Académie de Grenoble

La pratique du raisonnement

La pratique du raisonnement

Exercice 1 :

Parmi les discours suivants, lesquels proposent un raisonnement ?
Dans le cas des raisonnements, quelle est la conclusion ? Quelles sont les prémisses ?

1) « Cet été, elle est partie à la mer, puis en montagne. »
2) « Elle est partie, mais elle n’est pas allée à la mer. Elle était sans doute à la montagne. »
3) « Il y a plusieurs systèmes religieux sur terre. Certains ont des millions d’adeptes, d’autres n’en ont que quelques centaines. »
4) « Je crois qu’elle ne m’aime plus. Elle ne m’a pas regardé durant la soirée. »
5) « Dire que Dieu existe est une absurdité. »

Indiquez la (ou les) prémisses et la conclusion des raisonnements suivants :

6) « Sophie a d’excellentes notes à l’école. Elle a donc de bonnes chances de trouver un emploi. »
7) « Vous devez investir maintenant, car tous les signes de croissances économiques sont présents. »
8) « Les dauphins ont un langage très complexe. Ils sont donc intelligents, car aucun être stupide ne serait capable de maîtriser un tel système de communication. »
9) « Les réserves de pétrole sont limitées. Puisque la consommation de pétrole ne cesse d’augmenter, un jour nous aurons épuisé ces réserves. »
10) « Comme l’amour est une passion, il est dangereux, car les passions sont dangereuses. »

Exercice 2 :

Formulez les prémisses implicites de ces raisonnements.

1) La religion est irrationnelle, donc la religion est asservissante.
2) L’art est une pratique de l’illusion, donc l’art est sans valeur.
3) Il faut se méfier des impératifs moraux, car ils nous prescrivent l’obéissance.
4) L’âme n’est pas immortelle. En effet, l’âme ne peut être immortelle que si elle est immatérielle.
5) Autrui m’est étranger. Il ne compte donc pas pour moi.
6) Une République repose sur des Lois. Les lois m’empêchent de faire ce que je veux. On ne peut donc pas être libre en République.

Exercice 3 :

Concluez ces arguments :

1) « Croire, c’est aller contre la raison. Or il est dangereux d’aller contre la raison. Donc… »
2) « Etre libre, c’est ne pas obéir à une volonté étrangère à la sienne. Or la loi n’est pas le produit de ma volonté. Donc… »
3) « L’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté. Or en République, la loi est l’expression de la volonté du peuple. Donc… » (Rousseau, Le Contrat social)
4) « L’homme s’il ne désire pas s’ennuie et souffre. Or le désir lui-même est manque et souffrance. Donc… » (Schopenhauer, Le monde comme volonté et représentation)
5) « Seul un être libre est responsable de ses actes. Or l’homme est responsable de ses actes. Donc… » (Kant, Critique de la raison pratique)

Exercice 4 :

Exposez le raisonnement mis en œuvre dans ce texte :

« En s’écartant, même sans le vouloir, de la vérité, on contribue beaucoup à diminuer la confiance que peut inspirer la parole humaine, et cette confiance est le fondement principal de notre bien-être social actuel ; disons même qu’il ne peut rien y avoir qui entrave davantage les progrès de la civilisation, de la vertu, de toutes les choses dont le bonheur humain dépend pour la plus large part, que l’insuffisante solidité d’une telle confiance. C’est pourquoi, nous le sentons bien, la violation en vue d’un avantage présent, d’une règle dont l’intérêt est tellement supérieur n’est pas une solution ; c’est pourquoi celui qui, pour sa commodité personnelle ou celle d’autres individus, accomplit, sans y être forcé, un acte capable d’influer sur la confiance réciproque que des hommes peuvent accorder à leur parole, les privant ainsi du bien que représente l’accroissement de cette confiance, et leur infligeant le mal que représente son affaiblissement, se comporte comme l’un de leurs pires ennemis. »

J.S. Mill, L’utilitarisme

Exercice 5 :

Proposez un raisonnement pour défendre l’idée que :

1) mentir est immoral.
2) on ne peut être heureux sans satisfaire ses désirs.
3) La justice est inséparable de l’égalité.