A ne pas manquer à la télévision, le documentaire "Un monde sans fous ?"

samedi 20 novembre 2010
par  Lydia COESSENS

DIFFUSIONS SUR LA TRÈS BONNE CHAÎNE PARLEMENTAIRE LCP
LUNDI 22 NOVEMBRE 2010 DE 22H30 À 23H30 (60’)

Rediffusions :

Samedi 27 novembre 2010 : LA CHAÎNE PARLEMENTAIRE 22h00
Dimanche 28 novembre 2010 : LA CHAÎNE PARLEMENTAIRE 18h00

Documentaire de Philippe Borrel (France, 2009). 55 mn. Rediffusion.
Un monde sans fous ?

RÉSUMÉ

En trente ans, la psychiatrie publique a fermé 50 000 lits. Morts ou désocialisés, de nombreux patients ont fait les frais de cette politique. Ainsi, un tiers des sans-abri souffrirait aujourd’hui de pathologies mentales. « On a confondu la réforme de l’asile avec la destruction de l’asile », regrette le docteur Hervé Bokobza. Rue, foyer, hôpital et prison, les parcours se suivent, et se ressemblent. « On juge des gens et on s’aperçoit, une fois qu’ils sont arrivés en détention, qu’ils ont des maladies mentales », résume le vice-président du tribunal de grande instance de Paris.
« Le parcours du fou est relativement balisé, commente Serge Portelli, vice-président du tribunal de grande instance de Paris. C’est un aller-retour entre la rue, le foyer, ce qu’il reste de l’hôpital psychiatrique et la prison. Nous, les juges, on joue un rôle bien huilé dans le système. » Un constat lucide porté sur l’évolution de la prise en charge des psychotiques. En trente ans, 50 000 lits d’hospitalisation ont ainsi été fermés en psychiatrie publique sans que des structures alternatives prennent le relais. Un tiers des sans-abris échoués sur le macadam souffriraient de pathologies mentales. Les geôles de la République, parfois « dernier lieu où sont dispensés les soins », regorgent de malades. Et la survenue d’un fait divers impliquant « un fou » tord le discours, et la loi, vers toujours plus de sécuritaire pour l’ensemble des psychotiques. Il est loin, le temps où se revendiquait une approche humaine et au long cours. L’heure est à l’isolement, aux camisoles, aux soins sous contrainte pour tous. L’efficacité à moindre coût est devenue le maître mot. Et de brillants cerveaux ont tôt fait de réduire les désordres mentaux à des dysfonctionnements génétiques, biologiques et anatomiques, évacuant le contexte social, économique et psychologique...

Époustouflante enquête, le documentaire explore pas à pas les éléments d’un puzzle qui, en s’imbriquant, font sens. Apparemment sans lien avec la déshérence voulue de la psychiatrie hexagonale, le choix d’un étalonnage mental de la population, du repérage anticipé des « déviances » et du recours aux médicaments pour normaliser se révèle glaçant de cohérence. Mais pour quel monde ?

Marie Cailletet


Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur