FRANCE CULTURE.COM

lundi 13 juin 2011
par  Lydia COESSENS

TOUS LES SAMEDIS

Le Journal : à 7, 9, 12h30, 18 et 22h.

à 7H05 Terre à terre par Ruth Stégassy. Le 11-06, Faux-la-Montagne
Reportage sur des alternatives dans le Limousin, à Faux-la-Montagne.
Avec notamment : Michel Lulek , co-fondateur et membre de l’équipe d’Ambiance Bois ; Anne-Gaëlle Yvinec, directrice de l’école de Faux-la-Montagne ; Agnès Courboulay, de l’association Fil en réseaux ; Stéphane Grasser, de l’APEHPM (l’Association pour la Promotion de l’Eco-Habitat sur le Plateau de Millevaches) ; Emilie Lordemus, graphiste ; Clara Guiomar, de Télé Millevaches, Marc Bourgeois, du réseau Repas.

à 8H10, L’Économie en questions par Dominique Rousset. Le 11-06,

1er sujet : Taxation des biens culturels : retour sur l’ISF et réforme de la fiscalité...

2nd sujet : Élections au Pérou, Colombie, influence de Chavez : quel avenir pour les économies de l’Amérique latine dans la globalisation (contestation du rôle du FMI etc.)

à 9H10, Répliques par Alain Finkielkraut. Le 04-06, Sommes nous encore un peuple politique ?
Invités : Vincent Peillon, philosophe et homme politique ;
Patrice Gueniffey, directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales

Le 11-06, Au cœur de la France

à 10H, Concordance des temps par Jean-Noël Jeannerey. Le 11-06, Le football : reflet des tensions nationales. Avec Paul Dietschy
Ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et agrégé d’histoire, Paul Dietschy est maître de conférences à l’Université de Franche-Comté où il enseigne à l’UFR STAPS et à l’UFR d’histoire. Il a soutenu sa thèse "Football et société à Turin 1920-1960" en 1997 devant l’Université Lumière-Lyon II.
Bibliographie complémentaire :
- Paul Dietschy, Patrick Clastres, Images de sport : de l’archive à l’histoire, Nouveau Monde Editions, 2010
- Paul Dietschy, Histoire du football, Perrin, 2010
- Paul Dietschy, David-Claude Kémo-Keïmbou, Le football et L’Afrique, EPA/FIFA, 2008.
- Paul Dietschy, Yvan Gastaut, Stéphane Mourlane, Histoire politique des Coupes du monde de football, Paris, Vuibert, 2006.
- Paul Dietschy, Patrick Clastres, Sport, société et culture en France du XIXe siècle à nos jours, Paris, Hachette, coll. Carré histoire, 2006.
- Stéphane Beaud, Traîtres à la nation ? : un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud, La Découverte, 2010

Programmation sonore :
1. Extrait de l’intervention télévisée du chef de l’Etat, Jacques CHIRAC, le 14 juillet 1998, après la victoire de la France face au Brésil en finale de la Coupe du Monde (Archive Inter Treize)

2. Clément DUHOUR interprète « Football », chanson de Clément DUHOUR et Jo BOUILLON, enregistré en décembre 1936, issue de l’album "Le sport en chansons" et paru chez Marianne Mélodie

3. Interview de Jacques CHABAN – DELMAS, maire de Bordeaux et de Claude BEZ (président du club des Girondins), extrait du magazine « Tabou », diffusé sur France Inter, le 6 novembre 1983

4. Interview de Valéry GISCARD D’ESTAING, président des Républicains Indépendants, qui livre ses impressions sur la finale de la Coupe de France (Inter Actualités), le 12 mai 1968.

5. Interview de LARBI BEN BAREK, le 30 décembre 1948, lors de l’émission « Prologue ».

6. Reportage sur le départ de France des footballers Algériens, correspondance de Lelio RIGAZZI depuis Lausanne, le 15 avril 1958.

7. Extrait de l’intervention de Roselyne BACHELOT, ministre des sports, à l’Assemblée Nationale, le 23 juin 2010.

à 12H La suite dans les idées par Sylvain Bourmeau. Le 04-06, Philosophie pratique de la drogue
Invité : Patrick Pharo, sociologue, pour Philosophie pratique de la drogue (Cerf, 2011)
Le 11-06, Philosophie des jeux vidéo
Invité : Mathieu Triclot, maître de conférences en philosophie à l’université de technologie de Belfort-Montbéliard, auteur du livre Philosophie des jeux vidéo (La découverte/Coll : Zones 2011)

à 12H45, La Rumeur du monde par Jean-Marie Colombani. Le 11-06,

à 13H30, Le bien commun par Antoine Garapon. Le 11-06,La liberté de culte en prison
Le contrôleur général des lieux de privation de liberté a été nommé le 13 juin 2008 par décret. Il a pour mission de s’assurer du respect des droits fondamentaux des personnes privées de liberté et il veille à ce que les personnes privées de liberté soient traitées avec humanité et dans le respect de la dignité inhérente à la personne humaine.
Invité : Jean Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté

à 14H, Projection privée par Michel Ciment. Le 11-06, André S. Labarthe
La rétrospective « Cinéastes, de notre temps » au Centre Pompidou du 27 avril au 9 juillet 2011
et la parution de :
- « Il était une fois André S. Labarthe » 3 DVD (La Huit Editions)
- Revue Cinergon n° 19-20 « Spéculaire »,
- « Bataille, Sollers, Artaud, Reverdy, Schulz par André S. Labarthe » 5 films de André S. Labarthe réalisés dans le cadre de l’émission « Un siècle d’écrivains » et regroupés dans un coffret 2 DVD (Editions Shellac Sud).

Le Conseil de la semaine :
Anne Bourgeois pour les livres « L’industrie du rêve – 10 ans de rencontres » (disponibles en versions numérique ou papier).

à 15H, Tentatives premières par Ali Baddou. Le 11-06, Débat culturel
Débat : Eva Bester, Alice Fargier, Merryl Moneghetti, Xavier Martinet
Film : Gianni et les femmes de Gianni Di Gregorio
Musique : Rome de Danger Mouse
BD : "En cuisine avec Alain Passard." de Christophe Blain (Gallimard)
Adrien Landivier : Techno et littérature, le combat des mots

à 15h30, Radio libre par Arnaud Laporte. Le 11-06, Hervé Di Rosa, Chantal Thomas, le moment live de Julien Baer
Cette semaine dans Radio Libre, l’artiste peintre et fondateur du Musée International des Arts Modestes de Sète, Hervé Di Rosa sera l’un des invités de Radio Libre, à l’occasion de la célébration des 10 ans d’existence de ce lieu unique.

A ses côtés, l’auteure Chantal Thomas viendra parler de son nouvel ouvrage de philosophie édité chez Payot & Rivages, L’esprit de conversation.

Le moment live lui, sera confié aux bons soins de Julien Baer et à la redécouverte de certains de ses titres et de leur histoire, à l’occasion de la sortie de l’album "Drôle de situation 1997 - 2011".

à 17H Jeux d’épreuves par Joseph Macé-Scaron. Le 11-06,
Le dîner, de Herman Koch (Belfond)

La mauvaise fortune, de Bruno Vercier (Gallimard)

Pink Floyd en rouge, de Michele Mari (Seuil)

Carnet de bal (3), de Marc Lambron (Grasset)

à 17H54, Lignes de fuite par Edwy Plenel.

à 18H10 Le magazine de la rédaction.Le 11-06, La scolarisation des enfants migrants. Un reportage de Tara Schlegel.

à 19H, Mauvais genres Par François Angelier. Le 11-06,Ian Mc Donald
En direct et en public depuis Saint Malo où se tient l’édition 2011 du festival Étonnants Voyageurs, Mauvais Genres reçoit, ce soir, le romancier anglais de Science-fiction Ian Mc Donald, auteur-phare de la nouvelle littérature anglaise de l’imaginaire, il évoquera pour nous sa carrière, les thèmes de son œuvre et son dernier roman traduit en français (Denoël), Le Fleuve des dieux.

à 20H Fictions/Drôles de drames. Le 11-06, La Reine Didon de Anne Sibran
Réalisation : Christine Bernard-Sugy
Rediffusion du 16/01/2007

"Je n’ai pas une langue affûtée à l’expression de la révolte, ce qui me bouleverse, je ne sais rien en dire, que ranimer cette présence misérable que j’avais dans l’instant, convoquer la lumière, invoquer chaque odeur, chaque crissement, comme autant de témoins de l’indicible." Entre le rêve d’une reine fondatrice de Carthage et ce que la Tunisie est devenue aujourd’hui : journal de voyage d’un écrivain.

Anne Sibran est écrivain. Elle écrit dans les lisières, aux intervalles, chaque fois qu’un vide s’entrouvre, entre ciel et terre ("Ma Vie en l’air", chez Grasset), entre deux pays ("Bleu-Figuier", chez Grasset) entre l’homme et la bête ("Je Suis la Bête", chez Gallimard). Elle écrit aussi pour la Bande dessinée : "La Terre sans Mal" et "Là-Bas" (avec Tronchet) et pour la radio : "La Reine Didon", "Le carillon de la montagne Tông Son" et prépare actuellement un feuilleton radiophonique relatant son séjour en Amazonie.

Avec : Bérangère Bonvoisin, Emmanuel Lemire, Mahmoud Saïd, Makik Faraoun, Anna Jahjah, Agid Bouali, Aomar Lekloum, Rabah Loucif, Myriam Zghal, Maalam Mohamed, Omar Yami et Kader Kada
Bruitage : Patrick Martinache

à 21H Ça rime à quoi par Sophie Nauleau. Le 11-06, Serge Sautreau (1943-2010) présenté par Guy Goffette
«  Voici le journal testamentaire d’un homme à l’agonie, un poète qui n’a plus de souffle que dans les mots, plus de vie à brûler que par les mots, et qui leur cède tout.

La force désespérée qui s’exprime ici est d’une beauté à couper le souffle. C’est un appel d’air dans l’incendie, qui déplace tout discours, le condense et le violente à bouche que veux-tu ; qui retire toutes ses chevilles à la langue, convoque tous les rythmes, mêle tous les styles, toutes les voix.

Une "agonie d’encre... – mais oui en boucle". Nous sommes prévenus : ce n’est pas un poème, c’est un brûlot poétique, un cri, un hymne à la vie, la vraie, celle qui passe la mort.

À côté de ce texte terrible et bouleversant, combien de romans peuvent se tenir debout, combien ? » Guy Goffette

L’Antagonie grand œuvre posthume de Serge Sautreau est publié chez Gallimard

Programmation musicale :
Musiques extraites de l’album "This is not a clarinet"de et par Evan Zyporin paru chez " Cantaloupe Music" 2001
Le poème de Serge Sautreau lu par lui même est extrait de l’émission "Poésie sur Parole" d’ André Velter/ Novembre 1989 sur France Culture

à 21H30, Jusqu’à la lune et retour par Aline Pallier. Le 11-06,

à 22H11, Affinités électives par Francesca Isidori. Le 11-06, Philippe Djian

à 23H, Fictions/perspectives contemporaines. Le 11-06, Chantiers d’Europe- Contractions de Mike Bartlett
CHANTIERS D’EUROPE Cycle des dramaturgies de Grande-Bretagne,
en co-production avec le Théâtre de la Ville
France Culture et le Théâtre de la Ville se retrouvent pour la 2e année avec les Chantiers d’Europe, autour d’une série de lectures de textes contemporains britanniques. L’originalité de cette programmation tient à sa conception en matière de production et de diffusion : l’ensemble des pièces, choisies par un comité de lecture spécialement réuni pour l’occasion, fera l’objet de créations radiophoniques, confiées à des réalisateurs de radio (Alexandre Plank, Juliette Heymann, Jacques Taroni, Michel Sidoroff), qui reprendront ensuite ces textes en lecture simple au Théâtre de la Ville, au café des œillets ; mais aussi à un metteur en scène, Alain Françon, pour une soirée en direct et en public de la Maison de la Radio.
Les mêmes pièces, interprétées par les mêmes acteurs, seront donc proposées aux auditeurs de France Culture (dans certaines tranches de fiction comme Théâtre & Cie, Perspectives Contemporaines) et aux spectateurs du Théâtre de la Ville, sur une même période (du 6 au 19 juin).
Cette opération conjointe entre France Culture et le Théâtre de la Ville montre combien la radio est un partenaire actif du monde du spectacle, un soutien aux auteurs. Quant aux Chantiers d’Europe, ils sont pour nous tous une manière d’ouvrir la culture française aux autres cultures, de faire circuler les textes et les œuvres. Blandine Masson
Conseiller de programme à la fiction de France Culture
Le comité de lecture était composé de Robert Davreu, Philippe Le Moine, David Lescot, Séverine Magois, Laetitia Manach, François Regnault, Andrea Schieffer, Anne-Louise Trividic.
Le programme a été coordonné pour France Culture par Laurence Courtois.

Contractions de Mike Bartlett
traduit par Kelly Rivière, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez
Réalisation de Juliette Heymann

Le monde professionnel comme entreprise de démolition de l’individu : dans un huis clos entre une supérieure hiérarchique et son employée, Mike Bartlett décortique, avec un humour noir allant jusqu’à l’absurde, l’ingérence du monde du travail dans la vie intime des salariés. Principe poussé à son extrême, puisque dans le monde de Contractions, « aucun employé, membre du bureau ou directeur de l’entreprise ne doit s’engager avec aucun autre employé dans aucune relation, activité ou action qui soit entièrement, principalement ou partiellement de nature qui puisse être qualifiée de sexuelle ou d’amoureuse sans en informer au préalable l’entreprise. »

L’écriture maîtrisée, précise, féroce de Mike Bartlett progresse inexorablement vers la chute.

Avec :
Judith Henry : Emma
Nathalie Richard : le manager

Musique électro-acoustique originale : Dominique Massa, Patrick Martinache

Mike Bartlett
Né en 1980, Mike Bartlett est un dramaturge anglais diplômé d’Oxford et de l’université de Leeds. Il est aussi co-directeur de la Shapeshifter Theatre Company.

En mai 2007, il est auteur en résidence au Royal Court Theatre, où sa pièce Mon enfant est créée. Sa deuxième pièce Artefacts est créée au Bush Theatre en mars 2008 par la compagnie Nabokov. Cette création est suivie d’une tournée nationale.

Sa pièce radiophonique Not Talking , saluée par la critique, est diffusée en mars 2006 sur la BBC. Elle traite des objecteurs de conscience britanniques sous la Seconde Guerre mondiale et du problème des brimades dans les forces armées.

En juillet 2005, Mike Bartlett participe au festival « New Voices » du Old Vic Theatre, où il écrit et monte Comfort en vingt-quatre heures.

En 2006, il remporte le Tinniswood Award pour Not Talking et en 2007, le Imison Award.

En août 2010, sa pièce Earthquakes in London se joue au National Theatre dans une mise en scène de Ruppert Goold. Elle traite des catastrophes écologiques, économiques et morales auxquelles notre société est confrontée.

Mike Bartlett est actuellement en train d’écrire une nouvelle pièce pour le National Theatre.

Musique électro-acoustique originale : Dominique Massa, Patrick Martinache
Bruitages : Patrick Martinache
Prise de son, montage et mixage : Bernard Lagnel ; Laure Jung-Lancrey
Assistante à la réalisation : Delphine Lemer

Suivi de "Tom Waits" "Blue Valentines"

à 01H Les nuits de France Culture

TOUS LES DIMANCHES

à 6H10 et à 23h Culture d’Islam par Abdelwahab Meddeb. Le 12-06, Les arts de l’islam et leurs effets sur l’Europe
Comment les arts visuels de l’islam ont-ils été découverts en Europe au XIXe siècle ? Quelles inspirations ont-ils produit sur des collectionneurs, des théoriciens et des artistes européens ? Quelles réponses y ont-ils trouvé à leurs interrogations sur le futur de l’image et de l’ornement, notamment dans le monde de la technique et de l’industrie ? Bibliographie : Islamophilies, L’Europe moderne et les arts de l’Islam, catalogue de l’exposition Le génie de l’Orient, musée des Beaux-Arts, Lyon, 2 avril - 4 juillet 2011, co-édité avec Somogy. Le texte du catalogue a pour auteur principal Rémi Labrusse (pp. 19-315) auquel s’ajoute l’étude de Salima Hellal, Lyon et les arts de l’Islam au XIXe siècle, pp. 317-357)
Invité : Rémi Labrusse , de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense

à 7H05, Je l’entends comme je l’aime par François Noudelmann.
Le 12-06, Louis Aragon (1987 - 1982)
Les textes d’Aragon ne cessent d’être mis en musique au point que des chanteurs sont devenus comme des compagnons de route de l’écrivain. Aragon par Jean Ferrat, Léo Ferré chante Aragon sont des titres d’album et une famille musicale s’est greffée autour du poète : Georges Brassens, Marc Ogeret, Serge Reggiani mais aussi des plus contemporains, Alain Souchon, Sapho, Bernard Lavilliers et même des groupes de rock.
Pourquoi certains poètes inspirent-ils plus que d’autres les chansonniers ? Leur langage ne se suffit-il pas à lui-même pour avoir besoin d’une version chantée ? Ou leur poésie exige-t-elle une incarnation, un théâtre, un partage collectif ? Les poèmes d’amour d’Aragon sont aussi des chants de communauté, ils portent en eux une force de résistance et d’espoir.

La musique fut davantage qu’un accompagnement dans la vie de l’écrivain. Schumann, Wagner et Prokoviev l’ont saisi jusque dans son écriture. Au point de mettre en question le réalisme romanesque devant la puissance indéfinissable du chant.

Avec Nathalie Piégay-Gros, professeur à l’université de Paris 7, auteur notamment d’ Aragon et la chanson (Textuel)

Daniel Bougnoux, professeur émérite à l’université Stendhal de Grenoble, il dirige l’édition des œuvres romanesques complètes dans la collection La Pléiade (4 vol., 5e à paraître)

Véronique Pestel, chanteuse, pianiste et auteur-compositeur (spectacle Caf Conc’ Aragon)

Vous pourrez entendre au cours de l’émission :
- Vise un peu cette folle de Véronique Pestel sur un texte de Louis Aragon, interprété en studio par Véronique Pestel

- Chopin et Estrella extrait du Carnaval op 9 de Robert Schumann, interprété par Emmanuelle Swiercz

- L’affiche rouge texte de Louis Aragon, musique de Léo Ferré, interprété et arrangé par Sapho

- Troika extrait de Lieutenant Kijé op 60 de Serge Prokofiev, intrprété par le Cincinnati Symphony Orchestra sous la direction de Paavo Järvi

.- Sur mes genoux extrait de l’Africaine de Giacomo Meyerbeer, interprété par Felia Litvinne

- La comptine du quai aux fleurs de Véronique Pestel sur un texte de Louis Aragon, interprété en studio par Véronique Pestel

- Nous dormirons ensemble texte de Louis Aragon, musique de Léo Ferré, interprété par Zizi Jeanmaire

à 12H45 Des papous dans la tête par Françoise Treussard.

à 14H Carnet nomade par Colette Fellous. Le 12-06, En direct de St-Malo, aux Etonnants Voyageurs
Avec Khaled Al Khamissi, Louis-Philippe Dalembert, Fatema Hal, Olivier Roellinger, Eugène Nicole

à 16H Une vie, une œuvre par Matthieu Garrigou-Lagrange. Le 12-06, Jean-Edern Hallier (1936-1997) (rediffusion de l’émission du 28 août 2008)
par Anne de Giafferri Réalisation : Anne Sécheret
Menteur, mythomane, mégalomane, escroc, plagiaire, comploteur, cynique, voyou, redoutable polémiste, provocateur de grand talent, Jean-Edern Hallier est surtout connu pour sa notoriété, mais laquelle ? Celle d’un écrivain, d’un journaliste, d’un « haut-parleur » ou d’un « fou Hallier » ? En 1960, il crée la revue Tel quel avec Philippe Sollers, Renaud Matignon, et Jean-René Huguenin. Il en sort trois ans plus tard et publie Les aventures d’une jeune fille (Le Seuil, 1963) dans la mouvance du nouveau roman puis Le Grand écrivain (Le Seuil, 1967) que la critique assassine reconnaissant déjà en lui un trublion, un écrivain au souffle épique. Mai 68, l’entraîne dans ses courants, où il distribue La Cause du peuple au volant de sa Ferrari, où il se rapproche des milieux gauchistes. En 1969, il fonde le journal satirique L’Idiot international, patronné à ses débuts par Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, qui paraît jusqu’en 1972. Suivent alors des années sulfureuses où il voyage en Amérique du Sud et est accusé, à son retour, d’avoir détourné l’argent de la résistance chilienne... Fin soixante-dix, il part en campagne contre le président Valéry Giscard d’Estaing et écrit sa Lettre ouverte au colin froid (Albin Michel, 1979). Il se rapproche de François Mitterrand et appelle à voter pour lui mais en 1981, c’est la grande déception : aucun poste, en gratitude, ne lui est attribué. Il se montre alors particulièrement féroce contre le pouvoir socialiste et François Mitterrand, dont il menace de révéler l’existence de la fille naturelle, Mazarine, son passé et son cancer. Il remonte son journal L’Idiot international pour un seul numéro en 1984 puis un hebdomadaire en 1989. Fer de lance de l’ "anti-mitterrandie", L’Idiot International - féroce et redoutable, ignoble et inadmissible - dénonce et fait l’objet de nombreux procès (Dumas, Lang, Savigneau, Kiejman, Tapie...). Entre 1985 et 1986, Jean-Edern Hallier est mis sur écoute mais, malgré le harcèlement, continue la guerre contre le pouvoir et menace toujours de publier son manuscrit L’honneur perdu de François Mitterrand. En 1994, L’Idiot international disparaît définitivement, écrasé sous le poids des condamnations de justice et Jean-Edern Hallier revient sur la place publique avec deux émissions de télévision « A l’ouest d’Edern » sur M6 et le « Jean-Edern’s club » sur Paris Première. En 1996, à la mort de François Mitterrand et un an avant la sienne, il publie enfin son pamphlet : L’honneur perdu de François Mitterrand (1996, Rocher/Belles Lettres). Il décède le matin du 12 janvier 1997, à bicyclette, sur la côte normande. Avec la voix de Jean-Edern Hallier, Archives INA

à 17h , Place de la toile par Xavier de la Porte. Le 12-06, Marées et ouverture des données publiques / Déconnexion, 2e épisode
Première partie : ouverture des données publiques
Tout commence par un message déposé dans la boîte mail de Place de la Toile, un message vocal (voir ci-dessous) de Mme Brigitte Charoy, qui tient - seule - un site sur la presqu’île de Crozon. Un guide touristique, où elle rend disponible les horaires et coefficients des marée. Jusqu’au jour où le SHOM, le service hydrographique et océanographique de la Marine, lui signifie que ce service va devenir payant. Excuse avancée : les serveurs du SHOM seraient saturés de demandes.

L’occasion de revenir sur les problématiques liées à l’opendata, l’ouverture des données publiques, puisqu’en décembre en France, devrait voir le jour la première version du site "data.gouv.fr".
Invités :
Séverin Naudet, directeur d’Etalab, mission chargée de créer data.gouv.fr, portail unique interministériel destiné à rassembler et à mettre à disposition librement l’ensemble des informations publiques de l’Etat, de ses établissements publics administratifs et, si elles le souhaitent, des collectivités territoriales et des personnes de droit public ou de droit privé chargées d’une mission de service public. Ancien directeur des contenus et de la communication du site français d’échange de vidéos Dailymotion, et conseiller technique multimédia au cabinet du Premier Ministre.

Gabriel Kerneis, doctorant au laboratoire Preuves, Programmes et Systèmes de l’Université Paris 7 - Diderot, membre de Regards citoyens, association pour la diffusion et le partage de l’information politique.

Deuxième partie : déconnexion, deux mois plus tard
Deuxième rapport d’étape avec l’écrivain et blogueur Thierry Crouzet, deux mois après son expérience de déconnexion totale, dont nous avions déjà parlé le 17 avril dernier lors de l’émission "Peut-on éteindre l’Internet ?"

Sons

- Amy Winehouse, "Rehab"

- Le message de Brigitte Charoy :

à 18H10, Les Retours du dimanche par Agnès Chauveau. Le 12-06, Guet-apens et rapport musclé : la température peut-elle baisser dans les quartiers ?
Après le (nouveau) guet-apens tendu à la police à Corbeil-Essonne et le rapport Ciotti qui préconise la fermeté face à la délinquance juvénile, la prévention ne semble plus de mise dans les quartiers sensibles... Analyse et propositions, avec nos invités : Yannick Danio, délégué national du syndicat Unité Police (SGP-FO), le sociologue Francis Bailleau et, au téléphone, le président du tribunal pour enfants de Bobigny, Jean-Pierre Rosenczveig.

Invité(s) :
Jean-Pierre Rosenczveig, vice-président du Tribunal de Grande Instance de Bobigny et Président du Tribunal pour Enfants.
Francis Bailleau, sociologue.
Yannick Danio, délégué national du syndicat Unité Police (SGP-FO).

à 20H, Fictions/Théâtre et Cie par Blandine Masson. Le 12-06,
Chantiers d’Europe-T5 de Simon Stephens + Le pouvoir de dire oui de David Hare CHANTIERS D’EUROPE Cycle des dramaturgies de Grande-Bretagne, en co-production avec le Théâtre de la Ville
France Culture et le Théâtre de la Ville se retrouvent pour la 2e année avec les Chantiers d’Europe, autour d’une série de lectures de textes contemporains britanniques. L’originalité de cette programmation tient à sa conception en matière de production et de diffusion : l’ensemble des pièces, choisies par un comité de lecture spécialement réuni pour l’occasion, fera l’objet de créations radiophoniques, confiées à des réalisateurs de radio (Alexandre Plank, Juliette Heymann, Jacques Taroni, Michel Sidoroff), qui reprendront ensuite ces textes en lecture simple au Théâtre de la Ville, au café des œillets ; mais aussi à un metteur en scène, Alain Françon, pour une soirée en direct et en public de la Maison de la Radio.
Les mêmes pièces, interprétées par les mêmes acteurs, seront donc proposées aux auditeurs de France Culture (dans certaines tranches de fiction comme Théâtre & Cie, Perspectives Contemporaines) et aux spectateurs du Théâtre de la Ville, sur une même période (du 6 au 19 juin).
Cette opération conjointe entre France Culture et le Théâtre de la Ville montre combien la radio est un partenaire actif du monde du spectacle, un soutien aux auteurs. Quant aux Chantiers d’Europe, ils sont pour nous tous une manière d’ouvrir la culture française aux autres cultures, de faire circuler les textes et les œuvres.

Blandine Masson
Conseiller de programme à la fiction de France Culture
Le comité de lecture était composé de Robert Davreu, Philippe Le Moine, David Lescot, Séverine Magois, Laetitia Manach, François Regnault, Andrea Schieffer, Anne-Louise Trividic.
Le programme a été coordonné pour France Culture par Laurence Courtois.
Enregistrement en public le 6 juin 2011 à 20
dans la grande salle du Théâtre de la Ville
T5 de Simon Stephens
traduit par Séverine Magois, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez
Réalisation d’Alexandre Plank

Long flux de conscience d’une femme au point de bascule de sa vie, T5 est le récit d’une expérience hallucinatoire, entre le rêve et la réalité, le drame et le rock’n’roll, sur le chemin qui mène du cœur de Londres à l’aéroport d’Heathrow, Terminal 5.

Avec Irène Jacob

Simon Stephens Né à Stockport (Manchester) en 1971, il entreprend des études d’Histoire à l’université de York et y découvre le théâtre. Il commence à écrire à l’âge de 21 ans, s’installe à Édimbourg et monte ses pièces dans des théâtres indépendants. En 1998, Bluebird, créée par G. Anderson, est très remarquée au Festival des jeunes auteurs du Royal Court à Londres, qu’il intègre en 2000 comme auteur en résidence et où il enseignera dans le cadre du Young Writers Programme de 2001 à 2005. Il y écrit Herons (2001). Puis à Manchester, en résidence au Royal Exchange, il écrit Port (2002). Qu’elles explorent le mode de vie familiale et individuelle de la classe ouvrière ou de la classe moyenne anglaises, ses pièces dessinent un paysage du nouveau millénaire aussi exact, âpre, noir et désespéré qu’empreint d’un humanisme tendre, une forme d’espérance. Ses personnages, perdants ou victimes, ne cessent de se débattre pour échapper à leur enfermement. Si son œuvre rejoint la grande tradition du naturalisme anglais, son réalisme est d’abord poétique.

Dans One Minute (Crucible Theatre, Sheffield, 2003), Stephens approche l’écriture du « cauchemar urbain » de façon plus expérimentale. Suivront : Christmas (Pavilion Theatre, Brighton, 2004), Country Music (Royal Court, 2004) On the Shore of the Wide World (Royal Exchange, 2005 ; prix Olivier de la Meilleure Pièce), Motortown (Royal Court, 2006), Pornography (création en allemand, Deutsches Schauspielhaus, Hanovre, 2007 ; création en anglais, Traverse Theatre, Festival d’Édimbourg, 2008), Harper Regan (National Theatre, 2008), Seawall (Bush Theatre, 2009), Heaven (Traverse Theatre, 2009), Punk Rock (Lyric Hammersmith Theatre, Londres, 2009), A Thousand Stars Explode in the Sky, écrite avec D. Eldridge et R. Holman (Lyric Hammersmith, 2010), T5 (Traverse Theatre, Festival d’Édimbourg, 2010), Marine Parade, écrite avec M. Eitzel (Festival de Brighton, 2010) et The Trial of Ubu (diptyque avec Ubu Roi, Schauspielhaus, Essen, 2010), Wastwater (Royal Court, 2011).

Pour BBC Radio 4, il écrit Five Letters Home to Elizabeth (2001) et Digging (2003) et, pour la télévision, signe des scénarios originaux ou adapte ses pièces (Motortown, Pornography). I am the Wind, sa traduction d’une pièce de Jon Fosse, est créée en mai 2011 au Young Vic, dans une mise en scène de Patrice Chéreau. Premier auteur dramatique britannique accueilli en résidence au National Theatre (2005), il est actuellement artiste associé au Lyric Hammersmith. Son théâtre est publié aux éditions Methuen.

En France, Country Music a été créée par Tanya Lopert, en 2006, au Théâtre des Déchargeurs (trad. T. Lopert), Pornographie par Laurent Gutmann, en novembre 2010, à La Colline (trad. Séverine Magois), Harper Regan par Lukas Hemleb, en janvier 2011, à la Maison de la Culture d’Amiens puis au Théâtre du Rond-Point (trad. Dominique Hollier), et Sea Wall (Le Tombant) par Nicolas Morvan et Leïla Moguez, en avril 2011, à la Manufacture des Abbesses (trad. Marianne Groves).
Pornographie est publiée aux éditions Voix navigables (nov. 2010).
Création sonore et musique : FAT32 et HK Records

SUIVI DE

Le Pouvoir de dire oui
un dramaturge cherche à comprendre la crise financière
de David Hare
traduit par Gérald Garutti, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez
Réalisation d’Alexandre Plank
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la crise financière – et que David Hare a demandé pour vous.

David Hare convoque sur scène une vingtaine de personnages de la vie de la finance mondiale pour tenter de saisir les tenants et les aboutissants de la crise financière de 2008. Nous ne sommes pas loin de la tragédie grecque où le théâtre se mue en agora et où les acteurs de la vie politique et publique mondiale comme George Soros, Alan Greenspan, des industriels et des journalistes viennent tour à tour apporter leur pierre à la progression dramatique inexorable de ce fait bien réel : le capitalisme a cessé de fonctionner 4 jours durant, en septembre 2008, entraînant, sur fond du mythe de la croissance illimitée, de l’abus des subprimes, faillites en chaîne, et innombrables retombées sociales.

Dans le plus pur courant de théâtre documentaire qui parcourt les scènes britanniques contemporaines, c’est une pièce haletante qui porte un regard sans pitié sur les sphères de la finance et sur le monde contemporain.

Avec : John Arnold, Quentin Baillot, Christophe Brault, Eric Charon, Rodolphe Congé, Luc-Antoine Diquéro, Jean-Marie Frin, Stefan Konarske, Nicolas Maury, Charlie Nelson, Julie Pilod, Gilles Privat, Martin Selze (distribution en cours)

Création sonore et musique : FAT32 et HK Records

à 23h, Atelier de création radiophonique par Franck Smith, Philippe Langlois. Le 12-06,
FACE A >> INTERIEUR VOIX Un essai radiophonique de Delphine Salkin
Réalisation Marie-Laure Ciboulet

En 2001, alors qu’elle interprète à Montréal le rôle d’Athéna dans l’Orestie d’Eschyle, Delphine Salkin sent soudain sa voix se briser sur le mot loi. Elle ne sait pas encore qu’elle entre dans une série d’épreuves qui la conduiront, sept ans et deux opérations plus tard, à vouloir témoigner d’une expérience difficile et douloureuse entre toutes : celle de la perte de la voix.

Face à sa propre fêlure, Delphine Salkin ne s’est pas seulement battue pour retrouver sa voix. Tout en accumulant du matériel d’archives – témoignages enregistrés, comptes-rendus d’examens phoniatriques ou d’interventions chirurgicales, extraits d’un journal de bord, notes de lecture – elle a songé d’emblée à en dégager les éléments d’un projet artistique. Cette chronique d’une renaissance identitaire est aussi une ode lyrique et murmurée à la beauté fragile de la voix, de toutes les voix dans tous leurs états, criant, chantant ou caressant, chacune absolument singulière, chacune douée d’un phrasé, d’une vibration, d’un grain qui les rendent uniques.

Ce projet fut d’abord présenté au Théâtre de Montreuil sous forme dramatique. Delphine Salkin l’a entièrement repris et refondu pour en créer une version radiophonique. A cette occasion, d’autres voix bienveillantes sont venues à leur tour répondre à l’appel de la sienne : Dominique Blanc et Christiane Cohendy (entre autres) lui ont prêtée leurs voix pour la lecture de quelques textes, mais aussi de témoigner sur leur rapport personnel à leur propre voix d’actrices.

Delphine Salkin est belge et vit en région parisienne depuis 1998. Elle sort diplômée de l’Insas (Institut National des Arts et du Spectacle - Bruxelles) en 1988. Depuis, elle travaille comme actrice (théâtre, cinéma), assistante, metteur en scène au théâtre, et plus récemment en tant que répétitrice et coach d’acteurs au cinéma et au théâtre. Elle est membre actif de l’association A Mots Découverts depuis 2007. Delphine Salkin s’est également formée en participant aux ateliers de Patsy Rodenburg, Fiona Shaw, Martina Catella, Dawn Swietch, Vincent Rouche et Anne Cornu, Claude Régy, Matthias Langhoff, Christian Rist, Délia Salvi, Georges Lavaudant. Depuis 1989, elle a joué à Bruxelles dans de nombreux théâtres et régulièrement en France pour Georges Lavaudant (Platonov, Un chapeau de paille d’Italie, L’Orestie, El Pelele, entre autres). Elle a tourné dans plusieurs films au cinéma et à la télévision. En 2008, elle met en scène La leçon d’anatomie de Larry Tremblay à la salle RL à Paris. En 2011, elle écrit et met en scène Intérieur voix au Nouveau Théâtre de Montreuil. Dans le cadre de ce même projet, elle a joué et présenté Smell language, que Howard Barker a écrit pour elle, au studio Gémier du Théâtre de l’Odéon (avril 2011, avec Olivier Cruveiller, mise en scène de Stéphane Olivier).

FACE B >> 6’30
Performance vocale inédite de l’artiste performeuse, Natacha Muslera.

TOUS LES JOURS DE LA SEMAINE

Le journal : à 6, , 8, 9, 12H30, 18, 22h

De 6 à 6h45, Pas la peine de crier par Marie Richeux. . Musique, le poème du français (avec la Comédie-Française) ; Le spectacle du jour par S. Joubert ; La vignette d’Aude Lavinge ; Frontière(s) par A.Ipatovtsev ; l’Essai du jour par Ph.Petit ; Chose vue ; Musique ; Complètement livre par J.-L. Ezine ; Diaporama.

à 6H50, Les matins de France Culture par Marc Voinchet.
A partir du lundi 3 janvier, Les Matins de France Culture débutent dès 6h45 par un passage de témoins avec Marie Richeux, qui anime depuis 6h la première émission en direct de la journée, Pas la peine de crier (6h/6h45).

Julie Clarini, coproductrice et co-créatrice en 2007 avec Brice Couturier de l’émission de débats Du Grain à moudre rejoint la matinale de France Culture pour présenter une nouvelle chronique dédiée au monde des idées, Les idées claires, du lundi au jeudi à 7h35.

A 8h20, elle intervient aussi, aux côtés des chroniqueurs, dans le débat avec l’invité du jour mené par Marc Voinchet.

Le vendredi à 7h35, Le monde selon Hubert Védrine permet à Jean-Marc Four de s’entretenir avec l’ancien ministre des Affaires étrangères autour d’une actualité ou d’une question internationale ayant marqué la semaine écoulée ou à venir.

Les Enjeux internationaux de Thierry Garcin et Eric Laurent, consacrés à la géopolitique, sont désormais diffusés à 6h50.

Si la chronique de Philippe Meyer est toujours diffusée à 7h55, Alexandre Adler intervient désormais à 7h25, Alain-Gérard Slama à 8h15, Caroline Fourest, Flore Vasseur, Caroline Eliacheff, Clémentine Autain, Danièle Sallenave du lundi au vendredi à 8h45 avant de céder l’antenne à 8h50 à un nouveau rendez-vous culturel : Tout feu, tout flamme.

Enfin, du lundi au jeudi, quatre producteurs de France Culture - Arnaud Laporte, Laure Adler, François Angelier, Sylvain Bourmeau – et, le vendredi, une personnalité du monde de la culture… ou pas, proposent leur agenda culturel Tout feu, tout flamme et partagent ainsi leurs coups de cœur et leurs choix.

à 9H05, La fabrique de l’histoire par Emmanuel Laurentin . Du 13 au 16-06, Histoire du travail

à 10H, Les nouveaux chemins de la connaissance par Raphaël
Enthoven. Du 06 au 10-06 , BAC PHILO
Lundi : Peut-on distinguer les rêves de la réalité ?
Mardi : L’action politique doit-elle être guidée par la connaissance de l’histoire ?
Mercredi :Le désir nous impose-t-il d’en faire l’épreuve ?
Jeudi : La philosophe peut-elle enseigner la joie de vivre ?
Vendredi : Peut-on penser la mort ?

Du 13 au 17-06 : GILLES DELEUZE

lundi :Le cinéma Avec Pierre Montebello.

« Je n’ai jamais pu donner tort aux gens. Quoi qu’ils fassent, je n’ai pas le goût de leur donner tort. »

Le Journal des Nouveaux Chemins avec Jocelyn Benoist, à propos de ses Éléments de philosophie réaliste (Vrin).

Invités :
Pierre Montebello, enseigne la philosophie à l’université de Toulouse Mirail
Jocelyn Benoist, professeur de philosophie contemporaine à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, membre de l’Institut universitaire de France.

mardi :Deleuze, lecteur de Bergson Avec Arnaud Bouaniche.

Le Journal des Nouveaux Chemins avec Céline Belloq, à propos de Lâcher prise avec Schopenhauer (Eyrolles).

Invités :
Celine Belloq, professeur de philosophie
Arnaud Bouaniche, chargé de cours à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne

mercredi:contre la psychanalyse Avec Monique David-Ménard.

Le Journal des Nouveaux Chemins avec Jean Lauxerois, à propos de La beauté des mortels - Essai sur le monde grec à l’usage des hommes d’aujourd’hui (Desclée de Brouwer).
Invités :
Monique DAVID-MENARD, psychanalyste et philosophe, enseigne en khâgne à Paris VII - Denis Diderot
Jean Lauxerois, philosophe, esthéticien et traducteur français

jeudi : la bêtise (rediffusion d’une émission de 2004)
Avec François Zourabichvili.

Le Journal des Nouveaux Chemins avec Barbara de Negroni, à propos de Rêver (Rue de l’Echiquier).
Invités :
Barbara de Negroni, enseignante en Terminale et en Lettres supérieures au lycée La Bruyère à Versailles
François Zourabichvili, philosophe, Maître de conférences à l’université Paul Valéry de Montpellier

à 11H, Cultures monde par Florian Delorme. Qu’elles soient sociales, sociétales, environnementales, ou économiques ; les problématiques contemporaines se forment et s’appréhendent différemment selon les pays et les régions du monde. Que peut-on apprendre de cette diversité ? Que disent les expériences étrangères ? Chaque semaine, l’émission propose d’aborder un thème à partir duquel se décline, du lundi au jeudi, une problématique.
Les quatre émissions seront autant d’angles de vues révélant un profil différent du thème choisi.
Le vendredi s’inscrit dans l’actualité internationale du moment avec une table ronde autour d’un ou de plusieurs sujets, animée par Marc Kravetz aux côtés de Florian Delorme.
Des chroniques rythment l’émission, avec du lundi au jeudi, Frontières par Alexis Ipatovtsev, L’histoire du jour par Marc Kravetz, Villes-monde de Sylvie Andreu, et le vendredi, le Retour de… - un journaliste qui rentre de reportage -, une Revue de presse internationale et un Journal de l’Europe par Marie-Christine Vallet.

à 12H, La grande table par C.Broué et H.Gardette.

à 13H30, Les pieds sur terre par Sonia Kronlund

Lundi 13 et mardi 14-06, Hélène de Wingen (1/2) (R)Wingen, village alsacien de 480 habitants est un de ces lieux du bout du monde où l’on n’ira jamais si l’on n’a rien à y faire. Un « No man’s land » dit Hélène qui nous fait visiter ce lieu où la propreté règne en maîtresse absolue.

Mercredi, Le parloir d’Elsau (R)
Dans une salle attenante à la maison d’arrêt d’Elsau, à la périphérie de Strasbourg, les familles de détenus attendent leur tour de parloir et racontent leurs visites…

jeudi : Emtec 1 : Le jardin des deux rives (R)
Deux nationalités, deux manières de travailler, de s’organiser et de penser l’entreprise. Dans le « jardin des deux rives », Margaux l’alsacienne et Evelyne l’allemande, toutes deux anciennes salariées du fabricant de bandes magnétiques Emtec, racontent leur vie dans une usine frontalière.
1ère diffusion le 23/06/2004

A 14H, LES SCIENCES

Le LUNDI, Continents sciences par Stéphane Deligeorges.Le 16-06, Lunettes ou laser
Face à la myopie, à l’hypermétropie, à l’astigmatisme et à la presbytie, lunettes et lentilles ne sont plus le seul recours. On peut désormais opérer l’œil sain, en toute sécurité, pour trouver ou retrouver une vue excellente. Quelles sont les grandes étapes de cette révolution qui n’aurait pas été possible sans les progrès des lasers ? Coment réalise-t-on ces prouesses qui s’accomplissent grâce à des techniques aussi sophistiquées que rapides et sûres ? Elles pourraient, demain, devenir aussi courantes que l’est aujourd’hui l’opération de la cataracte. Un nouveau chapitre de l’histoire de l’ophtalmologie vient de s’écrire. Qu’est-il possible de réaliser et dans quelles conditions ? Quels en sont les risques et les avantages ? Quel confort de vie peut-on espérer ?
Invités : Jean-Jacques Saragoussi, ophtalmologiste ; Yves Pouliquen

Le MARDI, Avec ou sans RV, par Par O. Lyon-Caen. Le 14-06, La recherche clinique
Chacun connaît, en médecine, ce qui est la recherche fondamentale. A savoir principalement la connaissance du fonctionnement normal de notre organisme, l’identification des causes des maladies et de leur développement.
A côté de la recherche fondamentale, il y a la recherche clinique. Comment est-elle née ? Selon quels principes ? Que recouvre-t-elle ? Comment est-elle organisée et financée ? Comment est-elle encadrée ?
Telles sont les questions que nous allons aborder avec notre invité, le Professeur François Lemaire. Professeur de réanimation médicale à l’université Paris Est, François Lemaire est président de la Direction de la Recherche Clinique à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris.

Le MERCREDI, Planète terre par S.Kahn Le 15-06, Les espaces du Japon, trois mois après le tremblement de terre de Sendaï
Invités : Magali Reghezza et Marie Augendre

à 14h30 Le salon noir par Vincent Charpentier .Le 15-06, La grotte préhistorique de Cussac (Dordogne), son art mais aussi ses squelettes humains
Invités : Jacques Jaubert , professeur à l’Université de Bordeaux 1

Le JEUDI, La marche des sciences par A.Luneau.
Le 10-06, La musique est-elle purement mathématiques ? 0
En direct depuis l’Ircam dans le cadre du Festival Agora
Avec Moreno Andreatta, membre de l’Ircam -organisateur du colloque MCM, et Daniele Ghisi, compositeur Cursus 2 et mathématicien, Robin Jamet, médiateur scientifique au département mathématiques au Palais de la Découverte

Le 17-06, Evariste Galois, la fureur des mathématiques
Avec Norbert Verdier, Maître de conférences d’histoire des sciences et des techniques et de mathématiques appliquées à l’IUT de Cachan et membre du Groupe d’Histoire et Diffusion des Sciences d’Orsay (Université Paris-Sud 11) , auteur d’Evariste Galois (Belin, 2011) et Caroline Ehrhardt, chargée d’études et de recherche au service d’histoire de l’éducation

Le VENDREDI, Science publique par Michel Alberganti. Le 17-06, Club
Club Science Publique : L’éducation scientifique favorise-t-elle la démocratie ?

Avec Pierre-Henri Gouyon, biologiste spécialisé en sciences de l’évolution, professeur au Muséum national d’histoire naturelle de Paris, Étienne Klein, physicien au CEA, professeur à l’Ecole centrale à Paris où il enseigne la philosophie et la physique, Fabien Piasecki, représentant de la Fondation Science Citoyenne et le Forum mondial Science et Démocratie, Yves Quéré, physicien des particules, membre de l’académie des sciences et initiateur avec Georges Charpak et Pierre Léna de La main à la pâte.

à 15H, LE PATRIMOINE

Le LUNDI, Les lundis de l’histoire par R.Chartier. Le 13-06, Histoire globale, histoires connectées
A propos de : Le grand désenclavement du monde 1200-1600, Payot, de Jean-Michel Sallmann
Invités : Jean-Michel Sallmann , professeur à l’université Paris X-Nanterre ;
Serge Gruzinski , directeur de recherche au C.N.R.S.

Le MARDI, Les mardis de l’expo par Emmanuel Couturier. Le 14-06,
La sculpture Vaudou
Culte très ancien, né au Bénin (anciennement Dahomé), le vaudou qui mêle figures divines et forces de la nature reste entouré de mystères. Il renvoie aux yeux des non-initiés, à des forces cachées, à des puissances invisibles, à des pratiques secrètes. Et un parfum sulfureux flotte autour des rituels magiques organisés par les prêtres chargés de consacrer les totems protecteurs mais aussi les petites sculptures (bocio), constituées d’éléments hétéroclites et recouvertes d’une épaisse couche de matières sacrificielles.
Fascinantes par leur richesse esthétique et leur puissance symbolique, ces statuettes dégagent une énergie brute et provoque parfois la crainte.

Chronique de Clément Dirié sur l’emploi de la sculpture vaudou et africaine par les artistes contemporains (Bertrand Lavier, Sherrie Levine, Pascale Marthine Tayou)

Invités : Léone Sacramento, commissaire de l’exposition Vaudou à la Fondation Cartier ; Marc Augé ; Gabin Dji Massé, spécialiste de l’art vaudou

Le MERCREDI Les Mercredis du théâtre par Joëlle Gayot . Le 15-06, Les "Beaux Lendemains" de Catherine Hiégel
Catherine Hiégel joue au théâtre. Dans une pièce dont le titre lui va comme un gant : « De Beaux Lendemains ». Depuis que certains, fin 2009, à la Comédie Française, ont décidé de se passer d’elle, la chassant avec brutalité d’une maison où elle travaillait depuis 40 ans, Catherine Hiégel enchaine les projets. Il y a peu, au Petit théâtre de Paris, sous la direction de Marcial di Fonzo Bo dans une pièce de Florian Zeller, bientôt au Festival d’Avignon, dans une mise en espace d’un texte d’Eric Pessan. Catherine Hiégel joue au théâtre et le public accourt, trop heureux de retrouver sur les planches cette actrice exceptionnelle que la profession vient de gratifier du Molière de la meilleure actrice pour sa prestation dans la pièce de Florian Zeller justement. Elle joue et elle met en scène aussi, dès novembre, à Orléans, revenant pour la troisième ou quatrième fois à Molière, un de ses auteurs de prédilection dont elle montera, cette fois ci, le Bourgeois gentilhomme, avec François Morel dans le rôle de Monsieur Jourdain.
Catherine Hiégel, donc, met en scène, joue et travaille. Insatiable et joyeuse, elle a fait du théâtre sa vie. On vient la voir sur scène pour son énergie et sa vitalité, on vient la voir pour sa prodigieuse capacité à être là, toute entière tendue dans les rôles qu’elle interprète, on vient la voir pour cette gamme d’émotions qu’elle délivre, passant du rire au larme, oscillant d’elle-même vers les autres, ceux à qui elle s’adresse, les spectateurs, en portant sur le fil du rasoir des textes qu’elle déploie avec intelligence et une extrême humanité.
Oui, décidément, Catherine Hiégel vit « de beaux lendemains ». Exactement comme le titre de cette pièce de Russel Banks qu’elle interprète actuellement, au théâtre des Bouffes du Nord, sous la direction d’un jeune metteur en scène Emmanuel Meirieu, qui a signé l’adaptation du roman de l’auteur américain.
Un jeune metteur en scène qui n’a pas froid aux yeux et a réuni pour mener à bien son projet une distribution qui frôle l’excellence. Jugez du peu : Judith Chemla, Carlo Brandt, Redjep Mitrovitsa et la Hiégel : quatre monstres de théâtre au service de quatre monologues poignants et déchirants. Un quartet de comédiens comme on n’en voit pas souvent sur les planches.

Nous sommes aux Bouffes du Nord. Pas dans la salle, mais au cinquième étage du bâtiment. C’est là qu’a lieu la séance de répétition. Dans une vaste pièce baignée de lumière qui surplombe les voies ferrées de la gare du nord d’où nous parviennent de temps à autre quelques annonces d’horaires. Nous retrouvons Emmanuel Meirieu et Catherine Hiégel, tous les deux réunis pour une répétition, l’une des dernières avant la création du spectacle. Un dernier galop d’essai, histoire de bien poser les choses, d’affiner un peu plus, d’assurer les prises avant l’entrée en scène. La répétition, c’est un moment crucial du travail. Nous y glissons nos micros pour en capter quelques effluves et surtout, écouter ce qu’à à nous dire de la pièce, du théâtre et d’elle-même, l’actrice Catherine Hiégel."
Joëlle Gayot

Actualités Catherine Hiégel
Catherine Hiégel, dans de Beaux Lendemains, avec Judith Chemla, Carlo Brandt, Redjep Mitrovitsa, texte de Russel Banks, adapté et mis en scène par Emmanuel Merieu, c’est aux Bouffes du Nord jusqu’au 26 juin 011

Catherine Hiégel dans Tout doit disparaître, texte d’Eric Pessan, une mise en espace signée Frédéric Maragnani, c’est au Festival d’Avignon, dans le cadre des quarante ans de Théâtre Ouvert, aux Pénitents Blancs, et c’est les 18 et 19 juillet à 15 h et à 21 h.

Enfin Catherine Hiégel met en scène le Bourgeois Gentilhomme, de Molière, avec François Morel dans le rôle de Monsieur Jourdain, au Cado d’Orlans à partir du 14 novembre, spectacle qui viendra ensuite à Paris, dès janvier 2012 au théâtre de la Porte Saint Martin.

AGENDA
A voir, du 18 juin au 3 septembre, ça vous laisse tout l’été pour en profiter, les Grandes Eaux Nocturnes, présentées au Château de Versailles. Un parcours visuel et sonore qui se déroule dans les bosquets du jardin et qui vous permettront, cette année, d’observer, parmi une multitude d’installations disséminées ici et là, une sculpture monumentale signée Philip Haas, d’entendre la Sérénade Royale de la Galerie des Glaces, de vivre un Bal façon Grand Siècle. Bref, une somme de représentations qui régale la totalité des sens.

A vivre, et toujours à Versailles, la 16ème édition du Mois Molière. Un mois de festival pas exclusivement consacré à l’auteur même si vous y verrez des créations de certaines de ses grandes pièces. Le festival opère aussi des excursions au dehors : quelques invités de marque feront leur apparition : Denis Podalydès ou Michaël Lonsdale participent, le premier par une mise en scène des extraits de son premier livre « La peur matamore », le second par sa présence dans un spectacle associant musique et textes, œuvres de Bach et Vivaldi et Fables de la Fontaine. Egalement à l’affiche un cycle Eugène Labiche, du théâtre dans la rue par l’Académie internationale des arts du spectacle, des concerts, des spectacles pour enfants. Un vrai grand festival qui se déroule tout le mois de juin à Versailles, c’est d’ailleurs le maire de la ville qui en est le directeur artistique.

Nettement plus court mais très percutant, le centre artistique alternatif situé à Saint Ouen et dénommé Main d’œuvres propose du 17 au 19 juin son Festival d’Arts Vivants. Trois jours pour découvrir 10 compagnies de danse et de théâtre, dix compagnies émergentes.

Dernière annonce enfin pour signaler qu’au Théâtre Paris Villette on inaugure cette année du 15 au 25 juin, Open, première édition d’un Festival des Scènes Virtuelles. Ou comment le théâtre et les artistes débordent, excèdent les lieux classiques et traditionnels de représentation pour s’emparer des réseaux de communication. Mondes en ligne, mondes connectés, vous croiserez dans ce Festival très 21ème siècle des artistes de planche comme Jean François Peyret ou des familiers du monde virtuel comme Lucile Calmel. L’expérience promet d’être intrigante.

Le JEUDI, Les jeudis de l’architecture par F.Chaslin. Le 16-06, Les lieux de culte en banlieue parisienne
* Rencontre avec le designer Pierre Charpin
* Les lieux de culte en banlieue parisienne, Thierry Paquot avec François Petit et Béatrix Goeneutte, de la Maison de banlieue et de l’architecture d’Athis-Mons.

Le VENDREDI, Les vendredis de la musique par J.M Vacher. Le 17-06,
Rediffusion Beethoven
Beethoven à travers sa correspondance (rediffusion du vendredi 26.11.2010)

Fil rouge : Le très bel ouvrage paru le 6 octobre dernier aux Editions Actes Sud Les Lettres De Beethoven - L’intégrale De La Correspondance (1787-1827). La 1ère édition (1968) de ce précieux corpus n’a pour ainsi dire jamais été portée à la connaissance du grand public. Cette réédition en fac-similé constitue donc un véritable trésor pour qui veut découvrir ou mieux comprendre la personnalité du musicien et le rapport entre sa création et sa vie (Éditions Actes Sud).
Avec Elisabeth Brisson, agrégée et docteur en histoire, auteur de nombreux ouvrages sur la musique et spécialiste de Beethoven
Lecture par Quentin Baillot

PROGRAMMATION MUSICALE
* Générique Les Vendredis De la Musique : Igor Baloste (de & par)

* Fantaisie Chorale opus 80 de Beethoven sous la direction de Parrott Andrew avec le Chœur & l’Orchestre symphonique de Norrkoping. Label BIS, référence 1793

* Cavatine du quatuor N°13 opus 130 par le Quatuor Alban Berg. Label EMI, référence 7471358

* Lieder opus 98 « An die ferne Geliebte » par Thomas Hampson & Geoffrey Parsons (piano). Label EMI, référence 555147

* Sonate opus 111 par Claudio Arrau. Label PHILIPS, référence 416295

* Sonate piano et violon opus 47 "Kreutzer" par Arthur Grumiaux et Clara Haskil. Label Philips, référence 422140

à 16H A plus d’un titre par T. Hakem et Jacques Munier.

à 17H Sur les docks
Du 13 au 16-06, Made in France : les heurs et malheurs de l’étiquette tricolore
lundi, Les dessous de l’image de marque
mardi : la gastronomie fait-elle encore recette ?
mercredi : la culture, un produit comme un autre ?
jeudi : la pays qui dit non ?

à 17H55, L’œil du larynx par R.Rollin

à 18H20 Du grain à moudre par Louise Tourret et Brice Couturier du lundi au jeudi et Les controverses du futur par J. Confavreux, le vendredi.

à 19H Le rendez-vous par Laurent Goumarre. EXCELLENTE ÉMISSION !!!
Le RenDez-Vous, le Direct Culture Média Musique, soit une heure d’actualité culturelle en 3 temps.
1. Le Journal de la culture : en 7 minutes, éditer le journal sur le fil des nouvelles culturelles et médiatiques internationales/nationales. Par Raphaël Bourgois
2. L’entretien croisé entre deux invités/personnalités du monde artistique et des médias (presse, télévision, radio), préparé par Manou Farine, Benoît Lagane et Matthieu Conquet
3. Une session live programmée par Mathieu Conquet : tous les jours de la musique en direct par les chanteurs et groupes de passage à Paris pour un instantané des scènes pop-rock, classique/lyrique, jazz, musiques du monde.
Signe particulier ? parce que la radio, ça se regarde aussi… un vendredi par mois, à l’heure des Nocturnes du Louvre, Le RenDez-Vous se donne en public en direct et en plateau depuis la Cour Marly du plus grand musée au monde.
Le RenDez-Vous s’associe aussi depuis l’an dernier à la fiction de France Culture pour créer des soirées spéciales, où se mêlent live, performances, vidéos, entretiens, archives, lectures…

à 20H A voix nue Du 13 au 16-06, Hommage à Jorge Semprun
Par Jean Lacouture ; réalisation Nicole Vuillaume. Rediffusion de l’émission du 20/05/1996.

Quelle idée d’entretien pouvait venir plus naturellement à Jean Lacouture que celle d’un « A voix nue » avec Jorge Semprun, l’un des hommes de ce temps qui aura su joindre avec intrépidité l’écriture à la vie ? Jean Lacouture a choisi de le provoquer sur deux terrains périlleux : la déportation et la clandestinité révolutionnaire. Comment cette machine à broyer l’homme qu’était Buchenwald a-t-elle, au contraire, construit Semprun, en faisant l’homme sans peur et sans haine qu’il est aujourd’hui ? Comment des années de vie clandestine sous Franco ont-elles forgé cet écrivain, avivé sa lucidité, épuré sa sensibilité ?

à 20h35 Fictions/feuilletons Du 13 au 16-06, Les îles au trésor de Fanny Stevenson De Sylvie Péju 1/10
Réalisation : Jean-Matthieu Zahnd

Lorsque en 1876, Robert Louis Stevenson rencontre Mrs Fanny Osborne, une américaine de trente-cinq ans, séparé de son mari et mère de deux enfants, il est tout de suite impressionné par ce bout de femme rondelette, doté d’un charme fou et d’une tête bien faite. Stevenson, de onze ans son cadet, souffre des poumons et brûle de la fièvre d’écrire. Fanny a déjà vécu mille vies ; elle décide d’attacher ses pas à ceux du jeune intellectuel écossais. De l’Angleterre à la Californie, jusqu’aux îles Samoa, elle sera là, pour éponger son front et guider sa main. Épouse, infirmière, conseillère, secrétaire, elle le suivra partout, elle recueillera son dernier souffle et à la soixantaine venue, se remariera avec un garçon de 23 ans.
Avec :

Lara Bruhl, la narratrice

Evelyne Guimmara, Belle adulte

Mohamed Rouabhi, Lloyd

Emmanuel Lemire, Ned Field

Michel Derville, le colonel Logan

Muriel Brener, la femme de chambre

Modeste Nzapassara, le samoan

Et Hélène Viaux, Alicia Roda, et Magalie de Jonkheere

Bruitage : Bertrand Amiel

Equipe de Réalisation : Manuel Couturier, Jean Pierre Pelleguay

Assistante de réalisation : Chloé Mauduy
à 20H55 La fenêtre des passagers par Thomas Baumgartner. En prélude au rendez-vous de 23h, quelques minutes choisies du programme à venir des Passagers de la nuit.

à 21H QUESTION DE SENS

Le LUNDI, Questions d’éthique par par Monique Canto-Sperber. Le 13-06, La détresse, aux sources de l’éthique
Avec Monique Schneider et Raoul Moati

Monique Schneider, psychanalyste, est notamment l’auteur de Don Juan et le Procès de la séduction (Aubier, 1994), Le Paradigme féminin (Flammarion 2006), Généalogie du masculin (Flammarion 2006), La Cause amoureuse. Freud, Spinoza, Racine (Seuil, 2008), et La Détresse, aux sources de l’éthique (Seuil, 2011)

Raoul Moati est agrégé et docteur en philosophie, il enseigne la philosophie contemporaine à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est l’auteur de Derrida/Searle, déconstruction et langage ordinaire (PUF, 2009) et a dirigé Autour de Slavoj Zizek, Psychanalyse, Marxisme et Idéalisme Allemand, (PUF, 2010).

Le MARDI, Les racines du ciel par Frédéric Lenoir . Le 14-06,Moise avec Charles Szlakmann
Charles Szlakmann, Écrivain et dessinateur. Illustrateur de la « Une du monde » pendant 6 ans, il a publié « Le judaïsme pour débutants » aux éditions de la Découverte et « La Violence urbaine : à contre-courant des idées reçues », aux éditions R.Laffont.
Son dernier ouvrage s’intitule « Moïse », chez Gallimard sorti en 2009.

MUSIQUE :
- Marlène Samoun qui interprète un chant traditionnels judéo-espagnol sur Moïse .

- Le gospel "Go down Moses" Interprété soit par Louis Armstrong.

LECTURES :
- Sigmund Freud : "Le Moïse de Michel-Ange" (traduit de l’allemand par Marie Bonaparte et E. Marty), 1927

- Alfred de Vigny : "Moïse", dans "Poèmes antiques et modernes" (1822)

AGENDA CULTUREL :

- Le film "Le discours d’un roi", dans lequel le souverain est bègue...tout comme Moïse dans le récit biblique.

- L’ouvrage de Jonathan Safran Foer, "Faut-il manger les animaux" (Editions de l’Olivier),

Le MERCREDI, Cultures de soi, cultures des autres par Catherine Clément. Le 15-06, Diversité culturelle, dites-vous ?
Jean Musitelli, ancien ambassadeur auprès de l’Unesco.

Le tour d’horizon de Fiametta Venner
Tribunaux d’arbitrage communautaires

Le JEUDI, La fabrique de l’humain par Philippe Petit. Le 16-06, De l’utopie !
Invité : Pierre Macherey, a enseigné la philosophie à Paris 1 & Lille 3 rattaché actuellement à l’UMR du CNRS « Savoirs, textes, langage »

Le VENDREDI For intérieur par Olivier Germain-Thomas. Le 17-06, Gilles Lapouge

à 22H15, Hors-champs par Laure Adler.
Lundi 13-06, Laure Adler reçoit Jacques Rancière, philosophe.
Mardi,Bruno Bayen, metteur en scène, traducteur et écrivain.
Mercredi, Alain Cavalier, réalisateur.
Jeudi : Jean Babilée, danseur et chorégraphe.

à 23H, Les passagers de la nuit par Thomas Baumgartner.

à 23H30, Du jour au lendemain par Alain Veinstein.
Lundi 13-06, Alain Veinstein reçoit Marcel Moreau pour son écriture La Violencelliste (Denoël)

Mardi : Viviane Forrester pour Rue de Rivoli (Gallimard) et pour Dans la fureur glaciale (Gallimard)

Mercredi : Alain Fleischer, - auteur de Réponse du muet au parlant (Seuil) et de La Pose de Dieu dans l’atelier du peintre (Galaade)

jeudi : Jean-Marie Gleize pour son livre Tarnac (Seuil) et pour la revue Nioques (Le mot et le reste)

à 00h05, L’Éloge du savoir par Christine Goémé. Du 13 au 17-06, La faim et la sécurité alimentaire dans le monde
par Ismail Serageldin, chaire "Savoirs contre pauvreté" (Collège de France).


&@@@@


Portfolio

VAUDOU

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur