"Le Visiteur", d’Eric-Emmanuel Schmitt

La petite Chronique Littéraire par une mystérieuse élève de 1èreL
mercredi 22 novembre 2006
par  Lilith ABIGAIL

Bonjour à tous ! Je suis une petite fille qui erre dans le CDI à la recherche de bons livres à dévorer... Et à décortiquer par mes critiques.
Il est peu probable que vous deviniez un jour mon identité, pour l’heure, appelez-moi simplement Lilith Abigail.

Afin de démarrer en beauté ces Petites Chroniques, je vous conseille la lecture du Visiteur, d’Eric-Emmanuel Schmitt.

Que ceux qui prétendent ne pas aimer le théâtre se ravisent : cette pièce ne ressemble à rien de connu, si ce n’est à elle-même.
L’action se déroule en Juin 1938. Freud, inquiet pour sa fille Anna enlevée par la Gestapo, reçoit l’étrange visite d’un homme élégant qui n’est peut-être autre que Dieu...
Cette nuit-là, entre un vieil homme désabusé, ne croyant que ce qu’il voit, et le fameux Inconnu, se noue un dialogue étrange, drôle, émouvant et parfois terribe.
A l’image de ces deux répliques :

"FREUD : Alors pourquoi l’avoir fait, ce monde ?

L’INCONNU : Pour la raison qui fait faire toutes les bêtises, pour la raison qui fait tout faire, sans quoi rien ne serait... par amour."

Cette pièce est d’une intensité rare.
Certes, elle est courte : un seul acte. Elle est facile d’accès, avec une langue claire, simple, belle, mâtinée d’élégance certaine.
Elle se lit vite parce qu’elle envoûte le lecteur, incapable de s’en détacher jusqu’à son dénouement.
Avec cette oeuvre, Eric-Emmanuel Schmitt accomplit un petit miracle à lui tout seul : celui de susciter des interrogations chez le lecteur par rapport à la foi, à l’existence du Divin... Il tente, parfois, d’y apporter des réponses.
C’est une oeuvre belle et mystérieuse, qui s’adresse au coeur même du lecteur, celui-ci étant libre de donner sa propre interprétation.


Sites favoris


6 sites référencés dans ce secteur