Projet "Télémaques"

mercredi 29 mai 2013
popularité : 3%

Ce projet financé par la Région Rhône-Alpes et mené en partenariat avec l’association "Savoir au présent" a pour objectif l’éducation critique à l’image. Le documentaire choisi par l’équipe pédagogique "la gueule de l’emploi" a été diffusé par la chaîne de télévision ARTE. Deux élèves ont rédigé l’article ci-dessous.

Article rédigé par Gwenaelle Humbert et Antoine Schaeffer de 1ère S3

Dans le cadre du projet Télémaques, nous avons regardé le documentaire La gueule de l’emploi réalisé par Didier CROS. Nous avons aussi eu la chance d’avoir un entretien avec ce réalisateur. Ce documentaire montre le monde du travail, et plus particulièrement le recrutement, avec ses 3 acteurs : l’entreprise cliente ( ici le GAN), le recruteur, et les candidats, demandeurs d’emploi. Il présente une méthode de tournage originale ; en effet, le rélisateur a choisi de tourner à l’aide de 4 caméras fixes et non une seule mobile comme lors de la réalisation de documentaires classiques. Cette méthode de tournage semblable à celle des films de fiction apporte une touche d’irréalité et différencie ce documentaire des autres reportages. Néanmoins, les scènes filmées sont toutes réalistes, il n’y a pas de scénario, tous les personnages présents , que ce soit les demandeurs d’emploi ou les recruteurs restent entièrement libres de leurs paroles et de leurs actes. Les seules mises en scène qui ont pu être réalisées sont infimes : elles consistent à demander aux candidats de parler à haute voix quand ils sont seuls afin de pouvoir entendre leurs pensées. Didier Cros fait preuve de beaucoup de respect vis à vis des gens qu’il filme, la preuve en est les entretiens filmés 15 jours après la session de recrutement : ils ont permis aux candidats de revenir sur ce qu’ils avaient vécu et de l’analyser. Le moment fort de cette expérience fut l’entretien avec Didier Cros. Lors de la rencontre celui-ci nous a expliqué comment il procédait, quelles difficultés il avait rencontrées, etc … Pour tourner son film, il lui a fallu beaucoup d’heures de video qui n’ont pas toutes été utilisées. Lors du montage beaucoup de séquences sont coupées ce qui souligne l’importance et la difficulté du travail du monteur. Souvent un documentaire réalise très peu de bénéfice, la production d’un documentaire de ce genre coûte environ 326000 euros. De plus obtenir l’accord de filmer une session de recrutement a été difficile ; sur 40 compagnies contactées seules 6 étaient d’accord. La société le GAN a accepté d’être filmée car elle pensait que ce documentaire lui ferait de la publicité ; ce fut loin d’être le cas et il y eut même un procès.


Commentaires  (fermé)

Météo

Ville(FRRA2153)

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

Inconnu

°C


Inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>