Louis Néel, prix Nobel de Physique 1970, élève à Privas

mercredi 3 mai 2006
par  Christophe ROSSIGNOL

Louis NEEL décédé le 17/11/2000 , prix Nobel de physique en 1970, fondateur et premier directeur du Centre d’Etudes Nucléaires de Grenoble fut élève en terminale scientifique au lycée de Privas.

GIF - 13.4 ko

Son père était inspecteur de l’enregistrement et menait une carrière itinérante, et le fils aîné, Louis, était interne en seconde et première au lycée du Parc à Lyon. La nomination de son père à Privas lui donna l’occasion de s’inscrire comme externe en 1921 en terminale scientifique au lycée de Privas.
Ce n’était pas une classe surchargée, il n’y avait que deux élèves pour préparer le baccalauréat « mathématiques élémentaires » !

La famille louait la villa « La Chaumette », qui est aujourd’hui intégrée au bâtiment où siège le Conseil Général de l’Ardèche. Louis Néel se plaisait beaucoup à Privas comme il le rappelle volontiers dans ses mémoires, et il garde un excellent souvenir du « Collège » installé dans un ancien couvent, le couvent des Recollets près de la prison, bâti sur les ruines d’un château détruit lors du siège de 1627 par Louis XIII.

Aujourd’hui le lycée de Privas a déménagé pour des locaux plus fonctionnels, et l’ancien bâtiment abrite la maison des Associations et l’école municipale de musique. Lors de son année à Privas, Louis Néel emporta un 5ème accessit au concours général en physique et obtint la mention « bien » au bac. Il retourna ensuite en classe préparatoire scientifique au lycée du Parc à Lyon, puis au lycée Saint-Louis à Paris, entra à 20 ans à l’Ecole Normale Supérieure d’où il sortit major du concours d’’agrégation, mais comme il l’avoue lui-même sans avoir véritablement la vocation d’enseignant, mais avec la volonté de se consacrer à l’industrie et à la recherche.

Ses travaux l’amenèrent à s’intéresser au magnétisme, à la physique du solide, aux basses températures, ainsi qu’à d’autres disciplines touchant à la physique du globe et au nucléaire. Il effectua l’essentiel de sa carrière de chercheur et d’enseignant à l’université et à l’Institut Polytechnique de Grenoble et son prix Nobel de physique est la reconnaissance de la communauté scientifique pour l’ensemble de ses travaux qui touchent de très nombreux secteurs de la vie courante, tels que les ordinateurs et le téléphone portable.


Cet article est tiré de l’ancienne version du site. Son auteur n’est pas connu.


Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur