Philippe Lacoue-Labarthe est mort ; Lydia Coessens évoque son professeur.

France-culture lui rend hommage.
dimanche 4 février 2007
par  Lydia COESSENS

Si Pierre Tissier, mon professeur de philosophie en terminale, m’a confirmé dans l’idée que la philosophie était la voie dans laquelle je devais m’engager afin de creuser les questionnements qui étaient les miens, il reste que le choc, l’expérience au sens d’épreuve, cette navigation en haute-mer qui n’est pas sans danger, sans péril, mais qui nous absorbe tout,a été la rencontre avec Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, philosophes et professeurs à l’université de Strasbourg. Tous deux enseignaient ensemble, et ce fut un bouleversement : la radicalité de la pensée, dans ce qu’elle peut présenter de brutalité mais surtout d’exigence, la rencontre avec Heidegger, dont tous deux sont des spécialistes.
Lacoue-Labarthe n’a cessé de s’affronter à la pensée de Heidegger, fascinante, et au manquement de ce penseur, sa compromission éhontée avec le nazisme.
Homme d’écriture, de poésie de théâtre, questionnant l’art et la politique, dans leurs relations parfois terrifiantes, Philippe Lacoue-Labarthe a traduit et monté Hölderlin et Sophocle, il a également publié de la poésie. Amoureux de la musique, notamment du jazz, il n’a cessé de traverser, parfois douloureusement, ces étendues.
Il y avait comme une brisure en lui, une manière de faire face, de risquer l’errance, qui font que sa rencontre, ses textes, sa voix, et finalement cette disparition, ne laissent pas sans trace.
L’affect et l’affection sont là. La reconnaissance, immense, aussi.


Ses ouvrages :

Le titre de la lettre (avec Jean-Luc Nancy), Paris, Galilée, 1973

L’absolu littéraire (avec JLN et la collaboration d’Anne-Marie Lang), P., Seuil, 1978

Portrait de l’artiste, en général, P., Bourgois, 1979

Le sujet de la philosophie - Typographies I, P., Aubier-Flammarion, 1979

Retrait de l’artiste en deux personnes, Lyon, Arte Facts, 1985

L’imitation des modernes - Typographies II, P., Galilée, 1986

La poésie comme expérience, P., Bourgois, coll. Détroits, 1986

La fiction du politique, P., Bourgois, coll. Détroits, 1987

Sit venia verbo (avec Michel Deutsch), P., Bourgois, 1988

Musica ficta, figures de Wagner, P., Bourgois, coll. Détroits, 1991

Le mythe nazi (avec JLN), La Tour d’Aigues, L’Aube, 1991

Pasolini, une improvisation : d’une sainteté, Bordeaux, William Blake & Co, 1995

Métaphrasis suivi de Le théâtre de Hölderlin, P., PUF, 1998

Phrase, P., Bourgois, coll. Détroits, 2000

Poétique de l’histoire, P., Galilée, 2000

Heidegger : La politique du poème, P., Galilée, 2004

Le chant des muses, P., coll. Les petites conférences, Bayard, 2005


A suivre : des textes de Lacoue sur le site, rubrique, "mots d’auteurs"


Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur