Sortie d’octobre 2012 « le Bélier hydraulique aux Ayères »


 

La randonnée s’est déroulée le mardi 16 octobre.

Conditions météos très bonnes malgré quelques nuages.

15 élèves ont participé à la sortie.

Encadrement : E. Buttin, S. Delépine et M. Verilhac.

Départ du lycée à 13h25, avec un minibus de l’OMS et 2 voitures de parents d’élèves.

Nous arrivons à Plaine-Joux vers 13h40, nous partons à l’assaut des Ayères du milieu voir le Bélier hydraulique. Nous allons en direction du Lac Vert pour écouter S. Delépine et M. Verilhac parler du lac, qui s’est formé lors de l’éboulement du Dérochoir de 1471. L’éboulis boucha un ruisseau qui se transforma en lac. Le reflet des épicéas et les micro-organismes donnent la couleur verte au lac.

Nous continuons en direction du Chatelet, les élèves s’arrêtent pour attendre les derniers, et E. Buttin en profite pour nous montrer l’itinéraire principal de l’ascension du Mont-Blanc. Nous repartons pour atteindre les Ayères du milieu, les élèves s’amusent à se lancer des boules de neige suite aux chutes tombées la veille. Arrivés aux Ayères, M. Vérilhac nous parle des anciens alpages, de l’architecture particulière des chalets, les vaches occupant la meilleure place, de l’importance pour les alpagistes de faire leurs fromages sur place et de posséder un autre chalet 150 mètres plus haut en altitude pour que les vaches aient toujours de l’herbe à manger. M. Verilhac nous fait visiter son chalet, et nous offre des sucettes et un coup à boire !

Ensuite nous descendons 50m en contrebas pour voir un système qui sert à remonter l’eau aux chalets « le Bélier hydraulique » (le principe utilise l'énergie cinétique d'une colonne d'eau ayant pris une certaine vitesse ; puis, arrêtée brusquement par un clapet, une surpression se fait, ce qui permet de faire monter une colonne d'eau réduite à une certaine hauteur. Le résultat dépend des quantités et des vitesses mises en jeu) inventé en 1792 par Joseph Montgolfier, et centenaire depuis cet été.

Nous remontons aux chalets ; nous prenons des photos ; M. Verilhac reprend la parole, à propos d’un chalet qui n’est pas comme les autres: « la fruitière » (nom qui vient du fruit de leur travail). Celui-ci servait aux alpagistes pour fabriquer leurs fromages. Il nous montre également un four à pain, construit en pierres, sous la terre.

Puis nous redescendons au Chatelet pour finir à Plaine Joux, où 2 voitures de parents d’élèves nous attendent. Retour au lycée vers 17h15.

Nous remercions l’équipe de professeur pour cet après-midi aux Ayères.

Baptiste et Julien