La Communauté affrontée (au CDI, rayon PHILOSOPHIE) : l’affrontement de l’épuisement des valeurs, la nécessité de poursuivre la quête du sens.

lundi 15 décembre 2008
par  Lydia COESSENS

L’œuvre de Jean-Luc Nancy est assez bien représentée au C-D-I (Cf. sur le site du lycée, pédagogie philosophie mots d’auteurs et d’écriveurs au CDI rayon philosophie ) : L’Intrus (sur sa greffe du cœur), Nus sommes (le nu en art), La communauté désœuvrée et La Communauté affrontée.

Pour une approche introductive et abordable, vous pouvez commencer par le visionnage de vidéos dont voici certains liens :

Tout d’abord un extrait d’un entretien tenu au Maroc et qui porte sur le langage, sur la vérité et autrui : sur l’homme comme animal parlant et parlé. L’un des intérêts de cette vidéo est de voir la pensée se construire et de revenir sur le lien indissociable entre parole et sens, sur le fait que, finalement, en parlant , l’homme ne cesse, en vain, de chercher du sens, tâche infinie. La parole est promesse, promesse infinie, nous dit jean-Luc Nancy :
http://databaz.org/vlogtrotter/?p=46

http://www.arte.tv/fr/Videos-sur-ARTE-TV/2151166,CmC=1628374.html
Une série d’entretiens que vous trouverez sur le site d’Arte et qui traite précisément de la communauté, notamment de l’histoire de son ouvrage La Communauté désœuvrée en écho à un ouvrage de Blanchot(La communauté inavouable (1983)) mais aussi à la fin du communisme réel, à la question de savoir ce qu’il en est de la communauté, du sens du commun aujourd’hui. Cette question , il la relance dans La Communauté affrontée, texte très court dont les premières pages sont particulièrement vives et puissantes sur notre époque. En voici quelques extraits :

"L’état présent du monde n’est pas une guerre de civilisations. C’est une guerre civile : c’est la guerre intestine d’une cité, d’une civilisation, d’une citadinité qui sont en train de se déployer jusqu’aux limites du monde et, de ce fait, jusqu’à l’extrémité de leurs propres concepts. A l’extrémité, un concept se brise, une figure distendue éclate, une béance apparaît"

"Ce qui nous arrive est un épuisement de la pensée de l’Un et d’une destination unique du monde : cela s’épuise dans une unique absence de destination"

"La béance qui se forme est celle du sens, de la vérité ou de la valeur. Toutes les formes de fracture et de rupture, sociale, économique, politique, culturelle, ont dans cette béance leur condition de possibilité et leur schème fondamental. On ne peut l’ignorer : l’enjeu primordial doit être pris comme l’enjeu de la pensée, y compris lorsqu’il s’agit de ses implications les plus matérielles (de la mort par le Sida en Afrique ou de la misère en Europe ou des luttes pour le pouvoir dans les pays arabes, par exemple, entre cent exemples). La stratégie politique et militaire est nécessaire, la régulation économique et sociale l’est, l’obstination dans l’exigence de la justice, la résistance et la révolte le sont aussi. Mais il faut pourtant sans répit penser un monde qui sort, de manière lente et brutale à la fois, de toutes ses conditions acquises de vérité, de sens et de valeur."


Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur