Académie de Grenoble

travailler un texte

Voici un texte célèbre de Pascal (1623-1662) :

« L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature, mais c’est un roseau pensant. Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser ; une vapeur, une goutte d’eau suffit pour le tuer. Mais quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, puisqu’il sait qu’il meurt et l’avantage que l’univers a sur lui. L’univers n’en sait rien.
Toute notre dignité consiste donc en la pensée. C’est de là qu’il nous faut relever et non de l’espace et de la durée, que nous ne saurions remplir. Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale. »

Blaise Pascal, Pensées (parues en 1670, de façon posthume)

1) En quoi l’homme est-il comparable à un roseau ?
2) En quoi l’homme n’est-il pas comparable à un roseau ?
3) Finalement, que veut souligner Pascal en mettant en place cette comparaison ?
4) Pascal insiste sur l’importance du savoir. De quel genre de savoir est-il question ici ? En quoi ce savoir est-il important ?
5) Certaines expressions du texte indiquent bien que le problème posé concerne la valeur de l’homme. Lesquelles ?
6) Quelle est la thèse défendue par Pascal ?
7) Comment argumente-t-il cette thèse ?
8) Pascal tire de son argumentation une conséquence morale : « Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale ». Que signifie cette proposition ?


Pour obtenir une correction et un corrigé, vous pouvez m’envoyer votre travail par email : pierre.landou [arob] ac-grenoble.fr