sortie de septembre 2012 "tour des Fiz"


Tour des Fiz 2012

La randonnée s’est déroulée du mardi 18 septembre au jeudi 20  septembre.

Conditions météo inégales, avec le  mercredi pluvieux et frais.

16 élèves participent à la sortie, soit la totalité des  « MPS montagne ».

Encadrement : E. BUTTIN , M. LEVIN, M. VERILHAC ; S .DELEPINE blessé a dû renoncer à son grand regret.

1er jour. Départ du Lycée vers 8 h 25, autocar SAT  (à la réflexion, on pourrait très bien emprunter la ligne régulière de la SAT qui dessert Plaine-Joux, ce qui éviterait de louer un car).

A  Plaine-Joux, rappel au élèves des objectifs de la sortie, présentation de l’itinéraire; exposé général sur le milieu montagnard et les alpages, toponymie, rappel de notions fondamentales concernant la pente, l’altitude, les risques liés à la montagne, ses contraintes particulières. Consignes sur le travail de restitution attendu. Distribution des pressiomètres qui permettront de relever en différents lieux   la pression atmosphérique en fonction de l’altitude ; constitution de trinômes. Explication sur les nouvelles pratiques de la montagne et les risques qu’elles peuvent générer.

Dans un deuxième temps : au Lac Gris, présentation de la plage de dépôt, explication sur la géologie des Fiz,  érosion et phénomènes gravitaires, risques liés aux laves torrentielles.

Début de la montée vers Barrmus, avec détour par le chemin qui permet, en dehors de la piste principale, d’avoir un point de vue sur les Fiz et le Nant Bordon. Pause et activité sur l’effondrement du Dérochoir de 1751 à partir de  textes historiques.

Lors de cette première demi-journée, l’activité SVT sur la biodiversité n’a pas pu avoir lieu bien sûr.

Au sommet de Barmus, pique-nique, puis nouvelle explication alpage / toponymie. Comme à l’accoutumée, les élèves s’approprient les tables et nous laissent généreusement le sol pour nous asseoir !

Reprise du déplacement par les Mollays jusqu’aux Ayères d’en haut ;  à l’entrée de la réserve naturelle,  exposé sur ce sujet à l’aide de la fiche distribuée ; présentation des buts et des caractéristiques réglementaires de la réserve.

Itinéraire jusqu’à Moëde par la piste principale du Monthieux, avec explications concernant les lieux remarquables : cabane à Tintin, stèle à Melon, Barme à Borgeat, pierre à Chocolat,   Pierre au Mort…Explication sur la météo, la formation des nuages et les vents en altitude. Observation du paysage. Descente vers le Souay et remontée versant Pormenaz par les Laouchets; on se rend jusqu’au lac pour une pause sur les roches polies, ce qui permet d’aborder le sujet de l’érosion glaciaire et aussi aux élèves de jouer un peu au bord du lac tout en profitant du site.

Au refuge,où nous arrivons relativement tôt alors que le temps menace,  installation puis repas (soupe et spaghetti bolognaise)

Remarque sur le refuge : accueil sympathique (Arlette ) mais le prix est élevé : 43 € par personne sans réduction  de groupe, douche 2 € en plus, et pique-nique pour le lendemain 12 €. Repas servi à 18 h 30, ce qui est  très tôt !

Aucun problème de comportement au refuge ; les élèves se montrent plutôt calmes et disciplinés.

Deuxième jour : réveil vers 7 heures ; il a plu beaucoup pendant la nuit et ça continue ; nous attendons vainement une éclaircie avant de décoller; les sommets sont peu visibles à cause du brouillard ; nous commençons la montée sous la pluie, mais les élèves sont relativement bien équipés ; température assez fraîche. Par contre le groupe aura pendant cette journée tendance à s’étirer, entre les jeunes très sportifs et d’autres moins rapides  ; il faudra canaliser les énergies des plus rapides et rappeler la nécessité d’une démarche de groupe et solidaire.

Au lac d’Anterne, nous renonçons au détour par perte des eaux et à la pause habituelle, du fait des conditions météos qui n’incitent guère à stationner.

On continue vers le collet d’Anterne, toujours sous la pluie et sur un sol détrempé, les pieds sont mouillés ; la nébulosité empêche de profiter du paysage et même de prendre conscience du relief environnant.

Heureusement, le refuge A.Wills, qui n’est plus gardé, a laissé ouverte sa salle principale, ce qui permet de se sécher un peu et de pique-niquer à l’abri. En repartant, observation du panneau explicatif sur le gypaète barbu.

Après la traversée du Clos et la courte montée vers le collet, descente en direction des cascades sur le sentier boueux. La pluie cesse ; la montée vers Sales se fera un peu plus au sec mais toujours sous les nuages et le brouillard. On peut cependant observer les cascades dont le débit est spectaculaire ; explication sur le relief karstique et les particularités de l’écoulement des eaux dans ce type de relief.

A Sales, visite de la chapelle, commentaire sur son architecture, ce qui permet de compléter les informations sur les alpages et la vie traditionnelle en montagne.

Au refuge de Sales, accueil toujours aussi sympathique d’Elisabeth et Roland Mogenier. L’ambiance météorologique est fraîche.

Les élèves peuvent se sécher. Avant le repas, ils ont le temps de se livrer à un jeu de rôles où il est question de loups garou, de villageois et d’une sorcière ; nous adultes ne comprenons pas tout mais c’est l’occasion de constater la bonne ambiance qui règne entre eux.

Ensuite, fondue chaleureusement et généreusement servie. D’autres personnes présentes au refuge font des compliments sur le caractère sympathique de nos élèves. Par contre la mise au calme dans le dortoir sera un tout petit peu plus difficile que la veille, mais sans excès.

Tout au long de cette journée un peu difficile à cause du temps, les élèves se sont montrés à la hauteur : pas de découragement ni de protestations ; la bonne humeur est restée de mise.

.

Troisième jour : lever par un temps redevenu beau mais froid ; il a gelé pendant la nuit, qui a été frisquette même dans le dortoir. Après le petit dé jeuner, petite séance d’explications sur la journée à venir et les paysages traversés ; panneau sur le lagopède. Perception des pique-niques et préparation des sacs.

Nous renonçons à l’itinéraire par Barme froide pour aller vers la Portette : risque de glace dans le passage qui serait plus dangereux. La progression est l’occasion de nouvelles explications sur le  paysage et la toponymie. Observation des quelques bouquetins très proches de nous.

La  montée vers le col permet à deux élèves les plus en forme d’aider des camarades  en redescendant à leur rencontre pour porter leurs sacs jusqu’au sommet. Il est vrai qu’il a fallu suggérer un peu…

Au col de la Portette, pause et séance photos…avant de redescendre dans le versant opposé, froid et glacé par endroit.

 

Refuge et chalet de Platé : pique-nique puis intervention de Milou Mogeny, très grand connaisseur de Platé et la vie en montagne en général, et aussi très bon « raconteur ».

Descente sur Charbonnière, avec une nouvelle pause ;  le Plateau d’Assy par le sentier des Charmettes. Au Plateau, remplissage bienvenu  des gourdes au bassin. La descente  sur la Motte se fait par la Combe, ce qui limite au mieux les passages sur route goudronnée, avant de rejoindre la Motte vers le chemin de la Scierie. Pour descendre sur Chedde, on suit le sentier du Nant des Penys en passant devant la première ferme…on traverse un peu une propriété privée mais ça permet d’arriver directement aux Touvières par un sentier agréable, et puis le monsieur n’est pas là…

Retour au Lycée par les Outards plutôt qu’en suivant la Grande rue de Chedde ou la voie ferrée : plus agréable, moins de circulation et des voies mieux aménagées pour les piétons. Marlioz, puis le pont du chemin de fer et l’Abbaye. Au cours de la descente, quelques élèves ont été remis à leurs parents. Ce n’est plus qu’un effectif réduit qui atteint le Lycée.

 

Bilan : pour la troisième édition de ce tour,  nous atteignons un très bon équilibre entre les phases de marche, celles à contenu pédagogique et les moments de détente ou de jeu. Le contenu des informations  données aux élèves est à la fois riche et cohérent, permettant certainement une meilleure connaissance des milieux traversés, même si la prise de notes n’est pas toujours évidente dans la nature. Le groupe élèves a très bien fonctionné : très réceptifs et agréables, bon niveau sur le plan physique ; excellent contact entre eux et nous. Quasiment pas de discipline à faire, à part une ou deux remarques individuelles concernant la discrétion ou la qualité du langage employé…Lors de la séparation jeudi en fin d’après-midi, nous avons droit à des remerciements, ce qui n’est pas si fréquent…Quant à l’équipe de collègues, l’harmonie est parfaite, le seul regret étant l’absence  de S.Delépine.

L'équipe des professeurs de la classe montagne.