retour à la page d'accueil retour à la page d'accueil
telephone enveloppe arobasecontact     Ecrire un mel Plan du site

Épilepsie

L’accueil de l’enfant épileptique

L’épilepsie est la 2ème affection neurologique par sa fréquence.

Il y a, en France, 400 000 à 500 000 épileptiques.

Chaque année, 4 000 enfants de moins de 10 ans deviennent épileptiques. Il est donc probable que la plupart des enseignants auront pendant leur carrière un ou plusieurs élèves épileptiques.
Leur rôle sera crucial : si l’épilepsie est abordée de façon calme et rassurante, l’enfant épileptique en bénéficiera et, de surcroît, ses camarades de classe acquerront une attitude saine et tolérante vis-à-vis des épileptiques.

QU’EST-CE QUE L’ÉPILEPSIE ?

L’épilepsie se caractérise par la répétition de crises, dues à une hyperexcitabilité des cellules cérébrales - l’activité de ces cellules est soudainement exagérée et déformée, ce qui entraîne des phénomènes anormaux : chutes, mâchonnements, secousses, etc.

Avoir une crise ne signifie pas nécessairement que l’on est épileptique ; c’est la répétition de ces crises qui définit l’épilepsie.

Il ne s’agit donc pas d’une maladie psychiatrique mais d’une affection neurologique.

L’alcoolisme ou le tabagisme des parents, de mauvaises conditions psychologiques ne peuvent pas expliquer l’épilepsie d’un enfant.

L’épilepsie n’est pas non plus une maladie contagieuse.

LA CRISE CONVULSIVE GÉNÉRALISÉE

L’enfant tombe brusquement, sans connaissance, se raidit pendant quelques secondes, sa respiration est suspendue. Puis, il a des secousses convulsives régulières, plus ou moins vigoureuses, et souvent une salivation importante.

Ensuite, les secousses cessent, la respiration reprend bruyamment, et il arrive qu’à ce moment, l’enfant urine.

Cette crise dure une ou deux minutes, puis l’enfant reprend progressivement conscience, mais il peut se sentir fatigué et éprouver le besoin de dormir.

Il est important que l’enseignant agisse calmement,qu’il rassure les autres élèves et réconforte l’enfant qui a eu une crise.

Une crise généralisée survenant à l’école peut être impressionnante : le calme de l’adulte rassurera les élèves.

Il faut se souvenir qu’une crise n’est pas dangereuse en soi.

Pendant la crise :

Il est impossible de la stopper, ni d’en modifier le cours, ne tentez pas de réveiller l’enfant tant qu’elle n’est pas terminée. L’enfant peut devenir pâle ou bleu tant que la respiration est suspendue, c’est impressionnant, mais la respiration reprendra et la crise s’arrêtera spontanément.

  • Respectez seulement les conseils suivants :

- Faire évacuer la classe

- Si l’élève est assis devant son bureau, essayez de l’allonger par terre ; mettez un coussin ou un vêtement plié sous sa tête

- ne le déplacez que s’il court un danger là où il se trouve (blessure, brûlure...

- Écartez de lui tout objet susceptible de le blesser

- Desserrez ses vêtements autour du cou

- Laisser la crise suivre son cours

- N’essayez pas d’empêcher les mouvements convulsifs

- N’essayez pas de mettre quelque chose dans sa bouche ou d’écarter les dents, L’enfant ne peut pas avaler sa langue et les dents cassent facilement

- Appelez une ambulance, le SAMU 15,
le 112 depuis un portable
ou les pompiers 18 si la crise ne se termine pas rapidement (5 minutes).

Après la crise :

- Tournez l’élève sur le côté, en position latérale de sécurité pour faciliter la respiration

- Attendez tranquillement qu’il récupère ; il est souvent un peu désorienté : restez auprès de lui en lui parlant calmement

- Ne lui donnez rien à boire tant qu’il n’est pas complètement réveillé

- S’il y a eu incontinence, couvrez l’enfant d’une couverture ou d’un vêtement pour éviter qu’il ne soit gêné, veuillez à garder des vêtements propres à l’école si cela arrive régulièrement

- Si l’enfant a besoin de dormir ou de se reposer après la crise, il faut le lui permettre et s’organiser pour que ce soit possible et penser à le couvrir

- Prévenir les parents

LES « ABSENCES »

Elles peuvent facilement passer inaperçues ; il s’agit de manifestations très brèves et très discrètes pendant lesquelles l’enfant est inconscient quelques secondes, le regard vague, avec parfois de faibles clignements des paupières, il arrête d’écrire. Ensuite il reprend son activité.

Il arrive que l’enfant poursuive son activité de façon automatique pendant l’absence, mais la vigilance est manifestement perturbée.

Des « absences » très fréquentes peuvent être responsables de difficultés scolaires, si elles ne sont pas reconnues ou traitées.

En les décelant, on évitera aussi toute réaction injuste vis-à-vis de l’élève, en pensant qu’il est distrait ou qu’il le fait exprès, alors qu’il n’est pas toujours conscient de ses « crises ».

Avertissez les parents de votre observation et demandez à la famille de consulter le médecin traitant et le médecin scolaire.

Dans cette forme d’épilepsie, l’enseignant n’a rien d’autre à faire.

ACTIVITÉS SCOLAIRES ET RISQUES

L’enfant épileptique doit autant que possible mener une vie normale garantie par le Projet d’Accueil individualisé (PAI).

La pratique du sport est conseillée, mais des précautions doivent être prises dans certaines situations à risque :

- la natation est possible, pourvu qu’il y ait une surveillance attentive (informer le maître nageur), et un accompagnateur dans l’eau pour secourir l’enfant si nécessaire.

- les sports en hauteur : corde, agrès sont quelquefois déconseillés par le médecin traitant ou les parents si l’élève a des crises très fréquentes et imprévisibles.

ADRESSES UTILES

Pour de plus amples renseignements contactez :

A R P E I J E : Association pour la Recherche pour l’Éducation et l’Insertion des Jeunes Épileptiques

133, rue de Falguières

Bâtiment D

75015 PARIS

tél : 01 40 61 03 58 Fax : 01 40 65 97039

E-mail : contact@arpeije.org

Site : www.arpeije.org/

L’association a édité une brochure « L’enseignant et son élève épileptique » également sur son site Internet




ARPEIJE - Antenne des 2 Savoie :

Mairie 15 rue de la Grenette

74370 METZ TESSY

Tél 06 75 72 80 56

E-mail : 2savoies@bfe.asso.fr

Site : Http ://www.bfe.asso.fr

Permanence : 2ème et 4ème vendredi du mois de 16h30 à 18h30




Fondation Française pour la Recherche sur l’épilepsie

48 rue Bargue

75015 PARIS

Tél : 01 47 83 65 36

E-Mail : FFRE@fondation-epilepsie.fr

Site : www.fondation-epilepsie.fr

La fondation a édité un excellent guide « l’Épilepsie en classe : questions, réponses et information » avec en annexe un modèle de P.A.I.





Les textes : P.A.I. : circulaire n° 2003-135 du 08.09.2003



8349 visites - Publié le 22 novembre 2005 par Santé Scolaire







Mentions légales | Webmestre | Plan du site | Contacts | Rédaction logo academie logo Canopé 74 logo Eduscol reduit