Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Pôle Scientifique > Atelier Scientifique de 2de > Thème 2 : mur végétal > Le mur végétal : qu’apporte une plante dans son environnement (...)
Publié : 16 avril 2009

Le mur végétal : qu’apporte une plante dans son environnement ?

Partie théorique développée par Romane, Clara, Chloé

Introduction :

Le principe de la dépollution repose sur l’échange gazeux. Les polluants de l’air sont absorbés par les feuilles. Des micro-organismes (bactéries) vivant dans les racines convertissent les polluants en produits organiques qui servent alors à nourrir les plantes. La plante émet ensuite de la vapeur d’eau par un processus nommé transpiration et améliorent ainsi le taux d’humidité dans la maison et le taux d’oxygène*. Plus les plantes sont grosses, plus la surface de feuille est importante et plus l’échange gazeux est important.

* On rappellera ici qu’une plante effectue la respiration tout au long de la journée mais qu’elle effectue aussi la photosynthèse durant la journée. Elle rejette donc du O2 la journée et du CO2 la nuit.

Une plante à l’intérieur de votre maison : dangers ?

Bien souvent on entend dire qu’il peut être nocif de disposer de plantes dans une chambre à coucher car celles-ci dégagent du CO2 pendant la nuit.

Mais attention aux idées reçues !

Tout d’abord, il faut savoir que le bilan sur 24 heures est très favorable. La quantité de dioxyde de carbone rejetée par une plante pendant la nuit est très faible (ce volume est équivalent à celui d’une souris dans une cage).

En bref : le fait que les plantes dégagent du CO2 la nuit n’est pas dangereux car la quantité de O2 produit au cours de la journée est plus importante.

Cependant, attention à bien aérer la pièce durant la journée et de laisser passer la lumière.

Etude de cas : le Ficus benjamina et les moisissures

Ficus benjamina : peut provoquer des allergies au latex par sensibilisation. Sa sève laiteuse remonte en effet jusqu’à la surface des feuilles, se mêle à la poussière, et est diffusée dans la pièce par les courants d’air.

Les moisissures (champignons microscopiques) présents à la surface du terreau se reproduisent en libérant des spores dans l’atmosphère, qui, inhalées peuvent provoquer des réactions allergiques.

Une mauvaise aération de la maison rend le contact permanent avec les individus humains. Ficus ou moisissures, plus le contact est long et répété, plus le risque de développer une allergie est grand.