Circonscription

Fermer APC

Fermer Coordonnées

Fermer Ecoles collège

Fermer Evaluations

Fermer Formation continue 2015 2016

Fermer Livret(s)

Fermer Projets

Fermer Projets EPS

Fermer Ressources Admin.

Fermer Ressources Arts et culture

Fermer Ressources EPS

Fermer Suivi des élèves

Pédagogie
Actions Projets
Prêt aux écoles
Etude de la langue - Le journal scolaire

Ségolène Merlet CPC St Marcellin

Mars 2014

Synthèse élaborée à partir des animations pédagogiques organisées en formation continue de circonscription 2013-2014

                

j_scol_titre.jpg

            

j_scol_im1.gif   j_scol_sommaire.jpg

1. Qu’est-ce que le journal scolaire ?

1.1. Définitions

1.2. Historique

2. Le cadre législatif 

2.1. Sa diffusion

2.2. Son contenu

3. Pourquoi faire un journal scolaire ? 

3.1. Les objectifs

3.2. Les programmes

3.3. Les apprentissages (compétences et connaissances développées)

4. Comment ?

4.1. Quelles mises en œuvre ?

4.2. Quelles démarches et activités mettre en place ?

4.3. D’autres pistes d’exploitation de la presse à l’école…

Conclusion

Bibliographie

Sitographie


j_scol_im1.gifj_scol_ss_titre_1.jpg

1.1.Définitions :

Un journal « classique » quotidien ou périodique :

Un journal est une composition de textes et de documents iconographiques. Sa maquette est importante, ainsi que le respect de règles élémentaires de typographie (par exemple : on n'utilise les polices exotiques que pour les titres, tout en conservant une unité).

Les premiers journaux d'actualités (écrits) se présentaient également sous cette forme chronologique, mais ont rapidement évolué vers une forme plus synthétique, en classant les événements par thèmes et rubriques. De là est venu le mot « journal » dans son acception de support papier contenant des informations pour une période, remplaçant le mot « gazette » dans une partie de ses usages.

Un journal scolaire :

"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être impliqué pour ses opinions et celui de chercher à recevoir et à répandre sans considération de frontières les informations et les idées par quelque moyen que ce soit " - Article 19 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen (1948).

Jouir de ce droit, encourager, accroître les capacités des élèves à s'exprimer, à produire des journaux, c'est contribuer à former des citoyens libres, actifs et responsables.

En ce qui concerne sa version papier, il s’agit bien souvent d’après J. GONNET du CLEMI : "...d’un projet pédagogique de l’adulte pour l’enfant, d’un désir du maître de voir s’instaurer une relation d’équivalence entre lui et ses élèves. Dans la quasi-totalité des cas, les maîtres qui expriment cette volonté de voir produire un journal dans leurs classes mettent en avant l’argument de l’évolution même du processus qui aboutit - selon eux - à l’appropriation de l’outil par les enfants.

Ils estiment ainsi donner un moyen authentique d’échanges, où la part du maître à terme disparaît. Le meilleur exemple qui puisse être donné, après plusieurs années de fonctionnement est le cas de figure où les élèves viennent eux-mêmes demander au maître de produire un journal de classe."

C’est un média, il permet de rendre à la langue en milieu scolaire sa fonction première : communiquer c’est-à-dire écrire pour être lu.

_____________________________

« Un moyen de remédiation & d'implication des élèves. » - Freinet.

_____________________________

Un journal scolaire peut aussi être défini par sa forme : il doit "ressembler" aux véritables journaux vendus dans les kiosques, c'est à dire comporter une présentation en colonnes, des illustrations, des chapeaux, des titres....

Quant à ses contenus, ils peuvent être divers et dépendent principalement de la cible des lecteurs.

Enfin, pour obtenir l'appellation "journal scolaire", ce dernier doit paraître de façon régulière (au moins une fois par trimestre). Ainsi, le recueil des productions de l'année des élèves relié sous une même couverture ne peut prétendre à la dénomination de journal.

Pour résumer... le journal scolaire

C’est …wink

Un écrit destiné à être lu.

Un document :

- complet, pensé dans son ensemble

- organisé, avec une unité de mise en page

- qui s’inscrit dans une série cohérente

- fait pour être dupliqué

Ce n’est pas …confused

 

Une juxtaposition fortuite de textes de la classe.

Un document unique (ni dans le temps, ni en nombre).

 

1.2. Historique :

Journaux scolaires clandestins

Il a existé de tous temps des journaux d'école plus ou moins clandestins dans lesquels les écoliers donnaient libre cours, sinon à leur expression spontanée, du moins à leurs ressentiments (journaux anti-scolaires). 

L'école Decroly

Les premiers journaux scolaires sont antérieurs à l'expérience de Célestin Freinet, pourtant considéré généralement comme l'instigateur de cette pratique pédagogique. Decroly, en Belgique, fait imprimer deux journaux scolaires : L'écho de l'école en 1917, puis Le courrier de l'école en 1925. Decroly préconise alors le simple échange quotidien des imprimés (un par enfant) de chaque classe. Il conçoit le journal comme le réceptacle des pages de vie des enfants, dans lesquelles ce dernier peut écrire librement, mais dont le texte est choisi par le groupe classe .

La classe Freinet

En 1925, dans Clarté, Freinet considère que le journal scolaire a pour but d'extérioriser les émotions des élèves : « La vie familiale et sociale apportée en classe par les dits et les écrits (manuscrits) des élèves constituèrent, une fois imprimés, un ensemble de centres d'intérêts émanant directement des élèves et respectant leurs intérêts immédiats et l'intérêt dominant de la classe. »

Freinet conçoit aussi le journal comme un moyen de communiquer avec d'autres classes d'autres villages. Il développa donc une correspondance. Les échanges se faisant plus larges, le problème d'affranchissement se posa.

Selon Michel Barré : « En 1951, lorsque Freinet demanda à obtenir ce tarif pour les journaux scolaires, on lui répondit officiellement que c'était "réservé aux organes d'information et de culture". Travaillant alors à son secrétariat, je me souviens de sa colère. Il me demanda d'acheter au kiosque de la gare une sélection de ce qui existait de plus nul dans la presse dite du cœur et les journaux pour enfants, bénéficiant du statut de périodiques. Mon choix était si caractéristique que j'étais honteux de payer mon achat. Nous avons préparé un dossier significatif où figuraient aussi des extraits de journaux scolaires, qui fut distribué aux parlementaires. Il fallut pourtant des années pour obtenir, à condition de centraliser les demandes à l'ICEM, que les journaux des enfants soient considérés comme de vrais périodiques. »

Alain Savary (en 1981 : ministre de l’Éducation nationale dans le gouvernement de Pierre Mauroy)

Les années 80, virent la stagnation, voire le recul de la production de journaux scolaires. On peut poser comme hypothèse l'augmentation de la production écrite qui rend plus difficile son édition (lenteur de la composition à l'imprimerie en plomb). Il fallut attendre 1982 pour qu'Alain Savary consacre la valeur éducative du journal scolaire.


 

j_scol_im1.gifj_scol_ss_titre_2.jpg

2.1. La diffusion du journal scolaire :

j_scol_im2_attention.png  DÉMARCHES À FAIRE AVANT LA PARUTION :

Rappel sur ce qui a été déjà dit au niveau de l’histoire des journaux scolaires :

Toutes les écoles qui conçoivent des journaux scolaires sont héritières d’un concept pédagogique initié par Célestin Freinet qui souhaitait assurer la plus large diffusion possible des productions des enfants. C’est pour bénéficier des coûts très faibles de la diffusion postale des périodiques qu’il avait voulu le dépôt légal des publications scolaires. Cela impliquait des démarches lourdes (dépôt légal, envois multiples et variés : Ministère de l’intérieur, Cabinet du premier ministre...).

Aujourd'hui, quelles démarches devez-vous faire ? (Depuis 2002, la réglementation a changé)

* j_scol_im2_attention.png Cas 1 : Si le journal est diffusé uniquement dans l’établissement ou auprès des parents d’élèves (gratuit ou payant) et édité par une coopérative scolaire affiliée à l’association départementale OCCE, son statut juridique est celui d’une association loi de 1901.

Elle bénéficie des mêmes prérogatives que les autres associations. Le journal est donc édité par la coopérative scolaire personne morale.

Donc :

  • aucun dépôt ou déclaration préfectorale n'est nécessaire. Mentionnez simplement dans un encadré, à la dernière page, le nom du Directeur de publication qui peut être mineur, ainsi que le nom et l'adresse du journal (il s'agit dans ce cas de l'adresse de votre établissement).
  • Vous devez le déclarer au delà de cent exemplaires et si vous comptez le vendre à l'extérieur, sur la voie publique. S’il est vendu sur la voie publique, demandez l’autorisation à la mairie et déposez le nom et l’adresse des vendeurs.
  • Le chef d'établissement : c’est-à-dire le directeur pour les écoles primaires a un rôle d'appui, d'encouragement ou de mise en garde. Mais il ne peut pas exiger de voir le journal avant sa diffusion.

 

* j_scol_im2_attention.png Cas 2 : Si votre journal est diffusé (gratuit ou payant) en dehors de l’école se veut "une publication de presse" au sens de la loi de 1881, il faut accomplir quelques formalités :

I- Le dépôt légal :

5 exemplaires au titre du dépôt légal : 4 exemplaires à la Bibliothèque nationale et un au ministère de l’Intérieur pour les écoles de Paris et à la préfecture dans les autres départements.

Ce dépôt légal doit être accompagné d'une déclaration d’intention de paraître en 3 exemplaires, datés et signés. Cette déclaration doit obligatoirement accompagner le premier envoi de toute nouvelle publication. Pour les parutions suivantes, il est admis que les éditeurs groupent ces déclarations en une déclaration globale et annuelle, faite en 3 exemplaires et accompagnant le dernier numéro de l'année.

Cette déclaration d’intention de paraître doit être envoyée en 3 exemplaires, dont un sur papier timbré à 6 euros, auprès du parquet du procureur de la République du lieu d’impression. Elle est signée par le directeur de publication. Le parquet délivre un récépissé (date de dépôt légal).

Ensuite sur chaque numéro, doivent figurer le nom du propriétaire, le nom du directeur de publication et du responsable de la rédaction, ainsi que le nom et l’adresse de l’imprimeur, et la date du dépôt légal.

Ces dépôts bénéficient de la franchise postale si les envois correspondent aux exigences suivantes :

1 - Porter d'une manière très apparente la mention "Service de la régie du Dépôt légal".

2 - Ne contenir aucune correspondance personnelle à l'exception de la déclaration obligatoire.

3 - Comporter un emballage de nature à assurer l'arrivée en bon état.

4- Ne pas excéder le poids et les dimensions réglementaires (poids maximum de 5 kg. (Se renseigner auprès de la Poste.) .

Ensuite : trois (ou quatre) dépôts d’exemplaires sont à effectuer avant la mise en distribution de chaque numéro :

1 dépôt supplémentaire de 5 exemplaires au ministère de la Justice concerne les publications destinées à la jeunesse.

D’autres déclarations sont possibles pour obtenir des avantages fiscaux et postaux, mais elles ne sont pas obligatoires.

II- Le dépôt administratif :

Adresser, en franchise postale, 4 exemplaires à la Préfecture, à la Sous-préfecture ou à la Mairie, parfois au même service que le dépôt légal. (Se renseigner auparavant).

III - Le dépôt judiciaire :

Adresser, en franchise postale, 2 exemplaires signés au Parquet du Procureur de la République ou à la Mairie, là où il n'y a pas de tribunal de grande instance.

ATTENTION : Ne pas perdre le récépissé de déclaration : aucun duplicata ne sera remis par le parquet. Il est souhaitable de déposer directement la déclaration au parquet : ainsi l'obtention du récépissé est souvent immédiate.

Si la déclaration est envoyée par courrier, le récépissé pourra être retiré au commissariat de votre domicile.

Veillez à ce que toutes les publications comportent les renseignements suivants : Ces mentions légales peuvent figurer dans un cartouche que l'on appelle l'OURS qui doit contenir les informations suivantes :

- Noms et adresses : de l'imprimeur, du directeur de publication, et du responsable de la rédaction.

- Dénomination et adresse de l'association éditrice si elle existe (c’est généralement la

coopérative de l’école).

- Le numéro ISSN obligatoire. (1)

- Le numéro CPPAP, s'il a été demandé. (2)

- La date du dépôt légal.

__________________________________________________

 (1) Le numéro ISSN : L'ISSN (International Standard Serial Number) est un numéro international normalisé de 7 chiffres complété par un caractère de contrôle informatique qui peut être un chiffre ou un X majuscule. Il est sans signification intrinsèque. Il est attribué par le Centre national d'enregistrement des publications en série (C.N.P.S.) :

BIBLIOTHEQUE NATIONALE - C.N.P.S.

2, rue Vivienne 75084 PARIS CEDEX 02

- automatiquement, sans formalités, ni frais, pour toute publication périodique reçue par le Service du Dépôt légal de la Bibliothèque Nationale,

- si nécessaire, avant parution, en adressant la photocopie de la maquette de couverture (ou de la page de titre) accompagnée de quelques informations complémentaires (date de création prévue, périodicité, éventuellement titre(s) précédent(s))

Lorsque le titre de la publication change de manière significative, un nouveau n° ISSN est attribué par le C.N.E.P.S.

(2) Le numéro C.P.P.A.P. :

Il permet aux journaux de circuler en bénéficiant d'un tarif postal réduit. Pour en bénéficier, il faut en faire la demande aux services postaux.

Le directeur de publication doit retirer au secrétariat de la Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse, 71 rue Saint Dominique 75007 PARIS (Tél. : 45 - 55 - 92 - 47), les formulaires et la liste des pièces à fournir en vue de constituer le dossier de demande d'inscription à partir duquel la commission sera en mesure de statuer.

__________________________________________________

IV. Le dépôt pédagogique :

Déposer vos journaux, rien de plus simple !

Dès sa naissance un journal scolaire doit remplir des formalités légales.

Le Ministère de l’Education Nationale par la circulaire n°2002-026 du 1er février 2002 a institué un dépôt pédagogique obligatoire pour les publications scolaires.

Le CLEMI est chargé d’assurer l’archivage et la conservation de ces documents.

Que votre journal soit interne à l’établissement ou qu’il soit une publication de presse, vous devez :

- conserver 2 exemplaires pour la mémoire de l’école en BCD ou en CDI,

- envoyer 3 exemplaires de chaque numéro au CLEMI :

CLEMI, Journaux scolaires et lycéens, 391 bis rue de Vaugirard, 75015 Paris

N’hésitez pas. Tout journal, même éphémère, même peu paginé, a une valeur au regard du dépôt pédagogique !

N'oubliez pas d'insérez un "ours" dans votre journal. Cet encadré obligatoire indique les coordonnées de l’établissement, ainsi que le nom du directeur de publication (responsable juridique). Pensez aussi à indiquer le numéro et la date de parution sur chacune de vos publications.

Ni de joindre à votre premier envoi de l’année scolaire, la fiche de dépôt pédagogique dûment remplie.

j_scol_im2_attention.png Autres cas :

  • 1 dépôt supplémentaire de 5 exemplaires au ministère de la Justice concerne les publications destinées à la jeunesse.
  • D’autres déclarations sont possibles pour obtenir des avantages fiscaux et postaux, mais elles ne sont pas obligatoires.
  • Pour de plus amples renseignements, vous pouvez toujours contacter le coordonnateur du CLEMI (Centre de Liaison de l'Enseignement et de l'Information) de votre Académie.

Académie de Grenoble :

Guy Cherqui
Rectorat/Daac
11, avenue général Champon
38000 Grenoble

Tél.: 04 76 74 74 57

Fax: 04 76 17 14 05

Email: guy.cherqui@ac-grenoble.fr / clemi@ac-grenoble.fr

Site internet: http://www.ac-grenoble.fr/action.culturelle/DAAC/clemi/index.html

François Morel
CDDP de Haute-Savoie
2 Rue des Aravis 
BP 20375
74012 Annecy
Tel : 04 50 23 84 74

E-mail: fmorel2@ac-grenoble.fr

j_scol_im2_attention.png Que deviennent les journaux déposés ?

Ils sont archivés au CLEMI dans des conditions qui assurent leur conservation. La collection des journaux scolaires et lycéens est consultable sur rendez-vous au 01 53 68 71 30. Elle intéresse tout particulièrement les enseignants et les élèves qui souhaitent se lancer dans l’aventure d’un journal. Nous organisons pour eux des ateliers-découverte de cette presse originale. Nous accueillons également des étudiants et des chercheurs qui en font un objet d’étude, et des journalistes qui veulent rendre compte dans les médias de ce mode d’expression des élèves.

j_scol_im2_attention.png Les journaux en ligne sont-ils concernés ?

Les sites et blogs ne sont pas actuellement concernés par le dépôt pédagogique. Par contre, si votre publication est livrée au format PDF, ou présentée dans un document numérique, imprimez-la et envoyez-la par courrier postal ; elle sera intégrée à la collection du CLEMI et prise en compte pour la revue de presse publiée chaque année.

N’hésitez pas à informer le CLEMI de l’existence de votre "webzine" scolaire ou lycéen.

 

2.2. Le contenu du journal scolaire :

j_scol_im2_attention.png Que peut-on écrire dans un journal ?

Dans le cadre professionnel comme dans le cadre scolaire, l’exercice du droit d’expression s’accompagne de devoirs.

Il est nécessaire de toujours penser à l’impact des écrits et au respect de l’autre lorsque l’on s’exprime publiquement.

Des règles et lois protègent la liberté et la dignité des personnes.

Les élèves doivent être sensibilisés au fait que l’exercice de ces droits entraîne corrélativement l’application et le respect d’un certain nombre de règles dont l’ensemble correspond à la déontologie de la presse.

j_scol_im2_attention.png La loi sur la liberté de la presse à laquelle toute publication est soumise, interdit :

  • Les provocations aux crimes et aux délits : vol, meurtre, coups et blessures, discrimination raciale...
  • Les délits contre la chose publique (offense au Président de la République...)
  • Les délits contre les personnes (diffamation et injure)
  • Les délits contre les chefs d’Etat et agents diplomatiques étrangers
  • La publication des actes relatifs à la justice est soumise à de nombreuses restrictions afin de protéger les victimes et de respecter les droits de la défense.

Ces protections sont particulièrement importantes quand il s’agit de mineurs.

Les règles concernant ce qu’il est interdit de publier, sont rassemblés au Chapitre IV "Des crimes et délits commis par la voie de la presse ou par tout autre moyen de publication", articles 23 à 40 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881.
Chaque journal est tenu de respecter la loi. Pour guider les journalistes, la plupart des rédactions se sont dotés d’un code de déontologie. Voir le livre Faire son journal au lycée et au collège, O. Chenevez, CLEMI/CFPJ, 1995, pp. 106-111.

En ce qui concerne les journalistes collégiens, Jets d’encre (association nationale pour la promotion et la défense de la presse d’initiative jeune) a élaboré une charte des journalistes jeunes. Cette association peut vous apporter des conseils en cas de difficulté.

 

j_scol_im2_attention.png Qui est responsable ? Qui peut assumer la responsabilité juridique d’un journal scolaire imprimé ? Qui peut être directeur de publication ?

Le directeur de publication est le responsable des contenus du journal vis-à-vis de la loi. Il devra donc relire l’ensemble du numéro, avant tirage ou reproduction, pour s’assurer qu’il accepte tout ce que contient le journal.

Il faut donc choisir une personne en accord avec la ligne éditoriale. Tout adulte, membre de la communauté éducative, peut être directeur de publication avec l’accord du chef d’établissement. En collège, le (ou la) principal(e) est "directeur(trice) de publication" par défaut ; toutefois, tout adulte membre de la communauté éducative peut assurer ce rôle par délégation du (ou de la) chef d’établissement, et donc avec son accord.

A l’école, l’enseignant(e) qui accompagne et encadre la réalisation du journal peut assurer le rôle de "responsable du journal" avec l’autorisation de son inspecteur(trice) (IEN), qu’il ou elle a naturellement informé(e) du projet.
A noter : Si l’OCCE est partie prenante dans le projet, le mandataire OCCE peut assumer la responsabilité de publication.

- Dans le cas d’une diffusion interne à l’établissement, il suffit d’indiquer le nom du responsable de publication dans l’ours (encadré où figure les coordonnées et renseignements sur le journal).

- Dans le cas d’une publication diffusée à l’extérieur de l’établissement scolaire, elle est soumise à loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881. Le directeur doit alors être une personne majeure et un certain nombre de règles et formalités doivent être respectées.

Le nom du (ou de la) "directeur(trice) de publication" ou "responsable de publication" doit figurer dans l’ours (encadré obligatoire où figurent les coordonnées et renseignements sur le journal).

 

j_scol_im2_attention.png Peut-on écrire des articles sur la politique et la religion ?

Une réelle formation à la citoyenneté suppose d’apprendre à émettre des opinions, à écouter celle des autres, à les accepter ou les combattre, dans le respect de chacun. Dans ces conditions, la politique et la religion ne peuvent pas être des sujets tabous.
Aucune restriction n’est mentionnée à ce sujet dans les textes officiels.

Cependant, le principe de laïcité, dont le principe de neutralité fait partie, suppose le respect de toutes les croyances comme cela est affirmé dans l’article premier de notre constitution.

Le principe de neutralité ne peut pas supporter le prosélytisme, l’atteinte à la dignité ou à la liberté de l’élève lui-même ou d’autres membres de la communauté éducative. Les élèves sont donc libres d’exprimer leurs opinions, mais dans le respect de toutes les croyances et de toutes les convictions.

 

j_scol_im2_attention.png Que répondre à une personne qui s’estime mise en cause dans le journal ?

En premier lieu, il faut lui donner un droit de réponse. C’est d’ailleurs un corollaire obligatoire de la liberté d’expression, inscrit dans la loi sur la liberté de la presse.

On peut également proposer à la personne qui s’estime mise en cause un espace d’expression (billet d’humeur, point de vue) dans le numéro suivant de la publication.

Mais le mieux est de prévenir en se dotant d’un code de déontologie. Enoncer la vérité est parfois complexe. Il faut bien peser ses mots et penser à respecter l’être humain, chaque fois qu’il vient à l’idée de mettre en cause quelqu’un.

Par exemple, il vaut mieux écrire que l’accès à la cantine nécessite de rester sous la pluie pendant quinze minutes plutôt que mettre en cause directement le personnel de l’établissement. L’appel aux différents interlocuteurs et points de vue en présence sur une question délicate peut aussi constituer une bonne prévention en même temps qu’un bon réflexe journalistique.

En cas de problème, n’hésitez pas à faire appel à des médiateurs (vous pouvez vous adresser aux correspondants académiques du CLEMI).

j_scol_im2_attention.png Les droits pour la publication j_scol_im2_attention.png

- Pour toute publication de textes, photos et dessins des élèves, hors de l’école (journal, site Internet…) demander une autorisation aux parents (information aux parents concernant la destination des photos et formulaire d’autorisation du droit à l’image pour le journal à remplir)

j_scol_im2_attention.png Peut-on insérer dans son journal des images trouvées dans d’autres médias ?

Non, le droit d’auteur protège toutes les "œuvres de l’esprit" (textes, images, vidéos, cartes de géographie, musiques, logiciels...).

La reproduction, la représentation, l’adaptation, la traduction, la transformation, l’arrangement d’une œuvre sont interdites sans consentement de l’auteur de l’œuvre, du titulaire des droits ou des ayant-droit. L’importation et l’exportation d’ouvrages contrefaits sont interdites.

A noter : les journalistes, photographes et dessinateurs de presse sont généralement favorables à l’expression des jeunes et aux journaux scolaires. Ils accordent souvent le droit de reproduction de leurs œuvres aux élèves qui en font la demande. 

Par ailleurs, peuvent être reproduites les œuvres tombées dans le domaine publiques (généralement 70 ans après la mort de leur auteur) et des œuvres dont les auteurs ont choisi de les publier sous une licence spécifique (type Creative Commons) avec des droits élargis ; il faut dans ce cas respecter les conditions d’utilisation de l’auteur (par exemple : l’interdiction de l’utilisation commerciale de l’œuvre, la citation du nom de l’auteur).

 

j_scol_im1.gifj_scol_ss_titre_3.jpg
 

Le journal scolaire symbolise le groupe et sa parole, car il est fait des paroles de chacun.

Il impose une gestion collective.

Il est l'aboutissement d'une somme d'actions, d'expressions, d'analyses, d'initiatives individuelles et collectives.

C'est par lui que l'écriture devient écrit, et que les lecteurs existent.

Il confère à l'expression de chacun, sa valeur de production à communiquer, à échanger.

C'est par lui, (entre autre) que l'individu existe en tant que membre du groupe : " Etre dans le journal ", voir son nom au bas du texte, du dessin, ou du lino gravé, et (re)découvrir une autre image de soi.
Il fait du groupe-classe un groupe de production qui produit, existe ... Comme la correspondance, il élargit l'horizon scolaire :
- Echanges soutenus et véritables avec des enfants de milieux différents ...
- Réactions des lecteurs, spontanées ou provoquées.

D'autre part, il est certain que fabriquer un journal, le rédiger, l'imprimer, le vendre, l'échanger (chaque enfant cherche dans l'autre, son propre écho) c'est un excellent moyen de percevoir les problèmes de l'information, et d'exercer l'esprit critique face à ce qui est écrit.


 

3.1. Quels objectifs ?

Objectifs principaux / généraux :

Ces objectifs sont axés autour de la production d’écrits, de la lecture, des nouvelles technologies et du vivre ensemble.

1. Dans le lire/dire/écrire  j_scol_im_3.jpg

  • Progresser dans les apprentissages : lire/ écrire/parler
  • Donner du sens au lire/écrire
  • Se trouver dans une véritable situation de communication
  • Lire pour s’informer
  • Affiner sa compréhension (montrer qu’on a compris par une reformulation)
  • Ecrire en donnant des détails pour rendre un article intéressant
  • Savoir lire une image
  • Savoir écrire différents types de textes : de la légende à l’article

Le journal fait appel selon la rubrique à tous les types de textes, le plus souvent informatif-explicatif, mais également narratif (le fait divers ou le reportage sportif), argumentatif (l’article d’opinion, l’éditorial) ou conversationnel (l’interview).

  • Avoir une exigence dans l’écriture (forme, fond)
  • Donner un sens et une valeur aux écrits de travail et aux écrits intermédiaires, savoir écrire, réécrire, corriger un texte
  • Débattre
  • Se mettre d’accord sur un sujet, sur un article

Motiver les productions d’écrits et d’images en proposant de vraies situations d’écriture et d’illustration des articles, dynamisées par un support évolutif et valorisant.

Le journal scolaire permet de rendre à la langue en milieu scolaire sa fonction première : communiquer.

Le journal est un "moyen authentique d’échanges".

Il apparaît avant tout que le journal scolaire est un projet qui place l’enfant dans une situation de communication authentique : le journal est destiné à être lu par un public qui dépasse le cadre de la classe, voire celui de l’école. D’où l'importance de sa fabrication.

Proposition souvent de l'enseignant au départ, il ne prendra vie que si les élèves l’investissent et se l’approprient.

Autour de ce projet, les enfants vont pouvoir apprendre, parce que sa réalisation demande des compétences non plus pour le désir de l'enseignant ou de l’institution.

La production d’écrits est l’occasion pour l’enfant d’avoir un taux d’activité réelle, significative et mobilisatrice.

C’est un des moteurs de l’appropriation de la langue écrite et de l’accès à la maîtrise de la lecture.

Elle lui permet de construire un réseau, des mises en relation.

C'est ainsi que l'on retrouve outre les textes libres des jeux, devinettes, charades, mots croisés, petites annonces gratuites, exposés, albums, enquêtes, recettes de cuisine, coin bricolage ... bref la panoplie des journaux d'adultes.

Les apprentissages sont nécessaires à travers les obligations qui régissent ce mode de communication.

Il faut respecter et donc maîtriser la syntaxe, le code orthographique, le fonctionnement de la langue et les différentes règles typographiques et de mise en page.

« L’enfant qui s’exprime librement raconte d’abord le milieu dans lequel il vit, ce qu’il a envie de dire à ses camarades, à son maître et décrit la réalité du monde qui vibre autour de lui. » - Célestin Freinet à propos du texte libre.

 

2. Dans les attitudes j_scol_im_3.jpg

  • S’ouvrir au monde, mieux le comprendre
  • Réaliser que creuser un sujet qui à priori nous est étranger contribue à le rendre intéressant
  • Tirer parti de ses erreurs pour ne pas les renouveler d’un journal à l’autre (intérêt de produire un certain nombre de numéros)
  • Développer son esprit critique
  • Avoir le respect de la propriété intellectuelle
  • Développer le sentiment de responsabilité (de ce qui est écrit)
  • Respecter les rôles de chacun (dans le comité de rédaction)
  • Mener un projet à son terme

Apprendre à utiliser avec discernement les ressources offertes par les nouvelles technologies en analysant l'information, l'image, en construisant un regard critique et en prenant du recul face à l'excès d'information.

Il est certain que fabriquer un journal, le rédiger, l'imprimer, l'échanger est un excellent moyen de percevoir les problèmes de l'information, et d'exercer son esprit critique face à ce qui est écrit.

Mener un projet coopératif : Apprendre à participer à des échanges collectifs. Développer l’habitude de réfléchir, de dire ce que l’on fait et pourquoi on le fait, communiquer ce que l’on croit, de formuler des hypothèses, en groupe afin de vérifier et de réajuster son savoir en confiance.

3. Les TICE (compétences du B2I) j_scol_im_3.jpg

  • Maîtrise du traitement de texte,
  • Communiquer par e-mail
  • Recherche documentaire sur CD-ROM et sur Internet
  • Spécificité des liens hypertextes; Lire une page d’accueil : source, adresse ; Apprendre à les utiliser avec discernement : notion de source ;
  • Maîtrise du vocabulaire spécifique.

 

j_scol_im_3.jpg Quels intérêts pour l’enseignant ?

  • Motiver ses élèves
  • Leur donner des clés pour comprendre le monde
  • Donner du sens à l’écriture, à la réécriture, à la correction
  • Utiliser un outil propice à la différenciation pédagogique
  • Favoriser la coopération et le travail d’équipe
  • Développer des capacités d’analyse, de synthèse et l’esprit critique
  • Travailler l’étude de la langue dans les phases de réécriture des textes et de correction orthographique
  • Aborder dans un même projet de nombreux types d’écrits
  • Montrer que les connaissances ne sont pas figées
  • Utiliser les différentes fonctions de l’écrit : la trace écrite, l’écrit de travail, la prise de notes
  • Utiliser la transversalité des apprentissages pour leur donner du sens
    • Utilisation des écrits particuliers (cartes, tableaux, graphiques…)
    • Recherche de la fiabilité des sources
    • Différentes fonctions de l’écrit
    • Différentes natures de l’écrit
  • Accompagner les élèves pour mener un projet à son terme :
    • Anticiper le travail à faire
    • Programmer les différentes étapes
    • Se donner des exigences de présentation
  • Travailler le cahier des charges (en particulier pour les illustrations)
  • Utiliser l’informatique (traitement de texte, mise en page, traitement de l’image, recherche d’information)

 

3.2. Le journal à l’école, que disent les programmes : (BO Hors série n°3 du 19 juin 2008) j_scol_im_3.jpg

Cycle 1

- entrer dans l’écrit et langage :

Les enfants sont mis en situation de contribuer à l’écriture de textes, les activités fournissant des occasions naturelles de laisser des traces de ce qui a été fait, observé ou appris. Ils apprennent à dicter un texte à l’adulte qui les conduit, par ses questions, à prendre conscience des exigences qui s’attachent à la forme de l’énoncé. Ils sont ainsi amenés à mieux contrôler le choix des mots et la structure syntaxique.

À la fin de l’école maternelle, ils savent transformer un énoncé oral spontané en un texte que l’adulte écrira sous leur dictée.

Cycle 2

- Les élèves apprennent à rédiger de manière autonome un texte court: rechercher et organiser des idées, choisir du vocabulaire, construire et enchaîner des phrases, prêter attention à l’orthographe.

Ils sont amenés à utiliser l’ordinateur : écriture au clavier, utilisation d’un dictionnaire électronique.

Cycle 3

- Rédaction :

La rédaction de textes fait l’objet d’un apprentissage régulier et progressif : elle est une priorité du cycle des approfondissements. Les élèves apprennent à narrer des faits réels, à décrire, à expliquer une démarche, à justifier une réponse, à inventer des histoires, à résumer des récits, à écrire un poème, en respectant des consignes de composition et de rédaction. Ils sont entraînés à rédiger, à corriger, et à améliorer leurs productions, en utilisant le vocabulaire acquis, leurs connaissances grammaticales et orthographiques ainsi que les outils mis à disposition (manuels, dictionnaires, répertoires etc.).

 

3.3. Quels apprentissages (compétences et connaissances développées) ?j_scol_im_3.jpg

Les compétences transversales, disciplinaires et interdisciplinaires mises en jeu dans une telle réalisation sont nombreuses :

- au niveau de la communication :

• pouvoir différencier les différents canaux de communication

• comprendre et utiliser Internet

• cerner ses objectifs de communication et son public cible

• accepter le regard de l'autre (sur son travail)

• développer son sens critique (sur le travail des autres)

- au niveau organisationnel :

• définir les contenus du site

• en écrire le scénario

• déterminer la structure de navigation

• élaborer un échéancier (ce qui implique d'imaginer toutes les étapes de création)

• se répartir les responsabilités (c'est un travail d'équipe qui implique des responsabilités individuelles et collectives)

- au niveau disciplinaire et interdisciplinaire :

• diversifier les contenus (présentation géographique et historique de la région, écriture à plusieurs mains, défi lecture ou math, concours de dessins, etc...)

• publier des productions attractives (intérêt du contenu, qualité de la langue et de la présentation)

  • Maîtrise de la langue écrite
    • Compétences en lecture
      • Compréhension
      • Lecture à voix haute
      • Lecture sélective
    • Compétences en production d’écrit
      • Résumé
      • Production de texte
  • Maîtrise de la langue orale
    • Compétences nécessaires au débat
      • Argumentation
      • Ecoute
      • Prise en compte des avis des autres
  • Education à la citoyenneté
    • Entraide et coopération pour accéder à la compréhension du monde
    • Entraide et coopération pour produire un journal
    • Développement de l’esprit critique

Mais aussi au niveau des connaissances…

  • Découverte du monde
    • Des connaissances en histoire,
      • Les dernières découvertes sur l’origine des hommes…
    • Des connaissances en géographie
      • Les pays
      • Les différents modes de vie
      • Les problèmes liés au climat…
    • Des connaissances en sciences et technologie
      • Les dernières découvertes scientifiques
      • Les exploits technologiques…
  • Maîtrise de la langue
    • Connaissances liées aux écrits de la presse
      • Vocabulaire spécifique
      • Différents types d’écrits
      • Fonction des différents écrits
    • Connaissances liées à l’usage de la langue
      • Usage du conditionnel dans certains titres ou articles
      • Vocabulaire …
  • Domaine artistique
    • Ouverture aux différentes cultures

Ouverture aux différents modes d’expression

- Compétences techniques :

• maîtriser les logiciels de production (traitement de texte, éditeur de page HTML, scanner, appareil photo numérique) et de communication (navigateur, courrier électronique).

 

j_scol_im1.gifj_scol_ss_titre_4.jpg

 

4.1. Élaboration du projet :

Il faut au préalable que les élèves aient acquis des connaissances générales sur la presse (les noms de journaux, la composition d’un journal…). Voir les pistes proposées ensuite.

Les questions que l’on doit se poser avec les élèves et dans l’équipe enseignante si projet de plusieurs classes ou d’école :

1. L’organisation humaine : qui fait quoi ?  j_scol_im_4.jpg

L’équipe de rédaction : la classe, un groupe d’élèves, quels adultes ? qui est le responsable ?

Cette équipe établira la tâche de chacun et les échéances à respecter (rédaction des articles, tri des articles, choix des rubriques, saisie… et impression, puis disffusion)

Il est important de bien s’encadrer au départ, d’être plusieurs permet de répartir les tâches, de s’enrichir, d’échanger…

2. L’organisation matérielle : j_scol_im_5.jpg

- le calendrier de la préparation (à rebours de la parution), les échéances à respecter.

- le "chemin de fer" : Le "chemin de fer" est dans la presse écrite la représentation de la pagination, page par page, du support tel qu'il sera effectivement publié. Il permet à une équipe rédactionnelle d'avoir une vue d'ensemble de la publication et de hiérarchiser l'information en fonction de l'actualité et des choix rédactionnels.

3. Panel des questions à se poser avant : j_scol_im2_attention.png

  • Quelle forme, combien de pages ?

Un journal scolaire peut aussi être défini par sa forme : il peut "ressembler" aux véritables journaux vendus dans les kiosques, c’est à dire comporter une présentation en colonnes, des illustrations, des chapeaux, des titres....

  • Quel contenu ?

Ils peuvent être divers et dépendent principalement de la cible des lecteurs.

  • Quel public ?

Il faut déterminer à l'avance à qui va s’adresser le journal.

Sera-t-il écrit en direction des élèves de l’école, des parents, des familles proches de l’école, ou bien aura-t-il aussi comme lecteurs l’ensemble des habitants du quartier, du village, de la ville ?

  • Quel contenu ? Les rubriques, squelette du journal :

• "Mot du directeur", un "éditorial" ?

• "Vie de l'école" (il s'agira de raconter les évènements qui ont marqué la vie de l'école : spectacles proposés, visites effectuées, rencontres sportives, aménagement des locaux, décisions sur le fonctionnement général, etc.) ;

• "Actualités" : la presse locale, les journaux pour enfants, les journaux sur Internet sont des supports à utiliser ;

• "Interviews" ;      

• "Langue étrangère" ;

• "Histoire, géographie, sciences" en liaison avec les programmes scolaires ;

• "Littérature" : critiques de livres, histoire à épisodes créée par les enfants, poésies ;

• "Arts visuels" : critique d'œuvres, dessins d'enfants ;

• "Jeux" : devinettes, charades, mots croisés... ;

• "Recettes" ;

• "Petites annonces" : bourse d'échanges au niveau des élèves, des parents de l'école..., ou inventées ;

• "Courrier des lecteurs" ;

• Images, dessins, sons ;

• Etc…

  • Quel support ?

Papier ou interactif.

  • Quel logiciel informatique ? voir l'article rédigé par Jean-Christophe Dye (ATICE St Marcellin) sur notre site de circonscription en cliquant sur ce lien j_scol_im1.gif

 

  • Le nom du journal ?

Choix d’un nom percutant, c’est la marque de l’identité du journal. Occasion riche de travailler le vocabulaire, et l’éducation civique (car il y aura certainement un choix donc un vote à faire…).

  • Les articles :

Un article doit répondre à la règle : Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? Pourquoi ?

D'abord choisir le genre de l'article :

• relation des faits sous la forme d'une brève (réponse aux questions qui, quoi, quand, où) ou d'un filet (un filet répond en plus aux questions pourquoi et comment);

• commentaire : le journaliste s'engage donne un point de vue (exemple : l'éditorial) ;

• critiques : le journaliste porte un jugement ;

• chroniques : article écrit par une personne extérieure au journal ;

• portrait d'un personnage ;

• interview ;

• reportage (le reportage montre) ;

• enquête (l'enquête démontre).

Mettre son article en forme :

• Première partie : l'attaque qui doit en deux ou trois phrases courtes attirer le lecteur.

• Deuxième partie : le corps qui développe l'information.

• Troisième partie : la chute qui n'est pas une conclusion mais qui doit traduire une impression finale forte.

  • Quelle parution ?

Pour obtenir l’appellation "journal scolaire", ce dernier doit paraître de façon régulière (au moins une fois par trimestre).  Quelle périodicité ?

  • Le temps consacré en classe et dans l’école (équipe de rédaction) :

Une place régulière dans l’emploi du temps doit être accordée à la réalisation de ce journal. L’ensemble des enseignants doit prendre du temps, en dehors du temps de la classe, pour monter, finaliser le projet du journal scolaire.

  • Journal gratuit ou payant ? si payant quel prix ? Abonnement  (quelle gestion ?)? ou vente directe ?

 

  • Publicité ?

 

  • Son impression ? la coopérative, la ComCom ou mairie, un imprimeur ?

 

j_scol_im2_attention.png Comment financer un journal scolaire ?

L’information n’est pas gratuite. Ne serait-ce que pour la reproduire, le matériel a un coût (ordinateur, traitement de texte, scanner, papier, photocopies,...)

Trois moyens de financement sont envisageables :

1. La vente :

Il est difficile d’appeler journal une publication diffusée totalement gratuitement. La décision de vendre un journal ne se situe pas uniquement au niveau du financement de celui-ci, mais aussi au niveau symbolique de la relation avec le lecteur.

Une distribution gratuite est tout à fait possible mais elle n’engage pas le lecteur. Payer le journal, ne serait-ce que 10 ou 50 centimes d’euros, est un engagement de l’acheteur; un geste qui signifie : "j’ai envie de lire le journal".

La vente d’un journal scolaire est soumise aux mêmes textes que n’importe quelle vente (petits gâteaux, boissons...) à l’intérieur de l’établissement. La gestion d’une vente à l’intérieur d’un établissement scolaire peut se faire par l’intermédiaire du Foyer Socio-Educatif au collège ou de la coopérative scolaire à l’école. Vous pouvez aussi créer une association spécifique pour la gestion du journal.

2. Les subventions :

Vous participez à la vie locale, au développement de la vie de quartier, vous favorisez les échanges entre élèves d’un ou de plusieurs établissements, vous améliorez les relations entre les générations etc. ; les institutions éducatives ou les collectivités locales peuvent choisir de soutenir votre effort. N’hésitez pas à vous informer sur les dispositifs existants et à les solliciter.

3. La publicité :

De nombreux journaux scolaires "vendent" un quart ou une demi-page à des annonceurs locaux, en général des commerçants du quartier. Présenter le journal et le projet rédactionnel, mettre en avant les lecteurs pour convaincre est un apprentissage riche. Si vous choisissez cette forme de financement, sachez rester indépendant par rapport à l’annonceur qui vous finance. Prévoyez des contrats précis et signés, soyez attentifs à la comptabilité (carnet à souche, factures, règlements...) Vous pouvez aussi négocier des prestations en nature : photocopies, flashage, impression...

j_scol_im2_attention.png Quelques conseils d’organisation et de diffusion  :

- Faites une campagne d'affichage pour informer de l'existence du journal.

- Mettez une boîte aux lettres pour avoir des articles.

- Elaborez un comité de rédaction : 4 ou 5 personnes suffisent pour décider du choix des articles. On peut aussi élaborer des groupes de travail (une, articles, aide mise en page ou saisie…)

- Financement : Contactez la mairie… vous pouvez lui demander un budget pour financer les photocopies. Pour qu'un journal marche, il faut fidéliser le lecteur. Il faut que celui-ci s'habitue à l'existence de votre journal.

- Vendez votre journal, 1 ou 2 €, mais vendez-le. Si vous le distribuez gratuitement, vous serez furieux de le voir traîner dans les poubelles. L'argent servira à payer les frais de papier.

- Vendez-le un prix modéré, qui ne nécessite pas de manipuler de la monnaie.

- Faites un journal de 4 ou 8 pages qui sortira la semaine avant chaque période de vacances, soit pour la Toussaint, Noël, Février, Pâques, les grandes vacances.

- Evitez de vouloir tout mettre. Respecter impérativement les 4 ou 8 pages de votre pagination vous obligera à couper les articles trop longs et à faire un tri dans tout ce que vous aurez. Il vaut mieux ne pas tout mettre dans le journal et garder des articles pour les numéros suivants (pensez aux périodes où vous aurez moins de temps pour vous occuper du journal !)

 

4.2. Démarche et Activités pédagogiques : j_scol_im_3.jpg

 

- Une proposition de démarche pédagogique pour amorcer la création d’un journal scolaire et d'activités à mener en classe (doc PDF) j_scol_im_3.jpg

- Des aides et des pistes pédagogiques :j_scol_im_3.jpg

Voir le site du ©CLEMI qui propose des fiches pédagogiques :

Pour la plupart, ces fiches sont extraites des dossiers pédagogiques réalisés pour la semaine de la presse et des médias dans l’école; elles ont été rédigées par Josiane Savino-Blind et Isabelle Bréda. Certaines d’entre elles sont réactualisées.

D’autres fiches sont publiées dans les ouvrages du CLEMI.

RAPPEL :

Ces documents sont soumis à la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute reproduction, publication ou rediffusion effectuée sans le consentement explicite du CLEMI constituerait une contrefaçon passible de sanctions pénales.

Seul l’usage privé du copiste ou l’usage pédagogique en classe sont autorisés, à condition de mentionner les sources: ©CLEMI.

Exemples de fiches pédagogiques proposées :

- Lire le journal en maternelle : Journaux, revues et catalogues du kiosque de la semaine de la Presse sont mis à la disposition des enfants. Il s'agit pour eux de découvrir leur nom, leurs caractéristiques physiques, leurs contenus, leur fréquence de parution, leur prix. Au préalable, les enfants ont manipulé l'objet journal: travail sur le papier, le format, le sens de lecture, la couleur...

- Une séance de feuilletage : Feuilleter la presse pour le plaisir. Feuilleter et découvrir des journaux inconnus. Feuilleter différents quotidiens pour comparer le traitement d'une information... Le feuilletage est une bonne entrée pour susciter la curiosité des élèves et les sensibiliser à la variété des titres et de leur contenu.

- La circulation dans le journal : Les choix du lecteur rencontrent ceux de la rédaction: loin d'être un fourre-tout, le journal est organisé selon ses règles propres. Cette fiche propose la découverte, par les élèves, des éléments qui contribuent à une lecture efficace de la presse.

- La "Une" du journal : La une, c'est l'accueil et l'entrée du journal. Porteuse de l’identité du journal par son nom, et sa maquette, c'est aussi une vitrine qui donne envie de connaître le contenu des pages intérieures. Elle témoigne du choix et de la hiérarchisation qu’une rédaction propose à partir des informations du jour. L'étude comparative des unes des quotidiens d'information est un exercice classique pour aborder l'actualité en classe.

- Les noms des journaux : Familier ou insolite, le nom d'une publication évoque souvent son contenu. Il entraîne aussi plus ou moins l'adhésion des publics. Accompagné parfois d'une maxime, le titre du journal peut interpeller les lecteurs sur les choix et la déontologie de la rédaction.

- Un kiosque dans la classe de maternelle : La presse est très présente à l'école maternelle. Le papier journal et les pages de magazines sont d'excellents matériaux pour confectionner des marionnettes, réaliser des collages... et contribuer à favoriser et développer l'habileté manuelle des tout-petits. Mais la presse est aussi un objet de lecture qui offre une multitude de signes. Elle permet l'acquisition de pré requis indispensables pour l'apprentissage de la lecture.

- Découvrir la presse régionale : La semaine de la Presse est l'occasion de découvrir ou d'avoir une connaissance plus large de la presse régionale française. C'est aussi un moyen de mieux connaître l'ensemble des titres de sa région et d'en comprendre la logique et les choix rédactionnels.

- Écrire clair, précis, concis : Les dépêches des agences de presse représentent des outils très utiles pour travailler en classe sur cette forme particulière d’écriture journalistique, basée sur la clarté, la précision et la concision cherchant à atteindre une efficacité maximale.

- Les sports à la Une : Certains résultats sportifs font parfois la Une des journaux quotidiens nationaux et régionaux, mais il existe aussi des quotidiens et des magazines entièrement consacrés au sport. Les jeunes comptent parmi les plus fidèles lecteurs des informations sportives. Ce goût pour le sport peut être une bonne entrée pour découvrir des spécificités la presse régionale et nationale le traitement réservé aux événements sportifs.

 

4.3. Des évènements autour du journal scolaire :j_scol_im_3.jpg

Organisé pour la 8ème année consécutive par la fédération Patrimoine-Environnement en partenariat avec ARKEO Junior et la Fondation du Patrimoine, ce concours a pour objectif de faire découvrir aux élèves le patrimoine de proximité tout en les initiant aux nouvelles technologies de l'information et de communication (NTIC) et au métier de journaliste.

Les élèves doivent réaliser un petit journal de 4 pages sur le patrimoine bâti de leur commune avec pour thème cette année : « le patrimoine rond » !

Patrimoine concerné par ce thème, quelques pistes d’orientation :
- Le patrimoine rural (moulin et meule, capitelle ou borie, pigeonnier et colombier, lavogne, puits, fontaine, bassin...)
- Les éléments d'architecture (coupole, abside, rosace, œil de bœuf, médaillon, cadran, vitraux...)
- Les savoir-faire et leurs outils (compas, tours de potier, à bois, rouet...)
- Mais aussi: roue, tonneau, hall circulaire, tour, donjon, arène, bastide, labyrinthe, bottes de foin...

Pour les aider, une maquette est proposée par les organisateurs

Les classes lauréates recevront des abonnements de 3 ou 6 mois à ARKEO Junior, revue mensuelle pour les 7/14 ans.

Inscription avant le 31 décembre 2012
Retour des petits journaux au plus tard le 5 avril 2013
Délibération du jury mi-mai 2013
Remise du 1er prix début juin 2013
Renseignements par mail : concours@associations-patrimoine.org

 

25e Semaine de la presse et des médias dans l’école®, du 24 au 29 mars 2014

Chaque année, au printemps, les enseignants de tous niveaux et de toutes disciplines sont invités à participer à la Semaine de la presse et des médias dans l’école®. Activité d’éducation civique, elle a pour but d’aider les élèves, de la maternelle aux classes préparatoires, à comprendre le système des médias, à former leur jugement critique, à développer leur goût pour l’actualité et à forger leur identité de citoyen.

Le thème de la 25e Semaine de la presse : «Une info, des supports».
Un thème qui permet d’aborder la question des modalités de diffusion de l’information et invite à s’interroger sur la multiplicité des supports et des formats. Il pose également implicitement la question de la formation des journalistes.

Plus d’infos, sur le site du CLEMI…

 

Concours national de journaux scolaires et lycéens est organisée par la Fondation Varenne, le CLEMI et l’association Jets d’encre. (8ième édition du concours en 2014)
Il est ouvert aux journaux (« papier », sites et blogs d'information) réalisés dans le cadre scolaire.

 

Organisés dans de nombreuses académies par les équipes du CLEMI, les concours Médiatiks primeront des journaux, sites et blogs réalisés par des élèves, mais aussi des radios, webradios, webtv et autres productions audiovisuelles.

 

Pour la 17e année consécutive, le concours « L’Equipe junior » est reconduit. Les classes de CM1, CM2, sixième et cinquième, sont invitées à rédiger un vrai journal sportif ! Les meilleurs journaux seront récompensés par une journée à Paris dans les lieux mythiques du sport français.

Il existe des groupes départementaux «  journal / presse »

Ils permettent d’élaborer

  • des Rencontres d’écoles ou de classes : journée d’ateliers dur le thème de la presse…
  • des échanges, correspondances entre classes produisant un journal scolaire...

 

 On peut aussi mettre en ligne son journal… éditer les articles sur le blog ou le site de l’école… voir l'article de Jean-Christophe Dye (ATICE St Marcellin) à ce sujet sur notre site en cliquant sur j_scol_im1.gif.

 


j_scol_im1.gifj_scol_conclusion.jpg

  • Le journal scolaire est un projet coopératif motivant qui permet de nombreux apprentissages et leur donne du sens.

 

  • Il faut poser des jalons avant de se lancer !

 

  • C’est un outil de communication exceptionnel qui permet de tisser des liens et de montrer ce qu’on apprend…

 

j_scol_biblio.jpg j_scol_im1.gif

Documents disponibles en prêt à l’Inspection de St Marcellin :

Apprendre avec la presse, Jean Agnès et Josiane Savino, CLEMI, éditions Retz

Dictionnaire de notre vocabulaire sur la presse, Hubert Girard

La presse à l’école, Fabriquons notre journal…, Hubert Girard

J’apprends à lire avec le journal, 2-8 ans, Nicole Herr, éditions Retz

100 fiches pratiques pour exploiter la presse en classe, Cycles 2 & 3, Nicole Herr, éditions Retz

Apprendre avec l’actualité, théorie et pédagogie de l’évènement, Christian Hermelin, éditions Retz

L’éducation aux médias de la maternelle au lycée, SCEREN / CNDP

Eduquer aux médias ça s’apprend, Ministère de l’Education Nationale

 

Autres références pédagogiques :

Publications :

Animation-Education n° 110

Journaux d'enfants (OCCE 16)

Mise en page (OCCE 16) et toute une série de journaux publiés par les coopératives scolaires.

Mensuel : « La classe » n°137 de mars 2003

Autres ouvrages :

Utiliser la presse à l'école , Jean-Pierre SPIRLET et l'ARPEJ)

Apprendre avec l'information télévisée , Guy LOCHARD - Editions RETZ

Pourquoi? Comment? Le journal scolaire , I.C.E.M. PEMF Cannes

 

 

j_scol_sito.jpg       j_scol_im1.gif

http://www.clemi.org

Site du Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information. On y trouve beaucoup de pistes pour écrire un journal scolaire dans sa classe (des outils, des conseils, la législation…) Il y a aussi des exemples de journaux en ligne du primaire au lycée, ainsi que de nombreux outils pour exploiter la presse en classe.

http://www.ensemble-fr.com

un site pointu sur la production matérielle du journal : mise en page, imprimerie, illustrations, typographie, papier. Cliquez sur « concevoir et réussir ses éditions » en haut à droite.

http://faireunsite.free.fr/

Une autre façon de faire un journal : internet ! Ce site détaille les raisons et les moyens à mettre en œuvre pour créer un site de classe ou d’école.

http://icem-pedagogie-freinet.org/

Des travaux sur le journal scolaire... entre autres !

 


Date de création : 26/05/2014 · 11:51
Dernière modification : 26/05/2014 · 16:06
Catégorie : Etude de la langue
Page lue 13029 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Connexion...
 Liste des membres Membres : 23

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 5
Calendrier
Notes de Service
Visites

 0 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Recherche



I-Prof

 logo_i-prof.gif

Mentions légales
° Directeur de publication : Serge BIENVENU
° Webmestre : Cyril Girard
° Mentions légales
° Accessibilité du site
^ Haut ^