Circonscription

Fermer APC

Fermer Coordonnées

Fermer Ecoles collège

Fermer Evaluations

Fermer Formation continue 2015 2016

Fermer Livret(s)

Fermer Projets

Fermer Projets EPS

Fermer Ressources Admin.

Fermer Ressources Arts et culture

Fermer Ressources EPS

Fermer Suivi des élèves

Pédagogie
Actions Projets
Prêt aux écoles
Pédagogie générale - Construction de l'enfant

Comment l’enfant se construit-il ?

Témoignage de Françoise Clavel
professeur des écoles
Ecole élémentaire 38470 Vatilieu


D’après la conférence de M. Hubert Montagner
2ème Biennale de l’éducation nationale IUFM de Genoble le 7 décembre 2007

 

 

Postulat : Chaque enfant est une personne singulière qui ne ressemble à personne.
Or, on ne considère l’enfant qu’à travers le prisme de sa famille, et à travers lui la réussite de celle-ci.
Rien n’est déterminé, rien n’est irréversible, mais il y a des façonnements dans la prime enfance.

A. Développement de l’enfant

C’est le sentiment de sécurité affective qui est au cœur du processus de développement. Le sentiment de ne pas être en danger, de ne pas être maltraité, permet la  confiance en soi, la confiance dans autrui.

L’enfant sécure n’a pas peur de se séparer de la mère, du père. C’est une séparation mutuellement acceptée qui permet de développer l’auto estime.

On note alors la levée des blocages et inhibitions, le développement d’autres attachements et la libération des émotions et des affects.

Il y a alors libération du langage, libération des compétences socles :

  • attention visuelle soutenue
  • élan à l’interaction
  • comportements affiliatifs : offrande, sourire, rire, coopération donc socialisation
  • comportements d’imitation
  • organisation structurée du geste

Viennent enfin la libération des processus cognitifs et la libération des ressources intellectuelles.

Illustration : Observation de la libération des compétences socles

Contexte : 2 enfants de 4 mois sont mis en présence et on observe :

- la recherche du regard de l’autre
- le contact par les mains qui vont se toucher, se caresser
- mimétisme des gestes

 
On retrouvera plus tard (notamment pour nos élèves) la lecture dans le regard :
L’importance de la combinaison avec l’information véhiculée par la voix et appuyée par le regard est à prendre en compte.

 
Pour développer les comportements affiliatifs, il faut multiplier les situations permettant de les mettre en œuvre.

 
B. Mise en pace de la sécurité affective

La Plate forme de développement de l’enfant est soumise aux 3 conditions suivantes :

  1. Avoir au moins une figure d’attachement afin de développer des interactions accordées qu’il peut trouver en dehors de la famille si celle-ci n’est pas en état de la donner.
  1.  Les rythmes biopsychologiques doivent être ajustés aux rythmes extérieurs :

Un enfant ne peut pas tout faire à tout moment : le rythme cardiaque est plus fort en début d’après midi et plus faible en début de matinée. Entre 6h et 8 h du matin, on note l’augmentation du taux de cortisol, du maintien de la glycémie entraînant un fléchissement des mécanismes de défense.

Les rythmes essentiels sont circadiens (= les évènements se reproduisent à l’identique toutes les 24 heures) : alternance veille/ sommeil qui épouse parfaitement l’alternance du jour et de la nuit, ainsi que les rythmes sociaux. Ne négligeons pas la sieste l’après-midi pour les MS. Certains enfants de CP devraient pouvoir encore profiter de la sieste s’ils en éprouvent le besoin.

     3.  Alliance du corps et de la pensée dans toutes les dimensions de l’espace.

Il faut du temps avant de se réveiller, se donner le temps de sortir de son insécurité. Quand le cadre s’y prête, pas d’hyperactivité, d’agressivité.


C. Analyse de l’Insécurité affective

 Les émotions ne sont pas libérées. L’enfant reste dans ses blocages et inhibitions.

 
Les interactions non accordées entraînent

  • le développement de conduites égocentriques, autocentrées,
  • des déficits dans les habiletés motrices
  • de faibles capacités d’attention, d’où des difficultés d’apprentissage.

En conclusion

C’est l’insécurité affective qui a conduit les enfants dans le mouvement dit d’ « hyper activité ». Ces enfants n’ont pas bénéficié de figure d’attachement. L’école doit aider les enfants dans le fait de trouver une figure d’attachement (qui peut être un animal), l’enseignant ne doit pas craindre d’être cette personne.

Il faut mettre les enfants dans des lieux permettant de conquérir l’espace (crèche, école maternelle ...) pour s’installer dans la sécurité affective. Il faut également favoriser les différentes formes d’expression des enfants.


Date de création : 08/01/2008 · 11:32
Dernière modification : 12/03/2010 · 14:09
Catégorie : Pédagogie générale
Page lue 3318 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Connexion...
 Liste des membres Membres : 23

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 8
Calendrier
Notes de Service
Visites

 0 visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Recherche



I-Prof

 logo_i-prof.gif

Mentions légales
° Directeur de publication : Serge BIENVENU
° Webmestre : Cyril Girard
° Mentions légales
° Accessibilité du site
^ Haut ^