Circonscription

Fermer APC

Fermer Coordonnées

Fermer Ecoles collège

Fermer Evaluations

Fermer Formation continue 2015 2016

Fermer Livret(s)

Fermer Projets

Fermer Projets EPS

Fermer Ressources Admin.

Fermer Ressources Arts et culture

Fermer Ressources EPS

Fermer Suivi des élèves

Pédagogie
Actions Projets
Prêt aux écoles
Etude de la langue - Ecrire au cycle 1

Du graphisme à l’écriture

 

Frédérique MIRGALET

Conseillère pédagogique

Circonscription de St Marcellin, Jan 2009

 

La place dans les programmes de 2008

Des activités graphiques aux activités d’écriture 

Le graphisme : Pourquoi et comment le travailler ?

La spécificité de l’écriture

Les exigences de l'écriture

La construction du principe alphabétique et la production d’écrit

La construction du principe alphabétique

Produire de l’écrit à l’école

Concrètement, l’organisation matérielle

 

 

La place dans les programmes de 2008

 

DÉCOUVRIR L'ÉCRIT

L'école maternelle introduit progressivement les enfants aux apprentissages fondamentaux. Les activités d'expression à l'oral, en particulier les séquences consacrées à l'acquisition du vocabulaire, les situations nombreuses d'écoute de textes que l'enseignant raconte puis lit, et la production d'écrits consignés par l'enseignant préparent les élèves à aborder l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. Par trois activités clés (travail sur les sons de la parole, acquisition du principe alphabétique et des gestes de l'écriture), l'école maternelle favorise grandement l'apprentissage systéma­tique de la lecture et de l'écriture qui commencera au cours prépara­toire.

 

1 - Se familiariser avec l'écrit

Découvrir les supports de l'écrit

Découvrir la langue écrite

Contribuer à l'écriture de textes

Les enfants sont mis en situation de contribuer à l'écriture de textes, les activités fournissant des occasions naturelles de laisser des traces de ce qui a été fait, observé ou appris. Ils apprennent à dicter un texte à l’adulte qui les conduit, par ses questions, à prendre conscience des exigences qui s'attachent à la forme de l'énoncé. Ils sont ainsi amenés à mieux contrôler le choix des mots et la structure syntaxi­que. À la fin de l'école maternelle, ils savent transformer un énoncé oral spontané en un texte que l'adulte écrira sous leur dictée.

 

À la fin de l'école maternelle l'enfant est capable de :

produire un énoncé oral dans une forme adaptée pour qu' il puisse être écrit par un adulte

 

2 - Se préparer à apprendre à lire et à écrire

Distinguer les sons de la parole

Aborder le principe alphabétique

Ils apprennent progressivement le nom de la plupart des lettres de l'alphabet qu'ils savent reconnaître, en caractères d'imprimerie et dans l'écriture cursive, sans que la connaissance de l'alphabet dans l'ordre traditionnel soit requise à ce stade. Pour une partie d'entre elles, ils leur associent le son qu'elles codent et le distinguent du nom de la lettre quand c'est pertinent. Les enfants découvrent ainsi le prin­cipe alphabétique, sans qu'il soit nécessaire de travailler avec eux toutes les correspondances.

Apprendre les gestes de l'écriture

Sans qu'on doive réduire l'activité graphique à la préparation de l'écriture, les enfants observent et reproduisent quotidiennement des motifs graphiques afin d'acquérir le geste le mieux adapté et le plus efficace. L'entrée dans l'écriture s'appuie sur les compétences développées par les activités graphiques (enchaînements de lignes simples, courbes, continues...), mais requiert aussi des compétences particulières de perception des caractéristiques des lettres. L'écriture cursive est proposée à tous les enfants, en grande section, dès qu'ils en sont capables ; elle fait l'objet d'un enseignement guidé afin que ces premières habitudes installées favorisent la qualité des tracés et l'aisance du geste

 

À la fin de l'école maternelle l'enfant est capable de :

-          reconnaître et écrire la plupart des lettres de l'alphabet ;

-          mettre en relation des sons et des lettres ;

-          copier en écriture cursive, sous la conduite de l'enseignant, de petits mots simples dont les correspondances en lettres et sons ont été étudiées ;

- écrire en écriture cursive son prénom


 

Dans le « langage à l’école maternelle »

 

Activités graphiques et écriture

Compétences

TPS/PS

MS

GS

Indicateurs pour l’observation et l’évaluation

Écrire son prénom

en capitales d’imprimerie

et en lettres cursives.

 

 

 

 

– Écrire son prénom en capitales d’imprimerie avec le modèle et sans erreur (lettres formées et non dessinées approximativement).

– Écrire son prénom en capitales d’imprimerie sans le modèle (lettres formées).

– Écrire son prénom en écriture cursive avec le modèle (lettres formées et enchaînées correctement).

– Écrire son prénom en écriture cursive sans modèle (lettres formées et enchaînées correctement).

Copier des mots en capitales d’imprimerie,

en cursive avec ou sans l’aide de l’enseignant.

 

 

 

 

– Écrire des mots antérieurement copiés sous la conduite du maître, en capitales d’imprimerie, vec le modèle et sans erreur (lettres formées et non dessinées approximativement).

– Écrire des mots antérieurement copiés sous la conduite du maître, en écriture cursive avec le modèle (lettres formées et enchaînées correctement).

– Écrire des mots en écriture cursive, avec le modèle seulement (lettres formées et enchaînées correctement).

Reproduire

un motif graphique

simple en expliquant

sa façon de procéder.

.

 

 

 

 

– Reproduire un motif simple déjà travaillé avec le maître.

– Reproduire un motif nouveau en expliquant sa manière de procéder.

– Reproduire n’importe quel motif comportant des formes simples (verticales, horizontales, ronds, boucles, arceaux, spirales) avec un geste juste.

Représenter un objet,

un personnage,

réels ou fictifs.

 

 

 

 

Représenter un objet ou un personnage, de mieux en mieux (structure reconnaissable), en s’inspirant éventuellement d’une image.

(Il importe d’observer comment chaque élève évolue; il n’y a pas lieu d’attendre une représentation idéale à un moment ou à un autre.)

En fin d’école maternelle, copier une ligne de texte

en écriture cursive

en ayant une tenue correcte

de l’instrument, en plaçant sa feuille dans l’axe du bras

et en respectant le sens des tracés

 

 

 

– Écrire une ligne composée de mots antérieurement copiés sous la conduite du maître, en écriture cursive, avec le modèle (lettres formées et enchaînées correctement, position correcte).

– Écrire une ligne en écriture cursive, avec le modèle seulement (lettres formées et enchaînées correctement, position correcte).

 

      

 

Découverte du principe alphabétique

Compétences

TPS/PS

MS

GS

Indicateurs pour l’observation et l’évaluation

Dès la fin de la première année passée à l’école maternelle (à trois ou quatre ans), reconnaître son prénom écrit en capitales d’imprimerie.

 

 

 

– Distinguer son prénom parmi cinq autres très différents (en longueur et dans leur composition).

– Reconnaître son prénom dans n’importe quel cas en le distinguant d’autres, éventuellement très proches (exemples : Léo et Léa; Alex et Alix ; Leila et Lila ; il ne s’agit pas de créer une situation artificielle mais de se situer dans le contexte de la classe).

Pouvoir dire où sont

les mots successifs

d’une phrase écrite

après lecture

par l’adulte.

 

 

 

 

Montrer le mot demandé ou dire quel est le mot montré par l’enseignant

– dans un texte court, bien connu (titre de chansons,

de comptines, de livres; date; menus de la cantine);

– dans une phrase courte et simple répétée par

l’enseignant et que l’enfant est capable de redire.

Connaître le nom

des lettres

de l’alphabet

 

 

 

– Connaître les lettres de son prénom; les reconnaître

n’importe où (les nommer, les montrer à la demande).

– Reconnaître n’importe quelle lettre de l’alphabet,

d’abord en capitales d’imprimerie, puis sous différentes graphies (les apparier).

– Identifier la lettre ou les lettres communes à deux mots.

– Épeler un mot.

Proposer une écriture

alphabétique pour un mot simple en empruntant des

fragments de mots au répertoire des mots affichés

dans la classe.

 

 

 

 

 

 

– Proposer une écriture uniquement avec des lettres, en mêlant les références (nom des lettres codant des syllabes, par exemple «VLO» pour « vélo»; «SCABO» pour escabeau

– Écrire des mots de manière plausible mais incomplète, en marquant la place du graphème non trouvé (exemples : «VA.ON» pour «wagon»; «PAPI.ON» pour «papillon»).

– Écrire des mots complètement et de manière

plausible (exemples : «rancontre» pour «rencontre»

est considéré comme plausible, de même «fotoeil» pour «fauteuil»).

 

 

Des activités graphiques aux activités d’écriture 

 

 

Fonction :             perceptive            motrice                  symbolique          sémiotique

Graphisme           xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Dessin                   xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ecriture                 xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

Le graphisme : Pourquoi et comment le travailler ?

 

Pourquoi ?

·         Pour affiner la motricité : passer d’un geste du bras à un geste du poignet, combiner deux gestes : la main qui glisse horizontalement de gauche à droite et le poignet qui bouge (ex : la course de zigzag)

·         Pour passer de la main qui guide l’œil à l’œil qui guide la main,  d’une activité spontanée à une activité intentionnelle

·         Pour organiser les activités perceptives : L’enfant a souvent une perception à la fois globale et pointilliste. Il est capable de percevoir le total d’une forme, de s’attacher à un tout petit détail. (Exemple de la roue, MT Zerbato Poudou) D’après Wallon,  l’enfant traite un modèle pas à pas et non comme un ensemble cohérent.

Comment ?

Observer des éléments graphiques, les analyser, les comparer, les reproduire.

S’appuyer sur des éléments graphiques

pris dans la vie quotidienne (grilles de clôtures, de portails, d’aération…, lignes du cahier…)

Pris sur des photos, des œuvres d’art

Exemples de situations :

Parmi plusieurs documents, rechercher ceux qui vont bien ensemble, dire pourquoi

Associer des éléments de photos en noir et blanc à la photo couleur entière

Retrouver le détail d’une photo.

Chercher dans un paysage ou dans une série de photos, un élément de graphisme (sur le principe de la lecture de paysage)

Télécharger des photos : série 1,  série 2

Passer par la verbalisation,

                La description

la dictée robot,

la dictée topographique…

ATTENTION : en graphisme on peut faire le rond dans le sens qu’on veut !

 

 

Progressivité dans les activités graphiques

PS

MS

GS

·         tenir les outils de manière adaptée

·         laisser une trace en occupant un espace

·         reproduire une orme simple

·         limiter et orienter le geste en fonction de la surface

·         respecter une consigne

·         savoir utiliser les crayons, les feutres fins

·         reproduire des formes données : lignes droites, courbes, enroulées

·         reproduire des formes avec changement de direction

·         entourer, relier des éléments, étendre contourner

·         savoir utiliser un stylo à bille, surligneur, stylo à plume

·         suivre une trajectoire donnée (respecter une direction, freiner, stopper, revenir en arrière, changer des sens de rotation..) dans un espace délimité.

·         Modifier des formes, enrichir un motif

·         reproduire un rythme

·         aller au bout d’une commande ou d’un projet, soigner la qualité de la réalisation

Llen avec l’écriture : écrire son prénom en lettres capitales d’imprimerie

 

lien avec l’écriture : écrire au moins son prénom en écriture cursive

 

La spécificité de l’écriture

 

Le sens du tracé des lettres

La tenue du crayon

Les conventions : gauche à droite, haut en bas

La reproduction exacte des lettres, de leur nombre et de leur ordre

 

Les exigences de l'écriture

 

Apprendre à écrire, c'est apprendre un geste contrôlé visuellement sur un espace maîtrisé.

L'écriture correspond à la coordination d'un mouvement de translation et de mouvements de rotation, la coordination entre ces deux types de mouvements se réalise grâce à l'appui que constitue l'avant-bras.

L’écriture met en jeu une spécialisation des segments du bras, l'épaule, l'avant-bras, me poignet, la main et les doigts.

 

Les conditions motrices de l'écriture sont rassemblées quand l’élève maîtrise :

-         le double sens de rotation,

-         le freinage dans le déroulement du mouvement cursif,

-         l'équilibre du mouvement.

 

Principe de progression

-         Regrouper les lettres selon leur similitude graphique : Capitales d'imprimerie: lettres droites, les obliques, les ovales, les lettres combinant droites et arrondis,

-         Script: il est possible d'aborder l'enseignement avec un objectif précis et limité dans le temps: tracer des lettres script permet une meilleure mémorisation de leur forme, ce qui en facilite la reconnaissance lors de l'apprentissage de l'écriture.

-         Cursive: maîtrise de l'écriture cursive en fin d'école maternelle, travail important des les liaisons entre les lettres à réaliser.

 

S'adapter aux capacités des enfants:

Il faut que l'enfant:

-        maîtrise des gestes fins, contrôle amplitude et direction,

-        reconnaisse et reproduise des formes,

-        reconnaisse et respecte des tracés et des trajectoires,

-        respecte des proportions et des rythmes,

-        puisse s'orienter dans l'espace, prendre et respecter des repères visuels (point, ligne, interligne)

-        puisse prendre et respecter l'alignement haut/bas et gauche/droite

 

De bonnes conditions pour écrire

-         assise confortable, bonne posture,

-         tenue correcte de l'outil (préférer des outils facilement préhensibles avec des faces, éviter des supports trop lisses)

-         appui sur le poignet

Dès que l'enfant s'apprête à écrire, les exigences doivent être rappelées.

 

Reproduction d'un modèle écrit: critères de réussite

Toutes les lettres doivent:

-         être dans l'ordre,

-         être bien écrites, comme le modèle,

-         être tracées en respectant le sens de l'écriture,

-         être alignées (sur la ligne ou dans l'interligne),

-         être bien accrochées entre elles (pour l'écriture cursive).

 

Voir le compte rendu de la conférence de Marie Thérèse Zerbato Poudou sur le site de la circonscription de BV (en bas de page)

 http://www.ac-grenoble.fr/ien.bv/spip.php?rubrique972

 

 

               

La construction du principe alphabétique et la production d’écrit

 

 

La construction du principe alphabétique

Passe par la conscience phonologique et la pratique de l’encodage

 

Evolution des représentations de l’écrit chez l’enfant :

 

Traitement figuratif

1.      L’enfant dessine la situation évoquée par la phrase ou singe l’écriture adulte

Traitement visuel :

2.     L’enfant ne traite pas la phrase correspondante, les signes sont choisis au hasard.

a.     Il utilise des pseudo lettres

b.      Il mélange des lettres et des pseudo lettres

3.     L’enfant découvre le système écrit :

a.     Il écrit des lettres isolées (en utilisant celles de son prénom)

b.     Il écrit une suite de lettres pour produire mots et phrases: inflation littérale

Traitement de l’oral

4.     L’enfant prend en considération l’oral correspondant à la phrase à produire. Il suit la chaîne orale à transcrire

a.     La phrase est segmentée en plusieurs parties. Une lettre peut transcrire un mot, un groupe de mot ou des syllabes d’un mot. Les lettres sont choisies au hasard ou pour leur valeur phonique

b.     Analyse phonétique partielle. Les enfants ont compris que l’écrit code l’oral, au niveau du mot et aussi du phonème

c.     Analyse phonétique complète: tous les phonèmes sont retranscrits de façon conventionnelle

Traitement orthographique

5.     L’écriture orthographique est en cours, l’enfant va vers la norme.

 

Produire de l’écrit à l’école

 

L’écriture inventée

La dictée à l’adulte

Les situations pour écrire

 

Concrètement, l’organisation matérielle

 

Le coin écriture

Pourquoi  aménager un coin écriture à l’école ?

Pour donner un statut à l’écrit

pour donner des occasions d’écrire

pour expérimenter différents outils

Comment aménager un coin écriture ?

C’est un coin à disposition en autonomie mais régulièrement fréquenté par l’enseignant (éventuellement avec un groupe d’enfant)

Mise à disposition d’outils : machine à écrire, ordi, imprimeries, imagiers, outils scripteurs (à faire varier) du papier de différentes tailles, formes, uni, réglé…

Mise à disposition de ressources : des étiquettes de mots, des textes produits, des textes d’auteurs, sous forme d’affiche, de recueil, des lettres de l’alphabet, des abécédaires…

 

Le temps d’écriture

Doit exister dans l’emploi du temps ou dans le déroulement de la journée

 

Les outils pour écrire :

Le cahier d’écriture

Le cahier de vie

L’affichage à destination des parents…

 

 


Date de création : 31/03/2009 · 12:12
Dernière modification : 12/03/2010 · 14:04
Catégorie : Etude de la langue
Page lue 1350 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Connexion...
 Liste des membres Membres : 23

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 4
Calendrier
Notes de Service
Visites

 0 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Recherche



I-Prof

 logo_i-prof.gif

Mentions légales
° Directeur de publication : Serge BIENVENU
° Webmestre : Cyril Girard
° Mentions légales
° Accessibilité du site
^ Haut ^