"Le Tour d’Ecrou", Henry James

Une excellente petite nouvelle d’épouvante...
vendredi 15 décembre 2006
par  Lilith ABIGAIL

Bonjour à tous ! Je suis une petite fille qui erre dans le CDI à la recherche de bons livres à dévorer... Et à décortiquer par mes critiques. Il est peu probable que vous deviniez un jour mon identité, pour l’heure, appelez-moi simplement Lilith Abigail.

Une histoire d’épouvante à Noël, cela vous semble-t-il incongru ? C’est pourtant l’idée pour le moins étonnante qu’a eue Henry James lorsqu’il publia cette - longue - nouvelle en 1898. Curieusement, le paradoxe fonctionne à merveille.

Lisez plutôt : le soir de Noël, un groupe d’amis se réunit dans une grande bâtisse victorienne afin de se raconter des histoires terrifiantes. L’un d’eux fait la lecture d’un vieux manuscrit que lui avait remis une femme dont il s’était épris...
Celle-ci fait le récit de son étrange aventure : envoyée garder deux enfants - biens sous tous rapports - dans un manoir isolé, elle découvre que ceux-ci sont possédés par les fantômes des anciens domestiques du lieu...

Cette nouvelle est assez fascinante parce qu’elle joue sur un véritable sentiment d’ambigüité : les deux enfants sont-ils réellement maléfiques ? La jeune gouvernante est-elle folle ? A-t-elle des hallucinations ou ce qu’elle voit est-il réel ?

Henry James s’amuse, au long de cette nouvelle, à jouer avec nos nerfs jusqu’à la dernière ligne de ce récit.
Cette oeuvre, par ailleurs saluée par Oscar Wilde à sa publication, est à l’origine de nombreux films ou romans d’épouvante (à titre d’exemple, on peut citer Les Autres, d’Alejandro Amenabar, avec Nicole Kidman, angoissante au possible).

Alors, en attendant d’ouvrir les cadeaux, on regarde un film gentillet ou on frissonne délicieusement dans son fauteuil ? A vous de choisir. Joyeux Noël !


Sites favoris


6 sites référencés dans ce secteur