familles.

La discipline est stricte. La " marche promenade " du jeudi matin se fait en ordre militaire de route. Les grands font tous les quinze jours des tirs à l’arme de guerre.
L’état de vétusté des bâtiments et du mobilier provoque la baisse des effectifs. Une nécessaire restauration est entreprise, une aile est ajoutée et une surélévation effectuée. Les travaux s’achèveront en 1913. La consolidation de certains bâtiments reste indispensable. En 1918, le Principal doit évacuer son logement et se réfugier dans l’infirmerie.

Des cours d’enseignement professionnel - d’atelier et commercial - sont donnés. Les effectifs se stabilisent autour d’une centaine d’élèves jusqu’au milieu du XXème siècle. La période de l’après-guerre connaît un triplement des effectifs.

Le lycée nationalisé mixte Vincent d’Indy.

C’est avec la réunion de l’Ecole Primaire Supérieure de Jeunes Filles que le collège perd son statut municipal pour devenir lycée nationalisé mixte.
Il est alors baptisé " Vincent d’Indy ".

La ville de Privas entreprend la construction sur un terrain de 4 hectares d’un nouvel établissement conçu pour accueillir 1200 élèves dont 600 internes. Cet internat construit à une époque où le transport scolaire n’était pas ce qu’il est aujourd’hui restera disproportionné.

JPEG - 25.6 ko

C’est à la rentrée 1968 que s’installe le lycée dans ses locaux actuels. On retrouve aujourd’hui trace de cette époque dans les couloirs aux peintures d’origine où seules les patères ont disparu, dans les salles de sciences aux meubles de classement patinés, dans les classes où le tableau noir a été remplacé par un tableau blanc.

JPEG - 26.7 ko

Les effectifs vont régulièrement s’accroître. D’abord lycée à majorité de garçons, il devenir progressivement un lycée à majorité de filles et le rester.

L’Etablissement Public Local d’Enseignement (EPLE)

Les lois de décentralisation transformeront le lycée en un Etablissement Public Local d’Enseignement doté de l’autonomie juridique et financière en 1985. La Région, nouveau propriétaire des bâtiments, abonde le budget de l’établissement. L’Etat qui rémunère les personnels conserve la maîtrise des programmes et des examens.
Les effectifs croîtront régulièrement. En vingt ans, le nombre d’élèves a été multiplié par trois pour culminer en 1990. L’ouverture du lycée du Cheylard en 1997 entraînera une baisse sensible des effectifs d’internes. Les dispositifs pédagogiques s’élargiront.

JPEG - 26.7 ko

150 ans après sa création, le collège devenu lycée est bien implanté dans sa ville. Des familles entières, génération après génération, ont fait de cet établissement un lieu de vie incontournable au centre de la cité où la proclamation des résultats du baccalauréat provoque tous les mois de juin les mêmes cris de joie.


Extrait de Le Lycée nationalisé mixte Vincent d’Indy de Privas, par M. LIBES, Intendant, dans Courrier de l’Intendance Universitaire, n° 91, octobre 1969, pages 8-12.


Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur