Accueil
Sommaire
liste littérature

 
Histoires pressées
Bernard Friot





 

 Cycle 3


 
 
Compétences travaillées
Pistes d'entrée dans le livre
lire, écrire parler à partir du livre

Auteur: Frédérique Mirgalet, Conseillère pédagogique à St Marcellin 

merci d' envoyer vos remarques et vos critiques 


 
 


Compétences travaillées


Maîtrise de la langue et littérature
Dire
Lire
Ecrire
- Formuler dans ses propres mots une lecture entendue,
- participer à un débat sur l'interprétation d'un texte littéraire en étant susceptible de vérifier dans le texte ce qui interdit ou permet l'interprétation soutenue,
- être capable de restituer un texte en prose 
Savoir se servir des échanges verbaux dans la classe.
Prendre en compte le point de vue des autres.
- lire, en le comprenant, un texte littéraire long en mettant en mémoire ce qui a été lu (synthèses successives) et en mobilisant ses souvenirs lors des reprises. 
Lire à haute voix et de façon expressive, un extrait de texte littéraire
- Élaborer et écrire un récit d'au moins une vingtaine de lignes, avec ou sans support, en respectant des contraintes orthographiques, syntaxiques, lexicales et de présentation
Observation réfléchie de la langue française (grammaire, orthographe, conjugaison, vocabulaire)
- Participer à l'observation collective d'un texte ou d'un fragment de texte pour mieux comprendre la manière dont la langue française y fonctionne, justifier son point de vue. - interpréter correctement les différents mots de liaison d'un texte,
- comprendre correctement la signification des divers emplois des temps verbaux du passé dans la narration
,- opérer toutes les transformations nécessaires pour, par un bon usage des substituts du nom, donner plus de cohésion à son texte,
- employer à bon escient les principaux mots de liaison,
- utiliser les temps verbaux du passé dans une narration (en particulier en utilisant à bon escient l'opposition entre imparfait et passé simple)

 

Organisation pédagogique



Le principe de ce livre :
Une compilation d’histoires brèves qui peuvent toutes plus ou moins déboucher sur des débats d’interprétation.
Le langage est clair et simple, adapté à des enfants de cycle 3.
Les histoires sont courtes mais présentent parfois des difficultés ce qui justifie pleinement leur utilisation en classe.

Ce livre se prête particulièrement bien à la différenciation pédagogique. Il n’est pas du tout obligatoire de le lire de façon linéaire. Les élèves ne sont pas obligés de lire tout le livre, ni de tous lire la même histoire.

 
Plusieurs pistes d’entrée dans le livre :
Par la lecture d’une histoire à la classe :
L’enseignant lit la première histoire.
La classe discute sur le thème : « Aimez-vous qu’on vous lise des histoires ? »
On peut déboucher sur l’écriture d’un inventaire du type :
-    Les histoires que j’aimerais lire
-    Les histoires que je n’aimerais pas lire
-    Les histoires que j’aimerais écrire
-    Les histoires que je n’ai pas écrites
-    …
Par la lecture par petits groupes de certaines histoires.
Un petit groupe d’élèves lit individuellement et silencieusement une histoire.
Les enfants se mettent d’accord sur une question à poser en débat à la classe.
La question est proposée, elle sera débattue dans le cadre institutionnel des débats au cycle 3.
Les histoires qui se prêtent aux débats :
-    Silence (p.9)  « Le silence est-il nécessaire ? »
-    Télévision (p.11) « Doit-on tout regarder à la télévision ? »
-    Il ou elle (p.17) « Les filles et les garçons sont-ils si différents ? »…
-    La chose (p.27)
-    Scène (p.43)
-    Compte (p.64)
-    Cauchemar (p. 69)
Travail sur une histoire avec un groupe homogène avec une alternance de lecture silencieuse et de moments de discussion.
Exemple de travail avec « La sorcière amoureuse »
Lecture silencieuse du début de l’histoire  …rajeunir (p 90)
Que va-t-il se passer ?
Hypothèses sur la suite de l’histoire. Les hypothèses sont écrites au tableau.
Lecture silencieuse  … sans même se retourner (p 92)
On vérifie les hypothèses de départ et on les valide ou non.
Discussion : A votre avis, pourquoi le prince ne se plaint-il jamais de cette situation ?
Les hypothèses sont écrites au tableau. On ne gardera que les hypothèses recevables par tout le groupe. Elles seront donc discutées et argumentées.
Lecture à voix haute de la fin du livre.
Discussion : Qu’en pense la sorcière ? Si vous étiez à la place de la sorcière, seriez-vous contents, déçus, soulagés ? Pourquoi ?

Parcours dans le livre sous forme d’un jeu de piste.
Il pourrait s’agir d’entrer pour la première fois dans le livre en parcourant très vite les histoires, en le feuilletant, en cherchant des titres des personnages, en le lisant en diagonale.
Proposition de différentes sortes de parcours selon le niveau de lecture des enfants :
Niveau 1 (petits lecteurs) à niveau 3 (grands lecteurs)
-    Niveau 1
-    Niveau 2
-    Niveau 3

Lire, parler, écrire à partir des histoires pressées
Lire pour inventer :
« Silence »
Lecture à l classe  p 10 « On a vite… »
Finir l’histoire : Qu’a-t-on fait ?
Dire ce qu’on a fait et ce qui s’est passé.
On peut commencer par dire, et puis garder quelques idées qu’on pourra alors écrire…
Lire pour s’interroger :
« Il ou elle »
Lecture à la classe avec des « il ».
Le lendemain, lecture à la classe de la même histoire avec des « elle ».
Doit-on dire « il », doit-on dire « elle » ?
Y a-t-il des indices ?
Pourquoi est-ce aussi difficile de choisir ?
Lire pour copier :
« Texte libre »
Travail en grammaire : Prendre une phrase et la retravailler sur le même modèle. La phrase de départ devra être faite sur le même modèle que la phrase du livre. (Il faudra donc l’analyser d’abord)
Détourner cette phrase de différentes façons.
On pourra ensuite varier les contraintes grammaticales de la phrase de départ.
L’intérêt de cet exercice résulte de l’accumulation des phrases. On en fera donc une lecture à haute voix à la classe (histoire de rire un peu !)
Lire pour écrire :
« Madame Denis ne veut pas d’histoire »
Réécrire l’histoire sur la même structure avec : des couverts à salade, une fourchette un couteau, un marteau un clou…
Inventer des paires.
Lire pour apprendre à inventer, à raconter :
« Les histoires ne sont plus ce qu’elles étaient ».
Lecture à la classe de cette histoire.
On s’essaie à en raconter des plus connues sur le même modèle (le petit chaperon rouge…)
Lire à voix haute :
« scène »
3 personnages, Clément, sa mère, le narrateur.
On s’entraîne avant de lire à la classe.
Lire pour parler :
« Scène »
La discussion va porter sur la fin de l’histoire, la dernière phrase.
« Pourquoi la mère dit-elle cela ? Si elle ne dit rien, que va penser Clément en rentrant ? »


 
Accueil
Sommaire
liste littérature