Académie de Grenoble

Conférence de Christophe Barbier, journaliste politique et passionné de théâtre Jeudi 1er mars 2018 15h-17h

Le jeudi 1er mars de 15h à 17h, nous sommes fiers d’accueillir au lycée Berthollet Christophe Barbier, journaliste politique et éditorialiste, qui a suivi une formation en prépa littéraire, avant de devenir normalien, puis d’être diplômé d’un Master Spécialisé en Médias, délivré par l’ESCP. Il travaille pour Le Point, puis Europe 1 avant de devenir directeur du service politique de L’Express en 1996, puis directeur de la rédaction en 2006.

Voici son parcours télévisuel :
2002-2006 : I-Tele, dont Ça se dispute
2006-2011 : LCI
2011-2016 : i-Tele 
Depuis 2016, BFMTV
C dans l’air depuis 2002.

Il vient nous présenter son parcours d’ancien étudiant de prépa, sa passion pour le journalisme et l’actualité, bien entendu, mais il viendra aussi partager sa passion pour le théâtre, puisqu’il est metteur en scène de la troupe du « Théâtre de l’Archicube », regroupant des élèves et anciens élèves de l’ENS de la rue d’Ulm. Il est notamment l’auteur du Dictionnaire amoureux du théâtre (2015) dont il parle en ces termes élogieux :
« La passion du théâtre m’a foudroyé le dimanche 24 juin 1984. Ce jour-là, à 17 ans, j’ai la chance d’incarner Cyrano de Bergerac au milieu de mes camarades de collège et de lycée. Avant cet instant, j’aimais le théâtre ; depuis, je ne peux m’en passer. Amoureux ? C’est trop peu !Acteur, auteur, critique : le destin m’offre d’occuper tous ces emplois, de chaque côté du rideau, en coulisse et sur la scène. Si le théâtre n’est pas mon métier, il est ma vie. De la brûlure du trac à la froideur des soirées interminables, j’ai traversé toutes les émotions qu’apportent les spectacles. Le critique sédimente les expériences, collectionne les souvenirs ; le comédien, lui, ne peut qu’effleurer cette incandescente vérité du jeu qui s’enfuit quand les bravos crépitent. Dans la salle, je n’ai cessé d’apprendre ; sur scène, je n’ai cessé de découvrir.Bibliothèque de sentiments mêlés, grenier à rêves, verger nostalgique... »