Circonscription

Fermer APC

Fermer Coordonnées

Fermer Ecoles collège

Fermer Evaluations

Fermer Formation continue 2015 2016

Fermer Livret(s)

Fermer Projets

Fermer Projets EPS

Fermer Ressources Admin.

Fermer Ressources Arts et culture

Fermer Ressources EPS

Fermer Suivi des élèves

Pédagogie
Actions Projets
Prêt aux écoles
Education Physique Sportive et Artistique - Jeux sportifs collectifs

Cyril GIRARD, CPC EPS ST MARCELLIN

Mai 2014

 

JeuxCo_image_Bandeau.png

- Jeux sportifs collectifs -

 

 

1. Qu’est-ce qu’un jeu sportif collectif ?

2. Quels enjeux pour les enfants ?

3. Repères pour comprendre la progressivité des apprentissages

4. Comment s’y prendre avec sa classe ?

4.1 Conditions matérielles et principes généraux

4.2 Organiser les séances

4.3 Au cycle 1

4.4 A partir des GS et au cycle 2 et 3

_______________________________________________________________________________

 

1. Qu’est-ce qu’un jeu sportif collectif ?

Dans la littérature, on trouve un grand nombre de définitions des jeux sportifs collectifs. En voici trois :

Situation motrice d'affrontement codifiée, dénommée jeu ou  sport par les instances sociales. Un jeu sportif est défini par son système de règles qui en détermine la logique interne (Parlebas).

Il s’agit « de résoudre en actes, à plusieurs et simultanément, des cascades de problèmes non prévues a priori dans leur ordre d’apparition, leur fréquence et leur complexité » (Metzler).

Activité physique codifiée d’opposition et de coopération dans laquelle des équipes s’opposent dans le but d’atteindre une cible à l’aide d’un ballon dans un espace délimité. (Equipe EPS Châlon en Champagne)

 

Dans ces définitions on retrouve des invariants qui constituent les fondamentaux de l’activité :

  • Organisation du jeu autour d’un but commun et de règles communes
  • Coopération entre des partenaires
  • Opposition face à des adversaires
  • De ces deux derniers points découle une évolution des joueurs dans un milieu incertain.

 

Ces fondamentaux induisent quatre notions à construire chez l’élève :

  • Le sens du jeu
  • La cible
  • L’adversaire
  • Le partenaire

 

2. Quels enjeux pour les enfants ?

A propos des compétences spécifiques à l’EPS

La pratique des jeux sportifs collectifs à l’école primaire doit en premier lieu permettre aux élèves de développer leurs capacités à prendre et traiter des informations dans un milieu incertain, afin de prendre des décisions et agir rapidement. Pour l’enseignant cette vision est fondamentale car elle va déterminer comment traiter l’activité. En effet, sous cet angle-là, on voit bien que les données techniciennes doivent passer à un second plan. Notre cycle d’apprentissage n’aura pas pour premier but de développer la capacité à savoir dribler ou encore faire des lancers ou des tirs hors situation de jeu, par exemple.

On retrouve ces trois dimensions (prendre et traiter des informations ; prendre des décisions ; agir) dans le tableau ci-dessous, proposé par François Villebrun (CPC EPS à Bourgoin-Jallieu 3)

Afficher le tableau

 

A propos des compétences 6 et 7 du socle commun

Parce qu’elle est structurée par des règles qui définissent des buts, des interdits, des relations entre partenaires et adversaires, la pratique des jeux sportifs collectifs participe à la construction chez l’enfant du savoir vivre ensemble. Cette relation à la règle et aux autres se construira d’autant mieux si :

  • elles sont comprises de tous ;
  • les élèves et le maître peuvent les interroger, les faire évoluer ;
  • elles permettent d’organiser une confrontation équitable, lors des situations de référence. C’est-à-dire dans laquelle chaque équipe a au départ autant de chance de gagner que l’autre.

 

A propos du projet de l’élève

La pratique des jeux collectifs peut participer à la mise en réussite de tous les élèves. Pour ce faire, il convient de ne pas aborder cet enseignement de façon décrochée. En effet, les derniers textes officiels et les avancées réflexives insistent sur la nécessité de créer des projets interdisciplinaires ancrant les apprentissages dans une culture commune, partagée. De plus, la place du langage dans ces projets doit être centrale, à l’écrit comme à l’oral. Ici, il ne s’agit pas tant de parler au cours de l’action, qu’à propos de l’action et ainsi se mettre à distance pour construire une pensée réflexive sur son corps qui agit et sur les relations partenaires-adversaires (les règles).

 

Concrètement comment permettre cette mise à distance ?

  • le premier niveau de cette mise à distance est spatial et temporel. Il est rendu possible par le fait de proposer aux élèves d’autres rôles que celui de joueur. En effet, leur permettre d’observer le jeu pour relever des indices pointés par l’enseignant (le nombre de passes pour traverser le terrain ; le temps passé dans telle zone ; le nombre de balles données directement à l’adversaire…), d’arbitrer (arbitrage de champ, de touche, de marque), de relever les scores, d’organiser une rencontre, d’être spectateur averti… les aide à construire une réflexion plus globale sur l’activité. Ceci doit commencer dès le cycle 1.
  • La mise à distance peut être portée par un travail sur l’album, le roman, le conte… lorsque ce dernier illustre des situations qui vont nourrir sa réflexion. Les « albums à… », édités par la revue EPS affichent clairement cet objectif. Ils sont des supports riches pour faire évoluer les représentations des enfants en mettant le langage et la pluridisciplinarité au cœur des projets. Vous retrouverez ces références plus bas, dans les propositions de situations pour les trois cycles.

Dans tous les cas, la mise à distance passe par une dialectique entre le langage et l’action.

 

3. Repères pour comprendre la progressivité des apprentissages en primaire

JeuxCo_Image_ReperesPS_CM.png

 

4. Comment s’y prendre avec sa classe ?

4.1 Conditions matérielles et principes généraux

Le cycle d’apprentissage comporte a minima 8-10 séances d’EPS. A quoi s’ajoutent les séances interdisciplinaires.

Le projet est interdisciplinaire. Le langage y occupe une réelle place.

Le matériel de base est le suivant :

  • Des ballons (ou autres objets au C1) en nombre suffisant. En maternelle, des lots de ballons d’une même couleur facilitent la mise en situation des enfants (10 bleus, 10 verts...)
  • Des chasubles pour faciliter l’identification des partenaires/adversaires.
  • Des coupelles, plots ou bandes pour délimiter les espaces de jeux.
  • Des sifflets en « poire » (à presser avec la main).

Pour favoriser une grande quantité d’actions chez les élèves :

  • Proposez plutôt des situations de jeu à effectif réduit (4 contre 4 par exemple, en multipliant les terrains plutôt qu’à 12 contre 12).

JeuxCo_Image_4x4.png

  • Utilisez des arrêts « flashs », c’est-à-dire au temps, plutôt qu’au score.

 

Favorisez l’arbitrage par les élèves et faites respecter toute décision de l’arbitre.

 

4.2 Organiser les séances

En maternelle, on peut ritualiser chaque début de séance en proposant une situation d’entrée dans l’activité. Dans ce cas, la situation proposée doit être très accessible et tous les élèves doivent jouer.

Aux cycles 2 et 3, chaque séance débute par une situation d’échauffement cohérente avec les fondamentaux de l’activité. Il ne s’agit pas de faire courir les élèves autour de la cour ou de leur proposer des manipulations techniques. Les enfants doivent d’emblée être confrontés à une situation de jeu collectif. Vous trouverez ci-dessous trois propositions élaborées par François Villebrun (CPC EPS à Bourgoin-Jallieu 3). Elles s’adressent à des élèves de (GS), cycle 2 et cycle 3. Le principe est de proposer une situation en début de séance et d’en faire évoluer les règles au fil de l’échauffement, puis au fil des séances. Les trois jeux peuvent être envisagés en GS en simplifiant la situation de départ.

Dans ces situations d’échauffement, il n’y a pas d’élève arbitre, tous les enfants sont joueurs.

Le jeu du ping-pong

Le jeu des couleurs

Le jeu de l’épervier déménageur

 

En fonction de l’âge des enfants, proposer ensuite une situation de jeu sportif collectif qui constituera un premier point de départ pour votre séquence. Ce sera votre situation de référence (Voir un peu plus loin les propositions en fonction des cycles). Cette situation de départ doit comporter des règles simples et donc être comprise de tous.

Votre tâche consiste à observer le comportement des enfants en situation de jeu pour identifier leur niveau dans une progression et les aider à construire une forme de jeu plus évoluée. Plus les élèves sont grands, plus ils peuvent prendre part à cette analyse.

 

Voici des exemples de fiches d’observation pour vous aider à faire cette analyse. Ces supports sont modifiables…

Fiche d’observation élève

Fiche d’observation enseignant cycle 1

Fiche d’observation enseignant cycles 2 et 3

 

Faites ensuite évoluer les règles du jeu pour permettre aux élèves de construire leurs compétences. Cette évolution doit répondre à un besoin pour équilibrer les rapports de force entre les équipes. Plus les élèves sont grands et plus ils peuvent eux-mêmes interroger les règles.

Les joueurs et l’enseignant vont pouvoir jouer sur un certain nombre de variables pour ce faire.

Télécharger un exemple de document qui reprend ces variables.

Lors de la séquence, d’autres jeux peuvent venir de façon décrochée, travailler une compétence particulière. Pour autant, l’enseignant gardera comme fil, la situation de référence proposée initialement, dans laquelle il continuera à faire évoluer les règles pour poser de nouveaux problèmes aux joueurs, dans un rapport de force équitable.

 

4.3 Au cycle 1

Vous trouverez ci-dessous une proposition pour mettre en œuvre un module d’apprentissage.

JeuxCo_image_Ht_Tbl_C1.png

Situation de référence

Cliquer ici

Situations d’apprentissage

 

Autres situations d’apprentissage, proposées par Yvan Moulin (ESPE de Grenoble).

*Situations issues de l’album à jouer « Le château de Radégou »

Situation de référence (identique à la situation conduite en séance 1)

Ces propositions sont tirées en grande partie du travail mené par l’équipe EPS du département du Morbihan. J’ai choisi d’en extraire une sélection pour vous simplifier la tâche. Vous pouvez retrouver tout le document sur le lien suivant.

 

Donner du sens en tissant des liens interdisciplinaires

Développer les compétences langagières.

Repères concernant le lexique à travailler en fonction du niveau de classe : cliquer ici et voir P17

Repères concernant la syntaxe et les situations de communication à proposer en fonction du niveau de classe : cliquer ici et voir P17

Pour vous aider à réaliser des albums échos, rendez-vous sur la page « Langage en maternelle » de notre site de circonscription.

 

Apprendre à vivre ensemble

Repères concernant le vivre ensemble : cliquer ici et voir P20 à 23

 

 

4.4 A partir des GS et aux cycles 2 et 3

Les propositions ci-dessous sont, en partie, tirées du travail d’Alain Larrieu (CPC EPS à Bayonne).

Pour les cycles 2 et 3

JeuxCo_image_Ht_Tbl_C2et3.png

Situation d’échauffement

Voir partie 4.2

 

Situation de référence

Ballon capitaine

Evaluer le niveau initial des élèves

Voir les fiches d’observation (partie 4.2)

Situation d’échauffement

Voir partie 4.2

 

Situation d’apprentissage et évolutions de la situation de référence

Autres situations d’apprentissage pour le cycle 2 et le cycle 3, proposées par Yvan Moulin (ESPE de Grenoble).

Autres propositions pour le cycle 3 (A. Larrieu)

Situation d’échauffement

Voir partie 4.2

 

Situation de référence

Ballon capitaine

Mesurer les progrès des élèves

Voir les fiches d’observation (partie 4.2)

 

Au cycle 3

On pourra faire évoluer la situation de référence (ci-dessus) pour s’approcher des pratiques sociales connues comme le Hand-Ball et le Basket-Ball, dans une confrontation où l’équilibre des forces sera recherché. Attention toutefois à préserver la dimension collective. Le dribble, par exemple, ne sera introduit que lorsqu’il deviendra une nécessité identifiée par les élèves…

Avec des élèves de cycle 3, on s’attachera particulièrement à construire les valeurs citoyennes. Pour ce faire, il convient d’associer encore davantage les enfants à la construction des règles. Voici une proposition qui va en ce sens : les défis coopétitifs.

 

Les défis coopétitifs

Il s’agit d’une proposition élaborée par le groupe recherche-action du Tarn sous la direction de Patrick Lamouroux (CPD EPS).

Le projet est initié à partir d’une situation de course de relais dans laquelle les élèves vont peu à peu prendre conscience de l’intérêt d’organiser des défis équitables. C’est-à-dire à l’intérieur desquels chaque équipe a, initialement, autant de chance de gagner qu’une autre. Ce cheminement est notamment facilité par la lecture d’un roman qui met en scène une adaptation du lièvre et la tortue, mais aussi par l’organisation de débats philosophiques.

 

JeuxCo_Image_Defis.png

Les règles du défi pour la course de relais sont les suivantes : deux équipes s’affrontent en trois manches. A l’issue de la première manche, l’équipe vainqueur se lance un défi pour la seconde manche. Soit elle tire une carte lui donnant un handicap, soit elle tire une carte donnant un avantage à l’équipe adverse. A l’issue de la seconde manche un rééquilibrage des forces est à nouveau proposé sur ce même principe… L’équipe qui gagne la rencontre est celle qui a gagné au moins deux manches sur les trois.

A l’issue de la progression, les élèves ont notamment :

  • pris conscience de l’intérêt d’organiser des confrontations équitables, respectueuses des possibilités de chacun ;
  • appris à interroger les règles, les comprendre et les faire évoluer pour mettre en place des défis équitables ;
  • appris à perdre et à gagner en respectant les adversaires et eux-mêmes.

 

Dans le scénario pédagogique, les auteurs proposent une seconde phase d’exploitation à partir d’un jeu collectif : le joueur but (= Ballon capitaine). Dès qu’une équipe marque deux points consécutifs, elle tire une carte, sur le même principe, pour donner un avantage à l’équipe adverse ou prendre un handicap…

Cette proposition ne peut être construite que si les élèves ont déjà intégré tout le cheminement préalable. Ce qui implique qu’idéalement dans votre programmation annuelle vous prévoyiez un projet interdisciplinaire autour de la course de relais (qui alliera maîtrise de la langue, débat philo, maths, TICE, EPS), puis une exploitation en jeux collectifs.

Notez que ces défis coopétitifs, qui visent un public de cycle 3, peuvent être adaptés pour des élèves de cycle 2.


Date de création : 22/05/2014 · 10:52
Dernière modification : 22/05/2014 · 13:53
Catégorie : Education Physique Sportive et Artistique
Page lue 12068 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Connexion...
 Liste des membres Membres : 23

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 8
Calendrier
Notes de Service
Visites

 0 visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Recherche



I-Prof

 logo_i-prof.gif

Mentions légales
° Directeur de publication : Serge BIENVENU
° Webmestre : Cyril Girard
° Mentions légales
° Accessibilité du site
^ Haut ^