Circonscription

Fermer APC

Fermer Coordonnées

Fermer Ecoles collège

Fermer Evaluations

Fermer Formation continue 2015 2016

Fermer Livret(s)

Fermer Projets

Fermer Projets EPS

Fermer Ressources Admin.

Fermer Ressources Arts et culture

Fermer Ressources EPS

Fermer Suivi des élèves

Pédagogie
Actions Projets
Prêt aux écoles
Education Physique Sportive et Artistique - Parcours de motricité

Cyril GIRARD CPC EPS St Marcellin

Octobre 2011

LES PARCOURS DE MOTRICITE

Propositions élaborées pour les écoles maternelles de St Marcellin...

Mais qui peuvent être développées sur le reste de la circonscription.

Me contacter.

 

Les enjeux

-         Les programmes

-         Les compétences travaillées

-         Les comportements visés

-         La notion de « prise de risque »

Le matériel

-         Planning de répartition des lots

-         Composition des lots

Que faire avec ce matériel ?

-         Ateliers et/ou parcours ?

-         Comment passer les consignes ?

-         Jouer sur toutes les variables

-         Propositions pour utiliser le matériel

-         Ce que je dois prévoir avant la séance

Pour aller plus loin

-         Diversifier les rôles des enfants

-         Concevoir des parcours avec les élèves

-         D’autres situations pour « faire parler »

-         Organiser des défis parcours

-         Exploiter un album

-         Autres liens utiles

 

 

Les enjeux

-         Les programmes

A l’école maternelle aucun volume horaire hebdomadaire de pratique des activités physiques n’est mentionné. Toutefois, parce que le besoin de mouvement des enfants est réel, il convient d'organiser une séance d'activités corporelles chaque jour (de 30 à 45 minutes environ, selon la nature des activités, l'organisation choisie, l'intensité des actions réalisées, le moment dans l'année, les comportements des enfants...).

Ces séances doivent être placées dans l'emploi du temps de manière à respecter les rythmes de l'enfant :

- le milieu de matinée (niveau de vigilance optimum) est plutôt favorable aux activités de prise de risque, à la découverte d'une nouvelle situation ;

- la fin de matinée est propice aux activités plus calmes (rondes et jeux chantés, jeux déjà connus...) ;

- le début d'après-midi n'est pas un moment très favorable ; la deuxième partie de l'après-midi convient, pour les plus grands, à toutes les activités qui ne comportent pas de prises de risque excessives.

 

-         Les compétences travaillées

Quelles compétences des programmes travailler dans les parcours de motricité ?

 

Il s'agit d' « adapter des déplacements à différents types d’environnements », dans des :

 

Activités gymniques et formes dactions associées (locomotion, rotation, suspension, équilibre).

 

Situations inspirées des activités athlétiques et formes d’actions associées (courir, sauter, lancer).

 

Mais aussi « décrire ou représenter un parcours simple ».

 

Quelles sont les compétences liées au socle commun ?

 

Compétence 6 (compétences sociales et civiques) : « respecter les règles de la vie collective, notamment dans les pratiques sportives »

 

Compétence 7 (autonomie et initiative) : « se déplacer en s’adaptant à l’environnement »; et « réaliser une performance mesurée dans les activités athlétiques »

 

-         Les comportements visés

 

Du novice au débrouillé : réponses psychomotrices, affectives, attendues.

Principes d’aménagements matériels

Vers le savoir grimper

Les membres supérieurs prennent de plus en plus d’importance. Le corps se redresse, s’étend.

Les appuis plantaires s’affinent : le placement des pieds nécessite le regard et l’ajustement du reste du corps.

L’engagement affectif est mesuré : connaissance de mes capacités, évaluation de la situation proposée, engagement dans l’action.

 

Des espaces de travail de plus en plus :

Hauts, redressés

Des appuis de moins en moins nombreux et de plus en plus petits

Se déplacer en équilibre

Le corps se redresse et les membres supérieurs participent à l’équilibration.

Le regard s’éloigne des pieds, il anticipe leur mouvement.

Les appuis plantaires sont de plus en plus précis. Le déverrouillage des articulations (genoux notamment) permet une progression plus fluide, chaque pas est posé presque en « statique ».

Les espaces de travail sont de plus en plus étroits, longs, encombrés, instables.

Se renverser, tourner

Développement de la capacité à se grouper/dégrouper autour de l’axe de rotation

Le regard, aide à placer la tête et la tête oriente le reste du corps.

Action des membres inférieurs pour mettre en rotation. Action des membres supérieurs pour créer un blocage.

Les plans inclinés aident la rotation.

Sauter, se propulser

Sur le trampoline : un seul double appui ; gainage du corps pour restituer l’énergie de la course d’élan, action des bras vers le haut.

Placement du regard vers la zone de réception.

De plus en plus de vitesse sur la prise d’élan.

Zone de réception précise.

Lancer, attraper

Lancer loin : lancer à une main, à « bras cassé », c'est-à-dire main, coude et épaule en arrière, coude fléchi, corps de profil.

Pieds ancrés dans le sol au moment du lancer.

Vers l’organisation du corps en « rampe de lancement » : accélération puis verrouillage en chaine des articulations en allant du sol à l’objet (chevilles, genoux, hanches, tronc, épaule, coude, poignet, doigts), comme un mouvement de fouet.

Le bras « libre » équilibre le haut du corps.

Le regard est placé vers la zone visée.

Attraper : les pieds sont ancrés et les genoux légèrement fléchis. Les mains sont devant le buste, prêtes à réceptionner.

Les objets sont de taille à pouvoir être facilement tenus dans une main.

Le nombre d’objets est assez important pour permettre un grand nombre de répétitions

Les cibles visées sont clairement identifiées.

Les cibles visées nécessitent un lancer vers le haut (par-dessus une structure, une corde…)

Pour le travail de réception de balle, travailler sur des lancers très courts, par-dessous. Donner des objectifs quantitatifs précis pour mobiliser la concentration.

 

 

-         La notion de « prise de risque »

Les activités de motricité sur agrès engendrent une prise de risque pour l’enfant et pour l’adulte qui en est responsable.

Pour autant, il ne s’agit pas de vouloir supprimer cette prise de risque. Cette dernière est une composante essentielle de l’activité, elle fait partie intégrante de l’apprentissage : évaluer la situation et ses ressources, oser s’engager, mais aussi savoir renoncer, contourner et même chuter. Ici, le rôle de l’enseignant est bien de proposer des situations où l’aménagement matériel et la présence de l’adulte minimisent ou effacent le risque objectif en cas de chute, mais aussi de permettre un engagement affectif dans l’activité.

La peur est un sentiment qui se transmet facilement. Attention à ne pas bloquer les réponses motrices des élèves par un excès de stress... Une bonne réponse à cela consiste à anticiper les comportements des enfants, sécuriser l’espace et considérer que le rôle de l’adulte sur un atelier s’apprend également. Au fil des séances, il deviendra en effet capable de gérer des ateliers de plus en plus complexes, car il connaitra à la fois mieux les réponses qu’ils vont engendrer et il connaitra également mieux son groupe classe dans ce genre de situation.

 

 

Le matériel

-         Composition des lots

Lot « Mairie 1 ».

Lot « Mairie 2 ».

Autre matériel (en construction) déjà présent dans les écoles.

 

-         Planning de répartition des lots

 

A St Marcellin, nous avons décidé de maintenir une rotation de 2 lots de matériel sur un découpage de l’année en 3 périodes.

 

Année scolaire 2011-2012

 

Période 1

du 3 nov au 20 janv

Période 2

du 23 janv au 6 avril

Période 3

du 23 avril au 5 juillet

Ecole du Centre

Lot Mairie 1

Lot Mairie 2

 

Ecole du Stade

Lot Mairie 2

 

Lot Mairie 1

Ecole de la Plaine

 

Lot Mairie 1

Lot Mairie 2

 

Année scolaire 2012-2013

 

Période 1

du 7 sept au 7 déc

Période 2

du 10 déc au 29 mars

Période 3

du 1er avril au 5 juillet

Ecole du Centre

 

Lot Mairie 1

Lot Mairie 2

Ecole du Stade

Lot Mairie 1

Lot Mairie 2

 

Ecole de la Plaine

Lot Mairie 2

 

Lot Mairie 1

 

 

 

 

Que faire avec ce matériel ?

 

Comment exploiter le matériel ? Quelles formes de travail utiliser ? Que doit prévoir l’enseignant ? …sont les questions auxquelles nous allons essayer de répondre dans cette partie.

 

-         Faut-il créer des parcours ou privilégier une approche par atelier ?

Parcours / atelier, quelles différences ?
Le parcours : les enfants suivent chacun à leur tour un chemin : l'un après l'autre, ils exécutent sur ce chemin les différentes activités qui sont prévues, dans l'ordre. Par exemple, ils grimpent sur une structure, puis doivent exécuter une série de roulades, puis sauter dans des cerceaux, franchir une série d'obstacles, être en équilibre sur une poutre... genre petit parcours du combattant.

Les ateliers : les enfants doivent participer à 4 ou 5 ateliers. Par petits groupes, ils font pendant un temps limité un atelier, toujours le même, jusqu'à ce que l'adulte demande de changer. Par exemple, un groupe sautera d'une table sur un gros tapis et répétera cette action jusqu'au signal du changement, pendant qu'un autre escaladera une structure et un 3ème fera un exercice de lancer....

Les deux formes de travail ont leurs intérêts et leurs inconvénients.

 

intérêts

Limites

Parcours

Maîtrise de l’espace plus facile pour l’enfant et l’adulte.

Sécurité plus facile à gérer.

Meilleure vision de chacun des enfants.

Enchainement d’actions diverses.

Champ de réponses motrices restreint. On favorise l’imitation, ce qui a aussi des effets positifs.

Ateliers simple

Permet de répéter un grand nombre de fois une même action

Fil d’attente devant l’atelier

Atelier avec entrées multiples

Espace de réponses motrices plus ouvert : plus de créativité, les élèves apportent leur réponse aux problèmes posés.

 

 

Plus facile de se cacher pour un enfant timoré

Demande plus d’expérience pour être bien géré (sécuriser, donner les bonnes consignes, repérer les enfants qui nécessitent de l’aide ou des ajustements)

 

Parce qu’il est plus sécurisant, plus cadrant, le parcours est souvent utilisé par les plus petits ou en autonomie. Il représente une forme ludique de mise en jeu du corps. On peut utiliser le parcours sous forme de promenade où les petits découvrent le matériel et les actions qu’il implique.

Les ateliers ne comportant qu’une ou deux actions peuvent être utilisés en autonomie s’il s’agit d’entrainement. L’enseignant utilise aussi cette forme de travail pour faire découvrir une nouvelle situation ou pour travailler spécifiquement une action.

Les ateliers complexes peuvent avec les plus grands être utilisés sous forme découverte pour entrer dans l’activité. Ils sont aussi une forme de travail intéressante pour privilégier des réponses individualisées.

 

-         Comment passer les consignes ?

Il est toujours intéressant de varier les formes de consignes. On pourra notamment utiliser les formes ci-dessous.

Forme de consigne

Remarques

Oralement, en décrivant le parcours et les actions. On fait reformuler par les enfants.

 

Oralement, on demande aux enfants d’imaginer les actions à réaliser, l’enseignant ou un élève reformule.

Imaginer les actions à réaliser invite clairement les enfants à créer des images mentales et à construire un projet d’action.

Avec le support d’une affiche. Soit l’enseignant commente l’action à réaliser, soit ce sont les élèves qui imaginent et verbalisent la consigne.

Le support visuel de l’affiche aide beaucoup à comprendre la consigne.

Démonstration par un enfant avec mise en mots.

Permet de fixer le langage sur des actions ou du matériel précis.

A l’écrit à l’aide de dessins simples avec mise en mots.

La phase de verbalisation peut avoir lieu avant et/ou après la phase de dessin.

A partir de matériel miniature (GS) : un groupe d’enfants le réalise à petite échelle, les autres le reproduisent à grande échelle et installent le parcours.

Le travail inverse est aussi intéressant pour revenir sur les situations vécues.

Si le parcours a été créé par un groupe d’enfants : présentation orale par ces derniers.

 

 

-         Comment gérer l’antagonisme suivant : faire progresser des élèves de PS MS GS sans trop modifier le matériel mis en place ?

C’est difficile ! Il faut jouer sur toutes les variables possibles.

Le corps

On peut se déplacer dans des positions différentes : en rampant, à 4 pattes, assis, debout ; en arrière, sur le côté ; en marchant, en glissant, à califourchon, en courant, en roulant ; en transportant un ou des objets encombrants ; en transportant un objet à 2 ; les yeux bandés avec une guide (travail intéressant de langage) ; avec des énergies différentes ; en ajoutant une action ; d’une manière plus précise ; avec un handicap…

Le matériel

En modifiant légèrement le parcours : inclinaison des supports ; écartement des agrès ; en rehaussant d’une caisse ; en ajoutant du petit matériel (plots, cubes, mousses, cordes, haies…), en changeant l’ordre du matériel, en variant la position, la quantité, la disposition des objets.

 

L’autre

Montrer à l’autre, faire comme l’autre, faire différemment ; faire à deux, avec ou contre ; à plusieurs, tous ensembles ; en se suivant, en se croisant.

 

L’espace

Réduire ou augmenter un espace : en largeur, en hauteur, en longueur ; varier l’inclinaison des plans ; respect des itinéraires ; faire des trajets directs, sinueux ; évoluer dans un sens, dans l’autre.

Le temps

Sans contrainte ; s’arrêter, repartir ; à différentes vitesses ; plusieurs fois ; plus longtemps ; en respectant une chronologie ; en s’adaptant à un rythme ; à l’aide de signaux sonores, visuels.

Les critères de réussite

En étant plus exigeant sur le déroulement du parcours : nombre de chutes possibles ou d’objets renversés pour valider un parcours.

En ajoutant des tâches d’observateur, de juge, de secrétaire, d’aide…

Sous forme de tableau

 

-         Propositions pour utiliser le matériel

Bien que le matériel soit abondant, la création de deux lots limite à 4 le nombre d’ateliers/parcours que nous allons pouvoir mettre en place. Il faudra donc compléter les propositions avec deux autres ateliers en fonction du matériel présent dans les écoles.

Lot « Mairie 1 »

Atelier 1

Grimper et redescendre : vers les activités d’escalade

Atelier 2

Progresser en équilibre

Atelier 3

Parcours d’agilité et d’équilibre sur petit matériel

Atelier 4

Activités athlétiques à dominante lancer

Voir les propositions pour cet atelier

Voir les propositions pour cet atelier

A mettre en place avec le petit matériel présent dans chaque école

A mettre en place avec le petit matériel présent dans chaque école

Propositions du groupe EPS38

Autres propositions en bas de page

 

Lot « Mairie 2 »

Atelier 1

Escalader, désescalader.

Atelier 2

Se renverser, Tourner, rebondir

Atelier 3

Parcours d’agilité et d’équilibre sur petit matériel

Atelier 4

Activités athlétiques à dominante sauter

Voir les propositions pour cet atelier

Voir les propositions pour cet atelier

A mettre en place avec le petit matériel présent dans chaque école

A mettre en place avec le petit matériel présent dans chaque école

Propositions du groupe EPS38

Autres propositions en bas de page

 

 

-         Ce que je dois prévoir avant la séance

·        Faire mes groupes.

·        La mise en place du matériel et ce que je cherche à développer chez les enfants.

·        Les consignes et l’organisation qui en découle.

·        Où seront placés les adultes pour la sécurité et la gestion du groupe.

·        Comment garder en mémoire ce qu’ils ont fait, pour ajuster.

 

 

Pour aller plus loin

-         Diversifier les rôles des enfants

Avec les enfants de grande section et parfois les moyens, on peut proposer des rôles sociaux où ils vont alterner leur temps de pratique avec une autre tâche.

L’observateur : poster à un point précis du parcours ou de l’atelier, l’enfant ou le groupe d’enfants va observer les camarades qui sont en action. Ils auront une tâche de comptage du nombre de passages effectués, du nombre d’appuis pris sur un engin donné ou de validation d’une tâche donnée…

Le juge : c’est le prolongement de l’observateur. Le plus souvent, on propose 2, 3 ou 4 fiches qui représentent des positions du corps différentes pour une même action demandée et l’on demande aux juges de déterminer dans quel cas de figure le camarade était afin de lui en rendre compte. Plus les élèves progressent dans cette tâche, plus on peut leur demander de détails d’observation, on peut aussi demander une trace écrite (écrire un numéro, coller une gommette…).

Le photographe : un ou deux enfants font des photos des élèves en action. Il est plus facile de demander au photographe de se placer à un endroit précis.

L’aide : compte tenu de leur corpulence, cette aide sera surtout synonyme de soutien. Donner la main pour traverser la poutre basse, guider un camarade qui a les yeux bandés… La parade reste confiée à l’adulte.

En fonction des projets de classe, d’autres rôles sociaux peuvent être proposés (donneur de consignes, installateur de matériel…). Tous ces rôles ont en commun de permettre une mise à distance du corps par rapport à l’action. Ce qui développera une mise en projet et facilitera la création d’images mentales. Cette phase réflexive alimentera en retour la pratique.

 

-         Concevoir des parcours avec les élèves

Cette activité peut s’entrevoir de multiples façons : de l’activité la plus modeste jusqu’au projet de classe ou d’école. L’an passé, l’album intitulé Les nuits de blanches de Pacha vous a été présenté, il permet un travail très complet mêlant motricité, structuration de l’espace, langage et travail sur ombre et lumière.

Voici une autre démarche, plus modeste, pour débuter avec ses élèves. Certaines étapes sont facultatives.

Au préalable, les enfants doivent avoir vécu des séances de motricité sur parcours, que cela soit une ou plusieurs séances dans ce même cycle ou sur un cycle antérieur.

-         Présenter le projet de création de parcours aux enfants, expliquer la démarche qui va être suivie.

-         Recenser le matériel existant.

-         Déterminer une dénomination pour utiliser le même lexique.

-         Avec les enfants en faire une série de cartes (matériel découpé dans les catalogues fournisseurs  ou photos + nom du matériel). Les présenter sur fiches cartonnées dans un petit classeur ou une boîte de rangement pour qu’elles soient faciles à utiliser. Ces jeux peuvent être photocopiés pour être utilisés par les petites sections dans la construction ou la reproduction de parcours. Si l’on peut fabriquer ce matériel en miniature, cela facilite davantage le travail de représentation dans un premier temps. (ASCO propose son matériel à l’échelle 1/5, mais c’est assez cher : Lien)

Conseils : Jouer sur la diversité du matériel utilisé.

-         En parallèle, créer un répertoire des actions motrices possibles en associant un dessin avec un verbe d’action sur une même carte (Tourner en avant, sauter, courir, passer dedans, enjamber…). Ce jeu de carte sera sur un fond de couleur différent de celui qui compose le matériel.

Vous disposez désormais de deux types de jeux de cartes : des cartes pour le matériel (notion de nom) et des cartes pour les actions motrices à réaliser (notion de verbe), voire du matériel miniature.

-         A partir des cartes de matériel et d’actions, les élèves créent des parcours. Dans un premier temps, limiter le nombre de cartes disponibles. On peut mettre à disposition des enfants soit les cartes de matériel et les cartes d’actions à réaliser, soit seulement les cartes de matériel, les actions à réaliser seront alors ouvertes.

Conseil : pour entrer dans ce type de travail, il est préférable de faire d’abord représenter aux enfants (avec des cartes ou du matériel miniature) des parcours qu’ils viennent de vivre.

-         On demandera aux enfants de réaliser un dessin d’observation à partir de l’agencement des cartes ou du matériel miniature. On sera attentif à l’organisation spatiale du matériel : correspondance entre les cartes et le dessin (nombre et orientation), voire avec le parcours vécu s’il s’agit de représenter ce que l’on vient de faire.

-         Mise en commun, choix du mode de représentation (atelier de langage) et réalisation collective du parcours en taille réelle.

-         Appropriation de l’espace construit par des déplacements : atelier de motricité.

-         Représenter le parcours par un plan en utilisant des symboles (formes, couleurs) dans le but de réinstaller le même parcours plus tard.

 

Activité des élèves lors de ce projet :

-         Créer un parcours, c'est-à-dire construire un projet d’action

-         Observer et dessiner

-         Verbaliser, décrire, justifier ses choix

-         Participer à une réalisation collective

-         Evoluer (marcher, sauter, s’équilibrer …) et s’orienter sur un parcours de motricité

-         Représenter par un plan pour mémoriser un espace et un parcours

-         Adapter sa représentation au support (orientation, échelle, symboles et couleur)

-        

 

-         D’autres situations pour « faire parler ».

Ce lien vous amènera sur le site du CRDP de Montpellier. Je vous invite à prendre un court temps pour vous identifier et avoir accès aux ressources (gratuites). Cliquez ensuite sur la séquence intitulée : « Agir avec son corps pour mieux s’exprimer avec des mots ». Vous accédez alors à :

-         La vidéo principale qui dure 9’33’’. Vous y trouverez plusieurs situations à mettre en place pour aider vous élèves à parler. Intéressant…

-         Des commentaires, analyses et autres documents à visionnez qui expliquent la séquence. Ces liens se trouvent plus bas sur la même page.

 

 

-         Organiser des défis parcours

Explorer, manipuler, rendre compte oralement ou par écrit, sont des priorités de l’école maternelle et au-delà. L’EPS doit y prendre part en proposant des situations concrètes propres à développer le « percevoir, sentir, imaginer, créer », « la découverte du monde » ou encore « le lire » et « l’écrire » (ou « le représenter »).
Dans cette optique, les défis parcours peuvent être une forme de travail  intéressante.

Avec une liste de 6 éléments de matériel et une liste de 3 verbes d’action imposés, nous vous lançons le défi suivant :

Construire un parcours avec le matériel qui vous est imposé et chercher toutes les possibilités, avec les verbes d’action imposés, sur chacun des éléments matériels.

Avec les élèves, vous représenterez ce parcours et les actions motrices trouvées.

La représentation de ce parcours est à envoyer, par mail, à l’inspection.

L’ensemble des parcours trouvés sera mis à votre disposition.
Une rencontre inter-écoles pourrait être organisée pour permettre aux élèves de montrer et de voir les parcours trouvés. Comme c’est la première année, nous ferons un point en juin pour voir comment organiser cela. Je suis preneur de vos différentes idées.


Le matériel imposé est normalement disponible dans toutes les écoles.

Télécharger les défis 2011-2012

(en construction)

 

-         Exploiter un album

L’album à grandir intitulé Les nuits de blanches de Pacha vous a été présenté l’an passé, il permet un travail très complet mêlant motricité, structuration de l’espace, langage et travail sur ombre et lumière. Il est déjà présent dans certaines écoles. Il peut aussi être emprunté à l’inspection, ou acheter (Revue EPS, Amazone…)

-         Autres liens utiles

Liens vers d’autres pages de notre site de circonscription

Le langage en maternelle

Langage et motricité en maternelle

Liens vers d’autres sites

Lancers :         Propositions du groupe EPS 46

                        Propositions IA 84

                       

Sauter :           Propositions IA 84

Gymnastique :            IEN Metz Sud (doc un peu long au contenu intéressant)

 


Date de création : 21/10/2011 · 16:08
Dernière modification : 28/01/2014 · 14:43
Catégorie : Education Physique Sportive et Artistique
Page lue 5478 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Connexion...
 Liste des membres Membres : 23

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 3
Calendrier
Notes de Service
Visites

 0 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Recherche



I-Prof

 logo_i-prof.gif

Mentions légales
° Directeur de publication : Serge BIENVENU
° Webmestre : Cyril Girard
° Mentions légales
° Accessibilité du site
^ Haut ^