Sujet de dissertation : Penser, est-ce dire non ?


Email d'un élève à son professeur.


"A l'attention de Mr Rostaing, au sujet du désaccord silencieux contracté lors du cours du jeudi 07/12/2008 au sujet de l'affirmation suivante : Dire non est facile.

Tout d'abord, dire oui c'est consentir à tout, c'est la façon naturelle que les enfants utilisent lorsqu'ils ont fait une bêtise et qu'ils se font gronder : ils singent l'assentiment pour mettre fin plus rapidement au supplice et pour ne pas avoir à penser à une façon de déjouer la réprimande. Dire oui c'est ce qu'il y a de plus facile, c'est suivre l'opinion de la masse comme un mouton de panurge. Dire oui, c'est aussi éviter les problèmes, éviter les confrontations.

Non est beaucoup plus difficile à dire. Dire non, c'est se construire, c'est utiliser l'avis, la pensée des autres pour former la sienne. Si on prend l'exemple des adolescents, ils sont à un âge ou le corps grandit, certes, mais plus que cela, c'est leur esprit qui se forme et pour cela il est indispensable et vital qu'il se "rebellent" comme on dit familièrement, qu'il construisent leur vision du monde en réfutant celles qui ont prévalu. Cet esprit de contradiction est celui-même qui formera l'esprit de l'adulte qu'il sera plus tard. Dire non, c'est stopper le flot de paroles, c'est arracher le micro et le pointer sur soi, c'est arrêter le temps l'espace d'une seconde en supportant le regard des autres et son propre regard sur soi même. Dire non, c'est présenter au monde sa pensée, c'est oser devenir une possible cible de critique. Dire oui, à l'opposé, est la façon la plus simple de se fondre dans la foule et de se refuser au monde, c'est une porte fermée vers l'extérieur c'est une prison pour la pensée. Seulement, dire oui peut aussi être un moyen de s'auto-dire non. Si l'on reprend l'exemple d'un enfant réprimandé, il peut s'avérer qu'il dise oui et qu'il accepte les paroles de celui qui le réprimande comme la pensée parfaite, celle sur laquelle il faut se calquer, mais la plupart du temps, il dira non au profond de lui même et dans son coeur, là où personne ne pourra jamais l'en extirper. Ainsi dire oui peut en fait être tout simplement le fait de ne pas dire non, qui est en soit un non au non. Un refus d'ouverture préméditant peut être l'explosion qui se produit à adolescence où  l'individu sent qu'il devient physiquement égal voir supérieur aux forces qui lui étaient avant supérieures. Il comprend qu'il peut et donc, il ose pour enfin retrouver son vrai soi. Celui qui, lorsqu'il était petit, était caché au fond de son coeur et qui ressort à cette période de sa vie. Dire non est donc loin d'être facile, c'est devoir créer soi-même un nouvel univers sans pouvoir se reposer sur les convictions des autres, c'est sortir du lot et évoluer vers une pensée plus libre et de ce fait plus vivante et plus forte qui sera peut-être le nouveau repos des autres ou bien un simple oiseau dans le ciel qui serait la cible des enfants et de leurs cailloux. S'envoler, c'est prendre le risque de se faire cribler de pierre mais c'est aussi dans l'enjeu de pouvoir enfin voler de ses propres ailes et ne plus dépendre du nid chaud où la nourriture tombait dans nos becs. C'est affronter l'obstacle qui se présente à nous. C'est braver le froid et la faim pour tracer sa propre voie au travers du ciel des immenses possibilités qui s'offrent à nous et que reprendront peut être ceux qui n'ont pas eu le cran de se prouver leur propre valeur. Dire oui n'apportera jamais rien, alors que non provoquera toujours un événement qui à défaut d'être agréable nous apprendra toujours quelque chose et structurera notre pensée. Ainsi la véritable pensée, c'est de dire non et d'ainsi échapper à la logique, à l'habitude et au carcan qui nous enferme pour  s'envoler vers de nouveaux horizons où l'on bâtira son propre nid d'idées qui, somme toute, sera unique.

En vous remerciant d'avoir effectué cette lecture, je vous pris d'accepter mes salutations les plus sincères."

 De CHALUMEAU Alexis le 07/11/2008                              RETOUR