A écouter absolument sur france-culture !!!

dimanche 7 mars 2010
par  Lydia COESSENS

le samedi

à 15h30 Radio libre par Ali Baddou. Radio libre est un nouveau rendez-vous en public et en extérieur, tous les samedis après-midis entre 15h30 et 17h. Un ou plusieurs intervenants issus du monde de la culture ou des idées seront invités pour un entretien d’une heure et demie en toute liberté avec de la musique, des reportages et des performances.
Le 27-02, Alain Badiou Musique : La rappeuse Casey
Le 06-03, Antoine Compagnon.
le 13-03, Patrick Modiano. Le 20-03, Régis Debray

à 17h, Jeux d’épreuves Par Joseph Macé-Scaron.
Le 06-03, L’an 2440, de Louis-Sébastien Mercier (Burozoïque) ;
L’Horizon, de Patrick Modiano (Gallimard) ; Sept ans, de Peter Stamm (Christian Bourgois) ; Techniques de l’amour, de Frédéric Boyer (P.O.L.) Avec Xavier Houssin, Nathalie Crom, Baptiste Liger, Frédéric Ferney.
Le 13-03, Brève attaque du vif, de François Meyronnis (Gallimard) ; J’aimerais revoir Callaghan, de Dominique Fabre (Fayard) ; Fourrure d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre (Stock) ; Alberto Moravia, de René de Ceccatty (Flammarion).
Avec Josyane Savigneau, Clara Dupont-Monod, Alexis Liebaert, Sébastien Le Fol.

Le dimanche

à 6h10, Cultures d’Islam par Abdelwahab Meddeb. Le 28-02, Arabes et Persans, philosophes d’ailleurs # L’activité philosophique a emprunté, en terre d’Islam, bien des formes littéraires : traités, correspondances, récits, commentaires des textes révélés ou des œuvres qu’une tradition avait sacralisés. Sa langue majeure fut l’arabe, mais certains philosophes ont rédigé leurs œuvres en plusieurs langues, par exemple en arabe et en persan ; d’autres encore exclusivement en persan. La souplesse, la plasticité, la liberté de ces modes de composition font des œuvres cohérentes mais polymorphes. Prenons pour exemple Abû ‘Alî Ibn Sînâ, celui que nous nommons Avicenne (370h/980-428 h/1037). Né en une famille shi’ite iranienne, qui migra de Balkh, en Bactriane, jusqu’à Boukhara, en l’actuel Ouzbékistan, il savait toute chose que l’on pût savoir en ce monde, le dâr al-ilslâm, et en son temps : sciences traditionnelles et droit islamiques, mathématiques, astronomie, médecine, logique, physique, métaphysique, etc. Où commence, où cesse la philosophie en une œuvre qui se veut savoir total et organiquement unifié ? Rien ne fit barrage à sa curiosité philosophique, la leçon de sa vie est précieuse : le philosophe est, en Islam, celui que rien n’arrête dans l’effort de comprendre, ni la lettre du Coran, qu’il interprète, ni les beautés des cieux, qu’il organise, ni les passions des hommes, qu’il entend réformer, ni les silences de la nature, qu’il interroge. Il est celui qui répugne à l’adhésion aveugle et entend instaurer une autorité plus légitime que celle des juristes ou des théologiens, l’autorité de celui qui sait dévoiler ce qui est caché .
Tel est l’incipit par quoi commence le texte de Christian Jambet en guise de présentation à l’anthologie des philosophes d’Islam qui prend place dans l’ouvrage coordonné par R.-P Droit dont les références sont mentionnées ci-dessous.
Bibliographie :Philosophies d’ailleurs, 1 & 2, sous la direction de Roger-Pol Droit, Hermann, 2009.
Le 07-03, Situations de l’Iran
# Mohsen Sazegara, qui a été l’un des fondateurs des Gardiens de la Révolution, est entré en dissidence à la fin des années 1980. Il est le principal coordinateur du mouvement d’opposition qui s’exprime depuis la contestation des élections truquées du 12 juin 2009. Nous analysons avec lui en duplex de Washington la situation actuelle et les virtualités qu’elle comporte. Nous dialoguons avec lui de Paris où nous nous trouvons en studio en compagnie de l’historienne et militante des droits de l’homme Ladan Boroumand qui nous sert aussi de traductrice. Mohsen Sazegara connaît de l’intérieur l’appareil d’Etat mis en place par le fondateur de la République islamique. Son analyse est fine et politiquement des plus informées. Il est membre du Think Tank Research Institute for Contemporary Iran. Il anime en outre une émission à l’adresse de l’Iran sur Voice of America. En compagnie d’un avocat et d’un étudiant vivant en Iran et d’une féministe émigrée, il a lancé voilà 4 ans un appel pour un référendum pour une nouvelle constitution démocratique éclairée par la déclaration des droits de l’homme, loin de toute référence à la shari’a et du concept de Wilayat al-Faqîh ( le Gouvernement du Pontife) autour de quoi s’arc-boute la loi fondamentale qui mit sur les fonds baptismaux le régime totalitaire instauré par Khomeiny.
Le 14-03, L’Egypte et le développement durable (1/2)
# Les chiffonniers du Caire (Zebbâlîn)
Depuis le début du XXème siècle, des musulmans oasiens se sont déplacés du désert occidental à hauteur de Louxor vers Le Caire, ville en extension. Ils ont gagné leur vie en débarrassant l’agglomération de ses détritus. Une génération plus tard, ils furent rejoints par des communautés chrétiennes de Haute-Egypte et se sont répartis les tâches pour une telle besogne. Ces communautés chrétiennes furent rejointes à la fin des années 1970 par Sœur Emannuelle qui apporta avec elle une rigueur dans leur gestion sociale et économique. Notre invité Mounir Neematalla, Egyptien rentrant d’Amérique, créa en un premier temps (milieu des années 1980) une ONG qui se consacrera au développement durable. Après de multiples interventions d’expertise à l’étranger, il mit son expérience au service de ces chiffonniers du Caire, installés dans de multiples établissements humains dont celui situé au creux de la barre de rocher le Muqattam qui s’élève au dessus du Caire médiéval, au-delà de la cité des morts, et qui a servi de carrière. Leur cité ressemble étrangement à l’Enfer de Dante jusque dans le règne des ténèbres en plein jour au creux de l’entonnoir et à travers l’odeur pestilentielle que diffuse la matière collectée dans les poubelles du Caire. Mais, par une ingéniosité tout de patient labeur, peu à peu le lieu se transforme en un laboratoire où se traite le plastic et où se produit des énergies alternatives à partir de gaz extraits des déchets mêmes. Désormais le site est visité par des chercheurs venus du monde entier : il devient un modèle de développement intégré, producteur de richesse par ses moyens propres. Des ordures, les fleurs poussent, dit un proverbe arabe.
Le 21-03, L’Egypte et le développement durable (2/2)
# L’expérience de Sîwa
Siwa accueille sur une aire d’une centaine de km2 une concaténation d’oasis autour de lacs salins et de sources d’eau douce et vive. C’est à 300 km de la côte méditerranéenne, au plus profond du territoire égyptien, le plus à l’ouest, à quelque 20 km de la frontière libyenne. L’ensemble est habité par une population berbérophone de 30.000 personnes, ultime expression orientale de la berbérité. Le lieu est aussi connu comme ayant été visité par Alexandre pour consulter l’oracle d’Amon qui confirmera le projet de ses conquêtes à l’intérieur de l’Asie. Une légende oriente vers cette direction l’errance de la tribu perdue d’Israël. C’est dire la charge historique, mythologique et anthropologique de cet espace écologiquement fragile. Le domaine préservé de toute influence extérieure jusqu’à il y a 50 ans, commença à connaître une évolution destructrice des arts vernaculaires et de l’assiette écologique. C’est un lieu idéal pour que Mounir Neematalla intervienne avec un projet de tourisme écologique rigoureux et exigeant, interactif pour la revivification des signes locaux et la préservation de l’équilibre écologique. Son projet devient un modèle encouragé par la Banque Mondiale.
Le 28-03, Les Orientales de Victor Hugo

à 16 h, Place des peuples par Madeleine Mukamabano. Le 28-02, La nouvelle oligarchie chinoise Le 07-03, Série Femmes du Monde : Les femmes en politique aux Etats-unis Le 14-03, Série Femmes du Monde : Afrique : les femmes à la conquête du pouvoir Le 21-03, Série Femmes du Monde : Inde : l’indépendance des femmes Le 28-03, Série Femmes du Monde : La place des femmes dans le contexte politique post-communiste en Europe de l’Est

TOUS LES JOURS DE LA SEMAINE

à 6hOO, L’éloge du savoir. Du 8 au 12 mars, La question de Palestine à partir de la guerre d’octobre 1973 1/14 par Henry Laurens, chaire "Histoire contemporaine du monde arabe", (Collège de France).
Du 15 au 18-03, Regarder l’art, en écrire l’histoire par Roland Recht, chaire "Histoire de l’art européen médiéval et moderne",
(Collège de France).
vendredi 19 mars ,Vivre ou survivre après la société de consommation : 4 scénarios à l’horizon 2050 par Nathalie Rusé, Diane Julien de Zélicourt et Yann Devaux, étudiants à HEC, (UTLS - cycle "Développement durable : la croissance verte, comment ?").
Du 29 mars au 2 avril, La question de Palestine à partir de la guerre d’octobre 1973 6/14 par Henry Laurens, chaire "Histoire contemporaine du monde arabe",
(Collège de France).
Du 5 au 8 avril, Regarder l’art, en écrire l’histoire 4/7
par Roland Recht, chaire "Histoire de l’art européen médiéval et moderne", (Collège de France).
vendredi 9 avril , De la conception à la consommation : comment réduire les impacts environnementaux des produits que l’on utilise ?
par Christine Cros, Ecoproduits à l’ADEME, (UTLS - cycle "Développement durable : la croissance verte, comment ?").

à 9H06, La fabrique de l’histoire par Emmanuel Laurentin.
Du 08 au 11-03, Histoire de la violence politique
Du 15 au 18-03, Histoire des croisades
Du 22 au 26-03, Histoire de la justice
Du 05 au 08-03, Histoire des retraites

à 10h, Les nouveaux chemins de la connaissance par Raphaël Enthoven.
Du 15 au 19-02, MICHEL FOUCAULT, Lundi : L’Histoire de la sexualité , mardi : Les mots et les choses  ; mercredi : L’engagement politique ; Jeudi, Foucault et les Lumières ; vendredi, Foucault et la folie
Du 22 au 26-02, Nostalgie : la passion du passé, lundi :La nostalgie au XVIIème siècle ; mardi : L’ignorance, de Milan Kundera ; mercredi : L’irréversible et la nostalgie, de Jankélévitch ; jeudi : Le monde d’hier, de Stefan Zweig ; vendredi : Les Ennéades, de Plotin
Du 01 au 05-03, La Bioéthique Lundi : la mort cellulaire (rediffusion) Avec Jean-Claude Ameisen
"Le suicide cellulaire est à l’œuvre dans la sculpture des corps, des animaux et des plantes, dont les premiers ancêtres sont apparus il y a environ un milliard d’années. Mais il sculpte aussi la complexité des innombrables formes de sociétés - invisibles à l’oeil nu - que bâtissent les êtres vivants les plus simples - les bactéries - dont les premiers ancêtres sont nés il y a environ quatre milliards d’années. Le pouvoir de s’autodétruire semble être profondément ancré au coeur du vivant".
mardi : la vie sacrée (rediffusion) avec Paul Valadier, philosophe et jésuite. mercredi : Canguilhem et la vie (rediffusion)Avec Guillaume Le Blanc. Jeudi : La vie comme norme chez Nietzsche, avec Barbara Stigler Vendredi :Immortaliét et clonage, avec Jean-Michel Besnier.
Du 8 au 12 mars, Platon, un amour de philosophe Lundi : Le Phèdre ; mardi, , Le Théétète ; mercredi, Le Banquet ; jeudi, le Protagoras ; vendredi, l’Apologie de Socrate

à 14h, LES SCIENCES

LE LUNDI Continent science par Stéphane Deligeorges . Le 08-03, Les ultimes frontières du Système Solaire Le 24 août 2006, le système solaire perdait sa 9e planète ! La formidable controverse sur le statut de Pluton a marqué les esprits. C’est la découverte, au-delà de l’orbite de Neptune, d’une très riche population d’objets semblables à Pluton qui a motivé la décision des astronomes de déchoir Pluton. L’étude des corps célestes récemment découverts aux confins du système solaire se révèle passionnante : leur grande variété de couleurs, de formes, de tailles, d’orbites a étonné les observateurs. Qui plus est, la composition de ces nouveaux objets célestes primitifs reflète celle des premiers ancêtres des planètes. C’est donc un véritable plongeon aux origines de notre système solaire que propose cette investigation planétaire.

LE MARDI Avec ou sans rendez-vous par Olivier Lyon-Caen.Le 09-03, La psychologie clinique Avec Michèle Montreuil psychologue clinicienne, Martine Blanchard psychologue clinicienne
Assistant à la réalisation : Julie Beressi
Peu de termes sont aussi difficiles à définir que psychologie et quand on y adjoint l’adjectif clinique, la définition devient souvent interrogation. C’est pourtant dans ce domaine essentiel de l’approche des caractères et des comportements que nous allons essayer d’entrer. Quelle est la formation d’un psychologue ? Quel est le rôle d’un psychologue ? C’est ce que nous allons voir avec nos deux invitées : Madame Michèle Montreuil, psychologue clinicienne, Professeur de psychologie clinique et de psychopathologie à l’Université Paris VIII et Madame Martine Blanchard, psychologue clinicienne, psychothérapeute.
Le 16-03, L’humanisation de l’hôpital public
L’hôpital n’est pas un lieu neutre et fermé. Il est sans cesse en mouvement : celui des patients, des soignants, de l’organisation des soins, celui des avancées thérapeutiques et technologiques. Mais on ne peut négliger que l’hôpital doit aussi s’adapter aux évolutions de la société. Dans ce cadre, l’humanisation a valeur de symbole. Comment s’est développé ce concept d’humanisation ? En quoi consiste-t-il ? Quels en furent les acteurs ? De multiples questions tournent autour de ce sujet essentiel.
C’est ce que nous allons voir avec notre invitée, Madame Anne Nardin. Anne Nardin est conservatrice en chef du musée de l’Assistance Publique / Hôpitaux de Paris, situé à l’hôtel de Miramion, quai de la Tournelle.
Le 23-03, La pharmaco-épidémiologie
Voilà un nom bien barbare qui mérite une définition. Rappelons qu’avant d’être mis sur le marché, un médicament passe par une évaluation de sa tolérance et de son efficacité. Ces évaluations sont limitées dans le temps et par le nombre de sujets sains et malades testés.
La pharmaco-épidémiologie consiste, en recourant aux méthodes épidémiologiques, à étudier les effets des médicaments, effets désirables ou indésirables, sur une large population d’individus traités. La pharmaco-épidémiologie est donc un outil au service de la Santé Publique.
Pour traiter de ce sujet, notre invité est le Professeur Bernard Begaud. Professeur de pharmacologie à l’Université Bordeaux II, Bernard Begaud dirige l’unité Inserm U657 « Pharmaco-épidémiologie ».
Le 30-03, La radiologie interventionnelle
Longtemps, la radiologie est demeurée descriptive : l’analyse d’une radiographie du poumon permettait d’évoquer un abcès ou un emphysème, celle d’une radiographie du colon conduisait à retenir l’hypothèse de sigmoïdite ou de cancer.
Aujourd’hui, la radiologie est devenue interventionnelle, en ce sens que grâce à l’avènement de nouvelles techniques, elle permet de guider un geste le plus souvent thérapeutique, au plus près de la lésion.
C’est ce que nous allons voir aujourd’hui avec notre invité, le Professeur Dominique Musset. Chef du service de radiologie à l’hôpital Antoine Beclère à Clamart, Dominique Musset est professeur à l’Université Paris XI.

LE MERCREDI

à 14h Planète terre par Sylvain Kahn. Le 10-03, Maroc : la société face à l’érosion Le 17-03, Le désert et les hommes au Sahara Le 24-03, Moscou

à 14h30, LE SALON NOIR Par Vincent Charpentier. Le 03-03, Les plâtres de Rodin redécouverts Le 10-03, Aux origines de l’exploitation des ressources naturelles : dans les pas des premiers pollueurs Le 17-03, la médecine préhistorique : une amputation vieille de 7 000 ans Le 24-03, Neandertalensis versus Sapiens sapiens Le 31-03, ceux qui vont mourir te saluent
LE JEUDI La marche des sciences par Aurélie Luneau. De l’origine de la matière vivante aux dernières stations orbitales, l’histoire de l’évolution du monde est jalonnée de découvertes, d’expériences, de coups de génie, de théories et d’équations, mais aussi d’échecs qui marquent le temps des sciences, et avec lui, le temps des hommes.
Depuis l’Antiquité, dans des contextes parfois hostiles aux avancées de l’esprit, des hommes et des femmes ont fait progresser la connaissance du monde. De Thalés à Pierre-Gilles de Gennes, en passant par Archimède, Galilée, Copernic, Galois, Kepler, Becquerel, ou encore Einstein et les Curie pour ne citer qu’eux, l’histoire des sciences en mouvement est une véritable aventure de l’esprit, utile à la compréhension de notre civilisation. Le 11-03, Planet or not planet : l’histoire de Pluton Avec Thomas Widemann, astronome au Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique (LESIA) de l’Observatoire de Paris et enseignant au département SACIM

LE VENDREDI Science publique par Michel Alberganti. Science, médecine, environnement, technologie et impact sur la société, il y a du débat. Pour cela, des scientifiques sont confrontés à des représentants d’associations ainsi qu’à des hommes politiques concernés. Parfois des élèves de cours de science en collège et lycée sont associés au débat et le courrier des auditeurs est particulièrement pris en compte afin de refléter le lien de plus en plus fort qui s’est créé, au cours des dernières années, entre la science et la société.
Le 12-03, Peut-on vaincre la dépendance aux drogues ?
Avec : Philippe Batel psychiatre et alcoologue, Jean Pol Tassin neurobiologiste, William Lowenstein addictologue
Assistant à la réalisation : Julie Beressi
Philippe Batel, psychiatre-addictologue, Jean-Pol Tassin, neurobiologiste, Collège de France, William Lowenstein, addictologue, directeur de la clinique Montevideo, spécialisée dans la recherche et le traitement de la dépendance.

Le lundi LES LUNDIS DE L’HISTOIRE par J. Le Goff, M. Perrot, R. Chartier, P. Levillain. Le 08-03, Des femmes dans l’Histoire
Par :Michelle Perrot. Avec Michel Winock, professeur émérite à Sciences Po, Christine Fauré, directrice de recherche au CNRS
A propos de :
Madame de Staël, Paris, Fayard (2010), de Michel Winock,
et de :
Nouvelle Encyclopédie historique et politique des femmes , Paris, Les Belles Lettres (2010), de Christine Fauré
Le 15-03, Ecrire les sentiments au XVIIIe siècle
# A propos de : Ecris-moi si tu m’aimes encore. Une correspondance amoureuse au XVIIIème siècle, présentée et éditée par Isabelle Foucher, préface d’Arlette Farge, Editions Bayard. Par Roger Chartier
Le 22-03, Paul Louis Courier # A propos de : Paul Louis Courier, de Alain Dejammet. Texte de Michelet lu par Jean-Pierre Leroux.
Le 29-03, , L’anniversaire depuis le Moyen Age
# A propos de : L’invention de l’anniversaire depuis le Moyen Age, ed. Arkhé, de Jean-Claude Schmitt, Par Jacques Le Goff

Le mardi LES MARDIS DES AUTEURS Par Matthieu Garrigou-Lagrange. Le 09-03, Robert Merle (1908-2004)
Par Françoise Estèbe et Dominique Costa. Avec la voix de Robert Merle
Archives INA Martine Augé.
Dans sa vie personnelle, Robert Merle était un homme secret. Son fils Pierre, qui a écrit sa biographie, dit de lui : « Sa vie privée était un château fort. Il en sortait par effraction. » L’écrivain Robert Merle dévoile les blessures et les passions de l’homme, à travers les autoportraits romancés que sont les héros de ses livres jusque dans ses ouvrages historiques. Blessures et deuils d’une enfance pauvre marquée par la perte du père - l’enfant n’a alors que sept ans - puis par la mort de sa sœur aimée, confidente de ses aspirations littéraires, déjà. Robert Merle sera élevé par sa mère, une femme âpre et autoritaire, économe jusque dans ses sentiments. De cette enfance malmenée, parfois méprisée, viennent sans doute ce besoin obstiné de reconnaissance sociale par la gloire littéraire, et cette angoisse persistante devant la précarité de la vie. Création littéraire et passions amoureuses, souvent mêlées, seront les moteurs de son existence dans une quête toujours inassouvie, parfois désenchantée. Comme ses amours, son œuvre est multiple, ses inspirations contrastées. L’épreuve de la guerre lui fournira la matière de son premier livre, primé par le Goncourt, Week-end à Zuydcoote . L’histoire contemporaine est le terreau de plusieurs de ses ouvrages, d’une manière directe comme dans La mort est mon métier , qui met en scène le commandant du camp d’Auschwitz, ou d’une façon détournée comme dans L’Île qui a pour toile de fond la guerre d’Algérie. Engagé dans la Nouvelle gauche, Robert Merle se fera écrivain-enquêteur pour aborder Moncada, le premier combat de Fidel Castro, puis une biographie de Ben Bella. Son engagement politique, marqué par des polémiques agressives, constituera une des désillusions de son existence mais ne sera jamais renié. Après s’être adonné à des genres et des styles différents, théâtre, science-fiction... Robert Merle consacrera la deuxième partie de son œuvre à sa grande saga historique Fortune de France . Des facettes multiples donc pour une œuvre qui prône les valeurs de liberté, de tolérance, qui combat la violence guerrière, l’injustice et toutes les formes d’oppression ; humanisme qui fut la ligne de force de la vie de Robert Merle.
Le 16-03, Jérôme David Salinger (1919-2010) Par Matthieu Garrigou-Lagrange et Isabelle Yhuel.
Le 27 janvier dernier, J.D. Salinger disparaissait sans prévenir les membres de la « confrérie », comme disent les écrivains Geneviève Brisac et Florence Seyvos, lesquels s’y attendaient pourtant. La « confrérie », ce sont ces lectrices et ces lecteurs qui ne se connaissent pas entre eux mais qui ont tous ressenti la même passion violente à la lecture de ses romans et de ses nouvelles. Ceux qui aiment Salinger ont pour ses personnages un attachement fusionnel, qui tient souvent à l’identification qu’ils ressentent pour ses héros. Holden Caulfied dans L’Attrape-cœurs, la famille Glass dans les nouvelles, forment un Panthéon de personnages récurrents qu’on apprend à connaître d’un livre sur l’autre. Car en décrivant la vie de ses familles, Salinger en a créé une autre, celle de ses admirateurs, qui pleurent aujourd’hui leur père disparu.
Le Mardi des auteurs revient cette semaine sur le mythe Salinger, vivant reclus dans une posture d’ascète indou, ainsi que sur une œuvre précise, ambitieuse, originale, dont nous tâcherons de donner quelques clés.
mardi 23 mars de 15 à 16h

Etienne de la Boétie (1530-1563)

Par Anne Argouse et Gilles Davidas

Etienne de la Boétie, philosophe et poète, connu pour avoir été l’ami mythique de Montaigne, est surtout l’auteur d’un court texte resté dans la postérité : le "Discours de la servitude volontaire".
Ecrit à l’âge de 18 ans, par celui que Pierre Clastres n’hésitait pas à appeler "le Rimbaud de la pensée", ce texte qui constitue une oeuvre de référence sur la question de la légitimité du pouvoir politique a été depuis le XVIème siècle constamment réimprimé. Traduit en quinze langues, il a donné lieu à une masse impressionnante de commentaires et d’interprétations. Toutes les périodes de troubles politiques ont vu réapparaître ce manifeste contre la tyrannie et il est aujourd’hui encore convoqué par divers courants de pensée. Ces annexions militantes témoignent de la résonance profonde et durable de ce texte et en font un cas "curieux", énigmatique.
C’est sur cette énigme que se propose de se pencher cette émission, en interrogeant le texte du "Discours", dont la question centrale demeure toujours d’une modernité surprenante : pourquoi obeit-on ?

le mercredi
à 14h30, LE SALON NOIR Par Vincent Charpentier. Le 03-03, Les plâtres de Rodin redécouverts Le 10-03, Aux origines de l’exploitation des ressources naturelles : dans les pas des premiers pollueurs Le 17-03, la médecine préhistorique : une amputation vieille de 7 000 ans Le 24-03, Neandertalensis versus Sapiens sapiens Le 31-03, ceux qui vont mourir te saluent

le jeudi

à 15h Les jeudis de l’expo
émission du jeudi 4 mars, Le mouvement Fluxus ou l’art hors limites
"Ecrire c’est peindre des mots" BEN 2005
Ben. Artiste, exposé au Musée d’art contemporain de Lyon à partir du 3 mars 2010
Olivier Lussac. Auteur de Happening et Fluxus éd. Harmattan et "Fluxus et la musique" à paraître en mai 2010 aux Preses du Réel :
happening & fluxus » est un essai pluridisciplinaire et transversal. Il vise à mettre en relation différentes occurrences artistiques dans une série d’événements tirés des champs des arts plastiques, de la musique et de la poésie, et tente des rapprochements issus du futurisme, de Dada, et des diverses mouvances néo-dadaïstes (Nouveaux Réalistes, Junk Art, Gutaï, Ongaku, Wiener Gruppe, Aktual, Wiener Aktionismus, Neo-dada Organizers, Zaj, Poesia Visiva...), pour obtenir une définition du Happening et de Fluxus, en fonction de leur connexion historique et esthétique. Cet ouvrage constitue un préliminaire à l’étude des fondements théoriques de cet important mouvement, et plus spécifiquement de la performance plastique, musicale et poétique des années cinquante et soixante.
- 4e de couverture-

Nicolas Feuillie. Auteur de Fluxus Dixit aux Presses du Réel :
Pour la première fois en France, quarante ans après la fondation de Fluxus à New York et à Wiesbaden (en septembre 1962), une anthologie substantielle (première du genre sur le plan international) donne enfin à lire les positions diverses des acteurs de ce non-mouvement inventé par George Maciunas, lithuanien exilé à New York, comme son ami Jonas Mekas. La France comble ainsi quarante ans de retard ! Ce panorama présente le contexte de la naissance de Fluxus et son développement, jusqu’à la mort de Maciunas en 1978. Cette anthologie montre la complexité, au-delà des préjugés modernistes, anti-modernistes ou post-modernistes, comme au-delà des frontières des arts et de la société, d’une aventure mondiale (qui reprend l’impulsion de Dada, du Constructivisme et du Futurisme) dont l’utopie bien réelle est loin d’être achevée (construire un autre type d’université et d’enseignement, une autre pratique culturelle, sociale et économique). Selon Emmett Williams, un des amis flux de Maciunas, Fluxus ne fait que commencer depuis la mort de son fondateur.
- 4e de couverture-

Olivier Lussac
Happening et Fluxus
Harmattan - 1er avril 2004

happening & fluxus » est un essai pluridisciplinaire et transversal. Il vise à mettre en relation différentes occurrences artistiques dans une série d’événements tirés des champs des arts plastiques, de la musique et de la poésie, et tente des rapprochements issus du futurisme, de Dada, et des diverses mouvances néo-dadaïstes (Nouveaux Réalistes, Junk Art, Gutaï, Ongaku, Wiener Gruppe, Aktual, Wiener Aktionismus, Neo-dada Organizers, Zaj, Poesia Visiva...), pour obtenir une définition du Happening et de Fluxus, en fonction de leur connexion historique et esthétique. Cet ouvrage constitue un préliminaire à l’étude des fondements théoriques de cet important mouvement, et plus spécifiquement de la performance plastique, musicale et poétique des années cinquante et soixante.
- 4e de couverture-

Ben Vautier
Suicide d’artiste
L’Esprit du temps - Janvier 2009

« Rothko s’est suicidé, pas moi. De Staël s’est suicidé, pas moi. Morini s’est suicidé, pas moi. Gibertie et 456 autres se sont suicidés, pas moi. Vais-je mourir d’une connerie comme le cancer ? Ou bien me suicider ? Cette nuit j’ai senti la mort comme un fleuve qui coule grand et large que rien ne peut arrêter. J’ai eu beau essayer de penser à autre chose, le fusil, la corde, tout se rapprochait. je suis sorti du lit, je suis allé chercher le fusil, je l’ai chargé, j’ai pris la corde, je suis monté sur l’échelle, ensuite je suis redescendu pour tout écrire et puis brûler ce que je venais d’écrire. »
Ben est un artiste majeur de l’avant-garde artistique française. Il est particulièrement connu du grand public pour ses « pensées » écrites blanc sur noir. Il vit et travaille à Nice sur les hauteurs de Saint-Pancrace.
- 4ème de couverture -

Ben Vautier
Mes démangeaisons : ça gratte !
Le Mot et le Reste - Mai 2007

Ceci étant, je râle souvent en classant.
J’ajouterais donc que le bonheur pour moi
C’est de râler en classant.
L’inquiétude pour moi c’est de me dire : ai-je tout classé ?
L’inquiétude pour moi c’est de trouver une liste
Et ne pas savoir où la classer.
La vie est faite de tout :
De grandes théories sur les limites de l’art
Mais aussi du climatiseur qui marche mal.
À propos où est passé le mode d’emploi ?
Ben note consciencieusement tous ses états d’âme, sa recherche de la vérité, ses notes sur l’ethnisme, sur le sexe ou sur le monde de l’art contemporain dans des newsletters quotidiennes. Avant de basculer sur le net, ces billets d’humeur faisaient déjà l’objet d’un mensuel photocopié que les happy few de l’art s’arrachaient.
Mes Démangeaisons propose une sélection de textes, intégraux ou partiels issus de centaines de newsletters. Ce recueil offre une vision synthétique de l’univers de l’artiste que vous pourrez retrouver dans sa multiplicité et complexité sur le site internet : www.ben-vautier.com
- 4ème de couverture -

les liens

http://www.mac-lyon.com/mac

Le 11-03, Les Trésors de la Sainte Russie
A Voir : "Sainte Russie : l’art russe des origines à Pierre Le Grand, du 5 mars au 24 mai 2010 au Louvre
Le 18-03, Edvard Munch : une peinture prémonitoire
A voir : Edvard Munch à la Pinacothèque de Paris jusqu’au 18 juillet 010
Le 25-03, Doisneau, photographe humaniste
A voir : "Robert Doisneau, du métier à l’oeuvre" à la Fondation Cartier-Bresson jusqu’au 18 avril 2010
Le 01-04, Le musée personnel...d’Agnès Thurnauer
Le 08-04, Le Greco
A voir : "Le Greco" au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles jusqu’au 9 mai 2010 et "Du Greco à Dali." au musée Jacquemart-André jusqu’au 1er août 2010
Le 15-04, Les grands heures de la peinture d’histoire
A voir : Ré-ouverture des salles de peinture du Musée de l’armée à Paris en mars 2010
Le 22-04, Le Douanier Rousseau
A voir : exposition Douanier Rousseau à la fondation Beyeler à Bâle jusqu’au 9 mai 2010

LE VENDREDI Science publique par Michel Alberganti.
Le 12-03, Peut-on vaincre la dépendance aux drogues ?
Avec : Philippe Batel psychiatre et alcoologue, Jean Pol Tassin neurobiologiste, William Lowenstein addictologue
Assistant à la réalisation : Julie Beressi
Philippe Batel, psychiatre-addictologue, Jean-Pol Tassin, neurobiologiste, Collège de France, William Lowenstein, addictologue, directeur de la clinique Montevideo, spécialisée dans la recherche et le traitement de la dépendance.


Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur