Circonscription

Fermer APC

Fermer Coordonnées

Fermer Ecoles collège

Fermer Evaluations

Fermer Formation continue 2015 2016

Fermer Livret(s)

Fermer Projets

Fermer Projets EPS

Fermer Ressources Admin.

Fermer Ressources Arts et culture

Fermer Ressources EPS

Fermer Suivi des élèves

Pédagogie
Actions Projets
Prêt aux écoles
Sécurité routière - Sécurité routière

Monique Battuz - CPC  St Marcellin - mai 2012

Sécurité routière

 

1.       Les enjeux de l’activité

1.1 Complexité de la situation routière

1.2 Le vécu « routier » des élèves

1.3 Ce que disent les programmes

 

2.       Avant de commencer, faisons le point sur quelques notions essentielles

2.1 Faire attention, oui mais à quoi?

2.2 Développement sensoriel des élèves d’âge scolaire

 

3.       Comment organiser les apprentissages ?

3.1 Pistes pour le cycle 1

3.2 Pistes pour le cycle 2

3.3 Pistes pour le cycle 3

3.4 Liens vers des outils pour travailler en classe et à l’école.

 

4.       Le rallye piéton : une mise en situation complexe.

 

 

 

1.      Les enjeux de l’activité

 

1.1 Complexité de la situation routière

 

Quand une activité est assurée quotidiennement par des millions d’individus, il est difficile de leur faire admettre que sa pratique « normale » ne confère pas une compétence pour parler de l'échec de cette "bonne pratique" engendrant l'accident. « L'honnête homme » qui imagine les risques d'accident, a tendance à privilégier le risque ressenti et les idées reçues, non le risque réel.

Pourtant, les accidents et la gravité de leurs conséquences s’expliquent bien souvent par une combinaison de facteurs liés au conducteur, au véhicule, à la route, aux conditions de circulation, aux conditions climatiques, aux secours… Si les facteurs humains sont présents dans 90% des cas, chaque élément de la chaîne causale doit être envisagé.

 

 SchemaAcc.jpg

Lorsqu’on se déplace, on modifie en permanence son environnement routier. Il est donc nécessaire d’adapter simultanément son action à ces modifications. Les informations visuelles, auditives ou corporelles recueillies seront interprétées différemment selon l’expérience et l’attention de l’usager.

Travailler la prévention routière avec les élèves c’est donc en premier lieu, leur faire prendre conscience de cette complexité. Le travail spécifique de prise de repères dans l’environnement (visuels, auditifs, moteurs…) et la mémorisation du code de la route et des règles de sécurité sont certes indispensables. Ils ne prendront tout leur sens qu’en situation complexe d’expérimentation de parcours divers, en salle de motricité, dans la cour, sur le terrain de sport ou dans les rues.

1.2 Le vécu « routier » des élèves

 

Nombre de personnes de moins de 15 ans tuées

130

Dont :

 

Piétons

18 %

Cyclistes

9 %

Cyclomotoristes

5 %

Motocyclistes

4 %

Automobilistes

58 %

Usagers de camionnettes

1 %

Usagers de poids lourds

0 %

Usagers de transports en commun

0 %

Autres usagers

4 %

Nombre de personnes de moins de 15 ans blessées

6 418

Quelques chiffres clés sur les accidents d’enfants

 

 

 

 

 

 

                                                        

 

 

 

 

 

 

*données pour 2010 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC. Pour d’autres données (adultes, jeunes, piétons…), vous pouvez consulter le site suivant : http://www.preventionroutiere.asso.fr/Nos-publications/Statistiques-d-accidents

 

Le danger le plus important pour les élèves est donc couru lors des voyages réalisés en situation de passagers, notamment entre 3 et 6 ans. Notons qu’en 2010, aucun mort ne fut signalé en France dans les transports en commun.

Les accidents piétons apparaissent à trois ans (témoignant là, d’un défaut de surveillance des adultes), augmentent jusqu’à 7 ans pour atteindre un premier pallier puis continuent à augmenter jusqu’à 10 ou 12 ans à l’entrée au collège. L’enfant change alors de trajet, n’a pas été suffisamment préparé aux dangers de la route (notamment ceux qui n’ont été conduits à l’école qu’en voiture).

 

Suivent ensuite les accidents de deux-roues dont l’explosion survient à 14 ans avec l’usage des deux-roues motorisés. Les accidents cyclistes mortels surviennent majoritairement à la campagne et touchent davantage les jeunes et les séniors.

 

L’étude de ces tableaux met en évidence trois situations potentiellement accidentogènes pour les élèves d’âge primaire : l’enfant passager, l’enfant piéton, l’enfant cycliste. Ce sont celles dont les instructions officielles imposent l’étude à l’école.

L’attestation de sécurité routière délivrée en fin de cycle 3 correspond à la maîtrise des compétences développées dans ces trois situations.

 

1.3 Ce que disent les programmes

 

Le travail sur la sécurité routière nécessite une approche multidisciplinaire. Il développe et nécessite des connaissances et compétences de différents domaines : maîtrise de la langue, mathématiques (analyse de données), géographie (plans, cartes, espace), et EPS.

 

Les programmes de 2008 renvoient au bulletin officiel n° 40, du 31 octobre 2002 qui indique les compétences et connaissances à développer en sécurité routière et met en œuvre une attestation de première éducation à la route dans les écoles maternelles et élémentaires.

Liens vers Eduscol pour les contenus de 2002 :

Pour le cycle 1 http://media.eduscol.education.fr/file/Securite/88/9/cycle1_108889.pdf

Pour le cycle 2 http://media.eduscol.education.fr/file/Securite/89/0/cycle2_108890.pdf

Pour le cycle 3 http://media.eduscol.education.fr/file/Securite/89/1/cycle3_108891.pdf

 

 

Le Bulletin Officiel n°1 du 5 janvier 2012 complète celui de 2008 et précise les compétences à atteindre pour les cycles 2 et 3 dans les domaines de : EPS, langue vivante, découverte du monde, et instruction civique et morale. L’éducation routière y apparaît dans plusieurs domaines. Les compétences visées se déclinent dans le champ de l’éducation physique et sportive pour ce qui concerne la prise d’informations, l’équipement et la maîtrise des « engins » (roller  ou vélo) et dans celui de l’instruction civique et morale pour ce qui concerne les règles de circulation ou d’usage d’un moyen de transport et le code de la route.

Lien vers le BO de 2008 (cycles 2 et 3) : http://media.education.gouv.fr/file/1/58/7/programmes_ecole-primaire_203587.pdf

 

 

2.      Avant de commencer, faisons le point sur quelques notions essentielles

 

2.1 Faire attention, oui mais à quoi?

 

Notre perception du monde qui nous entoure dépend d’abord de ce que nos sens sont capables de détecter. Mais il semble que notre environnement soit beaucoup trop riche et complexe pour que notre système nerveux puisse traiter toute cette information en temps réel à tout moment. Nous ne portons finalement attention qu’à une infime partie de notre environnement. En général,  les stimuli sans conséquence qui nous assaillent à tout moment ne nous empêchent pas de nous concentrer sur l’essentiel. On effectue une sorte de tri inconscient, on sélectionne ce à quoi on est attentif, aux dépens d’autres informations (cf film des basketteurs lors de la formation). Nos ressources attentionnelles sont limitées. Si l’on porte attention à quelque chose, on néglige automatiquement beaucoup d’autres choses.

Lorsqu’on se trouve en situation « non attentive », le plus souvent notre attention est sollicitée de toute part et ne va s’arrêter que sur des stimuli qui sont nouveaux ou déjà significatifs. On pense être conscient de l’ensemble de la scène, mais c’est bel et bien une illusion.

Les apprentissages vont donc nous permettre de conscientiser des risques, les percevoir, y faire attention. Pour être disponible à la conscience, les risques doivent être « connus ». Peu à peu, ces éléments conscients vont faire partie de nous, s’ancrer dans notre mémoire et s’automatiser et notre « attention » pourra se libérer pour d’autres stimuli. C’est ce qui différencie l’expert du débutant.

On ne perçoit bien que ce à quoi on porte de l’attention…

C’est alors qu’on peut avoir « conscience » des risques (ou de certains risques) présents dans notre environnement.

L’apprentissage et l’automatisation permettent de libérer des ressources attentionnelles.

Les usagers de la route mis dans des situations diverses et variées (et les variables sont nombreuses) doivent faire attention mais… à quoi. Il est donc nécessaire de faire expérimenter aux élèves des situations variées, d’automatiser des « procédures de contrôle »  pour leur permettre de plus en plus de disponibilité de l’attention aux situations nécessitant le maximum de conscience.

Cet apprentissage s’inscrit donc nécessairement dans la continuité. L’ensemble des cycles de l’école primaire est concerné avec comme objectif final l’obtention de l’APER, comme le sont également le collège avec la validation de l’ASSR1 puis le lycée avec l’ASSR2.

2.2 Développement sensoriel des élèves d’âge scolaire

 

L’environnement routier est conçu par et pour des adultes : la taille des panneaux, leur implantation, leur hauteur ne sont pas prévus pour l’usager enfant. Ses capacités physiques et psychologiques spécifiques et en cours de développement en font un être particulièrement vulnérable dans ce milieu.

 

A partir de 2 ans, il devient plus autonome dans ses déplacements et sa curiosité est grande. Il cherche à affirmer sa personnalité. L’usage de la rue ne peut se faire que sous la surveillance étroite de l’adulte qui le guide, le tient par la main. Toutes les occasions sont bonnes pour expliquer les règles de circulation piétonne en les justifiant par la mise en évidence des risques encourus. En voiture, l’usage d’un siège adapté est obligatoire. Dans certains cas, l’expérimentation des premiers trajets en transport en commun (bus notamment) est l’occasion d’apprendre les règles liées à cet usage particulier de la route.

 

Jusqu’à 6 ans L’enfant ne peut fixer son attention que sur une seule chose à la fois. Du fait de sa petite taille, l'enfant n'a pas une vue d'ensemble de la circulation. Sa perception auditive et visuelle est limitée : il ne perçoit bien que ce qui est devant lui, et ce jusqu’à 10 ans environ.

À 6 ans, seuls 58 % des enfants distinguent correctement leur gauche de leur droite et les situations de stress perturbent son repérage.

Jusqu'à 7/8 ans, pour l'enfant, il est de toute façon difficile de discerner la nature et l'origine d'un bruit, d'évaluer à la fois les distances et les vitesses des véhicules, d'évaluer le temps qu'il lui faut pour traverser la rue. Il lui faut 4 secondes pour identifier si un véhicule est à l'arrêt ou en circulation (contre 1/4 de seconde pour l'adulte) et il existe un temps de latence entre la décision et le passage à l’acte : Sachant qu’une voiture roulant à 30 km/h parcourt 8,33 m chaque seconde et une voiture roulant à 70 km/h parcourt 19,44 m, ceci explique pourquoi on a parfois l’impression qu’un enfant attend l’arrivée de la voiture avant de traverser. Ceci explique également la nécessité d’un apprentissage de la circulation à vélo en milieu protégé (hors circulation) jusqu’à 8ans.

Ce n’est que vers 10 ans qu’il est enfin en mesure de sélectionner rapidement ce qui est essentiel et d'interpréter pleinement la signification de l'ensemble des messages reçus. Il reste influencé par la luminosité (le cerveau humain, même adulte, a besoin d’une image contrastée pour conduire son analyse efficacement), les conditions climatiques et le stress (un enfant panique plus facilement qu’un adulte, « fanfaronne » davantage…)

 

(Souces : documents MAIF, « la psychologie cognitive, chapitre 1 », « Printemps des Sciences 2006

Activité LL07,Les réflexes » Dossier pédagogique présenté par HEMES, E. Balthasart)

 

 

3.      Comment organiser les apprentissages

 

L’éducation à la sécurité routière s'intègre aux disciplines enseignées à l’école primaire. Le sujet peut être évoqué en conseil d’école afin de solliciter l’aide des parents (conduire les enfants à l’école à pied de temps en temps par exemple).

Cet apprentissage (ces apprentissages) concerne autant des connaissances (règles de circulation, code de la route, règles de sécurité) que des compétences plus opérationnelles (recueillir et traiter des informations, savoir à quoi faire attention et faire attention, anticiper) ou sociales (respect des autres et de soi même).

3.1 Pistes pour le cycle 1

 

Les élèves se déplacent essentiellement en voiture ou à pied, avec un adulte. Ils se construisent des repères sur des parcours répétitifs mais ne discernent pas tous ceux qui sont porteurs de sens

en matière de sécurité routière. Ils protestent parfois lorsqu’on veut leur faire respecter les règles élémentaires de sécurité (donner la main, ceinture en voiture…).

 

- Mise en place de situations développant l’écoute attentive et l’observation : Ecoute de sons enregistrés à commenter et déterminer (rituel ?), commentaires de scènes photographiées, de scènes filmées.

- Jeux d’écoute, de localisation d’informations sonores ou visuelles, en position statique ou lors de parcours en salle de motricité par exemple.

- Apprentissage des premières règles du code de la route (ceinture de sécurité et siège adapté en voiture, passages pour piétons et premiers panneaux…) grâce à des supports ludiques, des rituels, l’apprentissage de rengaines, l’observation d’albums dédiés...

- Classements de panneaux (formes, couleurs, usages…).

- Organisation de parcours contraints en salle de motricité : grâce à des tapis et autres matériels, éventuellement quelques panneaux routiers, délimiter des voies de circulation vélo/piéton. Un plot figure un rond point, des flèches indiquent les sens de rotation, un grand tapis figure un square… Un groupe se déplace sur la route (un volant à la main ou sur tricycle), un groupe de piétons, un groupe observateur représente le parcours (lien direct avec le repérage spatial et l’orientation).

- Organisation de parcours dans la cour.

- Organisation d’ateliers de maîtrise des déplacements (piétons ou sur engins disponibles) et de réponse à des signaux.

- Déplacements hors de l’enceinte de l’école, dans l’environnement proche, le parking, la rue voisine : on peut recueillir les représentations des élèves concernant les dangers de la route, photographier les divers panneaux pour des opérations de tri ultérieures, photographier des éléments paysagers qui permettront la mise en place de représentations diverses, déterminer les zones de circulation et mettre en place le vocabulaire spécifique, mettre en évidence les dangers…

- travail sur la maquette

- Réinvestissements lors de sorties de classes dédiées à d’autres domaines d’apprentissage.

 

Le site EPS 38 propose un tableau de synthèse des compétences à faire acquérir aux élèves de l’école maternelle ainsi qu’un grand nombre de fiches ressources à télécharger, à utiliser en l’état ou à adapter à un contexte plus local : http://www.ac-grenoble.fr/eps1/IMG/Doc_SR_C1.pdf

De petites scènes animées ou des films courts sont disponibles sur les sites de la sécurité routière et de la prévention routière (voir également les documents disponibles auprès de certaines assurances).

 

3.2 Pistes pour le cycle 2

 

Certains élèves commencent à se déplacer seuls, à pied, dans les rues du village ou de la ville. Leurs repères dans l’environnement proche, sur des parcours quotidiens se développent. Ils connaissent quelques règles de sécurité.

 

- analyse de situations à partir de films ou de documents divers (production orale, écrite).

- ateliers de dextérité sur deux roues ou en roller

- parcours complexes établis dans la cour.

- travail sur la représentation de ces parcours, photos aériennes, plans figuratifs, plans, cartes (Voir les outils et exploitations proposés par Cyril Girard dans « orientation »)

- Les déplacements hors de l’enceinte de l’école permettent de délimiter les espaces de circulation, peuvent donner lieu à des mises en situation « réelles » (traverser sur un passage piéton par exemple)

- Des rallyes piétons peuvent être organisés pour appréhender la complexité du déplacement dans la rue.

- L’étude de la signification des panneaux se poursuit, théoriquement et « en contexte » lors des déplacements.

- L’étude et la gestion de données  (histogrammes par exemple).

 

 Le site EPS 38 propose un tableau de synthèse des compétences à faire acquérir aux élèves du cycle 2 ainsi qu’un grand nombre de fiches ressources à télécharger, à utiliser en l’état ou à adapter à un contexte plus local : http://www.acgrenoble.fr/eps1/IMG/Doc_departemental_C2.pdf 

De petites scènes animées ou des films courts sont disponibles sur les sites de la sécurité routière et de la prévention routière (voir également les documents disponibles auprès de certaines assurances).

 

3.3 Pistes pour le cycle 3

 

Les élèves ont une expérience plus longue de l’usage des déplacements autonomes. Ils ont plus d’aisance à se repérer sur un plan, connaissent les règles essentielles de la circulation des piétons. Ils pratiquent le vélo, parfois en promenade avec leurs parents.

-          élaboration du code du passager (auto, moto, bus)

-          rallyes piétons

-          ateliers de dextérité sur un vélo

-          ateliers de connaissance, d’entretien et de réglage du vélo et autres équipements.

-          Parcours dans la cour (ou terrain de sport) de plus en plus complexes (ronds-points, traverser de piétons, panneaux divers)

-          rouler à plusieurs, à deux, en groupe.

-          Sorties à vélo sur des routes à faible circulation

-          APS

 

Le site EPS 38 propose un tableau de synthèse des compétences à faire acquérir aux élèves du cycle 2 ainsi qu’un grand nombre de fiches ressources à télécharger, à utiliser en l’état ou à adapter à un contexte plus local : http://www.ac-grenoble.fr/eps1/IMG/Doc_Dl_C3.pdf

De petites scènes animées ou des films courts sont disponibles sur les sites de la sécurité routière et de la prévention routière (voir également les documents disponibles auprès de certaines assurances).

 

3.4 Liens vers des outils

 

Outils institutionnels :

 

APER_OI1.gif

Ce document est téléchargeable sur le site départemental EPS mais également disponible en version papier à l’IEN (http://www.ac-grenoble.fr/eps1/IMG/Doc_Dl_orientations.pdf ).

Des exemplaires à conserver dans les écoles seront prévus dans la malle « sécurité routière » qui accompagnera désormais les panneaux et feux en prêt aux écoles.

 

APER_OI2.gif

Ce document est téléchargeable sur le site Eduscol http://eduscol.education.fr/cid45628/livret-la-securite-routiere-a-l-ecole-primaire.html , entre autres ressources exploitables en classe.

Un exemplaire sera également prévu dans la malle « sécurité routière ».

Ce site propose d’autres ressources, pour tous les niveaux.

 

APER_OI3.gif

Le site de la sécurité routière du Ministère de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’immigration, permet d’obtenir l’ensemble des données officielles permettant un travail sur des valeurs régulièrement réactualisées  http://www.securite-routiere.gouv.fr/ .

 

 

 

 

 

 

 

Outils associatifs :

 

  • Prévention MAIF offre un grand nombre d’outils à usage des écoles. Nous en détenons une partie dans la malle « sécurité routière », d’autres sont disponibles sur demande à la délégation locale. Leurs documents sont très nombreux.

 

APER_OA1.jpg

Un détail des dernières parutions (sélection de médias par cycle, guides pratiques, projets transdisciplinaires…) est disponible sur http://eduscol.education.fr/education-securite-routiere/spip.php?mot85 .

 

APER_OA2.jpg

 

                                                                                                              

                       

                                  

 

APER_OA3.jpg

Faire travailler les enfants dès l'âge de 4 ans sur les adverbes, conjonctions, locutions… qui rendent compte de l’espace et qui sont employés dans l’apprentissage de la circulation : loin - près, devant - derrière, d’un côté - de l’autre, gauche - droite, etc  http://www.preventionroutiere.asso.fr/Enseignants/A-l-ecole/Mikou-et-sa-maman

 

APER_OA4.jpg

Une série de petits films courts sur des sujets divers, dès la maternelle mais aussi des jeux d’attention visuelle, des tests etc…

http://www.preventionroutiere.asso.fr/Enseignants/A-l-ecole

 

 

 

 

 

    Le rallye piéton : une mise en situation complexe.

 

4.1 Principe - objectifs

 

Il s’agit d’un trajet effectué à pied, au sein de la ville, du quartier ou du village. Le principe est d’amener les élèves à expérimenter véritablement un déplacement piéton.

Une complexité supplémentaire peut être amenée en proposant d’associer la prise en compte de la sécurité routière à la découverte d’autres richesses communales (patrimoine) ou de développer d’autres compétences (lecture/repérage sur plan…).

Ces trajets peuvent s’effectuer par petits groupes sous la responsabilité d’un adulte ou en classe entière, selon les objectifs que l’on s’est fixés. Alors que les plus jeunes resteront dans l’environnement immédiat de l’école (parking, rue voisine), les plus grand pourront déjà s’éloigner davantage et s’aventurer dans des rues plus contraignantes pour la circulation piétonne.

 

Trois formes de rallye peuvent être imaginées :

- le rallye « découverte » : en début de séquence de sécurité routière, une sortie peut permettre de moissonner des images, des observations exploitables en classe. Il est bon alors de se munir d’un ou plusieurs appareils photo, de prévoir des secrétaires, des dessinateurs … Ces observations peuvent s’imaginer à l’occasion d’un déplacement prévu pour d’autres objectifs. Elles demandent toutefois du temps et nécessitent d’être préparées au préalable.

- le rallye « patrimoine » ou « orientation » ou « géographie » ou … : répartis par petits groupes, les élèves se déplacent grâce à un plan (ou grâce à des indications écrites et matérialisent leur parcours sur un plan). Un questionnaire les accompagne, alliant des recherches ou des missions sur le thème choisi pour la sortie et la sécurité routière. Ce type de rallye permet de mettre les élèves en situation de réinvestissement des acquis antérieurs et peut permettre de motiver les études ultérieures. Il nécessite d’avoir réuni au préalable les adultes accompagnateurs et de leur fournir un guide spécifiant les éléments à mettre en valeur au cour de la promenade.

- le rallye « évaluation » : répartis par petits groupes, les élèves observent et mettent en pratique (traverser, faire traverser un camarade…). Munis individuellement de questionnaires, ils répondent aux questions en mettant en lien leurs connaissances et la situation rencontrée effectivement sur le terrain. Là encore, les adultes accompagnateurs doivent être rencontrés au préalable. Un guide d’observation des élèves peut leur être confié.

 

4.2 Préparation

 

Une « promenade en ville » de l’adulte est nécessaire afin d’anticiper les difficultés, sélectionner le parcours et les centres d’intérêt particuliers. Un plan, une vue aérienne, un plan figuratif, sera nécessaire par la suite. Une connexion par « Googleearth » ou « géoportail » permet d’obtenir pour l’ensemble du territoire des cartes, plans et plans 3D (géoportail) et de créer ainsi vos documents. Dans l’onglet « Course d’orientation » de notre site, en EPS, vous trouverez au chapitre « 4.2 : les supports topographiques » une aide précieuse pour réaliser vos documents.

 

La préparation des documents d’accompagnement « élèves » dépend des objectifs fixés.

Le site de l’IEN de La Tour du Pin propose quelques uns des documents dont vous pourriez avoir besoin si vous prévoyez un rallye dédié à l’évaluation, à modifier bien sûr en fonction de votre environnement routier particulier. http://www.ac-grenoble.fr/ien.la-tour-du-pin/spip.php?article195

Les documents préparés à l’occasion de la journée de formation à L’Albenc sont disponibles à l’IEN. Les trois formes de rallye sont proposées pour la même commune, à adapter en fonction de la localisation de l’école et de l’âge des élèves.

 

 


Date de création : 31/05/2012 · 12:42
Dernière modification : 31/05/2012 · 12:55
Catégorie : Sécurité routière
Page lue 2400 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Connexion...
 Liste des membres Membres : 23

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 4
Calendrier
Notes de Service
Visites

 0 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Recherche



I-Prof

 logo_i-prof.gif

Mentions légales
° Directeur de publication : Serge BIENVENU
° Webmestre : Cyril Girard
° Mentions légales
° Accessibilité du site
^ Haut ^