Extrait des Larmes de Spinoza

dimanche 24 janvier 2010
par  Lydia COESSENS

"Se peut-il que grandisse en nous ce qui ne fut pas dit, tenus que nous sommes à l’écart du monde, sur ses bords. Attentifs comme elle sait l’être à recueillir la rumeur parmi l’encre des pages dépliées du journal. Pour réserver à l’Autre en fin de compte le seul échange de paroles qui vaille à ses yeux, bien que je ne l’aie jamais entendue prononcer une prière, à moins que je ne fusse pas là à cet instant, ou bien le fait-elle sans rien montrer, gardant pour elle ces mots au contour usé d’avoir été murmurés tant de fois, à l’instar d’autres, trop secrets, qui ne franchiront jamais la barrière de ses lèvres."

Extrait de Les larmes de Spinoza, Maria,de Pascal Commère, pp.20-21, ,le temps qu’il fait, 2009.


Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur