france-culture.com

vendredi 13 juin 2008

les plaisirs et les savoirs de france-culture

TOUS LES SAMEDIS

à 6h, Une vie, une oeuvre, le 07-06, Le design des années 80 qui assemble les matières, ose les couleurs, les formes déconstruites, frôle, diront certains, le mauvais goût, le kitsch, ce design-là a peut-être un père qui s’appelle Ettore Sottsass.
Fondateur du groupe Memphis en 1981, celui qu’on a surnommé le « pape du design » a été le chef de file de créateurs qui ont cassé l’héritage trop pesant du rationalisme, du Bauhaus, de tout un univers qu’ils trouvaient petit-bourgeois. Avant cela, Sottsass avait parcouru le monde, de l’Inde aux États-Unis, fréquenté les acteurs majeurs de la Beat generation, et fait l’expérience d’une maladie qui changera pour toujours sa manière de voir le monde. Le 14-06, Roger Nimier (1925-1962)
par Matthieu Garrigou-Lagrange.Avec François Dufay, journaliste, Marc Dambre, biographe de Roger Nimier, François Nourissier, écrivain, Marcel Schneider, écrivain, Yvon Pierron, ami d’enfance de Roger Nimier
On se demande un peu quel est le problème de Roger Nimier. Il est brillant, tout lui réussit, c’est un séducteur, il est beau, il a atteint très jeune la gloire et il est assez malheureux. Mauriac aussi s’était posé la question, en soulignant ses " badinages de jeune ours irrité, un jeune ours un peu hagard et qui saigne, mais (dont) on ne voit pas où est la blessure qui le rend soudain furieux ".Le malheur est pour Nimier une chose belle et romantique, qui présente l’avantage, si on sait bien le mettre en valeur, de vous faire une réputation. Voilà bien le mythe Nimier, violent, insolent, charmeur, que nous chercherons à interroger dans ce numéro d’Une Vie, Une Oeuvre, sans peur de le remettre en cause. Nous rencontrerons aussi un Nimier moins voyant, moins propice aux anecdotes, moins tellement formidable. Il s’agira de comprendre comment cohabitaient le " type normal " et le " type extraordinaire ", car c’est précisément l’une des équations que Roger Nimier n’a pas toujours su résoudre.

à 7H05, Terre à terre, le 14-06, Le dopage et l’AlterTour
Production : Ruth Stégassy.Avec notamment : Dominique Béroule, de Sciences citoyennes ; Suzanne Körösi, Les Films du Réveil.

à 8h1O Masse critique, le 14-06, Comment ça va, Libération ?
Production : Fréderic Martel. Invité : Laurent Joffrin, directeur de Libération.

à 9H 07, Répliques, d’Alain Finkielkraut (philosophe) Le 14-06, La France à l’heure du culturel.Avec l’écrivain Renaud Camus et Stéphane Martin, Président-directeur général du musée du quai Branly.

à 10h, Concordance des temps,par Jean-Noel Jeanneney. Le 14-06, Les émeutes de la faim au XVIIIe siècle Avec Steven Laurence Kaplan qui publie Le pain maudit : retour sur la France des années oubliées, 1945-1958 (Fayard, 2008) Spécialiste de l’histoire du pain et des révoltes, il est également l’auteur des ouvrages, Le Complot de famine : Histoire d’une rumeur au 18e siècle (Armand Colin, 1982) et Les Ventres de Paris : pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime (Fayard, 1987).

à 11h, Le rendez-vous des politiques, par D. Rousset. Le 14-06, Edgard Pisani. Production : Dominique Rousset. Avec notamment Lionel Zinsou, associé-gérant de Rothschild.

à 11h55, L’oeil du larynx, par F. Rollin.Chronique de l’humoriste François Rollin.

à 12h, Questions d’éthique par Monique Canto-Sperber , (philosophe). Le 14-06, L’affaire Malvy : trahison, bouc émissaire ?
Avec Jean-Yves Le Naour (Auteur).

à 12h45, La rumeur du monde, par J.M. Colombani et J.C. Casanova.

à 13h30, Projection privée par M.Ciment .Le 014-06,Festival du film d’animation d’Annecy

SAMEDI 14 JUIN DE 14 H 22H:MARATHON DES MOTS/TOULOUSE 2008
En direct de Saint Pierre des Cuisines :Aimé Césaire ;par Joseph Macé-Scaron.

à 14h15, Mauvais genres, par F. Angelier. Le 07-06, Entretien avec Alan Moore,dessinateur de BD publié chez Delcourt.
Ecrivain anglais né à Northampton en 1953, Alan Moore est l’un des plus célèbres scénaristes de bande dessinée, mondialement connu grâce à des séries comme Watchmen (Les Gardiens), V pour vendetta, From Hell ou La Ligue des gentlemen extraordinaires, sans oublier sa participation à Swamp Thing, Batman ou Superman.Il publie aujourd’hui Filles perdues, une bande dessinée pornographique, illustrée par sa femme, Melinda Gebbie.
En 1913, près de la frontière autrichienne, trois femmes se rencontrent dans un hôtel. Alice est une lesbienne vieillissante, Wendy une femme mariée très pudique et Dorothée, une jeune femme plutôt délurée. Toutes les trois vont se confier et partager leurs expériences érotiqiues. On aura reconnu ces trois femmes, Alice revenant du Pays des Merveilles, Wendy ayant laissé Peter Pan à Neverland et Dorothée ayant quitté le magicien d’Oz sur la route de brique jaune. Commencée en 1991, cette épopée érotique a bien failli ne jamais paraître, les ayants droits de l’auteur de Peter Pan acceptant difficilement la vision qu’a Alan Moore du gentil héros. Dans Filles perdues, Alan Moore réutilise une technique narrative qui lui avait déjà servi dans La Ligue des gentlemen extraordinaires, à savoir intégrer dans la même histoire, plusieurs personnages iconiques de la littérature. Ode fantasmatique au désir, au plaisir et au sexe sous toutes ses formes, Filles perdues explore sans aucun tabou les domaines les plus sulfureux de l’imaginaire érotique. Les dessins de Melinda Gebbie, tout en pastels et crayons de couleurs incorporent des détails d’oeuvres de Mucha ou Schiele dans un univers pictural foisonnant, très inspiré de l’Art Nouveau. Un album excitant et dérangeant, réécriture pornographique de quelques lectures enfantines et plongée trouble dans la réalité fantasmée d’une sexualité sans entraves.
Bibliographie succinte d’Alan Moore :
Watchmen (les gardiens), L’Intégrale en 1 volume, Ed. Delcourt
V pour vendetta, L’Intégrale en 1 volume, Ed. Delcourt
Miracleman, Ed. Delcourt
Swamp Thing, Ed. Delcourt
From hell, Ed. Delcourt
La Ligue des gentlemen extraordinaires, Ed. USA

à 15h, ça me dit l’après-midi, par F. Mitterand .Le 31-05, Avec Franco Maria Ricci, collectionneur d’art et éditeur, fondateur de la revue "FMR". Le 07-06, Pierre Dubois, écrivain et elficologue.

à 17h, Jeux d’épreuves, par J.Macé-Scaron. Le 07-06, Shakespeare and Company, de Sylvia Beach (Mercurede France) ;La Mer toujours recommencée de Margaret Drabble(Phébus) ;L’Amour des Maytree, d’Annie Dillard (Bourgois) ;L’Ange noir, d’Antonio Tabucchi (Folio)

à 17h55, Lignes de fuite, par E. Plenel.

à 18h10, Magazine de la rédaction Le 01-03, Russie, le système Poutine

à 18h30, Jusqu’à la lune et retour, par A.Pailler. Le 31-05, Contes persans et romans jeunesse iraniens avec les éditions de l’Harmattan . Le 07-06, Refanut, le navire fantastique de Zacharias
Topelius, illustrations de Philippe Dumas, éditionsChandeigne, collection série illustrée, à partir de 6 ans.Marie-Aude Murail, auteure de 22 ! éditionsl’Ecole des loisirs, collection Mouche, à partir de6 ans.

à 19h, Jeux d’archives, par A.Perraud. Le 07-06, Ivan Nabokov.
Neveu de l’écrivain Vladimir Nabokov, spécialiste reconnu de littérature étrangère, grand dénicheur de talents, Ivan Nabokov fut notamment l’éditeur français du prix Nobel Indien, V. S. Naipaul.

à 19h45, La malle des Indes, par F.Angelier. Le 17-05, le nazisme revisité"Avec Stéphane François.

à 2Oh, Fiction.Le 07-06, Une soirée autour d’Assia Djebar
Enregistré en public à la Maison des Cultures du Monde dans le cadre du Festival Textes & Voix le lundi 11 février 2008.Réalisation : Jean-Matthieu Zahnd.La Maison des Cultures du Monde et le Festival Textes & Voix se sont associés pour proposer une soirée exceptionnelle consacrée à Assia Djebar. En présence de l’auteur, Marie-Christine Barrault et Nicolas Pignon lisent des fragments de son oeuvre, essentiellement de son dernier livre Nulle part dans la maison de mon père (éditions Fayard) mais aussi de La disparition de la langue française .
Elue à l’Académie Française en juin 2005, Assia Djebar est l’auteur de quinze romans traitant de l’histoire algérienne, de la situation des femmes et des conflits autour des langues en Algérie. Traduite en 24 langues, son oeuvre a été plusieurs fois couronnée par de grands prix internationaux. Après plusieurs fresques historiques évoquant l’Algérie, Assia Djebar, s’abandonnant à un flux de mémoire intimiste, nous donne son livre le plus personnel. Elle ressuscite avec émotion, lucidité et pudeur la trace d’une histoire individuelle dont l’ombre projetée n’est autre que celle de son peuple.

à 22h10, Fiction, Le 14-06, A la recherche de Païtiti,de Patrice Pluyette
Avec Bernard-Pierre Donnadieu (le narrateur et le capitaine Belalcazar),
Alys-Yann Schmitz (Fontaine),Gaël Zaks (Hug-Gluq et Negook).

à 23h05, Les vivants et les dieuxpar Michel Cazenave. Le 07-06, L’économie des religions.Avec : Philippe Simonnot, président du site "Observatoire des religions", auteur de Le marché de Dieu : économie du judaïsme, du christianisme et de l’islam éd. Denoël 2008
Dès qu’on parle de spiritualité, on part généralement vers les régions les plus éthérées. Les institutions religieuses sont pourtant "de notre monde" et se coulent dans les contraintes de celui-ci.
Réalisant une lecture des grands systèmes monothéistes à partir de sa position d’économiste, Philippe Simonnot au-delà de tous les poncifs, nous montre ainsi qu’il a toujours existé un "marché du religieux", et que tout système sprirituel s’est toujours construit sur des bases solidement intéressées. Le 14-06, L’ engendrement de l’univers Avec Edgard Gunzig, professeur émérite en cosmologie à l ’Université libre de Bruxelles, auteur de Que faisiez vous avant le Big Bang ? éd. Odile Jacob 2008 ;Edgar Gunzig, professeur émérite de cosmologie à
l’Université libre de Bruxelles a toujours été l’undes pionniers dans son domaine d’étude.Il nous livre aujourd’hui le résultat de sestravaux et de ses réflexions : il pense quel’univers est non seulement infini mais aussi
éternel, brisant ainsi avec le thème du Big Bang,dont il ne fait plus qu’un événement local dans un"multivers" qui nous dépasse de partout. Il pensed’autre part que cet univers s’est organisé de parses lois propres sans avoir besoin d’aucun coup depouce extérieur. Nous allons donc réfléchir à sesvues audacieuses mais raisonnées en les confrontant
aux questions métaphysiques les plus exigeantes.

à 1.00, Les nuits, Multidiffusions.

TOUS LES DIMANCHES

à 6H et à 14H(rediffusion), Carnet nomade, par C.Fellous.
Le 08-06, Le journal de Virginia Woolf Avec : Geneviève Brisac pour le journal d’adolescence de Virginia Woolf aux éditions Stock., Roger Grenier, Auteur de Instantanés aux éditions Gallimard.
"Ce sont nos efforts pour saisir tous les aspects de la vie qui la rendent si passionnément intéressantes" écrivait Virginia Woolf. Et à son tour, en relisant le journal de Virginia Woolf, qui est son livre de chevet depuis ses années d’adolescence, Geneviève Brisac revient sur ce même thème : "Noter, noter sans cesse, car déjà la lumière a changé, car déjà la saison a basculé, et la mémoire défaille, le détail s’est évanoui, l’électricité que l’on croyait avoir captée a disparu ; La vie chatoie, elle file entre les doigts, comment faire pour la mettre dans un livre ? De cette tension, de cette concentration, de ce travail inlassable, témoignent les milliers de pages lumineuses de ses journaux intimes. Mais c’est dans le premier volume, qui court sur douze ans, de 1897 à 1909, que l’on voit se mettre en place, mot à mot, presque pied à pied, une méthode et un style."Avec Geneviève Brisac et plus loin, sur une autre page de ce carnet nomade, avec Roger Grenier, nous entrerons au c¿ur du secret et de l’immense soutien que peuvent apporter les grands textes littéraires quand ils deviennent aussi intimes que des amis. C’est le cas de Virginia Woolf pour Geneviève Brisac, de Romain Gary, Julio Cortazar, Albert camus, Gaston Gallimard et Claude Roy pour Roger Grenier qui, dans son livre Instantanés rend hommage à tant de figures inoubliables qu’il a connus et qui ont marqué l’histoire littéraire du 20 ème siècle.
Le 15-06, De l’amour Avec : Philippe Le Guillou, auteur de Fleurs de tempête aux éditions Gallimard., Sandrine Treiner, auteur de Le goût de l’amour au Petit Mercure., Valentin Retz, auteur de Grand art aux éditions Gallimard., Maria Efstathiadi, auteur de Presque un mélo aux éditions Actes Sud.
Le carnet s’ouvre sur une page de Flaubert dans l’Education sentimentale, une page qui décrit magnifiquement la rencontre amoureuse, telle qu’elle se vit dans la littérature mais qui ressemble aussi à ce que nous ressentons dans la vie. Le désir, disait Gilles Deleuze, est un agencement et tout rencontre amoureuse est prise dans cet agencement. On se souvient du premier regard mais aussi de la lumière qui entrait par la fenêtre, du vêtement que portait l’autre, de la saison, du paysage autour et c’est à partir de tous ces éléments que va s’organiser le sentiment amoureux. Cette scène inaugurale reviendra à chaque étape de "l’histoire d’amour" comme centre et comme point de repère. Un carnet nomade dédié donc à l’amour et aux différentes formes littéraires qu’il engendre, dans la littérature classique autant que dans la littérature contemporaine. Un voyage à quatre temps, guidés par Sandrine Treiner qui a construit dans "Le goût de l’amour"(Mercure de France) sa bibliothèque amoureuse, Philippe Le Guillou qui rend hommage à une femme qu’il nomme "Fleurs de tempête" (Gallimard) et qui est pour lui la figure de l’amitié amoureuse, Maria Efstathiadi qui décrit une étrange liaison dont la voix au téléphone est le support de la passion amoureuse (Presque un mélo, Actes Sud) et Valentin Retz qui pour son premier roman "Grand art" ( Gallimard) parie sur l’amour comme manifeste artistique.

à 7h05, Vivre sa ville, par S.Andreu. Le 15-06, L’Histoire au Musée.
Avec Alain Moatti, Architecte et scénographe., Henri Rivière, Architecte et scénographe., Eric Lucas, Contrôleur général des armées, directeur de la mémoire, du patrimoine et des archives., Sharon Elbaz, Commissaire de l’Historial et directeur des projets de la Fondation Charles de Gaulle.

à 12H A SUIVRE, le 07-06,Production : Vincent Lemerre. A l’heure où un déploiement d’un bataillon français supplémentaire dans l’est de l’Afghanistana été annoncé par Nicolas Sarkozy, entretien avec Olivier Weber, écrivain et grand reporter.Olivier Weber, Lauréat des prix Albert Londres,Joseph Kessel et Lazareff, grand reporter au Point,auteur du La mort blanche (Albin Michel, 2008).Réalisation : Luc-Jean Reynaud

à 12h45, Des papous dans la tête. Par F. Treussard.

à 15h, Tout un monde.Par Marie-Hélène Fraïssé. Le 15-06, Badjao : les derniers nomades des mers du sud (1)Dep uis des temps immémoriaux le peuple austronésien des Sama/Badjao sillonne la mer de Chine et l’océan Indien, des archipels coralliens de Malaisie jusqu’aux confins de l’Australie, des îles de la Sonde jusqu’aux Philippines. Le durcissement des frontières nationales, l’émergence d’un terrorisme islamique aux Philippines, la piraterie à grande échelle, l’épuisement des ressources halieutiques, réduisent peu à peu ces " gitans de la mer " fiers et libres à une condition d’apatrides prolétarisés. Certains d’entre eux, sédentarisés depuis plusieurs générations, ont toutefois créé avec succès un mode de vie original. Tels ces " cow-boys de Bornéo " islamisés, qui pratiquent l’élevage des vaches et le dressage des chevaux dans l’état malaisien du Sabah, en combinant des coutumes très anciennes de guérison ou de divination à leur foi musulmane .

à 16h, Echos de la planète francophone ; le 15-06, Charter pour l’exotisme à Bali 1/2.Un reportage de Sylvain Savolainen pour la RSR (Radio Suisse Romande) sur la marchandisation du voyage et l’industrie du tourisme, diffusée en deux volets, les 15 et 22 juin.
Le tourisme est la première industrie du monde en termes de sommes brassées, devant l’armement ou le pétrole. Sur les cartes des tours opérateurs, l’île indonésienne de Bali représente l’un des centres internationaux du tourisme et de l’exotisme.Pour la plupart d’entre nous et au regard de l’histoire, les voyages aux quatre coins du monde restent finalement relativement récents. Dans cette découverte de l’ailleurs, à quel point voyageons-nous à la rencontre de l’autre et d’un lieu ou dans nos fantasmes, à la recherche d’images de catalogues filtrées par le prisme de l’exotisme ?De spectacles " 100% balinais " en repas chez un prince, Sylvain Savolainen a suivi des Occidentaux en vacances et des Balinais au travail. Regards croisés entre touristes -complaisants ou lucides - et des Balinais, fournisseurs de prestations, pourvoyeurs d’images, ou révoltés du système.
Le jour de la diffusion de ce reportage, on annonçait l’attentat à la bombe qui s’était produit la veille, le 12 octobre 2002, dans la ville balnéaire de Kuta sur l’île indonésienne de Bali, tuant 202 personnes et en blessant 209 autres. La plupart des victimes étaient des touristes étrangers principalement australiens.
Document sonore :Charter pour l’exotisme : voyage dans l’industrie du tourisme à Bali par Sylvain Savolainen dans l’émission " Embargo " de Marc Giouse et Raphaël Guillet, RSR, Espace 2, le 13 octobre 2002

à 17h30, Enfantines. Le 15-06, Aurore Bonjour (La narratrice) Guignol.

à 18h10, Culture d’Islam, par A. Meddeb . Le 15-06, Le sacré entre les culturesEnregistré in situ à Fès à l’occasion du festival de musique sacrée lors de sa 14e session (qui s’est tenue du 7 au 14 juin). Cette émission constitue le deuxième volet du triptyque que nous consacrons à cette manifestation dont France Culture est partenaire.

à 19h, For intérieur. Par O.Germain-Thomas. Le 15-06, Jean Blot, écrivain.Avec Jean Blot écrivain.Jean Blot est né en Russie et a suivi des études à la fois en Grande-Bretagne et en France. Il a suivi un double cursus de droit et de lettres. Fonctionnaire international à New York puis à Genève, il a été responsable du Pen Club durant de nombreuses années. Romanciers et essayiste depuis le milieu des années 50, l’empreinte du monde parcours son ¿uvre. On y retrouve la Russie, la Grèce, L’Asie...
En 2008 paraissent deux livres surprenants : Mozart, Gallimard, un inédit dans la collection Folio- biographies et aux éditions du Rocher Une vie à deux, la rencontre de deux artistes, Alexandre et Nadia qui mettront du temps à se trouver mais qui continueront de s’aimer 50 ans après...

à 20h, Fiction Le 15-06, Catherine Baugué.Evénements
" (...) Nos " Evènements " se passeront dans une sorte de champ d’épandage, dans un champ clos (le plateau) semé de toutes les déjections d’une société qui endette ses plus pauvres pour les pouvoir mieux rejeter ensuite, tout endettement bu, dans les ténèbres extérieures de la Consommation. Et on y trouvera de tout : Une table de formica, le bureau d’un ministre, la ronéo révolutionnaire, les Jeux Olympiques, un portail d’usine en grève, la dislocation de la Famille, etc...Dans ce Théâtre essayant de se survivre tant bien-que-mal, où tout, comme dans nos vies, se mélange, s’épie ; dans ce drame incertain ; dans cette comédie des apparences qui tente de ne jamais choisir entre la " De Nos Jours ", le " Il Etait Une Fois " et le " Il y a Vingt Ans ".
(...) Parce que l’on ne peut parler de tout, mais que l’on peut tenter de faire théâtre de ce qui, à priori, ne se raconte pas d’intime et de cruel, de public et de drôle sur Ici et sur Hier. D’un mois de mai 68. "Didier-Georges Gabily, 1988

21:13, FICTION . Le 08-06, La LouveDe : David Defendi. Avec Martin Amic,Garance Clavel.Bruitage : Bertrand Amiel

à 22h10, ACR Le 15-06, Swaping Substrat. Producteurs-coordonnateurs : Philippe Langlois, et Frank Smith.
Ce travail débute en 2005 lors d’un court séjour àNew York...
A l’époque, Je m’imprègne simplement de la viequotidienne sur place avec l’idée naïve demusicaliser ce que j’en entends et ce que je vis.
Je compose donc environ 25’ de " quelque chose ".Je recherche à l’époque un vocabulaire qui mepermettrait de toucher à la fiction musicale sans lâcher prise sur la composition de la pièce. Ces
quelques plages restent dans le ventre de mon ordinateur plus de deux ans. En écoutant cette session aujourd’hui je prends conscience que mon regard et mon travail ont subi des modifications profondes et j’écoute ce premier jet comme un souvenir. Un écho de mon propre travail qui, à l’époque, cherchait une direction qui s’est beaucoup plus affirmée aujourd’hui et d’autres qui se sont perdues. Cependant, à la réécoute de la maquette une idée, celle du souvenir, semble traverser toute la pièce et j’ai l’intuition qu’il faut affirmer cela. Comment se forme le souvenir dans nôtre esprit ?Quand et comment toutes ces strates se mélangent-t-elles pour donner naissance à ces images floues et trouées du passé. Reprendre cette base de travail et rebâtir dessus et dans les trous, glisser une seconde couche plus électrique, plus synaptique, plus abstraite où les moments musicaux presque pop de ce premier jet
deviendraient le souvenir au sens propre pour la pièce. Des moments de présence imagés, parfois anecdotiques, où voix, sons réels et sons
imaginaires se mêlent dans le seul but de faire traverser à l’auditeur les méandres du souvenir.
Hervé BiroliniAprès une formation en électroacoustique au Centre
Européen de Recherche Musicale et un DESS d’audiovisuel, Hervé Birolini entre en 1997 à Paris au Groupe de Recherche Musicale, en tant que chef opérateur du son pour les cycles de concert "Multiphonie" et "Présence électronique". Depuis 2000, il élabore un travail de composition plus particulièrement lié à la spatialisation :créations musicales pour concert, l’image, la scène ou la radio, et les installations sonores pour l’espace public s’enchaînent alors. Dans ses oeuvres Hervé Birolini triture et dénude l’objet sonore pour retrouver son essence ou lui donner un éclat inédit. De décomposition en trituration, il poursuit sa quête... Approcher le son au plus près, toucher du doigt l’origine d’un monde sonore qui nous entoure. Décomposer pour composer. Hervé
Birolini est lauréat du 6ème Concours d’Art Radiophonique La Muse en Circuit 2005. Ces oeuvres ont été récompensées par le 1er prix d’Art Sonore àla Biennale Internationale de Radio à Mexico en 2004, et par la Bourse INA/GRM dans le cadre du concours Phonurgia Nova 2003.

à 23h30, Poésie sur parole. Par A.Velter. Le 15-06, Poésie, état des lieux : Jean-Pierre Siméon / Christian Prigent

à 0.00 , Black and blue. Par A.Gerber. Le 08-06, Histoire de la clarinette lue en diagonale par Gilles Anquetil (10) Le 15-06, Histoire de la trompette lue en diagonale par Jean-Louis Chautemps (9)

à 1h Les nuits.

TOUS LES JOURS DE LA SEMAINE

à 6hOO, L’éloge du savoir. Du 16 au 18-06, COLLEGE DE FRANCE
Roger Chartie Ecrits et cultures dans l’Europe moderne /Circulations textuelles et pratiques culturellesdans l’Europe moderne XVIème-XVIIIème siècles .Jeudi, Les brûlures de la colonisation- la vérité sur la sexualité coloniale. Conférence de Christelle Taraud. Vendredi, L’anthropologie, de Wittgenstein. Cours de Gunter Gebauer.

à 7h, Les matins, par A. Baddou. Les Matins, la tranche matinale d’information de France Culture présentée par Ali Baddou, proposent un regard différent sur l’actualité et se donnent le temps de la mettre en perspective.

Rythmés par quatre rendez-vous d’information dont deux journaux – à 7h et 8h – l’émission privilégie les sujets de société et l’actualité internationale ; la revue de presse internationale de la rédaction, Les Enjeux internationaux de Thierry Garcin et Eric Laurent, des chroniques pour un décryptage libre de l’actualité - Alain-Gérard Slama sur l’histoire et les idées ; Alexandre Adler sur les questions internationales ; Olivier Duhamel sur la France et l’Europe ; Marc Kravetz, sur les médias et les visages, connus ou inconnus, rencontrés dans la presse internationale.

Les Matins accueillent désormais à 7h25, Corinne Lepage le lundi sur l’écologie, le droit et la justice, Caroline Eliacheff le mardi sur La vie des autres, Catherine Clément le mercredi sur les cultures du monde, Clémentine Autain le jeudi et Caroline Fourest le vendredi. Et avec le débat entre l’invité et les chroniqueurs, Les Matins proposent ainsi aux auditeurs un espace unique de réflexion et d’analyse tout en permettant aux invités du jour de s’exprimer pendant près d’une heure.
7h00 Le journal de la rédaction
7h15 Les enjeux internationaux : Thierry Garcin et Eric Laurent
7h20 Les chroniques de Corinne Lepage, Caroline Eliacheff, Catherine Clément, Clémentine Autain, Caroline Fourest.
7h30 Le rappel des titres
7h35 Revue de presse internationale
7h40 L’invité
7h55 Chronique d’Alain-Gérard Slama
7h53 L’invité (suite)
8h00 Journal
8h15 Chronique internationale : Alexandre Adler
8h20 L’invité (suite)
8h30 Chronique d’Olivier Duhamel
8h35 L’invité (suite)
8h55 Le portrait du jour de Marc Kravetz
9h00 Journal

à 9h05, La Fabrique de l’Histoire Du 16 au 19-06, Histoire du baccalauréat .

à 13h30, Les pieds sur terre. Lundi 16 juin , Sauter la mer
# L’expression créole « sauter la mer » évoque le grand départ vers la métropole. Ce jour-là, à la mission emploi de Saint-André, La Poste et les Déménageurs Bretons sont venus recruter de jeunes Réunionnais pour travailler en métropole, grâce au soutien du CNARM (Comité National d’Accueil et d’Actions pour les Réunionnais en Mobilité).mardi 17 juin ,Enfant de la Creuse. Il y a 40 ans, pour repeupler les zones rurales de métropole qui manquent de bras, l’Etat français, à l’initiative de Michel Debré, entreprend le transfert de 1600 enfants réunionnais. Aujourd’hui, certains d’entre eux, parmi lesquels Jean-Philippe Jean-Marie, l’attaquent en justice pour « violation des droits de la famille ». mercredi 18 juin , L’autre France d’en bas. Trois fois plus peuplée que la Corse, mais trois fois plus petite, La Réunion atteint un taux de chômage qui dépasse les 30%. Alors il faut bien vivre, de petits boulots et, surtout, des aides de l’Etat. Dany et Jean-Michel ont grandi à la résidence La Chapelle, réputée difficile.jeudi 19 juin Les exclus de la Réunion. La Réunion est souvent donnée en exemple en matière de métissage et pourtant, Comoriens et Mahorais sont régulièrement victimes de discrimination. Rencontre avec des familles concernées.vendredi 20 juin Au-dessous du volcan. En février-mars 2007, les habitants du Tremblet ont été confrontés aux éruptions du piton de la Fournaise et aux coulées de lave. Retour sur les lieux un an après.

à 15h, A plus d’un titre, par T. Hakem et J. Munier. Lundi 16, Bernard Mourad pour Libre échange (Lattès). Romain Huret pour La fin de la pauvreté ? Les experts sociaux en guerre contre la pauvreté aux Etats-Unis, 1945-1974 (EHESS) Mardi, avec Anca Visdei pour L’Exil d’Alexandra (Actes sud), Pascale Navarri pour Trendy, sexy et inconscient (PUF) ; mercredi, Gabriel Segré pour Elvis est vivant ! (Les Cahiers du rock) , Gilles A. Tiberghien pour Amitier et courts-circuits (Le Félin) ; jeudi, François Armanet pour Enragé (Pocket) ; Pascal Durand pour Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités (Seuil) ; vendredi, Actualité de la BD, avec Nathalie Ferlut pour Lettres d’Agathe (Delcourt) ; actualité des revues.

à 16h, Sur les docks, l’heure du documentaire. lundi 16 juin Champ libre, nouvelle diffusion (1/5) - Filmer "Entre les murs" ;mardi 17 juin, - Ouessant, l’île rêvée ;mercredi 18 , Langue de la cité, langues des cités ; jeudi 19 juin ,Avoir 18 ans avec le VIH ;vendredi 20 juin , Le Matin des Noirs : portrait d’Archie Shepp

à 17h Du grain à moudre, Débat. Par B. Couturier et Tara Schlegel.

à 19h30, Les nouveaux chemins de la connaissance. Par R. Enthoven,émission du lundi 2 juin Bac philo, trousse de secours (1/5) : un homme libre peut-il obéir ? ;mardi 3 : l’art nous révèle-t-il quelque chose du réel ? mercredi 4 : comment se préparer à mourir ? jeudi 5 : Peut-on juger objectivement de la valeur d’une culture ? vendredi 6 : au nom de quoi respecter autrui ? Du 9 au 13 juin : Merleau-Ponty Du 16 au 20 juin, Talmud, la lecture infinie

à 20h, A voix nue Du 16 au 20juin , Jean Delumeau avec Michel Cool.Jean Delumeau est l’un des historiens français les plus connus de notre temps. Ses livres, qui allient pour le bonheur de ses nombreux lecteurs, érudition et clarté, ont été traduits, pour certains, plus d’une cinquantaine de fois dans une douzaine de langues. Né à Nantes en 1923, Jean Delumeau fait une brillante carrière de professeur de lycée, de khâgne et d’université, avant d’entrer au Collège de France en 1975, comme titulaire de la Chaire d¹histoire des mentalités religieuses dans l’Occident moderne.
S’inspirant de ses maîtres, en particulier Marc Bloch et Fernand Braudel, Jean Delumeau s’attelle dans ses ouvrages à explorer, dans le temps et dans l¹espace, la vie quotidienne de nos prédécesseurs en Occident. Il s’intéresse surtout aux évolutions de leurs manières de penser et de croire et les relate avec un art du récit qui plaît à un grand public friand d¹histoire. Il excelle ainsi dans la pratique de la double écriture du texte et des notes qui ravit à la fois les néophytes et les érudits.
L’¦œuvre de Jean Delumeau est dominée par deux sujets qui n’avaient pas été traités jusque-là : le sentiment de peur et la quête d’espérance de nos ancêtres européens. En 1983, il hésite à publier son plus gros livre, Le Péché et la peur : il est effrayé par la perspective d’éditer des documents qui donnent l’image noire d’un christianisme excessivement culpabilisant. Le livre est non seulement un succès de librairie, mais il opère comme une « thérapie » sur beaucoup de chrétiens, clercs et laïcs, qui avaient été élevés dans un climat de « peur de Dieu ». Il publie en 1992, le premier volume de son triptyque intitulé Une Histoire du Paradis. Il montre comment on est passé de la nostalgie du jardin d’Éden à l’espérance d’un nouveau paradis terrestre et comment cette espérance s’est laïcisée pour donner naissance à la notion moderne de progrès.
Catholique fidèle et lucide, Jean Delumeau se montre vigilant tant sur les frilosités et les archaïsmes de son Église que sur le procès fait au christianisme par certaines élites intellectuelles qui ont tort, selon lui, de ne le juger qu’à l’aune de son passif. Il s’apprête à publier une biographie de Tommaso Campanella, un moine dominicain italien du 17e siècle, qui s’illustra notamment en s’élevant contre la scolastique.
Durant ses entretiens avec Michel Cool, Jean Delumeau s’est exprimé sur tous ces sujets avec la liberté, la sensibilité et la simplicité qui sont les qualités reconnues de ce grand historien.

à 22h15, Surpris par la nuit. lundi 16 juin Raison de plus ; mardi 17 juin ,Souvenirs honteux d’Alsace (1/2) 1er volet : Mon anniversaire à Schirmeck.Souvenir douloureux et encore tabou aujourd’hui, l’histoire des camps de concentration en Alsace après la Seconde Guerre mondiale. Car ceux-ci n’ont pas fermé leurs portes en 1945. Le Struthof n’a été administrativement fermé qu’en 1949. Si de nombreux bâtiments de ce dernier ont été conservés, en revanche, le camp de Schirmeck a été détruit, et il a fallu attendre 2005 pour qu’y soit ouvert un mémorial d’Alsace-Lorraine, situé à l’entrée de la ville. Mais à la place du camp, ce sont des HLM construites dans les années 50. La maison du commandant du camp existe toujours et a été relouée à un particulier. mercredi 18 juin ,Souvenirs honteux d’Alsace (2/2) 2ème volet : Une locomotive du IIIème Reich en plein centre ville. jeudi 19 juin Le testament de Roberto Rossellini . vendredi 20 juinProfession : DRH !
lundi 23 juin , Contresens ,Entretien avec Philippe Jaccottet, à l’occasion de la parution de « Ce peu de bruits » (Gallimard) et de sa traduction des « Elégies de Duino » (Dogana) de Rilke. mardi 24 juin Faîtes le mur ! mercredi 25 juin L’usage illégitime de la force ; jeudi 26 juin Zone de combat . vendredi 27 juin Mat ou brillant ? Les beaux scandales de la photographie. lundi 7 juillet , Rien à voir .Entretien avec Aurore Clément, pour revenir sur l’ensemble de la carrière de l’autre dame blonde (avec Catherine Deneuve ou Bulle Ogier), sans doute la plus mystérieuse du cinéma français. Elle a joué notamment avec Francis Ford Coppola (et Sofia Coppola), Chantal Akerman, Claude Chabrol, Claire Denis, Louis Malle, Anne-Marie Miéville, Wim Wenders…

à 23h30, Du jour au lendemain, par A. Veinstein. lundi 9 juin Christophe Deshoulières / Les Mal-aimants ;mardi 10 juin Jean-Marc Drouin / L’Herbier des philosophes ;mercredi 11 ,Hubert Lucot / Recadrages ;jeudi 12 Philippe Beck / Un journal ; vendredi 13 juin , Paul Veyne / Foucault ;lundi 16 François Mathieu / Poèmes de Czernowitz ; mardi 17 , Monique Schneider / La cause amoureuse.mercredi 18 juin ;Alain Bonfand / Paul Klee.jeudi 19 , Jean-Marie Hordé / Un directeur de théâtre ;vendredi 20 Pascal Boulanger / Fusées et paperoles ;lundi 23 , Heitor O’Dwyer de Macedo / Lettres à une jeune psychanalyste ;mardi 24 Chantal Thomas / Cafés de la mémoire ;mercredi 25Nancy Huston / L’espèce fabulatrice ;jeudi 26 Laurent Jenny / Je suis la révolution. vendredi 27 juin Robert Kopp et Etienne-Alain Hubert / André Breton. lundi 30 juin, Arnaud Claass / Heure locale ;mardi 1er juilletCécile Portier / Contact ;mercredi 2 Elisabeth de Fontenay / Sans offenser le genre humain ; jeudi 3, Jean Louis Schefer / Notre âme est une bête féroce ; vendredi 4 juillet , Jean-Marie Borzeix / Jeudi Saint .

à 1h, Les nuits, Multidiffusions.

TOUS LES LUNDIS

à 10h, Les lundis de l’Histoire Par Jacques Le Goff. Le 16-06, Colonisation, esclavage et fiction. Avec Jean-Frédéric Schaub, de l’EHESS, Jean Hébrard, de l’EHESS, Cécile Vidal, historienne, de l’EHESS.A propos de : Oroonoko prince et esclave , roman colonial de l’incertitude, de Jean-Frédéric Schaub, Ed. du Seuil.

à 11H, L’économie en question, Le 16-06, Les mutations du capitalisme : 2ème partie - Les guerres du capitalisme.Production : Caroline Broué et Olivier Pastré.Naomi Klein, essayiste et réalisatrice, auteur de No logo : la tyrannie des marques (Leméac / Actes sud, 2001) et récemment La stratégie du choc, la montée d’un capitalisme du désastre (Leméac / Actes sud, 2008).Jean-Hervé Lorenzi, économiste, membre du CAE depuis 1997, professeur d’économie à l’Université de Paris Dauphine.

à 14h, Continent sciences, par, St. Deligeorges. Le 16-06, L’art et la science Avec Denis Favennec, Professeur de Mathématiques spéciales au lycée Michel Montaigne (Bordeaux).

à 21h, Comme au théâtre, par J. Gayot. Le 16-06, Persister dans ses choix.le Théatre Garonne, à Toulouse, a vingt ans. Avec Jackie Ohayon, directeur du théâtre Garonne, avec les artistes, Tim Etchell, pour Forces Entertainment et Branlo et Niglo pour le Petit Théâtre baraque et une reprise : Nicolas Liautard, pour la reprise de Amerika, d’après Kafka, au théâtre de la Tempête avec les acteurs Jean-Pol Dubois et Lazare Herson Macarel. Regard sur l’étranger : Clare Finburg, pour l’actualité économique du théâtre en Angleterre.

à 1h00, Les nuits,

TOUS LES MARDIS

à 10h Les mardis littéraires, par P. Casanova. Le 17-06, Les Langues Allemandes Avec : François Mathieu, traducteur des livres La Mal-Née et Poèmes de Czernowitz, Alain Lance, traducteur de Phrase sans fond, Jean-Pierre Morel, professeur émérite à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle.

à 11h, La suite dans les idées, par S. Bourmeau.

à 21h, L’oreille d’un sourd, par Y. Amar. Le 17-06, Hamilton de Holanda.

TOUS LES MERCREDIS

à 10h, Métropolitains.mercredi 18 juin,* Architecture et urbanisme en Chine, avec Frédéric Edelmann, Françoise Ged, le philosophe catalan Josep Ramoneda, les architectes Li Bing et Miao Li.mercredi 25 , L’Equerre et le compas n°67, enregistrée au centre Pompidou le 20 juin. Au programme : les expositions Chine, Dominique Perrault, Brénac et Gonzalez, Pascal Cribier. L’achèvement du quartier Masséna, avec les réalisations des architectes Chochon, Badia et Berger, Borel, Guervilly, Beckmann et N’Thépé, X-TU, et de l’atelier Philtre. Le projet de Tour Signal de La Défense. La polémique relative au projet de Renzo Piano à Ronchamp.mercredi 2 juillet, De la poétique des ruines à la politique des ruines, Haussmann, la Commune de Paris, avec l’historien Eric Fournier ;mercredi 9 juillet , L’achèvement, à Paris, du quartier Masséna, construit selon les plans de Christian de Portzamparc, avec les architectes François Chochon, Marie-Hélène Badia, Frédéric Borel, Aldric Beckmann, Anouk Legendre (X-TU), et un urbaniste de la Semapa ; mercredi 16 L’architecture moderne est morte à Saint-Louis, Missouri, il y a 36 ans et un jour, le 15 juillet 1972, à 15h32 (ou à peu près).* A propos d’Henri Lefebvre, avec Thierry Paquot.

à 11H, Le bien commun, par A. Garapon et H. Espineuse. Le 04-06, Le droit international face au colonialisme. Avec Nathaniel Berman, Emmanuelle Jouannet Pr de Droit international à Paris. mercredi 11 juin ,Actualité de l’oeuvre de Cesare Beccaria.Dans son ouvrage Des délits et des peines, Cesare Beccaria – penseur italien du XVIIIe siècle – dénonçait l’exercice arbitraire du pouvoir judiciaire de l’époque, et la sévérité outrancière des peines appliquées. Les sanctions, disproportionnées et cruelles, trahissaient un système judiciaire assoiffé de vengeance plutôt que soucieux de l’utilité sociale. A travers l’œuvre de Beccaria, Le Bien commun se penche, cette semaine, sur cette critique pénale pour en déceler l’actualité. Le 18-06, La réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature . mercredi 25 juin , Les cours européennes . Semaine transversale Europe à l’occasion de la présidence de la France à la tête de l’UE le 1er juillet. mercredi 2 juillet La justice urgentiste .

à 14h, Planète Terre , le 18-06, L’Europe mise en carte : les européens, le continent et le planisphère.Production : Sylvain Kahn
Avec : Claude Grasland, Professeur de Géographie Université Paris 7 Denis Diderot, Pierre Beckouche, géographe, Université Paris I

à 14h30, Salon noir, par V. Charpentier.Le 04-06, le sombre abîme du temps.Avec Laurent Olivier, Conservateur du département des âges du Fer au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Le 11-06, Lattara (Lattes) et les Gaulois du Sud.Avec :Michel Py, Directeur de Recherche au CNRS, UMR 5140, Thierry Janin, directeur de recherche au CNRS. Le 18-06, L’art des cavernesAvec : Jean Clottes préhistorien, ancien conservateur général du Patrimoine et président du Comité international d’art rupestre.

à 21h, L’avventura, par L. Adler. Le 11-06, Mario Monicelli : portrait. Le 18-06, Rencontre avec Bent Hamer à l’occasion de la sortie de O’Horten.

TOUS LES JEUDIS

à 10h, Une vie, une oeuvre Le 20-06, Bernard Frank ( 1929-2006), par Anne de Giafferri. Avec : Raphaël Sorin, éditeur, Claude Perdriel, PDG du "Nouvel Observateur" et administrateur du "Monde", Jean-Paul Kauffmann, écrivain.
Bernard Frank a 20 ans lorsqu’il rencontre Jean-Paul Sartre qui lui confie, à titre d’essai, la chronique littéraire dans "Les Temps Modernes". Nous sommes en 1949 et en 1952, Grognards et Hussards fait sa gloire immédiate. Le texte fait le tri par l’insolence entre les auteurs contemporains. Face aux vieux, il identifie une portée de jeunes " hussards " de droite aux apparences frivoles (Nimier, Blondin, Laurent). En 1953, il publie son premier roman Les Rats où il fait de Sartre l’un de ses personnages. " Bernard Frank est insupportable " ne cessera-t-il de dire et d’ajouter " Il faudrait pourtant que vous travaillez. Mais voilà, vous écrivez pour ne pas travailler ! " La nonchalance est chez Frank une politesse de l’intelligence qui se dessine aussi à travers cette manie qu’il avait de caresser sa trop longue mèche de cheveux sur son front. Et pourtant, à trente ans, Bernard Frank aura écrit les 6 livres fondateurs à toute son oeuvre, de Géographie universelle à La Panoplie littéraire, la légende de " la maison Frank " est née. Où il est le grand ami de Françoise Sagan, le compagnon de route des années joyeuses et de leurs accidents, avec qui il forme ce couple, aujourd’hui " mythique ", intellectuel, vif et plein d’humour
Après un long silence, " années abstraites où il n’a pas fait grand chose ", Bernard Frank revient en écrivain avec Un siècle débordé puis en 1980 Solde - deux merveilles de déambulation entre l’intimité et l’histoire - et en chroniqueur à France Observateur, au Matin de Paris, au Monde puis au Nouvel Observateur où il donnera son dernier " bavardage " quelques jours avant sa mort.
Voix d’archives : Bernard Frank et Françoise SaganJean-Marie Winling pour les lettres de Bernard Frank
Eric Herson-Macarel pour des extraits de l’ oeuvre de Bernard Frank

à 11h, La Société des Nations, par M. Mukamabano.

à 14h, Sciences et conscience, par Ph. Petit. Le 05-06, Colloque autour d’Henri Atlan : Déterminismes et complexités. Avec Henri Atlan, biologiste, philosophe, David Chavalarias, chercheur au CREA, Jean-Pierre Dupuy, auteur, philosophe. Le 12-06, La cybernétique
Avec Mathieu Triclot, maître de conférences en philosophie des sciences à l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard. Le 19-06, La science pour les enfants. Avec : Jean-Marc LEVY-LEBLOND Physicien et philosophe, Denis GUEDJ, mathématicien et professeur d’histoire des sciences et d’épistémologie à l’université Paris-VIII, Robert Pince, maître de conférences à l’Institut National Polytechnique de Toulouse.

à 21h, Affinités électives, par F. Isidori. Le 05-06, avec l’écrivain hongrois Peter Esterhazy né en 1950. Le 19-06, Hubert Lucos .

TOUS LES VENDREDIS

à 10h, Les vendredis de la philosophie, par F. Noudelmann.Le 06-06, Les postérités de Merleau-PontyAvec : Renaud BARBARAS, Claude Imbert, Emmanuel de Saint-Aubert, Vincent PEILLON Parti socialiste. Avec Renaud BARBARAS, professeur à l’Université de Paris 1, auteur de Le tournant de l’expérience. Recherches sur la philosophie de Merleau-Ponty. (Vrin, 1998)
- Claude IMBERT, professeur à l’ENS auteur de Maurice Merleau-Ponty (ADPF, 2005)
- Vincent PEILLON, auteur de La tradition de l’esprit : itinéraire de Maurice Merleau-Ponty (LGF, 2008)
- Emmanuel de SAINT-AUBERT, chercheur au CNRS, auteur de Vers une ontologie indirecte (Vrin, 2006)
. Le 13 juin, La force de l’âge
Avec :Régine Detambel (Auteur), Véronique Le Ru philosophe, Pierre-Henri Tavoillot philosophe, maître de conférence à Paris IV
Avec : Régine DETAMBEL, écrivain auteur de Le syndrome de Diogène : éloges des vieillesses (Actes Sud, 2008)
- Véronique LE RU, maître de conférences à l’Université de Reims auteur de La vieillesse (Larousse, 2008)
- Pierre-Henri TAVOILLOT, maître de conférences à l’Université de Paris4-Sorbonne, coauteur de Philosophie des âges de la vie : pourquoi grandir ? (Hachettes littératures, 2008)
Le 20-06, Baltasar Gracian. Avec : Benito Pelegrin.

à 11h, Place de la toile, par C. Broué, Th.Baumgartner et B.
Patino. Le vendredi 20 juin : Quel web les "natifs numériques" nous annoncent-ils ?

à 14h, Science publique Le 13-06,A qui profite le réchauffement climatique ?Par Michel Alberganti.Avec : Martine Tabeaud, Frédéric DENHEZ, journaliste, Michel Petit, Frédéric Durand.Avec Martine Tabeaud, professeur de géographie à l’université Paris Panthéon Sorbonne, Frédéric Denhez, ingénieur en environnement, spécialiste du monde sous-marin et des questions d’environnement, Michel Petit, membre de l’Académie des Sciences, Frédéric Durand, Maître de conférences à l’université Toulouse II - Le Mirail. Le 20-06, Le numérique allié ou ennemi de la musique ? par Michel Alberganti. Avec : Laurent Kratz directeur général de Jamendo, Bernard Miyet Président de la SACEM, Jean Pelletier (Auteur) Secrétaire général de l’Adami, Hervé Rony directeur général du SNEP, Delphine Sabatier, rédactrice en chef déléguée de SVM

à 21h, Peinture fraîche, par J. Daive. Le 16-05, Traces du sacré à Beaubourg jusqu’au 11 août 2008par Matthieu Garrigou-Lagrange Avec Jean de Loisy, commissaire de l’exposition, Jean-Michel Alberola, Bruno Perramant, Bruno Mathon, critique d’art. Le 23-05, L’art africain : hommage à Jacques Kerchache (1942-2001), collectionneur spécialisé dans les arts premiers. A l’occasion de la parution des OEuvres complètes de Claude Lévi-Strauss (PLéiade). Avce Germain Viatte ; Marine Degli, ancienne collaboratrice de Jacques Kerchache ; Vincent Debaene. Et la voix de Claude Lévi-Strauss. Le 30-05, Les Ecrits sur l’ Art d’ André Breton Tome III (éd. Pléiade).Avec Etienne-Alain Hubert, éditeur. Le 06-06, Retrospective Anthony Caro à Angers/ Hommage à Robert Rauschenberg Le 13-06, Retrospective Fernand Léger à la Fondation Beyeler (Suisse) jusqu’au 7 septembre 08.Avec Philippe Büttner, commissaire d’exposition. Le 20-06, Raoul de Keyser au FRAC Auvergne jusqu’au 31 août 08 (Clermont-Ferrand, écuries de Chazerat)Avec : Jean-Charles Vergne, FRAC Auvergne, Eric Sucher, écrivain

à 1h00, Les nuits,


Bonne écoute.

A voir tous les samedis sur arte à 2Oh Métropolis.
Vous pouvez également écouter France-Musique...


Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur