Académie de Grenoble

LA QUESTION DU SUJET DANS LA CULTURE JAPONAISE MAKOTO SEKIMURA UNIVERSITÉ D’HIROSHIMA 15 MARS 2017 14H-16H SALLE THEÂTRE

LA QUESTION DU SUJET DANS LA CULTURE JAPONAISE

MAKOTO SEKIMURA
UNIVERSITÉ D’HIROSHIMA

15 MARS 2017
14H-16H
SALLE THEÂTRE

La société japonaise est aujourd’hui occidentalisée et les Japonais se sont bien accoutumés à parler du monde de manière objective. Toutefois, il nous semble que, dans une certaine mesure, ils conservent encore une sensibilité et une mentalité traditionnelle les amenant à s’intégrer ou à se fondre dans la nature. Introduite au Japon lors de son occidentalisation, la notion moderne du sujet se différencie sensiblement de leur propre manière d’être au monde. Nous traiterons de la relation spécifique qu’entretiennent les Japonais avec le monde, en basant notre analyse sur leur usage de la langue. Notre réflexion sur une identité humaine qui appartiendrait en propre à la culture japonaise, comparée à celle de la culture occidentale, nous amènera à nouer un dialogue approfondi entre ces deux cultures.

BIBLIOGRAPHIE

Tetsuro WATSUJI, Fûdo, le milieu humain, traduit par Augustin Berque, CNRS Editions, Paris, 2011.
Tetsuro WATSUJI, « La signification de l’éthique en tant qu’étude de l’être humain » (traduit par Bernard Stevens), Philosophie (Phénoménologie japonaise), 79, 2003, Editions de Minuit, Paris, pp. 5-24.
Augustin BERQUE, « Sujet, fûdo, mésologie », Cahiers de géographie du Québec, vol. 54, no. 153, 2010, pp. 459-470.
Bin KIMURA, L’entre : une approche phénoménologique de la schizophrénie, traduit par Claire Vincent, Millon, Grenoble, 2001.

Portfolio