Une journée à Lyon

lundi 21 mai 2007
par  Alizée PERREIRA, Margot PAPAZOGLOU

Après environ 2h de trajet en car, nous voici arrivés à Lyon sur la place de l’opéra sous un soleil magnifique ; entre nous, cela aurait pu être pire ! Après avoir mangé sur la place entourée d’étudiants ; 13h : Nous voici postés devant l’entrée des artistes ! Marie, employée de l’opéra, va nous guider l’édifice majestueux…

-L’opéra c’est quoi ?

L’opéra est avant tout un théâtre chanté. Monteverdi mélange dès le 17ème siècle en Italie théâtre et musique. Lyon place la comédie au 18ème siècle mais la révolution française est venue perturber ce nouvel essor du théâtre français.

ARCHITECTURE

L’architecte Chenavard a construit l’opéra de Lyon en 1831. Les lions grimaçants qui sont postés en hauteur sur les arcs, devant l’entrée principale sont des signes d’architecture de style néoclassique. Aussi, 9 muses sont disposées sur les façades de l’opéra : celle de la poésie, du théâtre, de la danse…

Les pierres du 19ème siècle sont surmontées d’une verrière rénovée en 1993 mais les travaux commencent en 1989.

La construction intérieure, conçue par Jean Nouvel est basée sur 3 idées :

- L’opéra noir
- La transparence de cette architecture en verre qui démocratise l’opéra (tout le monde peut y entrer)
- Il garde le lien avec l’architecture du passé et créée une ambiance.

En 1980, l’opéra était uniquement du 19ème siècle. Jean Nouvel gagne alors le concours pour agrandir l’opéra. Il choisit l’architecture en 1986. Il le casse de l’intérieur et y ajoute de nouveaux espaces _espaces rajoutés_ (salles de répétition pour les danseurs par exemple ainsi qu’un studio de danse).
Difficile à croire, mais l’opéra de Lyon est composé en tout de 18étages ( de -5 à +12) !

NIVEAU -5

SALLE DE REPETITIONS

Cet étage est l’un des plus bas de l’opéra. Le niveau le plus bas étant le niveau - 6 , lieu de stockage. Après avoir traversé de nombreux couloirs, nous parvenons à cet endroit qui se situe en dessous de la scène d’opéra. Elle permet des répétitions dans des conditions très ressemblantes a celle de la vraie salle car il y a un grand rapprochement de l’acoustique (car la voix est claire et nette grâce au béton brut très dense qui réverbère le son et les trous des murs qui étouffent le son) , un espace vaste où les décors peuvent être installés même si la hauteur du plafond est moins importante que dans la vraie salle d’opéra. Cette salle est caractérisée également par son énorme mont de charge qui permet de faire descendre et monter les décors ( qui se fabriquent également ici ) qui seront utilisés dans la pièce d’opéra .

NIVEAU-3

Il constitue une salle de répétitions pour les choristes de l’opéra. Cet étage est uniquement consacré aux chœurs (30 chanteurs permanents).Un piano est placé au centre pour que les chœurs aient un support musical lors de leurs répétitions. Toute cette salles est vitrée pour le confort psychologique des chœurs.
Cependant, les verres qui produisent de grands phénomènes d’échos sont inclinés vers le haut pour limiter la résonance du son. Les murs aussi sont perforés pour absorber ce son « parasite ».

NIVEAU -2 :

L’AMPHITHEATRE

Nous voici donc dans une nouvelle salle : l’amphithéâtre . C’est endroit n’est pas une salle très imposante car il n’y a pas plus de 200 places. La scène a été conçue pour l’alternative musicale comme le jazz, la musique du monde etc.…elle est très généralement remplie d’une très bonne ambiance. De plus les concerts sont gratuits les mercredis et vendredis midi. Sa forme amphithéâtrale , provenant du grec et du romain permet un sens démocratique : les spectateurs sont tous assis à une place permettant une bonne vue .

NIVEAU 0 ET 1 :

HALL ET ACCUEIL

Nous atteignons le hall de l’opéra qui est caractérisé une fois de plus par son noir très moderne et son plafond bas . Cela permet très inhabituel avec cette ambiance qui déstabilise le spectateur , il entre et devient perdu. Ce qui permet de faire passer le message suivant : une fois entré dans l’opéra , nous entrons dans un autre monde , il faut oublier la vie normale. Ensuite direction les escaliers et nous arrivons dans le hall qui démontre bien que l’opéra est suspendu. Il est constitué de 6 colonnes de plus de 40 mètres de hauteur et au bout de chacune , des poutres métalliques qui recouvre toute la longueur de l’opéra , comme un gros sac la salle est accrochée a ceux ci et ainsi cela permet un parfait silence car cet ingénieux système empêche les vibrations de venir perturbé la tranquillité des répétitions et des représentations. Le noir laqué qui produit un effet très moderne nous fait pensé a un piano et donc a la musique. La forme du hall est très symbolique et nous fais comprendre une fois de plus que l’opéra est un lieu d’évasions ,elle laisse penser a une coque de bateau ce qui produit l’effet d’embarquement pour les spectateur avant le spectacle. Et les rambardes sont la pour nous le rappeler également.

NIVEAU 2

L OPERA :

Pour rentrer dans cette salle , nous devons passer par une salle de transition au niveau de l’ambiance , en effet celle ci est rouge . Cette salle signifie le rideau et une transition au niveau de l’acoustique également car la voix est étouffée . Elle est composée d’une épaisse moquette et de satin aux murs … Nous accédons enfin a la salle de l’opéra. Cette salle est la salle la plus importante car c’est ici que toute les représentations se font . Elle est entièrement noire et plus haute que grande avec ces 6 niveaux de balcons. Elle dispose de 1200 places et nous permet grâce a sa couleur inhabituelle de ne voir que la scène en particulier qui ressort spécialement de ce noir envahissant , cela la met en valeur. Certains soir lors de grandes représentations , elle est encore plus mise en valeur par son rideaux en fils d’or qui a coûté extrêmement cher et donc ne sert pas tout le temps . Cependant malgré le noir imposant , la salle comporte des dorures, par exemple au plafond, aux portes, etc. ce qui n’est pas innocent , cela rallie le moderne et les époques précédentes . Voilà encore la preuve des clins d’œil que l’architecte a disposés dans l’opéra. Le spectateur en s’asseyant a en face de lui une petite lumière qui est ici présente pour rappeler les chandelles. L’opéra est une salle très chic de plus , notamment avec les étages des balcons fabriqués en ébène… et d’ailleurs sur ces balcons sont situés des petits trous qui servent encore une fois a améliorer l’acoustique, cela veille a la bonne répartition , de même que les trous sous les sièges . .. C’est donc une salle très moderne et a la fois respectueuse des époques …

LE GRAND FOYER

Cette salle est un lieu de bavardages , ou les spectateurs se placent généralement pendant l’entracte si ce n’est au bar . Il y a beaucoup de contrastes et elle résonne beaucoup. Elle ne date pas du XXème siècle, elle a été conservée , ce fut un lieu mondain du style Néobaroque. Le plafond représente Apollon mais le peintre n’a pas finit son œuvre car on aperçoit encore le quadrillage .en effet Domor en 1886 l’abandonna inachevé pour des questions d’argent. Cet endroit est extrêmement doré et ce fut une salle que l’architecte voulu redonné de l’éclat en la rénovant avec des vraies feuilles d’or ce qui est très couteux. Le sol également fut très couteux , il s’agit la de granit noir qui provient d’Afrique du sud. Mais cependant la touche de moderne trouve sa place dans les grandes baies vitrées , de dehors , on peut apercevoir le plafond doré ce qui incite la personne a la curiosité

NIVEAU 12

…9 étages plus tard, nous voici arrivés dans la salle de ballet !
30 danseurs permanents et salariés entre 18 et 25 ans utilisent cette salle tout au long de l’année. Elle est au sommet même de la verrière. Très vaste, elle est équipée elle aussi par des correcteurs de son pour limiter la résonance. Le 19ème siècle constitue avant tout une architecture de verre et de métal. Les danseurs ont le privilège de pouvoir exécuter leurs pas de danse en ayant tout autour d’eux, une vue imprenable sur la ville de Lyon. Des lumières rouges postées sur les verrières varient leur intensité selon le nombre de gens qu’il y a à l’intérieur de l’opéra.

UNE SOIREE A L’OPERA

Programme de la soirée : -Djamileh de Georges Bizet (opéra
chanté en français)en 1 Acte
-Il Tabarro de Giacomo Puccini (opéra chanté en Italien) en 1 Acte également.

- Djamileh retrace l’histoire d’un sultan, Haroun, qui, chaque mois, décide de changer de courtisane pour renouveler ses désirs et varier ses plaisirs. Pour la première fois, il à affaire à une femme différente de ses précédentes esclaves : Elle en est tombée amoureuse et fera tout pour rester aux côtés du Sultan.
L’opéra a été transposé à l’époque contemporaine dans le décor sombre d’un repère de rue, tenu éloigné de la civilisation. Nous sommes dans une autre dimension ; la drogue notamment dicte le comportement de certains personnages présents sur scène. Comment la passion naissante entre les deux personnages va-t-elle se terminer ? Djamileh réussira-t-elle à convaincre le Sultan de la laisser vivre auprès de lui ? Seuls le suspense et les prouesses vocales des artistes vous guideront vers ces réponses !

- Il Tabarro raconte l’amour impossible existant entre les deux personnages principaux de ce magnifique opéra. Giorgetta , mariée à Michele , n’est plus amoureuse de lui :la mort de leur premier enfant a creusé un grand vide au sein du couple. Giorgetta est alors tombée dans les bras de son amant après cette tragédie. La question de la survie du couple des mariniers laisse le spectateur en suspens total pendant toute la durée du spectacle…

MUSEE DES TISSUS

Le musée des tissus est un hôtel particulier du 18ème siècle (1730).Il appartenait à un ancien gouverneur Lyonnais. Fidèle à son industrie et à sa tradition textile,Lyon abrite depuis 1946 de nombreux patrimoines issus de créations datant de la Renaissance à nos jours. Des soieries traditionnelles lyonnaises aux textiles provenant du monde entier, On y retrouve la longue évolution d’un savoir-faire plusieurs fois millénaire…

UN PEU D’HISTOIRE

A partir du XVème siècle, en 1444 sous Charles VII, la soie se développe grâce à des foires qui permettent d’échanger les tissus provenant des voies maritimes. Les fibres importées proviennent principalement d’Espagne et d’Italie.
Louis XI va développer par la suite les foires pour toujours plus de diversité dans les textiles. Il veut néanmoins que la soie soit fabriquée à Lyon même. La ville de Tours a hérité la première d’une manufacture et la soie produite provient du sud de la France avec l’utilisation massive des vers à soie.

SITUATION GEOGRAPHIQUE

François 1er imposa la situation du lieu de fabrique des tissus pour faciliter les échanges par voies fluviales…

PROMENADE DANS LES RUES DE LYON

La cité médiévale :

Nous voici arrivés dans les rues médiévales…
Après des années d’abandon et de désintérêt, après avoir échappé à des démolitions inconsidérées et à des projets de voies express qui devaient le traverser de part et d’autre, le Vieux-Lyon devint, en 1964, grâce à la loi Malraux, le premier secteur sauvegardé de France. Le quartier, visité des touristes et aimé des Lyonnais, a retrouvé sa beauté et sa vitalité. Par une heureuse ironie du sort, la rue Saint-Jean qui, deux fois au XVIIIe et au XIXe siècles, avait été élargie derrière le palais de Justice, pour faciliter le trafic des carrosses puis celui des voitures automobiles, est devenue aujourd’hui une rue piétonne.

*Les bâtiments sont hauts, les rues sont étroites...
*Les commerçants et les banquiers italiens s’installent à Lyon de façon permanente en apportant avec eux leur architecture de style renaissance.

La Presqu’île :
On trouve tous les styles architecturaux sur la presqu’île qui vont du Moyen-age au 19ième siècle. Aux pieds de la Croix-Rousse, on trouve la place des Terreaux. Cette place possède plusieurs monuments :
• L’hôtel de ville de Lyon
• Le musée des Beaux-Arts qui vient d’être refait complètement à neuf.
• La magnifique statue de Bartholdi représentant la Garonne et ses affluents ! La ville de Bordeaux pour qui elle était destinée a trouvé le prix trop élevé pour le bonheur des Lyonnais

*La place des Terreaux a été l’endroit où l’on guillotinait les Lyonnais pendant la Révolution. Lyon ayant choisi de supporter le roi subit de terribles répressions.

*La statue de Bartholdie est vraiment magnifique. Sur la photo, ci-dessus, la fontaine est arrêtée mais quand elle fonctionne on peut voir de la vapeur d’eau jaillir des naseaux des 4 chevaux.

De la place des Terreaux nous allons nous rendre vers la place Bellecour en prenant la rue de la Ré (Ré pour République) une rue piétonne bordée de commerces, de places et de fontaines qui débouche sur la place Bellecour.

*La place Bellecour est une immense place en terre battue propice aux manifestations culturelles et autres. On peut voir, en arrière plan, la colline et la basilique de Fourvière.

*Récemment, une statue de Saint Exupéry et de son Petit Prince a été placée à l’une des extrémités de la place Bellecour. L’aéroport international de Lyon a été rebaptisé du nom de l’écrivain en 2000.

Un grand merci à la région qui a eu la gentillesse de nous faire part de cette journée saisissante et remplie d’émerveillement.

SOURCES

- http://www.opera-lyon.com/
- http://www.musee-des-tissus.com/
- http://images.google.fr/
- http://www.lyon-web.net/a/v/2575_musee_tissus.jpg
- http://www.mimlyon.com
- Google images :opéra de lyon

- http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Croix-Rousse
- http://www.vieux-lyon.com/
- http://www.lyon.fr/vdl/sections/fr/tourisme/patrimoine
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Vieux_Lyon

- Notre prise de notes au cours de la sortie


Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur