Circonscription

Fermer APC

Fermer Coordonnées

Fermer Ecoles collège

Fermer Evaluations

Fermer Formation continue 2015 2016

Fermer Livret(s)

Fermer Projets

Fermer Projets EPS

Fermer Ressources Admin.

Fermer Ressources Arts et culture

Fermer Ressources EPS

Fermer Suivi des élèves

Pédagogie
Actions Projets
Prêt aux écoles
Etude de la langue - Le cahier de vie et d'écrits au cycle 1

 

Ségolène Merlet

CPC St Marcellin

Février 2014

 

Cahier_vie_c1_bandeau.jpg

« Tout ce qui se vit s’écrit, et tout ce qui s’écrit c’est la vie ! »

Monique Eymard 

 

Synthèse du travail réalisé en formation continue 2013-2014 en circonscription à partir des sources suivantes et des pratiques de classes de la circonscription de St Marcellin.

 

 

Cahier_vie_c1_puce_crayon.jpg

Bibliographie :

Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge.jpg Les cahiers, mémoire de vie, Eve Leleu-Galland, CRDP Académie d’Amiens, 2002

Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge.jpg Cahiers d’écrits, cahier de vie, Yvane Chenouf et Nathalie Bois, AFL, 1999

Sitographie :

- CRDP Académie de Montpellier, Banque de Séquences Didactiques Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg

- CRDP Académie de Strasbourg, Pôle départemental maternelle du Haut-RhinCahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg

 

Cahier_vie_c1_puce_crayon.jpg

Sommaire :

1. Qu’est-ce que le cahier de vie et d’écrits ?

    1.1. Historique

    1.2. Définition

    1.3. Le fond : quels contenus ?

    1.4. La forme : quelles traces ?

    1.5. Les supports

2. Pourquoi mettre en place un cahier de vie et d'écrits en classe ? 

    2.1. Les objectifs

    2.2. Les apprentissages

    2.3. Le lien école-famille

3. Comment mettre en place le cahier de vie en classe ?

   3.1. Quelles mises en œuvre ?

   3.2. Propositions de séances

   3.3. Séances filmées

4. Le cahier de vie et les TICE :

   4.1. Créer un "Didapages"

   4.2. Alimenter un blog de classe ou d'école

   4.3. Attention au droit à l'image !

 

Cahier_vie_c1_puce_crayon.jpg

1. Qu’est-ce que le cahier de vie et d’écrits ?

    1.1. Historique

Le cahier de vie est une idée qui a une vingtaine d'années. Elle est née d'un travail entre parents et enseignants à l'école du Lac de la Villeneuve de Grenoble Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg. L'objectif n'est pas de faire ingurgiter à l'enfant un maximum de connaissances mais de l'aider à prendre conscience de ce qui lui arrive, découvrir le monde qui l'entoure, imaginer les conséquences de ses actions...

D’après Monique Eymard (directrice de cette école à l’époque) : « Des années plus tard, le cahier de vie s'est diffusé dans de nombreuses écoles. Il est devenu un cahier d'écrits, une collection de textes qui rappellent, préviennent, expliquent, demandent, racontent, proposent : la vie s'écrit ainsi au jour le jour et le cahier constitue la mémoire de l'enfant (...). Il permet de souligner que la richesse et l'harmonie de la vie collective ne sont possibles que si chacun y contribue. »

D’après Ève Leleu-Galland (IEN d’Amiens) Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg : « Les cahiers de vie, cahiers qui mettent en mémoire la vie de l’enfant, sont utilisés par les enseignants dans les classes depuis de nombreuses années. Les formes en sont multiples ; il n’y a pas de modèle, les pratiques se fécondent les unes les autres. Ils sont issus d’une pédagogie active Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpgqui s’appuie sur les expériences de vie dont Célestin Freinet Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg avait montré la voie. Cette pédagogie a développé de multiples usages et fonctions du cahier, donc a inventé des formes nouvelles en recherchant des adaptations au contexte, quelquefois à un projet spécifique. L’AFL Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg(Association française pour la lecture) a « théorisé » l’outil et proposé un cahier d’écrits principalement centré sur la culture écrite, la lecture et les écrits. »

 

     1.2. Définition  Cahier_vie_c1_puce_ardoise.jpg

Le cahier de vie est un objet-prétexte, un support pour construire du lien, pour parler et faire parler ; on parle à propos et autour de ce qui est consigné et figure dans le cahier.

Le cahier de vie et d’écrits au cycle 1 c’est : Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg

  • un support vivant et authentique,
  • le reflet de la vie de la classe,
  • le reflet des apprentissages de l’enfant,
  • un lien entre la famille et l’école.

Le cahier de vie et d’écrits au cycle 1 n’est pas :

  • un cahier de correspondance (informations pratiques) avec les familles,
  • un cahier de dessins ou de collages,
  • le cahier d’expression d’autres personnes (parents, fratrie…),
  • un outil d’évaluation,
  • le recueil des activités « festives », les moments de convivialité y figurent mais ne doivent pas représenter l'essentiel du cahier car on risquerait de véhiculer une fausse idée de l'école,
  • le recueil de la vie d’un ou quelques élèves qui auraient une vie plus « riche » que d’autres,
  • une surcharge de travail,
  • un cahier qui s’ajoute à d’autres : il faut éviter la surcharge de supports
  • le recueil de tous les écrits produits en classe : ne pas oublier que d’autres supports existent !

Le cahier de vie est une démarche qui peut être rapprochée de pratiques ordinaires d’écriture qui s’observent dans la vie courante à travers les habitudes de prises de notes, de mise en mémoire. Les listes, les agendas, les correspondances, les journaux intimes, les blogs, les carnets de bord ou les carnets de voyage construisent l’expérience par le langage, qui est un trait marquant de notre manière de penser le monde et non plus le subir : l’écriture donne une possibilité culturelle d’analyser, de fragmenter, de recomposer la parole (c’est ce que Jack Goody a appelé la « raison graphique »).

C’est pourquoi l’école doit être encore plus soucieuse de développer des habitudes authentiques d’écriture et une culture vivante de l’écrit. Si elle ne le fait pas, elle contribue à creuser encore plus les inégalités entre les élèves.

L’expérience de vie médiatisée est la matière première de ces pratiques. Les cahiers sont des objets personnels dans lesquels viennent prendre place, selon le choix de l’enfant, des fragments écrits ou imagés prélevés.

En cela, ils constituent un support concret d’échanges et d’apprentissages langagiers oraux et écrits. Ils favorisent la communication et soutiennent les verbalisations, les apprentissages de lecture et d’écriture.
Le cahier regroupe des écrits familiers qui ont une fonctionnalité en dehors de l’école, et il faut dire que notre société en produit à profusion : faire-part de naissance, ordonnance du médecin, carte postale reçue de la « tata » en vacances, menu du restaurant, étiquette du pot de confiture ou paquet de cigarettes vide, ticket de transport ou de spectacle...

Ces écrits ont tous une finalité que l’enseignant va préciser. Il va faire découvrir comment s’organise l’information selon le support et sa destination ; il va aider les élèves à faire des remarques sur le code graphique, à prélever des indices de lecture et à se construire un répertoire mental de mots courants.

Les activités conduites sur le cahier vont aussi permettre de produire des messages et des textes courts écrits en dictée à l’adulte par exemple.

Les traces écrites seront l’œuvre de l’élève ou de la famille ou de la classe.

Certains textes de classe collés dans le cahier de vie, compte rendu d’une visite chez le boulanger ou d’une sortie en forêt, peuvent être élaborés en groupes plus importants ou en groupe classe.

Ce qui y est collé ou écrit doit toujours être explicité, justifié par l’élève. Le cahier doit être le moteur et le recueil d’écrits de soi.

Le cahier est la mémoire des faits, organisés en chronologie, la mémoire des progrès et des évolutions, la mémoire des textes appris ensemble, ainsi que la mémoire des événements clés à conserver.

Ce cahier vient offrir quelques repères utiles et structurants pour les élèves. Il faut penser à toujours dater les traces écrites, le cahier est une mémoire de l’année scolaire, une référence pour les élèves (« quand est-ce qu’on a fait ça ? »… ). Ne pas hésiter à commencer le cahier de vie par un calendrier qui sera complété au fil de l’année.

 

     1.3. Quels contenus ?

Un document complet Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg sur le détails des pages du cahier de vie et d'écrits réalisé par le groupe de réflexion maternelle de l'académie de Mayotte en 2004-2005.

Les pages spécifiques :

*La première page Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg : L’enseignant y rédige un petit texte qui reprend les propos de la réunion de début d’année. Il y explique le rôle et le fonctionnement de ce cahier de vie.

*Une page regroupant les règles de vie de la classe et de l’école.

*Une page où sont présentés la classe et les adultes de l’école par des photos légendées.

*Une page hebdomadaire ou bihebdomadaire pour la famille Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg : ce que l'enfant aura vécu le temps du week-end ou ce qu'il a envie de partager.

Des pages d'activités :

*Des évènements collectifs liés à des projets de la classe (sortie, semaine du goût, réalisation d’une recette, défilé de carnaval,…), conviviaux ou individuels (naissance d’un petit frère,…).

*Des comptines, poésies et chansons apprises, entendues ou composées par les élèves.

*Des séquences de découverte du monde :

*Des observations sur le corps, les plantes, les animaux.

*Des expériences : propriété des matériaux, existence de l’air…

*Des problèmes techniques : élaborer une liste de matériel après observation et démontage d’un objet…

*Des problèmes mathématiques que l’on a essayé de résoudre : comment partager les œufs de Pâques ?…

*Déroulement d’une journée de classe, calendrier mensuel…

*Des éléments du parcours de lecteur de l’enfant :

*Les albums d’un auteur.

*Les albums liés par le même thème.

*Les albums dans lesquels on trouve le même personnage.

*Différentes versions de la même histoire.

*Les albums d’un prix de lecture, que nous avons aimés…

*Le résultat de recherches : images choisies en fonction d’un critère, mots découpés dans la presse…

*Les grands jalons de l’apprentissage (écrire son prénom…).

Astuce : Penser à organiser le cahier en catégorisant les traces. Utiliser pour cela des gommettes de couleur dans le coin en haut à droite. Les feuilles comportant des gommettes de même couleur concernent les mêmes activités.

 

     1.4. Quelles traces ?

La réflexion sur les cahiers de vie s’appuie sur l’observation de pratiques multiples Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg pour en mettre en évidence les apports, les intérêts. Il n’y a pas de « cahier-type », ni de modèle.

Le cahier de vie est un espace ouvert, offert à l’enfant et à ses expériences Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg . Pour l’école l’objectif principal est d’accompagner de manière concrète, vivante et authentique les élèves dans leur développement et leurs apprentissages.

Des exemples en images…Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg

 

     1.5. Quels supports ?

  • Cahier collectif :

Un grand cahier 24x32 (souvent il en faudra un deuxième en cours d’année).

Cela peut être aussi un classeur (pour y insérer des choses écrites a posteriori…).

Il est la trace collective des activités uniquement scolaires (sauf intervention ponctuelle de trace écrite d’élève : exposé…).

Il est un outil indispensable pour la motivation du cahier de vie individuel : un « modèle », une « inspiration ». L’enseignant pourra ainsi y proposer des mises en forme « originales », « innovantes »… pour inspirer et donner envie de…

  • Cahier individuel :

Un petit cahier ou un grand au choix. Des classes relient les feuilles avec des spirales. Dans tous les cas prévoir un support qui soit solide et résiste le plus possible aux manipulations et voyages !

La première de couverture sera exploitée et personnalisée.

Conseil pratique : Les cahiers doivent être bien protégés, car ils vont être beaucoup manipulés pendant l’année. Il faudra prévoir un sac solide spécifique pour le cahier de vie collectif pour qu’il circule dans les familles.

Si vous êtes en mal d'inspiration, voici des idées de couvertures de cahier...Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg

 

Cahier_vie_c1_puce_crayon.jpg

2. Pourquoi ?

    2.1. Quels objectifs ?

Toutes ces pratiques scolaires donnent une place aux intérêts et à la vie de l’enfant.

Elles ne repoussent pas ce qui est périphérique à l’école, au contraire elles essaient de lui donner une place et de faire des liens.

Elles répondent au projet d’accueillir et d’accompagner chaque enfant selon sa personnalité, son histoire, son identité.

Elles visent à organiser des supports concrets de culture commune.

La vie au sein du groupe se construit à partir de la reconnaissance de chacun, de la place donnée à chacun dans son cahier.

Il fait les liens entre ce qui s’apprend et se vit à l’école et les événements de la vie. Les pratiques de vie ordinaires, en particulier les pratiques ordinaires d’écriture servent de références pour la construction authentique du rapport à l’écrit. La culture, comme saisie du sens du monde, se construit ainsi par l’activité de collecte, d’organisation des textes, d’images d’objets et autres prélèvements.

Parce qu’il ouvre un espace symbolique, le cahier de vie permet d’accompagner l’enfant dans son « métier » d’écolier.

A. Développer un contexte de communication dont l’enfant est le centre

Il va permettre :

  • Une réelle communication entre l’école et la famille pour réussir à intéresser les parents :

- aux projets de l’école, aux projets de la classe. Le cahier de vie rend compte des différentes activités menées en classe, à l’école.

- aux apprentissages sous-tendus par un partage des démarches. Le cahier de vie rend lisibles les buts éducatifs de l’école.

  • De rendre compte des apprentissages de l’enfant.
  • Une communication au sein de l’équipe enseignante pour réfléchir à une progression de la PS à la GS et aux conditions de sa mise en œuvre.

B. Favoriser l’accueil de l’enfant et entretenir des liens avec sa famille

…des dispositifs didactiques plus subtils, comme les cahiers de vie, donnent à ces relations école-famille une intensité et une chaleur d’autant plus importantes qu’ils font de l’enfant, lui-même, le meneur de jeu des ces échanges,…

Il va permettre :

  • D’accueillir et accompagner chaque enfant selon sa personnalité.
  • De donner une place aux intérêts et à la vie de l’enfant.
  • D’accompagner l’enfant dans son métier d’élève.

C. Recueillir des écrits témoignant de moments vécus dans la classe ou en dehors de la classe

Il va permettre :

  • De collecter des écrits ou des objets prélevés autour d’évènements de la vie de l’enfant et qui en portent le témoignage.
  • La fréquentation d’un large choix d’écrits dont les usages sont divers.
  • De recueillir des écrits qui ont une fonctionnalité en dehors de l’école.
  • De mettre en scène le rôle de mémoire de l’écrit.
  • De montrer que l’écrit est intangible.
  • De catégoriser certains types d’écrits.
  • D’organiser des supports concrets de culture commune.

D. Porter la mémoire de la vie de l’enfant, de la vie de la classe

Il va permettre :

  • De constituer une mémoire personnelle.
  • De constituer une mémoire collective.

 

Un cahier à soi, un cahier pour organiser sa vie d’enfant à l’école : l’enfant y est au centre.
Le cahier aide à construire une identité individuelle tout en constituant l’identité collective, l’identité du groupe d’appartenance.

L’enfant en est l’auteur, le destinataire, le bénéficiaire. Ce cahier investi va prendre un sens personnel fort. Il va se sentir concrètement accueilli et reconnu dans sa personnalité, son cheminement et ses particularités : le cahier offre une place et ouvre un espace pour chaque histoire singulière ; chaque identité se concrétise par les écrits et les objets rassemblés dans les pages du cahier.

Avoir un cahier à soi, pour soi aide à exister comme un parmi d’autres, par ses choix, ses goûts, ses émotions mises en mémoire.  Les témoignages rassemblés des centres d’intérêt de chacun vont aider la constitution d’une conscience de soi, d’une estime de soi qui permet de vivre en harmonie avec les autres, à construire une relation sereine avec autrui.

Le cahier de vie est un support concret et affectif qui facilite et permet de contextualiser les apprentissages.

L’école donne alors une place, pour les apprentissages complexes de lecture et d’écriture, à ce qui constitue la culture de vie des élèves.

On sait bien que, pour un élève, il est plus facile d’apprendre quand on se sent accueilli et reconnu et que l’on est animé par une réelle motivation. La confiance qui s’établit autour du cahier va influencer durablement la qualité de la relation, du dialogue, y compris avec les parents. Les activités d’écriture doivent s’ancrer dans des situations vécues pour inciter l’enfant à préciser et enrichir ses compétences dans le domaine de la maîtrise de la langue.

Les écrits construisent aussi le lien entre les êtres, la maîtrise de la langue est un outil de cohésion sociale.

Il faut aussi insister sur les fonctions « méthodologiques » du cahier de vie qui conserve la mémoire des étapes du développement de l’enfant et de ses apprentissages :

  • Il favorise l’autonomie et la prise d’initiative,
  • il organise l’appropriation progressive de l’univers de l’écrit dans sa diversité de formes et d’usages,
  • il incite à être curieux vis-à-vis des autres et vis-à-vis du monde,
  • il permet d’articuler la double dimension d’appartenance des enfants/élèves en rassemblant sur le même support des expériences familières et privées et des moments de vie de la communauté scolaire.

2.2. Quels apprentissages : programmes 2008  Cahier_vie_c1_puce_ecole.jpg

A. S’approprier le langage

Le cahier de vie favorise la création d’échanges privilégiés durant lesquels l’adulte aide l’enfant à oraliser :

  • Utilisation du « je » de l’énonciation puis du « nous ».
  • Expression de la causalité par l’emploi « de connecteurs » (parce que, dès que, puisque, …).
  • Expression de la temporalité pour situer le moment que l’on évoque par rapport au moment où l’on parle, pour préciser la succession des évènements.
  • Utilisation du langage en situation.
  • Utilisation du langage d’évocation.
  • Acquisition de vocabulaire.
  • Développement de la conscience lexicale (constitution de familles de mots, lexique lié à un thème).

B. Découvrir l’écrit

Se familiariser avec l’écrit :

  • Identification des principales fonctions de l’écrit.
  • Découverte de la langue écrite : le cahier de vie peut recueillir des textes ou des extraits. Il peut également être la mémoire du parcours de lecteur de l’enfant.
  • Production d’énoncés oraux dans une forme adaptée pour qu’ils puissent être écrits par un adulte : dictée à l’adulte Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg.

Se préparer à apprendre à lire et à écrire :

C. Devenir élève

Vivre ensemble : « Les enfants … éprouvent le plaisir d’être accueillis et reconnus … La dimension collective de l’école maternelle est une situation favorable pour que les enfants apprennent à dialoguer entre eux et avec les adultes… »

Comprendre ce qu’est l’école : « Les enfants doivent comprendre …ce qu’on apprend à l’école et pourquoi on l’apprend… Ils établissent une relation entre les activités matérielles qu’ils réalisent et ce qu’ils en apprennent (on fait cela pour apprendre, pour mieux savoir faire). »

D. Découvrir le monde

« À l'école maternelle, l'enfant découvre le monde proche ; il apprend à prendre et à utiliser des repères spatiaux et temporels. Il observe, il pose des questions et progresse dans la formulation de ses interrogations vers plus de rationalité. Il apprend à adopter un autre point de vue que le sien propre et sa confrontation avec la pensée logique lui donne le goût du raisonnement. Il devient capable de compter, de classer, d'ordonner et de décrire, grâce au langage et à des formes variées de représentations (dessins, schémas)… »

Se repérer dans le temps et dans l’espace :

  • Utiliser des repères dans la journée, la semaine et l’année;
  • Situer des évènements les uns par rapport aux autres;
  • Se repérer dans l’espace d’une page;
  • Comprendre et utiliser à bon escient le vocabulaire du repérage et des relations dans le temps et dans l’espace.

E. Percevoir, sentir, imaginer, créer

« Familiariser les enfants… avec les formes d’expression artistique les plus variées. Ils éprouvent des émotions et acquièrent des premiers repères dans l’univers de la création. »

Le dessin et les compositions plastiques : « Les enfants découvrent, utilisent et réalisent des images et des objets de natures variées… L’enseignant les encourage à commencer une collection personnelle d’objets à valeur esthétique et affective. »

La voix et l’écoute : « …répertoire de comptines et de chansons… »

     2.3. Un lien entre l’école et la famille   Cahier_vie_c1_puce_attention.jpg

Les parents, l’espace social sont présents dans le cahier de vie et d’écrits selon le choix de l’enfant.

Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg La circulaire du juillet 1985 (85-246) de la Loi d’orientation de 1989 fait des parents des membres à part entière de la communauté éducative"Ils ont des droits, des devoirs, des obligations vis à vis du service public d’éducation, et dans le cadre de la collaboration éducative."

Ils sont partenaires à impliquer, collectivement et individuellement.

Les parents d’élèves sont…                                             Les parents d’élèves ne sont…

Usagers                                                                                  pas consommateurs

Partenaires                                                                            pas adversaires

Interlocuteurs, co-acteurs

dans le contrat de collaboration                                         ni mis à distance

éducative, ils ont des compétences                                  ni ignorés

 

Le cahier va être un objet de transition qui voyage, via l’enfant, entre l’école et le reste du monde. Il organise et structure la chronologie des différents temps et lieux de vie de l’enfant : ex. les photographies de l’anniversaire à la maison, à l’école. Il fournit aux parents une « entrée » dans l’école.

Il concrétise l’articulation entre la vie à l’école et la vie sociale et familiale : il distingue ce qui est activités d’école (trace de l’expérience collective comme les photographies d’une activité « à risques » dans la salle de motricité), de ce qui est propre à l’identité personnelle (les photographies de la vie de  famille, l’ordonnance du médecin, le faire-part de la naissance de la petite sœur…).

Il permet à l’école d’offrir un espace de médiation aux familles et de construire des liens avec autre chose que du « scolaire » : les textes, images, dessins, objets, mémoires de la vie de l’enfant. L’école doit être attentive aux différents degrés d’implication des familles ; chacune doit y trouver une place selon son envie de s’investir.

Il est outil de communication, il rend lisibles et visibles des activités et la vie à l’école. L’école peut faire comprendre concrètement son projet dans les pages du cahier : à travers les textes collés, les photographies, les dessins, toutes les traces collectées des événements, des étapes de vie.  L’enfant dispose d’un support pour échanger avec sa famille : on parle autour du cahier à l’école, mais aussi à la maison.

Ce qui implique :

- de faire participer les parents d’élèves au fonctionnement de l’école,

- de les associer, de les aider à s’impliquer, à collaborer à la vie de la communauté éducative pour la réussite de l’élève,

- de les informer et de communiquer pour les aider à comprendre et à construire la relation éducative.

 

L’école doit construire la compréhension mutuelle et développer la coopération au service de l’enfant.

 

Cahier_vie_c1_puce_crayon.jpg

3. Comment ?

    3.1. Quelles mises en œuvre ?

Il n’est pas un cahier d’exercices ni un outil « en plus », mais il doit être un outil de travail de l’enseignant, véritablement intégré à la pratique de classe quotidienne.

Si ce n’est pas le cas, le risque est grand de ne jamais trouver de temps pour l’utiliser ni l’exploiter !

 

Dans la classe :

3 « règles d’or » :

  • une pratique guidée régulière : pour s’intéresser au cahier de vie, l’élève doit sentir que l’enseignant s’y intéresse aussi !
  • un temps réservé inscrit dans l’emploi du temps de façon hebdomadaire : cette pratique doit faire partie de la pratique pédagogique de l’enseignant, ce n’est pas une « activité supplémentaire », mais un maillon dans les séances où l’expression écrite est inscrite.
  • soi et le groupe (atelier/ collectif/ autonomie) : la mise en œuvre peut être multiple et doit être variée pour ne pas devenir un pensum et « l’heure du cahier de vie ».

L’essentiel étant toujours de démontrer, par la pratique, à l’élève qu’écrire est utile et nécessaire dans tous les domaines.

Il permet d’organiser la communauté de paroles et d’échanges. L’enseignant invite chaque enfant à présenter, à évoquer, à décrire…. faire partager à d’autres un peu de lui-même à partir des contenus du cahier.

Les rituels autour du cahier sont importants pour fixer des repères individuels et collectifs.

On peut instaurer des moments spécifiques, souvent le matin sur le tapis du coin regroupement, où les enfants peuvent, chacun leur tour, présenter leur cahier. C’est là une occasion qui permet de raconter, de décrire, d’évoquer des événements dont la trace est visible pour tous. Les échanges sont nourris, les questions fusent, l’enseignant intervient pour étayer les descriptions ou les explications. On sait bien que c’est difficile d’aider les enfants qui parlent peu à prendre la parole dans le cadre scolaire. Ils osent parler, c’est-à-dire petit à petit utiliser le « je » de l’énonciation, quand ce qu’ils ont à dire renvoie à un moment réel et fort pour eux. Le rôle de l’école est de donner une place aux intérêts et aux curiosités de l’enfant, d’exploiter l’expérience de chacun pour nourrir les apprentissages nécessaires à tous.

 

À l’extérieur : hors de l’école

  • Le cahier collectif :

Il peut être à disposition dans la classe au moment de l'accueil, les parents sont invités à passer un moment pour le feuilleter avec leurs enfants...

  • Le cahier individuel :

Il est emporté régulièrement (fréquemment) à la maison, à la discrétion de chaque élève. Certains vont très vite l’investir (écrire les activités du week-end écoulé…), d’autres moins, d’où l’intérêt de l’investir en classe et de communiquer avec les parents.

Il favorise les liens avec la communauté de vie et l’environnement de l’enfant.

Dans la famille : on peut parler du cahier et de ses contenus, dialoguer avec l’enfant, manifester de l’intérêt pour les activités de l’enfant à l’école. Cela lui donne l’occasion de montrer et de raconter les moments importants de l’école.

 

      3.2. Propositions de séances

Voici des propositions de séances à mettre en place en classe conçues en formation continue.

Ces séances permettent deux entrées :

Ces séances présentent différentes modalités : en individuel, en groupe, ou en collectif  et à différents moments : à l'accueil, en ateliers, lors du regroupement, pour une mise en place variée en classe.

 

     3.3. Séances filmées

Le site du CRDP de Montpellier propose des « Banque de Séquences Didactiques » Cahier_vie_c1_puce_punaiserouge2.jpg :

  • Attention accès filtré : inscrivez-vous avec votre adresse mail sur la page d'accueil et vous recevrez un mot de passe pour avoir un accès aux vidéos et leurs commentaires.
  • Entrez « Les cahiers de vie » dans le moteur de recherche et vous accéderez aux vidéos de séances en classe et d’interviews de parents ainsi que des commentaires et analyses d’enseignantes, de maîtres formateurs et d’IEN.

 

Cahier_vie_c1_puce_crayon.jpg

4. Le cahier de vie et d’écrits et les TICE

     4.1. Créer un « Didapages »

Jean-Christophe Dye, Animateur TICE de St Marcellin vous propose un tutoriel pour apprendre à utiliser « Didapages »Cahier_vie_c1_puce_punaiseverte2.jpg . Ce logiciel gratuit permettra d’éditer une version numérique du cahier de vie et d’écrits. Cette version apportera une plus-value sonore et visuelle au cahier de vie « papier ». Sans s’y substituer il apporte deux atouts majeurs : la vidéo et le son !

Autre intérêt : on pourra aussi le diffuser aux familles, sur le site de l’école ou sur CD.

Voici des exemples de « Didapages » créés par des classes…

 

    4.2. Alimenter un blog de classe ou d'école

Le blog est un média complémentaire du cahier de vie et d’écrits : des écrits produits dans le cahier peuvent être diffusés via le blog… Ainsi on crée une nouvelle motivation pour les élèves : être lus au-delà de la classe et de la famille.

   4.3. Attention !  Cahier_vie_c1_puce_attention.jpg

Comme toute diffusion externe à la classe et à l’école veillez à Cahier_vie_c1_puce_punaiseverte2.jpg avoir les autorisations de diffusion d’images de chaque élève à jour (loi relative au droit à l’image).

 


Date de création : 06/02/2014 · 14:34
Dernière modification : 24/02/2014 · 16:11
Catégorie : Etude de la langue
Page lue 810 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Connexion...
 Liste des membres Membres : 23

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 8
Calendrier
Notes de Service
Visites

 0 visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Recherche



I-Prof

 logo_i-prof.gif

Mentions légales
° Directeur de publication : Serge BIENVENU
° Webmestre : Cyril Girard
° Mentions légales
° Accessibilité du site
^ Haut ^