Valerio adami à propos de Miro (sur peinture, sculpture et dessin)

dimanche 7 octobre 2007
par  Lydia COESSENS

TDC : Comment un peintre devient-il un sculpteur ?

Valerio Adami : Il y a une différence fondamentale entre la peinture et la sculpture. La peinture naît de la forme et du dessin, et la sculpture termine dans le dessin et dans la forme. Vous avez une masse de terre et vous essayez d’arriver à un but qui est la forme. Dans la peinture, c’est le contraire. On part d’un point et on commence tout de suite à dessiner un profil, et la forme surgit en premier. Par la suite, on peut arriver à la déconstruire et à l’abandonner. Miró n’a jamais vraiment fait de la sculpture. Il a fait des formes dans l’espace mais sa sculpture est une sculpture d’idées. Cela découle d’un jeu surréaliste, le cadavre exquis, qui consiste à travailler en associant des contraires. Le cadavre exquis, c’était l’attente d’une image qui se présente par rapport à un hasard. La sculpture de Miró est surtout cela. C’est l’émotion qui se produit par la rencontre de deux objets du quotidien. Mais sa peinture est autre chose : c’est surtout cette envie, ce désir du divin.

Si vous voulez lire l’entretien en totalité :

http://www.cndp.fr/RevueTDC/871-66124.htm


Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur