Académie de Grenoble

Le lycée au cours des siècles

Le lycée Berthollet est un élément essentiel de l’histoire de la ville d’Annecy depuis plus d’un siècle. Il est issu d’une longue tradition d’enseignement, initiée dès le XIVème siècle par l’École d’Annecy, et poursuivie par le Collège Chappuisien à partir du XVIème siècle. C’est la nécessité de doter la Haute-Savoie d’un grand Lycée National qui conduisit à la création en 1888 du Lycée Berthollet.

L’établissement est dès le début placé sous le patronage de Claude Louis Berthollet, médecin et chimiste de renommée internationale. A l’époque, le Président de la République en personne, Sadi Carnot, qui choisit le nom du Lycée et inaugure le bâtiment le 9 octobre 1888. La première rentrée accueille 220 élèves venus de tout le département. Les étudiants sont uniquement des garçons et portent tous le même uniforme foncé à boutons d’or. A cette époque le Lycée emploie 24 enseignants mais aussi un bibliothécaire, un préparateur, un médecin et des aumôniers protestant et catholique !

Jusqu’en 1914 les effectifs du Lycée restent relativement stables, autour de 300 élèves. Malgré les bourses attribuées, ce sont essentiellement des enfants issus de la bourgeoisie locale et des fils de fonctionnaires. Le Lycée se remarque par des résultats d’excellente qualité. Les réussites au baccalauréat sont nombreuses et des étudiants accèdent régulièrement aux Grandes Écoles. Le Recteur de Strasbourg attribue ces performances à la beauté de la ville d’Annecy qui permettait de retenir de nombreux agrégés délivrant ainsi un enseignement de haut niveau.

Durant la Première Guerre Mondiale, le Lycée Berthollet reste ouvert même si il devient pendant quelques mois un hôpital militaire. De nombreux professeurs et certains des étudiants les plus âgés sont envoyés au front et ne reviendront jamais. Entre 1916 et 1919 le Lycée accueille plus d’une demi centaine d’élèves serbes chassés par l’invasion autrichienne.

Entre les deux guerres les effectifs du Lycée, désormais rattaché à l’Académie de Grenoble, augmentent régulièrement. En 1938 près de 500 élèves sont présents et on trouve parfois 50 étudiants par salle de classe. A cette époque les conseils de discipline décernent également les félicitations aux bons élèves qui sont récompensés. Les archives montrent qu’en 1934 par exemple les étudiants exemplaires ont reçus chacun 3 plaques de chocolat ! La morale est particulièrement stricte on retrouve des rapports décrivant l’exclusion durant 6 jours d’un élève pour avoir oublié de porter sa casquette, avoir fumé et être rentré dans un café.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le Lycée retrouve brièvement ses fonctions d’hôpital militaire puis rouvre ses portes aux élèves sur ordre du Maréchal Pétain. Les problèmes matériels s’aggravent progressivement et, en novembre 1943, l’armée allemande réquisitionne le Lycée et les cours sont alors dispersés aux quatre coins de la ville. De certains nombres d’étudiants rejoignent le Maquis des Glières ou de l’Oisans, des professeurs s’engagent dans la Résistance. Annecy est finalement libérée par la résistance de Haute-Savoie le 19 aout 1944 et l’éducation peut reprendre progressivement ses droits.

À partir de 1945 le Lycée Berthollet entre dans une nouvelle période, des classes pilotes ouvrent expérimentant de nouvelles méthodes pédagogiques. Les bâtiments sont restaurés pour effacer les traces de la Guerre et les effectifs croissent rapidement (1000 élèves en 1958, 1500 en 1963). Le Lycée s’agrandit et on y ajoute un gymnase et de nouveaux bâtiments. À partir de 1966, le Lycée accueille une première classe de Mathématiques Supérieures. À la suite des évènements de mai 1968 le Lycée Berthollet comme tous les établissements de France va subir deux profondes modifications : la séparation des élèves de la 6ème à la 3ème qui vont désormais étudier au collège et surtout l’arrivée de la mixité !

De 1870 à nos jours, on assiste au développement des classes préparatoires augmentant le nombre de grands étudiants. En 1987 on compte jusqu’à 21 classes de seconde ! Le foyer socio-éducatif connait une grande activité et, si le corps professoral déplore une baisse globale de niveau, les résultats au baccalauréat et aux concours des Grandes Écoles restent excellents. Le Lycée s’imposera également par sa capacité à multiplier les projets. Les concours de littérature et les représentations théâtrales sont omniprésents, l’apparition d’une section musique et la qualité de la Chorale du Lycée renforcent l’importance des arts. Enfin le Lycée Berthollet s’engage très tôt dans la mise en place de voyages linguistiques et culturels et de partenariat avec des lycées étrangers. Il brille également par ses performances sportives et va permettre la formation de plusieurs sportifs de haut niveau.