Vous êtes ici : Accueil > Usages du numérique > Les scénarios pédagogiques de la circonscription > Scénario pédagogique : améliorer les compétences orthographiques des élèves en (...)
Par : ERUN
Publié : 30 octobre 2011

Scénario pédagogique : améliorer les compétences orthographiques des élèves en apprenant à utiliser et en utilisant de façon raisonnée un correcteur orthographique

Comment améliorer les compétences orthographiques des élèves en apprenant à utiliser et en utilisant de façon raisonnée un correcteur orthographique ?

La séquence s’est déroulée en deux temps :

- Un temps d’apprentissage et d’appropriation du correcteur orthographique afin de vérifier la première hypothèse. Le correcteur n’étant pas un outil miracle, je suppose tout de même que l’élève, qui en aura pris conscience, devra surmonter les faiblesses du travail réalisé par cet outil, pour avoir une pratique réflexive sur ses écrits.

- Un temps d’entraînement et d’approfondissement où l’élève, en fonction de ses difficultés, va devoir mettre en œuvre ses compétences orthographiques sous le regard du correcteur qui sera plus ou moins vigilant à l’égard de certaines écritures.

Le correcteur a donc été mis en œuvre dans toutes les situations proposées aux élèves.

Je me suis limité à quelques aspects orthographiques et syntaxiques que j’ai observés et sur lesquels j’ai travaillé avec les élèves : les majuscules, le pluriel des noms et des adjectifs, celui des pronoms et des verbes à la troisième personne.

Schéma de la séquence :

- faire écrire aux élèves un texte sous la dictée de l’adulte ;

- les faire s’autocorriger en repérant notamment les mots soulignés et choisir la bonne proposition ;

- leur faire découvrir que le correcteur ne corrige pas tout et étudier son fonctionnement ;

- confronter les élèves aux réactions du correcteur, bâtir et tester des outils de relecture mettant en jeu le correcteur ;

- enfin, en fonction des difficultés des élèves, approfondir les notions orthographiques au travers de l’utilisation du correcteur.

Deux temps :

- Un premier temps consacré à l’étude proprement dite du correcteur orthographique pour voir comment il se comporte vis-à-vis des différentes erreurs faites par les élèves. Cette première phase a permis de voir si l’identification des limites du correcteur orthographique conduisait les élèves à mieux corriger leur texte à l’aide de ce dernier. Durant cette phase, nous avons construit collectivement un outil de relecture et un outil d’aide à l’utilisation du correcteur orthographique permettant de formaliser le comportement du « re-lecteur » en fonction des réactions ou non-réactions de la machine.

- Un deuxième temps consacré à l’utilisation de ces outils d’aide au travers d’activités différenciées en fonction des difficultés repérées suite à l’évaluation formatrice intermédiaire.

Ces deux phases ont été encadrées :

- D’une évaluation diagnostique (dictée) au cours de laquelle les élèves prendront conscience des limites du correcteur. J’ai comptabilisé alors le nombre initial d’erreurs faites au cours de la dictée ainsi que le nombre de mots soulignés par le correcteur une fois activé, puis le nombre d’erreurs et de mots soulignés restants après correction.

- D’une évaluation formatrice (correction de la dictée initiale) permettant de voir si la simple acquisition de compétences liées à la connaissance du fonctionnement du correcteur permettait une meilleure autocorrection d’un texte.

- D’une évaluation finale (dictée présentant les mêmes difficultés orthographiques que la première) afin de voir si la construction d’outils d’aide à l’utilisation du correcteur va permettre aux élèves de réaliser une autocorrection efficace de leurs productions numériques. J’ai étudié au préalable le premier jet de la dictée afin d’évaluer l’évolution des compétences orthographiques des élèves et le deuxième jet après relecture afin d’évaluer les compétences en termes d’autocorrection.

Les compétences liées au B2I énumérées ci-dessous ont été travaillées. A l’issue de notre travail, huit des neuf compétences ont été validées. La dernière (2.1) avait déjà été abordée et validée lors d’un travail spécifique.

1- S’approprier un environnement informatique de travail

1-2) Je sais allumer et éteindre l’équipement informatique ; je sais lancer et quitter un logiciel.

1-3) Je sais déplacer le pointeur, placer le curseur, sélectionner, effacer et valider.

1-4) Je sais accéder à un dossier, ouvrir et enregistrer un fichier.

2- Adopter une attitude responsable

2-1) Je connais les droits et devoirs indiqués dans la charte d’usage des TIC dans mon école.

2-4) Je trouve des indices avant d’accorder ma confiance aux informations et propositions que la machine me fournit.

3- Créer, produire, traiter, exploiter des données

3-1) Je sais produire et modifier un texte, une image ou un son.

3-2) Je sais saisir les caractères en minuscules, en majuscules, les différentes lettres accentuées et les signes de ponctuation.

3-4) Je sais utiliser les fonctions copier, couper, coller, insérer, glisser, déposer.

3-6) Je sais imprimer un document.

Séances 1 et 2 : Évaluation diagnostique des capacités des élèves à s’autocorriger

Objectif : Évaluer l’autocorrection et l’utilisation du correcteur par les élèves.

1° étape : Dictée sur traitement de texte. On aura pris soin de désactiver le correcteur orthographique.

- A la suite d’une trace écrite réalisée lors d’une séquence sur les volcans :

- Chaque élève, à l’aide d’un traitement de texte, écrit sous la dictée de l’adulte.

- Les élèves enregistrent leur production « volcans » et impriment leur texte.

- A l’issue de cette dictée, relevé des erreurs par le maître (majuscules, orthographe lexicale, pluriels des noms, des adjectifs, des verbes et des pronoms). Activation du correcteur et comptage par le maître du nombre de mots soulignés.

2° étape : Phase de correction à l’aide du correcteur.

- Phase collective d’explication du fonctionnement du correcteur orthographique (« clic droit » et choix d’une proposition).

- Les élèves relisent leur texte et le corrigent grâce à leurs connaissances et à l’aide des indications du correcteur : choix des propositions données par le correcteur.

- Les élèves enregistrent leur production « volcans1 » et impriment leur texte.

Séances 3 et 4 Travail autour des limites de l’outil

Objectif : Faire prendre conscience des limites du correcteur orthographique.

1° étape : Recueil des conceptions des élèves grâce à un questionnaire.

Les élèves remplissent individuellement leur questionnaire.

2° étape : Confronter le nombre d’erreurs restantes indiquées par le correcteur et le nombre d’erreurs restantes relevées par le maître et émettre des hypothèses sur ce décalage.

- Retour collectif sur une production (chaque élève avait écrit une suite libre sur le sujet des volcans) pour visualiser le nombre de « vagues » restantes et le nombre d’erreurs relevées par le maître.

- Correction collective du texte et émission d’hypothèses en essayant de déterminer quelles sont les causes de cet écart.

Séances 5 et 6 : Élaboration et utilisation d’une grille de relecture. Validation des hypothèses.

Objectif : Élaborer et utiliser une grille de relecture. Valider les hypothèses émises à la séance 4.

1° étape : Élaboration d’une grille de relecture en fonction des hypothèses émises à la séance précédente concernant les erreurs non prises en compte par le correcteur, selon cinq étapes.

- Je vérifie si je n’ai pas oublié de mots.

- Je vérifie les majuscules (début de phrases et noms propres).

- Je vérifie les pluriels des noms et des adjectifs.

- Je vérifie le pluriel des verbes.

- Je vérifie les homonymes.

2° étape : Validation des hypothèses par correction d’une production à l’aide de la grille de relecture.

Un premier groupe écrit deux phrases sous la dictée du maître : « Les enfants sont contents car ils ont gagné. Ils iront tous en finale à Orange. »

- On rappelle les objectifs de chaque relecture au préalable. Cinq relectures sont effectuées par les élèves. Pour la première relecture (mots oubliés), le maître relit le texte.

- Une production d’un élève projetée au tableau est corrigée collectivement. Les élèves valident les hypothèses définies à la séance 4.

- Les élèves corrigent alors leur production personnelle, la cachent (en changeant la couleur des caractères en blanc) pour le deuxième groupe et la copient/collent en faisant des erreurs que le correcteur ne pourra pas détecter (sans soulignage).

- Le deuxième groupe effectue la correction du texte élaboré par le premier, en cinq relectures.

- Une correction collective est faite au tableau.

- Les élèves découvrent le texte corrigé qui avait été caché et corrigent la dictée individuellement ; la validation des hypothèses est faite collectivement.

- Nous procédons à une analyse collective des deux productions et de la manière dont s’y sont pris les élèves pour que leurs erreurs ne soient pas détectées par le traitement de texte.

Séance 7 : Comportement du traitement de texte avec les majuscules

Objectifs : Analyser le comportement du traitement de texte avec les majuscules, affiner l’autocorrection concernant ce point et commencer à élaborer un outil d’aide.

1° étape : Mise à disposition des élèves et correction d’un texte sans majuscules.

- Les élèves sont deux par ordinateur. Dans un premier temps chaque élève corrige les majuscules dans son texte.

- Les élèves confrontent leurs productions, échangent et justifient leurs points de vue.

2° étape : Synthèse collective et élaboration d’un outil précisant le comportement du correcteur.

- Correction collective des deux phrases et analyse du comportement du correcteur.

- Rappel des règles sur les majuscules (noms propres et début des phrases).

- Début d’élaboration d’un outil sur le comportement du correcteur avec les majuscules.

Séance 8 : Comportement du traitement de texte avec les pluriels

Objectifs : Analyser le comportement du traitement de texte avec les pluriels des verbes et du groupe nominal, affiner l’autocorrection concernant ces points et élaborer l’outil d’aide.

1° étape : Dictée avec verbes à compléter et éventuellement des pronoms (annexe I).

- Les élèves, par deux, écrivent sous la dictée des verbes à accorder.

- Correction et synthèse collective sur les erreurs et le comportement du correcteur.

2° étape : Dictée avec noms et adjectifs à compléter.

- Les élèves, par deux, écrivent sous la dictée des noms et adjectifs à accorder.

- Correction et synthèse collective sur les erreurs et le comportement du correcteur.

3° étape : Élaboration collective de l’outil d’aide.

- L’outil d’aide est finalisé lors de cette séance.

Séance 9 : Évaluation intermédiaire des nouvelles capacités des élèves à s’autocorriger

Objectif : Utiliser la grille de relecture et l’outil d’aide sur le comportement du correcteur pour corriger le texte dicté à la première séance.

- Chaque élève retrouve son texte dans le dossier personnel.

- A l’aide de la grille de relecture et de l’outil d’aide, il corrige sa première production.

- Les élèves enregistrent leur texte « volcan2 » et l’impriment.

- A l’issue de cette phase, relevé par le maître des erreurs restantes (majuscules, orthographe lexicale, pluriels des noms, des adjectifs, des verbes et des pronoms) et comptage des mots soulignés restants.

Séances 10, 11, 12 et 13 : Travail différencié

Objectifs : En fonction des difficultés repérées chez les élèves, proposer des activités ciblées avec le traitement de texte afin de les faire réfléchir sur des problèmes orthographiques liés aux accords.

- Exercices différenciés proposés en fonction des difficultés des élèves suite à l’évaluation intermédiaire. Les élèves vont faire jusqu’à 4 activités.

- Utilisation de l’outil d’aide à la relecture pour valider ou invalider les propositions des élèves.

- Les élèves visualisent sur un tableau de synthèse leurs lacunes et connaissent les activités auxquelles ils vont participer.

- Les élèves connaissent l’objectif de l’exercice et savent donc le point qu’ils vont travailler.

Activité 1 : Apprendre à accorder les pronoms et les verbes.

- Les élèves travaillent seuls. Il s’agit de réécrire un texte en remplaçant un sujet au singulier par un sujet pluriel. Changement également de quelques pluriels de noms et d’adjectifs.

- Correction collective à partir d’une production d’élève (travail sur le sens du texte).

Activité 2 : Apprendre à accorder les verbes en fonction du sujet.

- Les élèves travaillent par deux. Il s’agit de garder les bonnes propositions parmi deux formes verbales (couper/coller de la forme verbale erronée et écriture d’une phrase avec l’autre).

- Correction individuelle (recherche de plusieurs sujets pour une forme verbale).

Activité 3 : Rechercher les sujets et accorder les verbes au pluriel.

- Les élèves travaillent par deux. Ils conjuguent les verbes à l’infinitif qui sont donnés à l’infinitif.

- Correction collective (identification des COD pluriels « pièges » placés devant les verbes).

Activité 4 : Apprendre à accorder les noms et les adjectifs.

- Les élèves travaillent seuls. Ils disposent d’un texte et d’une liste d’adjectifs au singulier. Ils doivent enrichir un texte avec les adjectifs dictés par le maître et les accorder si besoin est.

- Le maître dicte les phrases et les élèves complètent par l’adjectif manquant.

- Correction collective (accompagnée d’un travail sur le sens du texte).

Séance 14 : Évaluation finale des compétences orthographiques et des nouvelles capacités à s’autocorriger

Objectifs : Évaluer les compétences orthographiques des élèves et les capacités d’autocorrection.

Phase 1 : Dictée sans correcteur orthographique.

- Les élèves saisissent avec le traitement de texte (annexe N) une dictée similaire à celle proposée lors de la première séance.

- Les élèves relisent leur dictée sans utilisation de l’outil de relecture.

Phase 2 : Autocorrection de la dictée.

- Le correcteur orthographique est activé.

- Les élèves, grâce à leur outil de relecture, effectuent une autocorrection de leur production.

NOTE :

L’usage raisonné du correcteur a été un fil conducteur au cours de toutes les séances. Cet usage raisonné de l’outil a évolué vers une « écriture raisonnée » des mots par les élèves. Ces derniers, plus vigilants aux réactions ou non-réactions de la machine, ont davantage réfléchi à l’orthographe grammaticale, dont on a vu avec les élèves au cours de l’expérimentation qu’elle en constituait le point faible.

Les apprentissages menés autour de l’outil ont donc eu un effet significatif sur les compétences orthographiques des élèves et leur compétence à s’autocorriger. L’origine de cette évolution se trouve de mon point de vue dans les changements de comportement des élèves induits par le traitement de texte et le correcteur : modification du statut de l’erreur, orthographe problématisée, meilleure lisibilité des textes, correction facilitée, action permanente du correcteur...

Voilà en quoi le correcteur orthographique associé au traitement de texte peut modifier le comportement des élèves dans la correction orthographique de leurs productions.

Documents de la séquence